AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -83%
Hub USB LAB.C – Chargeur USB universel 5 portes
Voir le deal
4.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 3 sur 4
[Habitation] Pippins Manor
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005

[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Sam 13 Juin 2020 - 13:28

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Sexe (violence)




Je pouvais sentir son rythme cardiaque s’accélérer sans même avoir besoin d’entendre son cœur s’emballer. Son timbre change, son attitude aussi, passant d’un besoin de rassurer à un besoin de se rassasier. Je comprends rapidement que l’homme a laissé sa place à l’animal. La voix d’Arty est absente, lointaine, comme si le côté romantique du Poufsouffle tentait de continuer de faire quelques apparitions, mais était largement dominé par la lycanthropie, assoiffée d’un corps qui commençait doucement à s’embraser au fil des secondes. L’inquiétude et les questions précédentes avaient été remplacées par des pensées torrides, enflammées, éloignant toute forme de négativité qui nous avait habités ce soir. Se délecter du désir de l’Autre, jouer avec et surtout, surtout ne jamais s’arrêter. Pourtant, Arty se lève me laissant moi et ma frustration sur le canapé, un mais s’échappe de ma bouche, mais les doutes s’envolent lorsque je le vois revenir, baguette en main. Un regard suspicieux, mélangé à un désir de nouveauté, ce qu’il semblait vouloir lui aussi. Et c’est sans explications, sans même une parole que mes mains se retrouvent liées, incapables de se libérer, laissant le Loup libre de ses mouvements, comme un animal avec sa proie. Il voulait avoir le dessus.

De mon côté, c’est un mélange de sensations qui apparaît, faisant accélérer mon cœur qui battait à un rythme effréné. Les yeux s’ouvrent tandis que je tente de me libérer des liens qui m’enserraient les poignées. Arty, je ne sais pas vraiment si je voulais lui demander d’arrêter ou de continuer. Parce que cet appel s’était rapidement transformé en un soupir en ressentant les sensations qu’il me procurait un peu plus bas. Le corps tout entier se met à trembler entre la légère panique de ne pas être libre de tous mes mouvements et la sensation absolument divine de me savoir totalement à lui, dévouée, prête à n’importe quel sacrifice pour lui. Je ne pouvais plus m’exprimer avec les mains, ni planter mes ongles dans sa peau, alors ce sont mes jambes qui prennent le relais. Le bassin s’élève encore et encore tandis qu’une jambe le pousse à continuer. Je cherche quelque chose autre que mes mains pour camoufler les gémissements bruyants qui commençaient à arriver. Mes dents se referment sur ma pauvre épaule, contractant les jambes. La tête tournait et le front brûlait, la sensation d’être prisonnière, sa prisonnière avait quelque chose de pétillant. J’appréciais le fait qu’il n’ait plus peur de s’exprimer, d’agir comme il le souhaitait. Il savait au fond de lui qu’il n’y avait plus vraiment de limites.

Je tente de le remonter avec mes jambes, de le stopper dans ses actions pour l’avoir près de moi. Remonte, embrasse-moi. Ce n’est qu’un murmure qui sort de mes lèvres, une demande qu’il semblait vouloir simplement ignorer puisqu’il ne relève pas la tête, il continue sans prêter attention à ces jambes qui voulaient le voir remonter vers moi. D’un simple geste, je fais passer mes bras au-dessus de ma tête. En me surélevant légèrement, je parviens à attraper ses boucles à l’aide de mes deux mains, mais avant de faire quoique ce soit, je laisse mes cheveux virer à un rouge plus intense encore, le mélange parfait entre la colère et la passion. Après quoi, je relève fermement la tête du Poufsouffle pour qu’il me regarde dans les yeux, Artemis, remonte et embrasse-moi. C’était ferme et autoritaire, je ne voulais pas être seulement la prisonnière, avoir également le dessus était important. C’était ce qui faisait que nous étions toujours synchronisés. Tout était linéaire, on se suivait à la perfection, la monotonie n’avait pas sa place dans cette maison. Ni nulle part ailleurs où nous étions ensemble d'ailleurs.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Sam 13 Juin 2020 - 23:48

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme,  Sexe (violence)





Acte bien évidemment discuté & accordé.



Les boucles crissent soudainement à l’arrivée des doigts de Loredana, il l’interrompent, faisant lever le museau du Loup, à peine contrarié. Au contraire, le prénom prononcé en entier avait la vertu de focaliser entièrement l’attention du Poufsouffle. La langue se pourlèche, s’imprègne des lèvres inondées avant de remonter avec vivacité. Naturellement, c’est ardemment qu’il embrasse l’Aimée, lui dévore la bouche avec obéissance. Bien qu’il se permet une piquante réflexion en plongeant ses iris remplis de pupilles dilatées de férocité dans le regard coloré. Me parle pas comme ça, on pourrait croire que t’as pas aimé. Après avoir fermement replacé les bras de la jeune femme à leur place initiale – suspendus au-dessus de sa tête -, de son pouce et son index il lui harponne le menton, or, je sais qu’t’as aimé. Lui-même avait dégusté copieusement la satisfaction de l’Amoureuse, son ventre frénétique et ses sonorités plaisantes.  
Mais carnassier, il en veut plus, ne peut nullement se contenter de ces quelques minutes brûlantes. Continuer de jouir de sa proie favorite. Sans prévenir, et d’une imperturbable poigne, les griffes se saisissent du corps de Loredana comme elles pourraient agripper un frêle écureuil un soir de pleine lune.

Avec une telle facilité – malgré tout consentie – il retourne la Demoiselle et lui impose une cambrure parfaite avant de s’unir à elle dans une brusquerie passionnée. Les poumons, le ventre se contractent, euphoriques, sous le rythme enragé ; tandis qu’il dépose sur le dos de la Gryffondor des râles triomphants.
La trace sur l’épaule de la jeune femme, mordue précédemment, percute alors les iris obscurcis d’Arty. Les incisives le brûlent, réclament aussi abruptement leur part – maintenant, tout de suite. C’est avec fougue que sa main s’enroule dans les longues mèches rouges de l’Amoureuse afin de la tirer, la redresser brutalement, encore. Pouvoir atteindre ainsi sans mal cette épaule déjà endolorie et dans laquelle il n’hésite pas à planter à son tour ses crocs. Aucune restriction aux gouttes de sang qu’il fait couler et qui font davantage rugir la Bête réjouie, bien que loin d’être assouvie.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Lun 15 Juin 2020 - 13:46

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Sexe (violence)




Je savais que je n’aurai pas le dessus ce soir. Le côté bestial d’Arty avait pris le dessus et ne semblait pas décidé à laisser sa place. Malgré mon désir de ne pas le laisser totalement prendre en main cet acte ardent, le voir si confiant avait quelque chose de plaisant, une chose qui faisait que j’avais envie de l’écouter. Parce qu’il avait raison, j’aimais ça, j’aimais tout ça. Et c’est avec un rire surpris que je me laisse retourner sur le ventre, laissant ainsi le Loup prendre le contrôle, complètement sous son emprise, complètement décidé à profiter de ce délicieux moment. L’intensité de l’acte me contracte le ventre, me fait mordre férocement une main prisonnière qui tentait tant bien que mal de se libérer pour profiter pleinement de la scène. La tête suit le mouvement des doigts agrippés à mes cheveux, le corps se relève tandis que mes dents pincent mes lèvres en sentant la douleur des crocs sur mon épaule. Une habitude, une signature toujours douloureuse, mais il avait compris que la douleur avait quelque chose qui m’attirait férocement. Réveillant en moi aussi un instinct animal que je refoulais au quotidien. C’était dans ces moments-là qu’il n’y avait plus de retenu, que les masques tombaient. Il n’y avait que nous, peu importait le fait qu’il n’y avait absolument rien de romantique dans tout cela. Juste un échange purement physique, mais certainement pas dénué d’amour. Le mélange était parfait, nous voulions tous les deux la même chose.

Je sens son souffle sur mon épaule, j’aimerais pouvoir lui attraper la tête pour qu’il me regarde, qu’il m’embrasse, qu’il puisse voir à quel point il me comblait dans tous ses gestes, ses paroles, que c’était exactement ce que j’attendais. Le temps s’écoule lentement, l’orgasme n’est pas loin, je le retiens, voulant rallonger encore ce moment. D’un mouvement brusque et difficile, je me détache, m’éloigne, m’aide de mes mains liées et de mes genoux pour me retourner, lui faire face. Je le pousse pour qu’il s’allonge, laisse les mains sur son torse, tandis que mes lèvres vont directement à la rencontre de sa masculinité. La langue est particulièrement joueuse, elle s’amuse, l’appelle, lui montre que moi aussi je savais me faire désirer, avoir le dessus sans malédiction, juste avec le regard. Apprécierait-il ce tableau ? Une femme semi-prisonnière qui voulait avoir son quart d’heure de domination ? Dans tous les cas, c’est sans le lâcher des yeux que je remonte pour l’embrasser, lui mordiller les lèvres tout en nous unissons à nouveau. La température monte encore et encore, tandis que je lui glisse des murmures à l’oreille dans le seul but de le rendre encore plus fou qu’il ne l’était déjà. Dans ces instants-là, il n’y avait que nous, les seuls instants où il m’appartenait réellement.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Sam 20 Juin 2020 - 14:13

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme





De précieuses secondes où elle n’était qu’à lui, où le corps de l’Amoureuse restait ce royaume qu’il avait pourtant déjà conquis mais qu’il devait constamment défendre, maintenir la couronne imaginaire dansant sur ses boucles déchaînées. Ne cesser de la ramener tout contre lui pour contrer ces vilaines images-souvenirs de l’heure précédente, où Loredana avait été prête à quitter le manoir. Sûrement pour cette raison qu’il la laisse couler entre ses mains, reprendre une posture ascendante qui le fait sourire avec malice – satisfait. Elle était farouche, et pu*ain ce qu’il aimait ça. Savourant à pleines dents les gouttes de sang perlant dans sa bouche autant que les voluptueuses vagues parcourant son abdomen alors que l’Aimée s’amusait en contre-bas. Elle le rendait dingue, davantage à chaque soupir languissant, à chaque fois qu’il murmurait son prénom de plaisir. L’italien n’était jamais plus chantant que dans ces moments.
Leurs bassins se lient de nouveau et les griffes du Loup se cramponnent aux hanches de la Métamorphomage, l’incitant sans douceur à amplifier le rythme. Lorsque le ventre brasille tant qu’il sent la culminance poindre c’est précipité et haletant qu’il arrache les liens autour des poignets de la jeune femme. Les ongles et les crocs aidant, la corde s’écrase sur le sol en même temps qu’il se redresse vivement pour l’embrasser. La relâcher afin qu’elle le serre entre ses bras elle aussi, le marque de son avidité.

La respiration saccadée et flambante du Poufsouffle cogne contre le cou de l’Amoureuse dans lequel le museau s’est enroulé, suivant la cadence infernale des balancements. Pour une fois, les canines rassasiées ne percent pas l’épiderme, se contenter de s’enivrer des battements assourdissants des cœurs fusionnés. Les orgasmiques secousses ne tardent pas à se déverser dans les entrailles du Fripon, de chaleureux flots ponctués de gémissements assouvis. Se répandre ainsi en elle cloue sur sa bouille une béatitude ravie.
Reprendre son souffle à coups de baisers qu’il parcelle sur le visage de la Gryffondor, il finit par renverser les boucles en arrière, enfoncées dans le confortable canapé, en riant. La prochaine fois, on fait ça tout de suite, tout de suite. Des paroles interrompues par le joyeux essoufflement, ça nous évitera de nous disputer. Après tout, il préférait largement se réconcilier que de se quereller.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Sam 20 Juin 2020 - 16:22

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




Le rythme est de plus en plus effréné, mes mouvements comme guidés par les mains d’Arty qui m’agrippaient. La respiration se fait de plus en plus bruyante tandis que je sens que lui aussi est sur le point de s’embraser. Dans la précipitation, je suis de nouveau libre de tout mouvement, ce qui me permet de serrer le Loup contre moi afin de terminer cet échange torride dans une position où nous étions liés, collés l’un à l’autre à s’embrasser, se serrer et échanger de multiples caresses qui faisaient frissonner d’une manière délicieuse avant que tout se termine par des gémissements qui s’unissent suivis de respirations essoufflées de l’après. Les cœurs battent si forts que je parviens presque à les entendre. Le côté animal redescend petit à petit jusqu’à ce qu’Arty s’adoucisse, laissant les morsures de côté pour reprendre les baisers et les caresses. Il avait toujours eu du mal à se contrôler lors de ce genre d’échanges, allant même parfois jusqu’à la limite de la transformation. Désormais, il avait appris à se laisser aller, il savait que je ne prendrai jamais le risque de me faire tuer par ses crocs ou de me faire mordre, tout simplement parce que c’était une promesse que je lui avais faite, mais aussi parce que je savais qu’il ne s’en remettrait jamais. Morte, je ne le verrais probablement pas, mais en Loup-Garou, je devrais vivre avec ça et avec sa culpabilité qui finirait par le briser, nous briser. Cela se terminerait forcément mal, j’en étais persuadée.

Ses paroles me font doucement hausser les épaules, tandis que j’insiste pour encore un peu de contact, le corps se refroidissant légèrement. La prochaine fois que tu rentres du boulot et que tu me vois m’entraîner devant un miroir, retire mes vêtements au lieu de dire des choses auxquelles tu ne penses même pas. Parce que c’était la vérité, le Ministère lui grignotait le cerveau petit à petit et j’avais l’étrange impression que je n’y pouvais rien. Malgré tout, alors que je demande une énième étreinte, je murmure d’une voix légèrement attristée, j’aime pas qu’tu travailles là-bas, est-ce que je lui demandais indirectement de trouver un autre travail ? Peut-être bien. Est-ce que c’était également une façon de lui faire comprendre qu’il était en train de changer ? Probablement. Il avait sa place ailleurs, mais certainement pas avec des personnes aussi imbéciles que les employés du Ministère. Parce que c’était ainsi que je les voyais. Enfin, ce n’était peut-être plus vraiment le moment de débattre à ce sujet. Pour l’instant, simplement profiter d’une soirée à deux qui s’annonçait finalement plus bien. Le reste viendrait plus tard.

FIN DU RP ♥
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Sam 4 Juil 2020 - 8:56


Un Être qui se cache

Saison XXXII - Hiver

J’avais décidé de prendre quelques jours afin de prolonger un petit peu mon week-end. Les journées étaient de plus en plus longues, les beaux jours ramenaient de la clientèle, même les sorciers en promenade sur le Chemin de Traverse finissaient par faire un arrêt à Barjow & Beurk. On les reconnaissait à leur regard méfiant, leur corps tendu et leurs enfants qu’ils tenaient toujours très fermement par la main pour s’assurer que je ne les fasse pas disparaître ou ne les enferme dans l’Antre. Seulement, la semaine précédente avait été synonyme d’une grosse fatigue. Chaque sortie de clients était suivie d’une pause, la tête posée sur le comptoir, les jambes douloureuses et l’estomac constamment retourné. Certaines odeurs m’insupportaient, celles de l’extérieur, l’odeur de l’huile frite et la fumée de cigarette. On m’avait conseillé d’aller consulter un Médicomage, mais ce n’était que passager. Tombant rarement malade, je ne pouvais pas toujours y échapper. Alors je m’étais contentée de prendre de petites vacances le temps que mon corps se remette et que je revienne la semaine suivante en pleine forme.

Seulement voilà, les jours passaient et rien ne s’arrangeait. Un mal de mer chaque matin allant même jusqu’à faire quelques allers-retours aux toilettes. Je pensais à l’intoxication alimentaire. Certains restaurants moldus servaient probablement de la mauvaise nourriture. Et finalement, la fin du week-end arrivait et ma fatigue n'allait pas en s'arrangeant et cela avait tendance à me rendre irritable. Une mauvaise humeur quasi-constante que j’avais fini par refouler lorsqu’Arty était là. Loin de moi l’envie qu’il parte parce que je suis devenue une femme insupportable. Malgré tout, j’avais besoin d’aventure, de découvertes, je voulais sortir, m’amuser, prendre des risques en marchant en équilibre sur le rebord d’un toit. Rester assise sur ce canapé avait quelque chose de monotone et insipide et me donnait toujours envie de casser quelque chose.

C’est devant une énième tasse de thé que je me retrouve, assise sur une chaise à tenter de terminer d’écrire quelques idées pour Barjow & Beurk. Je ne pouvais pas m’arrêter de travailler éternellement. Peu importe ce qu'il se passait, je comptais bien reprendre le boulot la semaine suivante. L’envie de créer une nouvelle potion m’avait traversé l’esprit. J’ignorais encore l’effet que je désirais, mais malgré tout, la liste d’ingrédients était prête à l’essai, ça ne me coûterait rien d’essayer un peu plus tard dans la journée.
Nous étions le matin, mais cela ne m’avait pas empêchée d’accompagner mon thé d’un énorme sandwich préparé par mes soins avec tout ce que j’avais trouvé dans le frigo. J’avais décidé d’écouter mon corps, pensant que ça l’aiderait probablement à se remettre en forme. C’est donc tout à fait normalement que je le dévorais en continuant d’écrire. Une situation assez drôle d’un point de vue extérieur.


Dernière édition par Loredana Wildsmith le Dim 5 Juil 2020 - 16:53, édité 2 fois
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Sam 4 Juil 2020 - 10:09

Le cerveau du Wildsmith avait grésillé subitement ce matin, une épiphanie déclenchée par la nausée matinale de l’Amoureuse. Le trouble le précipita hors des draps sans qu’il ne puisse en parler à Loredana, il ne voulait pas trop s’avancer, et surtout, ne voulait pas l’irriter. Ces derniers jours, il avalait amèrement le courroux souvent infondé de sa femme, en silence. Parce qu’il la sentait aussi affaiblie que frustrée de ne pouvoir vagabonder comme elle l’entendait. Ne surtout pas en rajouter, s’efforcer de rester doux, sage. Ainsi, les boucles avaient énuméré les signes, non sans un certain tracas. Il n’y avait pas pensé avant, ni tout de suite, la parentalité ayant été mise entre parenthèses devant la réticence de la Gryffondor. Il s’en était mordu l’intérieur des joues, fort : ce n’était pas prévu. Le cœur s’était affolé devant la vision d’une Loredana qui apprendrait peut-être ainsi la venue d’un indésiré bébé.
Pourtant, il s’était tout de même rué au village, discrètement, afin de ramener la petite boîte rectangulaire. L’impression de tenir entre ses doigts un objet d’une préciosité incroyable, qui resplendissait tant que ses ongles brûlaient.

Lorsqu’il pousse la porte du manoir, ses yeux roulent, exaspérés de ne pas trouver la jeune femme affalée dans le canapé en train de se reposer. Il la découvre, attablée, concentrée et accompagnée d’un sandwich d’un apport nutritif grandement discutable entamé. Il déglutit et se tait. Ne surtout pas titiller l’hargneuse qu’était devenue sa femme. Il enferme ces détails derrière un sourire qu’il veut rassurant et en s’approchant, il l’embrasse doucement sur le front, à la lisière des cheveux, vérifier clandestinement qu’une fièvre ne s’installait pas. S’asseoir près d’elle et après avoir poussé loin à la fois les notes et l’encas, il dépose sous ses yeux la petite boîte. Ne te fâche pas. J’ai été chercher ça. Elle savait ce que c’était, l’avait déjà expérimenté lorsque les doutes lui avaient chuchoté l’éventualité d’une grossesse. J’me suis dit que peut-être… Arty se souvient surtout de l’explosive dispute, son estomac se tord. Ce jour-là, elle avait été claire, ou du moins, il l’avait interprété comme tel : un refus d’enfant.  
Il ne veut pas s’épancher sur les symptômes qu’il avait analysés, correspondant avec les débuts d’une grossesse, il sait que chaque mot était un fil dangereux duquel il pouvait tomber. Le Fripon contrôlant ses bavardages intempestifs – un exploit.

Si c’est pas ça, j’t’emmène à Ste-Mangouste. Aucune discussion possible dans le timbre déterminé de la voix. Il la jetterait sur son dos comme une poupée désarticulée s’il le fallait, et tant pis pour les coups qu’il prendrait. Elle allait finir par le manger tout cru avec sa mauvaise humeur, et surtout, s’était dessinée le front d’Arty, une ride d’effroi. Creusée par l’idée que l’Amoureuse allait mal. Les mains se fatigueraient à force de trembloter, inquiètes de perdre l'Autre.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Sam 4 Juil 2020 - 14:19

Je n’avais même pas levé les yeux en entendant la porte du manoir s’ouvrir, je ne l’avais même pas entendue. Ce sont les pas se rapprochant qui m’informent qu’il était bien rentré, lui qui était parti en trombe le matin-même. Je n’avais pas posé de question, sans grande énergie, je voulais la conserver pour faire des choses instructives, importantes pour la reprise du travail. Mais je n’avais pas été la plus douce avec lui et il se montrait patient, aux petits soins alors que je méritais davantage qu’il claque la porte et revienne lorsque tout sera terminé. Mais non, c’est un homme bienveillant qui s’installe à mes côtés avant de me faire comprendre qu’il était temps d’arrêter de travailler et de manger n’importe quoi – le sandwich n’était même pas bon au goût. La petite boîte posée devant mes yeux n’était pas exactement la même que la précédente, mais j’avais vite compris de quoi il s’agissait sans même avoir lu ce qu’il était écrit. Je manque de m’étouffer avec le reste de sandwich que j’étais encore en train de mâcher. Je prenais une contraception depuis le premier test au début de notre relation, mais évidemment, ce n’était pas régulier donc autant dire que ce n’était pas vraiment efficace. Il y aurait évidemment peut-être moins de risques si nous avions des relations de manière plus…espacée, et encore.

Mais je n’allais pas me fâcher, non, parce que lui aussi de son côté devait sans doute tenter de savoir pourquoi je me trouvais dans un tel état sans avoir changé mes habitudes. Qui était malade si longtemps ? Son évocation cependant me fait réagir, non pas Ste Mangouste, j’avais horreur des hôpitaux et je ne voulais pas que l’on m’enferme à nouveau dans une chambre. C’est rien, ça arrive, on n’est pas obligés d’aller à l’hôpital ! La peur d’être seule en compagnie des Médicomages, qu’ils se rendent compte de mes problèmes et qu’ils me poussent à me soigner. Et puis il faut que je reprenne le travail ! La boîte entre mes doigts, je me dirige sans un mot en direction d’une des salles de bain, celle qui possédait des toilettes, probablement suivi par un Arty qui devait être impatient de connaître la réponse. Nous n’avions pas reparlé d’avoir des enfants depuis cette fois au Ministère où j’avais été claire avec lui. Néanmoins, je savais au fond de moi que c’était une idée qui ne l’avait pas quitté. Il ne se rendait probablement pas compte de ce qu’avoir un enfant représentait. Ou peut-être qu’il continuait d’y penser sans me le dire. Attends, reste-là, je sais pas si je vais y arriver si t’es là ! Et je rentre dans la petite pièce avant de refermer la porte derrière moi.

Je suis la notice à la lettre, les mains tremblent légèrement, un mélange d’angoisse et d’une étrange excitation sortie de nulle-part. Comme si tout d’un coup, cela n’était pas si dingue que ça. Après une longue inspiration, je commence le test, de toute façon il fallait que l’on sache. L’attente qui suit était la pire, la plus longue. Assise sur la grande baignoire, les jambes s’agitent en attendant le verdict, imaginant Arty faire les cent pas, puis coller l’oreille de temps en temps à la porte.
Après quelques minutes, le résultat est là, affiché est bien visible, comme s’il s’agissait là d’une certitude, il n’y avait pas d’autre possibilité : le test était positif. Si mon regard est étonné, perdu, à l’intérieur, quelque chose de complètement différent était en train de se passer, le sentiment que tout cela aller me lier à Arty, de façon définitive. Le fruit d’un amour imparfait, mais extrêmement puissant. Alors, après une légère attente, je sors enfin de la salle de bain, le test à la main. Je suis enceinte.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Dim 5 Juil 2020 - 9:48

Évidemment, les oreilles refusaient de fonctionner lorsqu’il avait sacrément besoin d’elles. Tandis qu’il tournoyait devant la porte de la salle de bains, le cœur précipité et les mains emmêlées dans les boucles affolées. Loredana l’avait laissé là avec son inquiétude, son empressement aussi. Il n’avait absolument rien dit quant à sa réticence de se rendre à Ste Mangouste, s’était contenté de pincer sa lèvre afin d’éviter qu’un j’m’en fous, je t’emmènerai quand même, ne sorte. C’eût été une déflagration inévitable, or pour le moment tout ce qu’Arty souhaitait était de voir à travers la porte le résultat du test que l’Amoureuse était en train de passer. Les baskets s’agitent sur le parquet, grincent, retiennent le Wildsmith de défoncer la porte pour s’enquérir du résultat. Cette horripilante attente qui l’empêche de réfléchir. Leur avenir tout entier était épinglé sur ce test de grossesse.

Il sursaute finalement lorsque la Métamorphomage sort de la pièce, prononçant trois simples mots. Les tympans ont parfaitement entendu, il sent le message vagabonder jusqu’aux neurones soudainement soulagés. Loredana était enceinte. Pas de maladie grave cachée quelque part dans ses entrailles, pas d’effroi à subir à l’idée de la perdre, elle était enceinte. Oooh ! Arrondi d’une bouche qui comprend enfin l’excellente nouvelle, qui s’élargit dans un rayonnant sourire. L’émotion semble lui couper brutalement la langue, alors, il la prend dans ses bras, la serre contre lui, se rend compte qu’il était peut-être en train de l’écrabouiller.

Lorsqu’Arty relâche Loredana, c’est une série de ok, ok, d’accord, ok, d’accord, qui se précipitent au bord des lèvres. Parce qu’ils n’en avaient pas reparlé, pas depuis qu’il ne supportait pas la déception du refus de la jeune femme. Il avait préféré taire cette pensée, ce caprice d’un bébé. Et maintenant, c’était .
A l’intérieur, c’est un vif combat qui le fige, entre l’excitation et la nécessité de ne surtout pas trop s’emballer. Calmer la joie, seul, avec de longues respirations silencieuses. Se préparer à la suite. Ainsi, il s’apprête à faire la chose la plus difficile qui soit - devant même le souvenir de ces fois où il avait laissé Loredana le quitter - c’est comme une lourde pierre amère qu’il s’agissait de remonter le long de la gorge. Arty dans le sacrifice de ses désirs, du presque jamais vu : je sais qu’t’avais pas envie, alors c’est hésitant qu’il commence, fixant le sol de ses yeux tristounets, t’es pas obligée..., laborieuse articulation, il ne finit même pas vraiment ses phrases, chez les moldus, on peut, enfin y’a la possibilité de, les lèvres sèches et le coeur fendillé, c’est compliqué. D’arrêter la grossesse.
Le regard finit par se relever, s’accrocher à celui de l’Épouse. Il serait là pour Elle, sans hésiter, lui en vouloir pour un désir non partagé n’était pas envisageable. Il l’aimait, follement, était prêt à pulvériser ses propres envies pour elle, malgré l’entortillement des organes. Simplement, être avec elle.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Dim 5 Juil 2020 - 11:49

C’était un étrange silence, un Arty presque muet qu’il me fallait attentivement observer pour guetter sa réaction, un pétillement dans les yeux, par exemple. Mais ce sont des bras qui m’entourent à la place des mots, une étreinte qui me couperait presque la respiration et pourtant, je n’y accorde pas d’importance. Je savais que derrière ce geste, se trouvait des émotions multiples qu’il ne parvenait pas à faire sortir. Tout ce que j’espérais, c’est que la nouvelle le rendait heureux, parce que j’avais besoin de son enthousiasme là, tout de suite, maintenant, qu’il me rassure, me dise que tout irait bien, que l’on s’apprêtait à être des parents fabuleux. Mais je savais que cette étreinte ne pouvait pas être la seule et unique réaction du Poufsouffle. Soudainement, c’est une montée d’angoisse en moi en voyant son regard fuir le mien, je pouvais presque sentir que quelque chose le tourmentait malgré tout, mais il faisait l’air de rien. Je sens mon cœur s’accélérer et les larmes monter aux yeux – les hormones, probablement – commençant à penser que ce n’était peut-être pas ce qu’il désirait réellement finalement, qu’il avait changé d’avis, se trouvait trop jeune, avait encore plein de choses à vivre avant de se voir attribuer le rôle de père.

Je ne comprends pas tout de suite où il veut en venir. Il y avait-il réellement cette option de mettre un terme à une grossesse ? J’avais déjà entendu parler de cela quelque part, mais mon corps m’envoyait des signes, des envies, m’aidait à prendre une décision : ce n’était pas ce dont j’avais envie. Pourtant, l’angoisse qu’il ait changé d’avis ne parvient pas à partir tout de suite, alors je m’agite, passe une main dans mes cheveux – plusieurs fois – fais quelques pas en chuchotant des non non non non non très rapidement. Puis je reviens vers lui, le regard peut-être légèrement inquiet, mais dont l’iris violette ne pouvait montrer autre chose qu’une profonde joie que la Métamorphomagie ne pouvait garder pour elle. Je soutiens alors son regard en m’approchant, tente là de lui prendre les mains pour que l’on reste stable, immobile le temps de prendre cette décision. Non. Je hausse les épaules comme si c’était finalement une évidence. Non, je veux cet enfant, j’avais instinctivement regardé mon ventre pourtant toujours plat, avec toi. Faire comprendre à l’Amoureux que c’était comme ça que ça devait se passer et que la perspective d’avoir une vie avec lui était tout ce dont je désirais finalement. Nous avions fait les choses dans l’ordre, non sans quelques gros obstacles qui s’étaient dressés entre nous, mais que nous avions réussi à surmonter. Nous étions mariés et aujourd’hui, nous attendions un événement désiré par Arty depuis…bien longtemps déjà. Nous allions devenir une famille, pour de vrai, ce que je n’avais jamais connu auparavant.

C’est probablement ce qui m’angoissait le plus en réalité. Comment parvenir à construire tout cela sans même avoir eu un exemple lorsque j’étais petite ? Moi qui avais vécu loin de l’amour de mes parents, sans mère pour me rassurer et avec un père bien trop absent pour apprendre à m’aimer. Il n’y avait eu que ma Tante, cette Marâtre qui préférait les coups de règles en fer aux câlins et les rabaissements aux mots d’amour. Une enfance synonyme de haine, de peur, d’angoisse. Un traumatisme que je payais encore aujourd'hui. Et il fallait désormais que j’apprenne à faire tout le contraire ?
Me plonger dans les bras d’Arty avec enthousiasme pour faire taire cette petite voix qui ne m’en pensait pas capable. Embrasser le futur père de l’enfant que je portais en moi. Lui lancer des je t’aime incapable de retenir. Puis me détacher légèrement, le cœur tambourinant dans ma poitrine, j’vais y arriver tu crois ? Le je à la place du on parce qu’il était évident que lui ferait un merveilleux père.

Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Dim 5 Juil 2020 - 14:25

A chaque non qu’elle prononçait, soulignant sa résolution à garder le bébé, c’était des oui pétillants qui explosaient dans le cerveau d’Arty. Avec désarroi, il s’était préparé à l’entendre lui demander de l’accompagner dans un hôpital moldu, où avec la gorge toute serrée, il aurait dû accepter sa parentalité disparaître en même temps que l’embryon.
Mais non, ce tout petit petit organisme resterait là, dans ce ventre qu’il fixait désormais, le regard lumineux. La joie abonde dans le sang, comme l’impression que le corps battait tout entier d’enthousiasme, à un rythme effréné. Une envolée agréable, c’était un vieux rêve qui se réalisait enfin. Ils s’apprêtaient ainsi à plonger avec ravissement dans ce joyeux tourbillon de vie, mains dans les mains. Il serre les doigts de Loredana entre les siens, elle voulait cet enfant avec lui, l’étincelle d’un amour sincère, pour l’accueillir ensuite entre ses bras réjouis. Le moment les entourait décidément gaiement d’une jolie toile, réconfortante. Que pouvait-il leur arriver maintenant ? Rien, il n’y avait que ça, cet instant présent où le bonheur devenait si tangible qu’il coulait le long de leurs mèches, de leurs cils, de leurs corps enlacés.

Aucune ombre sur les traits du Wildsmith, même pas lorsque la Gryffondor fait part de son appréhension. Il sait à quel point son enfance avait été désastreuse, tout comme il sait que c’était exactement pour cette raison qu’elle ferait une mère parfaite. Lui n’y pense pas, absolument pas. Les doutes et incertitudes sur leurs capacités à être parents ne l’effleuraient même pas. Pourtant, il éclate de rire, en réponse à la question de l’Amoureuse, il s’exclame : non ! forcément qu’elle n’y arriverait pas, pas plus que lui. C’est avec facétie qu’il l’embrasse alors, tenter de la rassurer, bien sûr que non ! tu feras des erreurs, moi aussi, mais ça va être tellement chouette ! Les boucles s’amusent de la naïveté du Fripon, puis l’important c’est d’être là, tout simplement. Les mèches endiablées tourbillonnent davantage lorsqu’il finit par s’agenouiller devant Loredana. Il relève le teeshirt de la jeune femme pour s’adresser à son ventre, d’une voix tout à fait très sérieuse, parler au bébé qui, ma foi, n’avait même pas encore d’oreilles pour l’entendre. Bonjour toi ! C’est moi, ton Papa adoré, j’viendrai te faire un coucou tous-les-jours, et c’est certain qui le ferait, même ces jours plus désagréables où la Métamorphomage et lui s’embourberaient dans de futiles chamailleries - il y en aurait. J’suis tellement heureux qu’tu sois là, en plus tu verras, ta Maman est gé-niale, qu’il chuchote en caressant du doigt la peau du ventre, passant outre ces cicatrices ancrées aussi de sa main. Qui aurait cru qu’il déposerait dans cet intérieur un petit bout de vie après y avoir répandu de mortelles blessures.

Brusquement, le voici qui se redresse, éclatant, tu vas devenir grosse, tu sais ça ? Il rit, avant de déposer ribambelle de bisous sur le visage de l’Aimée, papillonner là partout partout, la réconforter devant ce futur aussi angoissant que passionnant.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Dim 5 Juil 2020 - 18:49

C’était une belle histoire finalement, peut-être pas celle que nous pourrions raconter à notre enfant, mais tout ce chemin parcouru avec quelque chose de beau, de nouveau. C’était notre histoire. Qui aurait pu croire qu’Artemis Wildsmith deviendrait le père de mes enfants, qu’il serait celui que j’épouserais, celui dont je tomberais amoureuse ? Ces instants-là n’auraient peut-être jamais vu le jour si j’avais succombé à mes blessures qu’il avait lui-même infligées avec son sortilège. Si l’ancien amoureux n’était pas arrivé à temps, jamais je n’aurais pu connaître une telle vie aussi mouvementée soit-elle. Pourtant, sous les cicatrices, se cachait bien le fruit de tout cet amour qui avait fini par naître au fil du temps, qui s’était développé et transformé en une véritable passion. Nous nous aimions à la folie, il n’y avait absolument aucun doute là-dessus. Tout ne pouvait pas être rose tous les jours, nous étions bien placés pour le savoir. Nos chemins s’étaient séparés à plusieurs reprises avant de se rejoindre à nouveau. En espérant que cette union perdurerait encore et encore, que plus jamais l’on ne se tourne le dos. J’étais peut-être celle qui devait faire un effort de ce côté-là. Arty, lui, ne partirait pas, c’était une certitude.

Je le regarde s’adresser à mon ventre, probablement dans le vide. Il était sans doute trop tôt pour ce genre de choses, mais il rayonnait et j’aimais ce rapprochement, cette proximité qui nous réunissait davantage. Parce que c’était le genre de moment qui nous appartenait, à nous, seuls. Durant ce court instant, les mots d’Arty résonnent dans ma tête. Il avait raison, nous ne serons pas des parents parfaits, des erreurs seront commises, des maladresses, des moments de doutes qu’il nous faudra surmonter. J’veux juste pas répéter les mêmes erreurs. Et en être consciente était finalement déjà un bon début. Je savais qu’il me faudrait faire des gros efforts pour m’éloigner lors des crises, pour contrôler mes émotions en vracs. Ce ne serait pas de tout repos, mais finalement, la monotonie n’était pas réellement un terme qui qualifiait nos vies. J’m’en fiche, prendre du poids, voir mon ventre s’arrondir n’était vraiment pas une chose qui m’inquiétait. Et tu t’en fiches aussi, j'en étais persuadée.

Bizarrement, être devant le fait accompli rendait la chose moins compliquée. Cela avait été un déclic à partir du moment où j’avais vu le résultat du test de grossesse. La seule chose qui m’inquiétait réellement, c’était moi-même, mais c’était un travail de self-control et pour un enfant qui serait le mien, j’étais prête à dépenser mon énergie pour m’assurer qu’iel grandisse dans les meilleures conditions. Qu’iel soit épanoui.e, heureux.se, loin des histoires de familles. Dis, je me rapproche de nouveau d’Arty, pas réellement prête à me défaire de son contact aujourd’hui, tu penses que cet enfant sera Métamorphomage ? Ça serait beau tout de même, quoiqu’un peu angoissant s’il ne parvient pas à se contrôler.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Lun 6 Juil 2020 - 10:08

Il aurait aimé avoir faculté romanesquement magique de pouvoir évaporer d’une simple caresse les doutes de l’Amoureuse. Il savait qu’elle ne reproduirait pas les mêmes erreurs que sa famille, ce n’était même plus des erreurs mais de la maltraitance. Ainsi la tête avait dodeliné, marquer l’assurance : Loredana ne sera pas comme sa tante. Mais bien vite d’autres convictions jaillissent sous le front d’Arty, peu importe si le corps de la jeune femme changeait, carrément que j’m’en fiche, coquins, les sourcils s’agitent diffusant un message sans équivoque, ça ne m’empêchera pas de, d’avoir les mains baladeuses et le sourire envieux. Une séduisance qu’il glisse d'ailleurs délicatement sous le haut de la jeune femme lorsque sa question vient immobiliser les boucles. Cela interrompt brutalement la flânerie des doigts désireux de découvrir ce corps abritant désormais autre chose.

Il n’y avait pas pensé. J’suppose que oui, enfin, y’a des chances. Langue songeuse, la Métamorphomagie était génétique, coulait allègrement dans le sang de certains sorciers comme un héritage éclatant. Et pourtant, s’il entrevoit les belles nuances de métamorphose pouvant colorier son futur enfant, un désagréable sentiment se dessine sur ses traits soudainement inquiets : ils vont lui mettre un de ces bijoux anti-magie ? comme une muselière ? Forcément, un gai chérubin se baladant au vent, changeant au gré de ses émotions et de ses envies d’apparence, ça mettrait le Ministère dans l’embarras. Index déterminé pointé vers le nez de la Gryffondor : j'les laisserai pas faire. Déjà, les plumes du Papa-poule qu’il serait font leur imaginaire apparition sur l’épiderme du Wildsmith, comme électrisé. Ça le révolte, stigmatiser un jeune enfant pour le bien-être du Secret magique, ils en seraient largement capables. Alors, Arty gigote, panique légèrement devant la crainte de ne pas pouvoir protéger leur enfant des lois aussi prohibitives que discriminatoires de la communauté magique. En frottant son museau de nervosité, il réalise l’autre risque. Faut que j’vérifie un truc.

Ses joues blêmes se précipitent dans le petit salon du manoir, celui dont les murs étaient ornés d’une tripotée d’ouvrages qu’il ne lisait même pas. Enfin, quelques-uns tout de même, ceux qui se pavanaient sans discrétion sur une haute étagère abordant effrontément la lycanthropie. Dans une audacieuse recherche, Arty grimpe à même les étagères tremblotantes auxquelles il s’accroche afin de saisir un livre. Le farfouiller d’une main, puis un deuxième dont il fait aussi tournoyer rapidement les pages, puis un troisième. Les bouquins sont alors balancés tour à tour sur le sol, bruits empressés s’accordant aux grognements insatisfaits du Poufsouffle. La nécessité de voir écrit noir sur blanc que non, il ne pouvait pas transmettre de cette façon sa malédiction.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Lun 6 Juil 2020 - 20:41

La Métamorphomagie était quelque chose de beau, de rare et de précieux, si pour ma part je voyais ça davantage comme une source d’angoisse, imaginer mon futur enfant avec des cheveux colorés à volonté avait le don de me faire ressentir comme une source de chaleur agréable et réconfortante. Parce que cet enfant ne sera pas comme moi, n'aura pas besoin de refouler ce qu’il est vraiment, sera libre d’être ce qu’il désire. Son don se manifesterait sans doute très rapidement et je serais une maman comblée et fière d’avoir mis au monde un Être si rare et précieux. C’est fou comment l’annonce d’une grossesse pouvait changer l’esprit d’une personne du tout au tout. Comprendre que j’avais au fond de moi, toujours désiré avoir un enfant. Je n’avais plus à me poser de questions maintenant qu’il était presque là, il nous fallait simplement préparer sa venue, nous avions encore de longs mois devant nous avant de faire enfin sa connaissance. D’entamer cette vie à trois. Il ne me manquait plus qu'à faire taire cette voix, ces angoisses et ces nombreuses questions que je me posais au sujet de tout cela. Il y avait toujours une part d’ombre, quelque chose qui bloquait, nous empêcherait d’avancer sans crainte. Une chose sur laquelle Arty avait mis le doigt, un mot qui me vient à l’esprit et me fait grincer des dents : Ministère.

J’aurais aimé exprimer ma réticence, dire à voix haute que, moi aussi, je ne les laisserais pas faire. Si nous nous sentions à peu près capable de faire un enfant, cela ne nous empêcherait aucunement de rester nous-même, de sortir les crocs lorsqu’il le faudra. Peut-être même que nous seront bien pire qu’actuellement, prêts à tout pour la vie de notre enfant. J’étais persuadée que je serai capable du pire pour qu’il reste en vie. Malgré tout, j’avais été obligée de ranger tout ces mots au fond d’un tiroir, Arty avait tourné les talons sans réelle raison apparente. Je lui emboîte le pas après quelques secondes d’incompréhension et un petit tournis – probablement un signe de la grossesse – et le regarde chercher quelques choses dans des ouvrages que je ne connais pas vraiment. Certains finissent par terre, il ne semble pas trouver ce qu'il cherchait. Qu’est-ce que tu veux savoir ? Je m’avance en même temps afin de regarder par-dessus son épaule. Mes yeux se baissent alors sur les livres que le Poufsouffle avait envoyés valser, la Lycanthropie, uniquement des livres sur la Lycanthropie. Il ne me faut pas longtemps avant de comprendre ce qui le tourmentait : S’il y avait une possibilité qu’il soit Métamorphomage, il y avait-il un risque qu’il naisse Loup-Garou ?

Un silence s’installe, mon cerveau bouillonne à trop vouloir trouver les mots pour le rassurer. C’est un non murmuré qui sort finalement. Je me place derrière Arty afin de l’entourer de mes bras, une étreinte que je veux rassurante, il n’héritera pas de ta Lycanthropie. Bizarrement, ma voix était claire, certaine, comme s’il n’y avait simplement aucun doute là-dessus. Je le retourne pour le pousser à me regarder droit dans les yeux, des yeux qui se refusaient de lâcher cette couleur violette. Tu n’es pas né avec, ce n’est pas dans tes gènes, tu as été mordu ! Je prends sa tête entre mes mains et tente un petit sourire, voulant simplement ne pas laisser les nuages s’installer après l’annonce de cet heureux événement. Il ne naîtra pas Loup-Garou, je te le promets. Il savait que je ne faisais jamais de promesses à la légère, c’était peut-être la raison pour laquelle ça m’arrivait très rarement d’ailleurs. J’étais sûre de ce que j’avançais. Cet enfant sera beau, pétillant et coloré et aura sans doute un sacré caractère aussi…
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Mar 7 Juil 2020 - 14:56

Les paroles de Loredana faisaient autant de sens que ses iris violets. Sourire rassuré, il aurait voulu se plonger dedans, s’éloigner de cette terrible idée qui l’avait effleuré, cette horribilité de penser qu’il aurait pu à la fois donner la vie et partager sa monstruosité. Mais la malédiction ne se lovait pas dans l’ADN, elle avait raison, c’était un poison que les crocs de la louve lui avaient implanté, voilà tout. Terrible maladie qu’il faudrait qu’il enferme davantage, éviter les débordements mordeurs. Alors oui, la métamorphomagie serait un don beaucoup plus scintillant à transmettre, et la jeune femme ne pouvait pas avoir tort lorsqu’elle parlait du futur enfant avec de tels adjectifs. Tant qu’tu l’gardes enfermé les soirs de pleine lune. Ton badin perlé de sérieux, il ne connaissait que trop bien les lubies de sa femme pour les sorties lunaires, manquerait plus qu’elle contamine le bambin avec cette passion. Mais quelque part les mots continuent de résonner dans le crâne du Poufsouffle, qu’il répète, beau, pétillant et coloré… presque pensif, quels traits de caractère l’enfant partagerait-il avec eux ? Ce serait des inquiétudes pour plus tard.
Après un apaisant baiser, il enlace fort, très fort l’Amoureuse, il aurait parié qu’entre eux, au niveau de leurs bassins, palpitait désormais une agréable chaleur. C’était une idée, évidemment, le bébé n’étant encore qu’une minuscule minuscule minuscule graine – lumineuse, toujours est-il.

L’embrassement se termine par un menton levé avec surprise. Voilà quelques trop longues minutes que les boucles n’avaient pas été aplaties par de la mauvaise humeur ou de l’exaspération de la part de la Métamorphomage, est-ce que la nouvelle de la grossesse te rendrait plus gentille ? Tremblements espiègles des zygomatiques, il se détourne alors vivement, maintenant, célébration ! Gai luron, le Fripon abandonne là les livres dérangés et sa femme pour sautiller jusqu’à la cuisine, plus d’alcool pour toi Loredana ! Quel raisonnable futur Papa. Petit détour vers la table où la Demoiselle travaillait encore il y a quelques instants, plus de sandwich dégoûtant ! Qu’il saisit avec un berk dessiné sur la bouille avant de le jeter directement à la poubelle. Ohlalala, funeste énergie dont les doigts étaient agités. Celle qui voudrait diriger les faits et gestes de Loredana pour la protéger, s’efforcer à dérouler sous ses pieds le tapis d’une grossesse parfaite. Alors forcément, cela commençait par une alimentation strictement équilibrée. Pauvre Arty qui n’avait en ce moment, rien d’autre à faire que de surveiller les habitudes de la Gryffondor – trouver un travail devait être sur un post-it maintenant envolé avec l’annonce du bébé. Après avoir sorti une sublime bouteille de whiksy pur feu, il poursuit son remue-ménage dans la cuisine. Mais j’peux t’faire un jus de fruits hyper vitaminé ! Qu’il crie en ondulant ses mains dans lesquelles trônaient des pousses d’épinard et des kiwis. Mazette ce qu’il allait être insupportable.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Mar 7 Juil 2020 - 18:42

La phrase sur les soirs de pleine lune m’avait fait prendre conscience d’une chose : Il y a des risques qui me seraient interdits de prendre désormais. Je ne pourrai plus jouer avec le feu, rester avec Arty jusqu’à ce qu’il entame sa transformation. J’avais ce besoin de le soutenir, de faire en sorte que la journée se passe bien, qu’il se sente bien ou presque jusqu’à ce que la lune finisse par montrer le bout de son nez. Ce n’était jamais une mince affaire, mais l’on parvenait à trouver cet équilibre. Sera-t-il obligé de se retrouver seul face à sa Lycanthropie une fois l’enfant venu au monde ? Un dilemme compliqué. Pourtant, il n’y avait pas de choix à faire. Il nous faudrait le protéger, de tout, absolument tout et Arty ne me pardonnerait jamais s’il arrivait quelque chose à son fils, sa fille, par sa faute. Et la mienne aussi. Je venais de le convaincre que la Lycanthropie n’était pas héréditaire, alors il nous fallait maintenant éviter à tout prix qu’il se fasse mordre. Nous y parviendrons, quitte à ce que je sois contrainte du tirer un trait sur quelques folies. Pas toutes, impossible, mais quelques-unes.

Je l’entends parler de la cuisine et je le rejoins en traînant des pieds, je ne suis pas en sucre tu sais, alors les vitamines, ça attendra plus tard. Je souris avant de m’approcher de lui, arrêter l’alcool n’était pas une grande contrainte pour moi. Je n’en avais pas besoin, j’avais déjà l’impression d’être constamment en état d’ivresse. J’espère intérieurement qu’il n’est pas en train de préparer une liste dans sa tête des choses interdites aux femmes enceintes, peut-être que l’annonce de la grossesse m’avait soudainement rendue plus agréable – et peut-être soulagée de ne pas être réellement malade – mais je savais que ce n’était que passager. La Loredana habituelle pouvait refaire surface à tout moment. Là, je voulais simplement profiter de ce moment, que l’on se souvienne de ça, que l’on était heureux, angoissés, mais heureux de cette nouvelle.
Alors je m’approche de lui, pour passer mes bras autour de sa taille. Je l’embrasse passionnément, passant mes mains sous ses vêtements. Fêter l’événement avec un cocktail vitaminé n’était pas réellement ce que je souhaitais, j’ai d’autres projets en tête. Mes lèvres se dirigent vers son oreille sans rompre le contact, il faudra profiter de ces mois qu’il nous reste en tant que jeune couple sans enfants. Je relève la tête pour le regarder droit dans les yeux, j’aimerais faire des trucs dingues comme du saut à l’élastique sans élastique, en rendant le sol caoutchouteux, évidemment. Je veux des sensations ! Était-ce réellement des envies de femmes enceintes normales ?
Contenu sponsorisé

[Habitation] Pippins Manor - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 4

 [Habitation] Pippins Manor

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.