AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-20%
Le deal à ne pas rater :
Multiprise Electraline 8 prises avec interrupteur et câble de 1,5 m
9.59 € 11.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 2
WeekendParty [TERMINÉ]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
WeekendParty [TERMINÉ]
Gisèle Llobères, le  Lun 11 Mai - 16:30

WeekendParty
Saison 31 - Hiver
Avec Matt, LA mutuel,
Autorisation de Malicia pour son LA


WeekendParty
Tôt le matin - G.F


Gisèle soufflait, pour ne pas dire "râlait", en marmonnant ôh combien elle détestait l'hiver. Malicia lui avait bien dit de se couvrir plus, mais vous connaissez les adolescents. Cette dernière avait balancé à sa tutrice qu'elle exagérait, que ce n'était pas non plus le déluge, et là voilà à se cailler les miches sur le chemin de la gare. S'il y a bien quelque chose qu'elle sait de son passé, c'est qu'elle ne vient pas d'un pays froid. B$rdel. Vous voulez savoir le pire dans toute cette histoire ? Son envie de pisser. Elle avait envie de crever. Je pourrai m'en occuper.. « Haha. Très drôle. » Parler seul en plein milieu de Londres n'était pas un problème, personne ne faisait attention. Les gens étaient pressés, toujours.

La façade de Kings Cross était accueillante par un froid pareil. Même si la majeur partie de l'endroit était en extérieur, au moins les murs protégeaient la populass' des vents frais. Coup d’œil vers l'horloge, elle avait un peu d'avance. Pile le temps qu'il fallait pour passer aux toilettes. Taïaut ! Gisèle retira ses mitaines en chemin, impossible de mettre des gants avec ces griffes décorées spécialement pour les fêtes. Manquerait plus qu'elle abîme son chef d'oeuvre quelques jours avant Noël. Malicia ne lui pardonnerait pas, l'adolescente avait insisté pour avoir de l'aide et la trentenaire la tuerait si elle ne faisait pas attention.
M$rde, forcément la queue pour les toilettes féminines.

***

Bah voilà, elle était en avance et maintenant elle était en retard. Normalement le temps qu'il descende du train ça devrait le faire, et au pire il attendrait un peu ! Elle pourrait lui faire croire qu'elle l'avait oublié ? Comment commencer un weekend dans la bonne humeur made in Gigi. Evidemment elle n'avait aucune idée du wagon dans lequel se trouvait Matt. La brune remonta alors tout le train de essayant de ne bousculer personne, sauf que cette gonzess' était un véritable éléphant dans un magasin de porcelaine. Un éléphant impatient en plus. « Pardon... Tenta t-elle une première fois. Paaaardon. » Deuxième fois. Un homme marchait à deux à l'heure et la foule s'entassant sur les côtés l'empêchait de le contourner. « Bon tu bouges ?! » Surpris, le quinquagénaire fit volte face pour lancer un regard sévère à une Gisèle qui s'était déjà faufilée hors de sa vue.

Au bord de l'abandon, la jeune femme poussa un soupir résigné en s'adossant à un mur. Elle observait à présent des sorciers de Pré-au-Lard retrouver des connaissances de Londres et inversement. Où était la sienne de connaissance ? Elle avait l'air c$nne à attendre comme ça. En plus s'il faisait pareil de son côté ils ne se croiseront jam... Oh b$rdel. Cible verrouillée « MATTY ! ». La voix aiguë résonna sur le quai et, Dieu merci, fit se retourner Matt qui partait vers la colonne permettant le transfert entre les quais moldus et celui-ci. Gisèle effaça rapidement la distance qui les séparait, manquant de s'énerver contre quelqu'un again.

Elle était rassurée de le voir, ça signifiait qu'Arthur n'avait pas ouvert sa gu$ule. Enfin, c'était encore une connerie dont elle se persuadait. « J'espère que ça va, que t'as fais bon voyage tout ça tout ça. Allez go. » N'attendant même pas de réponse, la gonz' se mit à avancer vers le mur de transfert, impatiente de s'écarter de toute cette foule. « On va passer chez Malicia pour poser ton sac, ensuite on va aller s'prendre un truc à manger. » Et ensuite on picole. Mais ça elle lui en parlera plus tard, chaque chose en son temps. Mur en vue.


Dernière édition par Gisèle Llobères le Lun 15 Juin - 11:19, édité 1 fois
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Matt Deliers, le  Mer 13 Mai - 1:17

WeekendParty
- with Gisèle Llobères
- Saison XXXI, Hiver
- #LA mutuel


Gisèle Llobères


Matt Deliers
Mouvement de foule dans le wagon. De l'agitation soudaine à en réveiller un Deliers profondément exténué. Pxtain. Qui osait ? Sa tête se décolla de la vitre. Ses yeux endormis s'ouvrirent pour constater qu'ils étaient déjà arrivés en gare. La main frotta machinalement son front froid - imprimé sur la glace pendant la quasi-totalité du trajet. Embouteillage dans la voiture. Les gens s'activaient pour sortir. Le griffon était en train d'admirer un couple de retraités faisant tous leurs gestes à deux à l'heure empêchant ainsi les braves gens - mais trop stupides pour tenter l'autre côté - derrière eux de pouvoir sortir. Contestation générale. Magnifique.

Le Deliers attendit calmement mais prenant soin tout de même de ne pas se faire enfler par les « trop pressés ». Chacun son tour, les gars. Et par ordre des sièges de préférence. No offense. Voyageur léger ; il avait juste pris avec lui un gros manteau bien douillet bien chaud, des gants, une écharpe, deux bonnets, des tee-shirts, deux pulls, deux pantalons, des sous-vêtements, une petite trousse de toilette (contenant sa brosse à dents, un peigne jamais utilisé et du gel douche.. entre autres), de l'argent, Léotia, la lettre de Djidji, sa fierté et sa joie de vivre retrouvée pour un weekend plein de promesses. Tout ça dans un petit sac à dos sauf le manteau car il était trop volumineux. Et puis qu'il en aurait besoin là dehors. Quand il jugea que c'était à lui de sortir il s'imposa dans l'allée centrale du wagon sous le regard d'une jeune femme passablement agacée à qui il venait de bloquer le passage. Se lever pour mieux l'enfiler. Le manteau.* Il descendit ensuite de son wagon pour venir s'imprégner de l'air frais londonien et libérer les gens derrière lui. Ça caillait légèrement.

Pas de Djidji à l'horizon. Pxtain. $hit. Viendrait-elle ? Oui. Alors où était-elle ? Pas là. Sourcils froncés. Il se gratta le bonnet d'un air totalement perdu. Bon ok, et maintenant ? Les yeux sur une pendule du quai. Dix-huit heures une. Résigné il avança dans le sens de la foule. Peut-être l'attendait-elle du côté des quais non magiques ? Oui.. Ce devait sans doute être ça ! Son sac sur l'épaule Matt réfléchissait. « MATTY ! » Il sursauta. Cette voix. Ce surnom. Il se retourna - un sourire dissimulée sur la frimousse - pour mieux voir foncer sur lui une Gisèle sauvage. Elle était là ! Peu couverte, il avait froid pour lui et pour elle maintenant qu'il la voyait. Comment faisait-elle pour ne pas se les peler ? Lui avec son manteau, limite il tremblait. Ou alors était-ce la fatigue ? Pourtant il avait dormi pendant le voyage. Enfin, bref.

Le Deliers était content de voir Gisèle. Vraiment. « J'espère que ça va, que t'as fais bon voyage tout ça tout ça. Allez go. » Pas le temps d'en placer une qu'elle ouvrit la marche. Le petit Lion marcha dans les pas de sa camarade pour ne pas la perdre. « Moi aussi jui content de te voir meuf... » Même pas un bisou sur la tempe, un calin ou une accolade. Pfeuh. Après tout, c'était des trucs de nounours et le Deliers n'était pas un nounours. « On va passer chez Malicia pour poser ton sac, ensuite on va aller s'prendre un truc à manger. » Il réajusta son sac sur son épaule. « Cool. J'ai rien mangé depuis ce matin. » Il hésita à placer un « Tu vas bien ? ». Finalement il décida de se donner lui-même la réponse ; Djidji allait toujours bien. Sauf quand ça n'allait pas. Et là, il savait que ça allait. Donc elle allait bien. Oui.

Ils passèrent le mur magique pour ne redevenir que de simples adolescents dénués de pouvoirs. La gare de King's Cross avait été décorée spécialement pour les fêtes de fin d'année. Des guirlandes illuminées. Des sapins verts décorés à outrance. Et même une petite chorale de petits moldus hurlant à l'unisson des chants moldus de Noël. Ils étaient tellement mignons et engagés dans leur délire. Woaaaaaa. Un Deliers impressionné. Admiration totale. Émerveillement d'un petit enfant devant d'Autres petits enfants. Le Rouge aurait voulu tendre le bras pour les toucher. Vérifier qu'ils étaient bien... réels. Se disant que ça paraîtrait très certainement bizarre, il laissa retomber mollement son bras devant lui. Vaincu par la raison.
Pas le temps de niaiser. « Bon tu viens ? Fait déjà assez froid comme ça. » Assez perdus de temps. Levant les yeux au Ciel, mais sûr de lui, il ouvrit à son tour la marche avec une Gisèle juste derrière lui. Sans crier gare malgré l'endroit, il s'arrêta net au bout d'une cinquantaine de mètres pour se retourner vers elle. Attent.. Il se la prit de plein fouet car elle n'eut pas le temps de s'arrêter. « En fait j'ai aucune idée d'où on va. Du coup j'te suis. C'est par où ?! » En vrai il avait méchamment faim. Y avait pas un distributeur dans le coin ?
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Gisèle Llobères, le  Mer 13 Mai - 17:48

WeekendParty
Saison 31 - Hiver
Avec Matt, LA mutuel,
Autorisation de Malicia pour son LA


La précipitation de Gisèle pour s'extirper de la foule ne l'empêcha pas de prendre connaissance d'une information primordiale : Matt n'avait pas mangé. Elle aurait aimé se retourner pour lui faire subir un interrogatoire digne du FBI du genre : quoi ? pourquoi ? c'est insensé, l'heure du déjeuné est passé pourtant, le monde ne s'est pas arrêté de tourner et quelqu'un distribuait de la nourriture à l'intérieur du train et... Oh, le mur. Elle attrapa le poignet de son camarade pour le traverser, comme si elle avait peur qu'il disparaisse à l'intérieur. Il venait d'arriver, pas question de le laisser filer. Le poignet fut relâcher une fois, en sécurité, de l'autre côté.

Coup d’œil autour d'elle, une chorale s'était installée depuis qu'elle était passée. La jeune femme n'aimait pas particulièrement les chorales, ça lui rappelait le foyer. Néanmoins les vieilles habitudes lui menaient parfois la vie dure et, voyant les yeux illuminés de Matt, elle entre ouvrit les lèvres pour chantonner en synchrone avec les enfants dans l'oreille de ce dernier. « Welcome, welcome fahoo ramus.. Welcome, welcome dahoo damus.. Christmas day is in our grasp.. So long as we have hands to clasp.. » Elle s'arrêta subitement en voyant le mec tendre son bras vers les enfants. Même elle n'était pas sûre que ce soit très approprié.. Une réflexion allait glisser d'entre ses lèvres lorsque, finalement, il sembla revenir à lui. « Bon tu viens ? Fait déjà assez froid comme ça. » Gisèle souriait d'amusement. Un vrai gamin ensorcelé par la magie de noël. Cela dit, c'est vrai qu'on se caillait les miches.

Le voilà qui prenait les devants ! Gisèle observait son pote s'en aller tel Tom Sawyer séchant l'école, en beaucoup moins assuré. De toute évidence il ne savait pas où il allait puisqu'il se dirigeait vers les taxis. Imbécile.. « Meuh non, c'est meugnon. » rétorqua t-elle d'un air faussement niais. C'est clair qu'il n'avait pas l'air malin lâché ainsi dans le monde moldu. La brune fit quelques pas rapides pour le rattraper et, évidemment, ne pris nullement conscience qu'il venait de s'arrêter. N'empêche qu'il faudrait adapter les "feux stop" des voitures aux êtres humains, ce serait d'une utilité flagrante. Bref, l'impact ne pu être évité. « En fait j'ai aucune idée d'où on va. - Sans blaaague. - Du coup j'te suis. C'est par où ?! - Ramènes toi. » Marmonna t-elle en enfilant ses mitaines.

Sortie repérée, en route. Plusieurs coup d’œil lancés derrière elle pour être sûre de ne pas perdre l'autre gryffon. Une fois ces mitaines correctement ajustées, sans détériorer son vernis, l'adolescente saisit la main de Matt pour ne pas le perdre en descendant dans la bouche de métro construite directement au sein de la gare pour faire gagner du temps aux voyageurs. « On va prendre le métro et on y sera d'ici dix minutes. »

***

Ils n'étaient même pas rentré complètement, Gisèle avait juste déposé le sac de l'invité dans le couloir en hurlant à Enzo de ne pas y toucher sous réserve de tortures immondes. Elle s'était enfuit rapidement avant qu'une Malicia en colère ne débarque pour lui rappeler les bonnes manières en terme de dialogue avec son fils blabla.. Bref. Voilà les deux adolescents assis dans un fast food. « Tu verras on a fait un p$tain d'sapin et y a des étoiles aux plafonds. » articula t-elle avant de croquer dans son burger sans vraiment tenter de paraître gracieuse. Pire, elle se mit à marmonner la bouche pleine. « Et à Poudlard, ça s'passe ? Y a du monde ? » En réalité elle aurait aimé inviter Matt pour toutes les vacances, l'idée de le savoir seul l'angoissait presque autant que de l'être elle même. Néanmoins elle doutait de la capacité du garçon à la supporter plus d'un weekend entier dans les mêmes mètres carrés.

La serviette en papier fut bien accueilli lorsque Gisèle du essuyer le dessous de ses ongles. Elle devrait passer aux toilettes pour se les nettoyer. « Bon ! Est-ce que tu veux rentrer te changer ou est-ce qu'on file en ville ? » Une certaine excitation venait de prendre possession de l'adolescente et elle ne s'en cachait pas. Affichant un sourire malicieux, elle haussa et rabaissa rapidement ses sourcils tout en ondulant ses épaules pour donner le ton à Matt : ce soir ils faisaient la fête. Cool.. L'alcool et l'ambiance festive l'aiderait à se détendre parce que, en réalité, elle craignait d'être trop près de son camarade depuis son arrivé. Gisèle, persuadé que son ami était au courant de quelque chose, préférait la jouer distante plutôt que de se prendre un quelconque vent ou mouvement de recul. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle n'avait pas évoqué Blondie.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Matt Deliers, le  Jeu 14 Mai - 0:15

#LAs mutuels
Trop occupé à défoncer son burger et ses frites le Deliers n'écoutait Djidji que d'une oreille. Dévorer le contenu de l'assiette pour faire honneur au chef en cuisine. Pxtain. Cela faisait tellement du bien de manger ! Il revivait. « [...] et y a des étoiles au plafond. » Laissant un peu de répit à son assiette, Matt leva la tête comme un débile pour regarder. Hein ? Pas d'étoiles au plafond. N'importe quoi. Sourcils froncés. Ses yeux pourtant alertés n'avaient rien repérés. Qu'est-ce qu'elle avait fumé encore ? Ce burger était tellement salvateur. Vraiment.

« Et à Poudlard, ça s'passe ? Y a du monde ? » Il finit sa bouche avant de répondre. « Y a plus grand monde. Quasiment tout le monde est rentré pour les fêtes... » Le château était bien vide. Et triste. Et froid. Soudainement bien plus grand une fois vidé de quasi tous ses occupants. Une profonde Tragédie écossaise, comme chaque fin d'année...
Un Deliers à l'image de Poudlard au fond de lui : triste, froid, vide et délaissé... « Du coup j'révise pour pas être trop à la ramasse. » Daisy, Arthur & Aliocha, Jennifer, Morgana, son binôme des 3B Joudy, et tous les Autres étaient tous partis.  Il savait pas trop ce que faisait le boss Elias ni la patronne Kohane pour les fêtes mais ils avaient sûrement des projets. Rentrer pour les fêtes était entièrement normal. Il n'en voulait à personne. Le Gryffondor regarda Gisèle avant de lui sourire comme si de rien n'était. Elle l'avait invité. Il venait pour elle. Profiter de l'instant présent avec sa Djidji.

Assiette terminée ! Ses yeux étaient fixés sur les mains de la demoiselle. Bon Dieu.. Qu'est-ce qu'elle foutait ? Elle nettoyait ses ongles avec beaucoup de soin. Matt avait noté ces derniers temps que d'une manière générale elle semblait beaucoup plus... attentionnée ? Ou alors c'était son ressenti personnel qui espérait cela peut-être. Sûrement, même. Elle était moins emmxrdante avec lui ? Plus sage et tranquille. Pourquoi ? Il n'en savait rien. Cela lui passerait. Il se faisait probablement des plans sur une comète déjà bien trop loin. Secouant la tête comme pour chasser ses idées embrouillées il regarda le reste du fast-food. « Bon ! Est-ce que tu veux rentrer te changer ou est-ce qu'on file en ville ? » Hein ? Le Deliers retourna la tête vers elle. S'changer pour aller en ville ? Il jeta un coup d’œil à sa tenue ; elle n'allait pas ? « Pas besoin de me changer, j'y vais comme ça. » Aller en ville certes. Mais où ? Et pour y faire quoi ? Au final il ne connaissait pas Londres tant que ça.

Se levant de sa banquette il en profita pour s'étirer. Avec toute la grâce du monde, une esquisse de sourire au coin des lèvres, sa déclaration se voulut solennelle. « Bon, bon, bon.. Je vais payer, pisser et ensuite on peut y aller ! » Sans attendre une éventuelle réponse de sa camarade le Deliers fonça vers la caisse enregistreuse du comptoir pour régler leur note. Il avait pensé à faire le change et donc avait un peu d'argent moldu. Nickel. Il disparut ensuite vers les toilettes.
Environ cinq minutes plus tard, la vessie déchargée, l'Esprit léger, le Deliers retourna vers la Gisèle délaissée. « Alors ? On va où ? » Rester debout ? Se rasseoir ? Non, ils allaient très certainement bouger. Matt entreprit alors de se rhabiller - manteau, gants, écharpe, bonnet - en vue de leur nouvelle sortie imminente dans ce temps assez pourri et froid au final.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Gisèle Llobères, le  Jeu 14 Mai - 21:17

Il n'avait pas besoin de se changer, tant mieux puisqu'elle non plus et ça l'aurait emm$rdé d'avoir à repasser chez Malicia. La brune avait prévu le coup, raison d'ailleurs de son accoutrement léger mais elle se garderait bien de le dire à sa tutrice sans quoi elle se prendrait des remarques digne d'une mère poule. « Bon, bon, bon.. Je vais payer, pisser et ensuite on peut y aller ! - J'ai d'la thune hein ! » balança t-elle un peu dans le vent puisque, de toute évidence, il n'avait pas prévu de l'écouter. Un sourire vint grignoter les lèvres pulpeuses en observant son camarade s'éloigner tel un paon fier. Sourire qu'elle s'empressa de camoufler derrière sa main froide, le coude posé sur la table. Matt qui prenait des initiatives au dépend du caractère m$rdique de l'adolescente, elle adorait ça. Bref, il fallait se concentrer sur l'essentiel : elle devait finir de se préparer sur la table d'un fast food. No soucie, les femmes possèdent une capacité d'adaptation à toute épreuve.

Gisèle attendit que son camarade disparaisse du côté masculin pour s'empresser de sortir ses armes : eye liner, mascara, khôl, rouge à lèvre, parfum. La totale. Elle s'étonnait à ressentir une certaine pression, elle ne voulait pas que Matt revienne avant qu'elle n'ait fini. Où était son miroir ? « P$tain.. » Saleté de sacoche XXL, peut-être que si les moldus avaient des contenants limités c'était peut-être pour une bonne raison finalement. « Ah, te voilà.. » chuchota t-elle avant de l'ouvrir pour observer son visage. Elle avait beaucoup de chance d'avoir une peau naturellement hâlé, délicieuse génétique. Du coup elle pouvait zapper l'étape du teint et se concentrer sur les yeux. Partie technique. Le miroir fut placé sur la table à une distance suffisante pour que Gisèle puisse se voir dedans sans avoir à le tenir, elle allait avoir besoin de ses deux mains. Son index gauche étirait les paupières comme une mauvaise imitation asiatique et sa main droite maniait le liner-feutre pour tracer un épais trais noir s'affinant en pointe au coin de l’œil

Coup d’œil nerveux vers les toilettes avant d'attraper son mascara pour en appliquer à outrance afin d'obtenir des cils plus épais. Le khôl servit à remplir de noir les muqueuses de l’œil pour créer un véritable contraste et intensifier ses prunelles noisettes. Les yeux c'est good. Il arrive.. Oh b$rdel, elle était presque nerveuse du moindre commentaire qu'il pourrait faire. Il l'avait déjà vue maquillée, bien sûr, mais d'habitude elle se limitait au rouge à lèvre et au mascara. Peut-être remarquerait-il la différence ? Ou pas du tout. Ce serait peut-être mieux, ça l'a ferait redescendre de son nuage la Llobères. Lèvres colorés de mauve, ok. Dernier détail : le parfum. « Alors ? On va où ? » Ne pas le regarder. Faire comme si de rien n'était. Hop coup de parfum des deux côtés de son cou et au niveau de ses poignets. « J'connais un bar qui se transforme en boîte aux alentours de deux heures. » Une fois tout son matos' rangé dans sa sacoche la jeune femme se leva de table.

Pas de remarque, il ne devait pas avoir remarqué. C'était mieux, dans le fond elle le savait. Légère déception parfaitement camouflée par un air concentré : quel était le chemin le plus court ? Une fois dehors l'adolescente observa à droite puis à gauche. « Viens c'est par là. » Le fait d'avoir grandit dans le coin lui permettait d'acquérir un soupçon de sens de l'orientation. Le vent agressait la peau de Gisèle, l'a faisant rougir légèrement. Ses doigts l'a brûlaient, elle glissa ses mains dans les poches légères de sa veste. Heureusement qu'elle était un minimum molletonné.

***

Il faisait intensément plus chaud dans le bar, la chaleur humaine y étant pour beaucoup. Du coup Gisèle avait enfin pu retirer sa veste pour se balader en débardeur bordeaux. Ce dernier laissait entrevoir le haut de sa poitrine qu'elle avait remontée plus que de raison. A l'image de ce qu'il se passait dans sa tête l'adolescente exagérait son style pour flirter avec le provoquant. L'endroit se remplissait lentement mais sûrement, le comptoir commençait à être difficilement atteignable mais la brune avait prévu le coup et avait commandé une caisse avec 12 verres de punch à l'intérieur. Elle revint donc avec, à la petite table que Matt avait dégoté, d'un air victorieux et un large sourire incrusté sur le visage. « Tadaaaaaam. » s'écria t-elle à travers la musique en déposant la caisse sur la table. Elle s'empressa de déposer les gobelets en plastique un à un sur la table puisqu'un barman viendrait récupérer la caisse dans peu de temps. « Tchin ! » Son verre percuta doucement celui de son camarade avant qu'elle n'engloutisse deux grosses gorgées du mélange.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Matt Deliers, le  Sam 16 Mai - 16:44

#LAs mutuels
L'exploit résidait en ce fait improbable : il avait réussi à trouver une table. Les doigts tapotaient machinalement le bois en attendant le retour de Gisèle. Coup d’œil rapide dans le bar qui se remplissait tranquillement vite. Très certainement une place forte de l'activité nocturne londonienne. Chaud. Trop chaud. Le Deliers avait viré toute sa panoplie grand froid - même le bonnet.

Chemise froissée désormais avec le bouton du haut déboutonné. Pxtain, Dieu qu'il faisait chaud ici. De plus en plus de gens. Une ambiance carrément survoltée. « La musique adoucit les meufs » ; parait-il. Son aînée avait vraiment l'air toute douce et gentille avec lui ces derniers temps. Elle écoutait quoi pour se relâcher autant ? Un weekend à Londres chez.. Ses pensées lui étant tout droit destinées, Djidji réapparut dans son champ de vision avec une caisse dans les bras. What ?! « Tadaaaaaam » La demoiselle avait littéralement prévu de se mettre... une caisse. Mais était-ce là bien raisonnable ? « Tu gères ! » Rien à foxtre de la Raison ; ce n'était pas à elle de décider qui devait faire quoi. Les yeux suivirent les doigts poser les verres entre eux sur la table.

Matt avait son air faussement impressionné imprimé sur la tronche, celui d'à chaque fois où elle l'impressionnait vraiment en réalité. « Tchin ! » Leur verre entrèrent en contact en même temps que leurs yeux. Wait.. légère surprise qu'il ne put cacher : elle était maquillée. Matt descendit une bonne partie de son verre. Soif. Il avait soif. Et ce punch se buvait comme... du p'tit lait. Sourcils froncés. Son Esprit s'échauffait. Elle était très joliment maquillée ; il est vrai. Et il aurait pourtant juré qu'au resto elle ne l'était pas. Enfin si, elle l'était. Comme toujours.. ou presque. Parce qu'elle était toujours maquillée.. ou presque. Mais en fait non. Ou plutôt si. Mais jamais autant. Alors elle en avait profité au comptoir en attendant les verres ? Mais surtout : pourquoi ? Cela la rendait définitivement plus... belle. Même si elle n'en avait pas besoin.

Il n'avait pas fait gaffe tout à l'heure. Il le ferait deux fois plus maintenant. Ne rien laisser paraître : dévoiler ces précieuses pensées revenait à s'exposer. Le petit Lion laissa traîner ses yeux sur sa camarade. Gisèle était heureuse. Cela se voyait. Lui aussi était heureux d'être là. Elle avait pensé à lui ; et au fond de lui il en était rassuré. « J'suis vraiment content que tu m'aies invité. » Il finit son verre. Une lueur de défi dans le regard insolent. Sa paume se referma sèchement sur le verre écrasant le plastique avec une détermination inébranlable. « Et ce punch est tellement bon. » Les doigts reposés sur la table Matt se remit à tapoter en battant la mesure de la musique. Un barman vint jusqu'à eux pour mieux disparaître ensuite avec la caisse vide. « Tu viens souvent ici ? » Une espèce de Trois Balais revisité en version moldue. Du charme, du monde et de l'alcool coulant à flots.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Gisèle Llobères, le  Lun 18 Mai - 8:01

LA Mutuel


Elle ne savait pas très bien ce qui l'excitait le plus ce soir. Était-ce de voir Matt picoler comme jaja ? Ou bien de voir Matt tout court ? La réponse aurait pu sembler évidente si la question n'était pas posée à la créature qu'était Gisèle. D'ailleurs cette dernière ne remarqua même pas ce qu'elle avait pourtant tant attendu : son camarade l'a dévisageait avec intérêt. Le maquillage semblait, enfin, faire son petit effet. Néanmoins la brune était bien trop occuper à observer les gens autour d'eux, elle n'était pas à l'abri qu'une connaissance vienne gâcher sa soirée. « J'suis vraiment content que tu m'aies invité. » Le sourire reprend ses droits sur le visage féminin alors que les iris s'accrochent à leurs consœurs. Elle le savait déjà, ça. C'était évident que Mathéo Deliers ne faisait rien sans en avoir réellement envie. Un peu comme elle. Beaucoup comme elle. Ce qui rendait finalement les relations plus simple.. Enfin c'est ce qu'elle pensait encore il y a peu.

Le punch lui plaisait, évidemment, et sa manière de le montrer aurait pu donner un coup de chaud à la brune si l'endroit n'était pas déjà une fournaise. Le regard malicieux du garçon et le sort qu'il venait de réserver au gobelet était plaisant. Gisèle était de ces femelles qui n'appréciaient la délicatesse qu'à un niveau moindre. Oublier les caresses du bout des doigts le long de son avant bras, elle déteste ça. Sûrement la résultante de plusieurs années à subir des contentions lors de ces crises, on s'y habitue. M$rde, il venait de dire quelque chose mais le bruit environnant empêchait la brune de se concentrer. Au moins elle n'entendait plus du tout les voix, ôh plaisir.

Rapidement elle glissa autour de la petite table pour s'approcher de Matt. Épaule contre épaule et visage abaissé pour tendre l'oreille vers les lèvres masculines. Une fois qu'il eu répété sa question la jeune femme hocha rapidement la tête en signe d'affirmation avant d'approcher, à son tour, ses lèvres de l'oreille de son interlocuteur. « A chaque fois que je rentre ici. T'es la première personne que j'y emmène. » Et ça mon p'ti pote c'était du compliment bien camouflé à la Gigi. Cette dernière saisit un nouveau verre pour le foutre dans les mains de son camarade avant de faire la même chose pour elle. La chanson qui suivit enchanta la gryffonne qui se mit à chanter non sans accompagner sa voix, couverte par le bruit, d'un pas de danse. Bassin qui ondule de gauche à droite tout en glissant sa main libre dans ses cheveux. Nouvelle gorgée.

Elle avait envie de danser néanmoins il était encore trop tôt pour profiter de la piste alors elle se consola en collant son dos au torse de son ami, non sans stopper ses ondulations significatives. Ouais, la retenue et la peur de se faire gauler n'était plus qu'un lointain souvenir. Arthur pouvait aller se faire f$utre s'il avait dit quoi que ce soit, elle le tuerait plus tard. Pour l'instant elle profita du moment et de ce qui semblait être un accord silencieux du Deliers. La faute à l'alcool ? Non, ils avaient toujours été proche mentalement et physiquement. Même si, depuis le début de l'année, leur manière de se toucher avaient plusieurs fois frôlé le politiquement correct. Bah ouais, l'autre buveur de lactose était en couple. D'ailleurs.. Tête qui bascule sur l'épaule de Matt, bouche se collant à son cou, juste en dessous de son oreille. « Ça va avec Blondie ? » C'était plus fort qu'elle, fallait qu'elle prenne la température entre eux. Parce que, là, actuellement entre Gisèle & Matt la température était parfaite. Au degrés prêt. Nouvelle gorgée.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Matt Deliers, le  Mar 19 Mai - 0:44

#LAs mutuels
Ainsi Matt était le premier qu'elle invitait ici. Le Gryffondor ne savait s'il devait être flatté par un tel traitement de faveur. En tout cas ce qu'il savait, c'est que depuis que Gisèle avait contourné la table pour se retrouver à côté de lui il avait encore plus chaud. Il mit ça sur le compte du bar continuant de se remplir - il y avait du monde, faut dire ! Echanges mutuels dans le creux de l'oreille. Leur complicité était toute avouée. Leur proximité aussi.

Et dans l'Être tout entier du Deliers flottait en ce moment-même cette douce sensation de plaisir retrouvée, de bien-être. Il était heureux. Il était content. Depuis qu'il était descendu du train en fait. Et que ses yeux s'étaient à nouveau posés sur sa Djidji. Ils étaient en vacances depuis pas très longtemps. Seulement son aînée l'avait trop longtemps délaissé - comme un Enzo capricieux duquel on se désintéresserait - créant en Matty ce manque inévitable. Enfin le Deliers se l'avouait clairement : la brune lui avait manqué ces derniers jours. Ce n'était pas normal. Et pourtant l'évidence se faisait de plus en plus → Gisèle était indispensable à son quotidien.

Là. Maintenant. Tout de suite. Dans ce bar survolté au milieu de la capitale anglaise. La voir boire. La voir heureuse. La voir danser. La voir se coller contre lui. La demoiselle réveillait forcément les désirs du Deliers, enfouis au fond de lui mais désormais avoués, et que jamais il ne lui révélerait - leur amitié trop précieuse à ses yeux en dépendait. Et pourtant, dans un énième rapprochement de leur visage, la brune lui envoya un uppercut en pleine tronche. Susurré dans son oreille frissonnante d'une si excitante proximité. « Ça va avec Blondie ? » Il se renfrogna légèrement à l'évocation de la Serdaigle. La situation n'était pas très claire entre eux deux. Ni pour elle. Ni pour lui. Encore moins pour Djidji visiblement. Ni pour personne en fait. Et ce n'était définitivement ni le lieu ni le moment pour en parler. « J'en sais trop rien... » Il posa ses yeux sur elle ne sachant quoi répondre d'autre. Pas facile du tout comme question → monter sur un balai aurait été beaucoup plus simple. Quoique..

Comment avouer que c'était compliqué entre eux ? Comment avouer qu'il commençait à éprouver des sentiments pour une autre fille. Comment avouer que cette autre fille lui avait justement posé cette pxtain de question ? Et d'ailleurs pourquoi venait-elle de lui poser cette question ? Son Boum Boum s'emballa légèrement tandis que son Esprit divaguait sur tout un tas de réflexions.
La Serdaigle traînait avec d'autres garçons. Plusieurs fois Matt avait relevé ce détail. Là était son droit le plus strict. Après tout, lui traînait bien avec Daisy, Morgana et surtout.. Djidji. Donc bon.. Matt ne savait trop que penser de ses propres sentiments. « En fait non. J'crois que ça va pas. » Légèrement agacé qu'elle ait finalement abordé le sujet. Pourquoi avait-il fallu qu'elle le fasse ? C'était Djidji. Le Deliers avait une confiance absolue et éternelle envers elle. Il pouvait tout lui dire. Enfin - en dehors de ses états d'âme - presque tout. « Mais laisse tomber, on s'en fout.. » Il noya cette dernière phrase amère dans la douceur de son verre que Gisèle lui avait donné.
Le portant à ses lèvres, Matt en descendit quelques gorgées. En fait non. Il finit par le boire d'une traite. Délicieux. Parfaitement sucré pour mieux dissimuler subtilement ses peines et l'alcool traître qui ne saurait tarder à se montrer. Le monter. Le parcourir tout entier. L'envahir. Bientôt prisonnier et malgré cela il s'en foutait. Soirée de tous les excès. Il posa le gobelet.

Les mains du petit Lion agrippèrent les épaules féminines pour mieux les placer contre son torse. Il enfouit sa tête dans les cheveux de la brune pour mieux s'y cacher. Au final il n'y avait que là qu'il se retrouvait avec lui-même. Et puis ses cheveux sentaient si bons. Ils renvoyaient inévitablement à cette folle journée d'été. Osant franchir l'infranchissable les mèches blondes basculèrent sur le côté pour mieux descendre dans le cou de la jeune fille. Elle sentait si bon. Du parfum. Elle avait mis un agréable parfum auquel il n'avait jamais prêté attention jusqu'à maintenant. Ses narines humaient pleinement cette exquise découverte olfactive. Elles souhaitaient s'imprégner à jamais de cette odeur pour ne jamais l'oublier. Remontant finalement jusqu'aux prunelles noisettes délicieusement maquillées, il lui déposa un baiser sur la tempe.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Gisèle Llobères, le  Jeu 21 Mai - 20:10

Elle l'avait évidemment sentie. Le gryffon se tendit légèrement à l'évocation de la blonde. C'était prévisible.. Elle avait besoin de savoir. Sinon elle y penserait toute la soirée et n'arriverait pas à se focaliser sur leur tête à tête. Enfin, un tête à tête très entouré actuellement mais ils étaient quand même là pour être ensemble. C'était le plus important finalement. « J'en sais trop rien... » Le cœur de la brune s'emballe. Ou était-ce celui de son camarade ? Collés ainsi impossible de savoir réellement, c'était comme si leurs êtres se confondaient. Gisèle bu une grosse gorgée pour se rafraîchir tout en sachant pertinemment que ça ne servirait à rien. Au contraire, le rhum avait cette particularité délicieuse : il excitait les sens. D'ailleurs l'adolescente aurait pu jouir aux paroles suivantes : « En fait non. J'crois que ça va pas. » Peut-être aurait-elle du mimer la surprise ? La compassion ? Inutile. Matt savait que Gisèle ne voyait pas la relation entre les deux 5e année d'un très bon œil. Officiellement c'était parce que la blonde le rendait débile. Officieusement c'était parce qu'elle était jalouse.

Le Deliers décida finalement de passer à autre chose en accompagnant son choix d'un geste symbolique. Le liquide présent dans son verre venait de s'évanouir sans laisser aucune trace. Si seulement il pouvait faire pareil avec Blondie. On pourrait s'en occuper.. Sursaut. Matt venait de s'approprier les épaules féminines dans le but de la maintenir toujours plus près de lui. Elle voulait crever. Là. Maintenant. Tout de suite. Elle était persuadé que plus rien, de toute sa vie, ne la ferait vibrer comme ça. Un long frisson lui parcouru l'échine lorsque les mèches blondes vinrent chatouiller la peau fine de son cou. Là elle en était sûre, c'était bien son cœur à elle qu'elle ressentait. D'ailleurs il n'était pas loin d'imploser. Le baiser vint clôturer la chorégraphie entreprise par le visage de Matt. Tant mieux quelque part, Dieu sait si elle aurait pu supporter la délicieuse torture encore longtemps.

Le temps était une notion bien abstraite sous alcool et Gisèle s'en rendit compte lorsqu'elle vit les tables bouger pour laisser plus de place aux corps. Déjà ? Elle n'avait pas de montre mais elle jurait qu'il n'était pas si tard. Peut-être était-ce lié au commencement du weekend ? Après réflexion rapide elle prit conscience qu'elle était toujours venue en semaine. Comment était-ce possible ? Peut importe, l'occasion était trop belle. Elle devait s'éloigner de Matt pour ne pas imploser tout en restant suffisamment près de lui pour ne pas éveiller les soupçons. Ça n'a pas l'air de le déranger.. C'est vrai que le comportement du rouge était tout aussi ambiguë. Néanmoins la faute revenait peut-être à l'alcool et Gisèle ne voulait pas prendre le risque qu'il regrette finalement ses agissements une fois sobre. Se décollant enfin de lui, et le vivant comme une désagréable sensation de froid, la jeune femme attrapa un verre puis la main masculine.

Elle l'attira lentement jusqu'à l'espace dégagé où, déjà, une dizaine de personne se déhanchait au rythme d'une musique à la saveur estival. C'était presque comme si l'hiver n'était qu'un lointain souvenir. Pourtant la neige s'était mise à tomber sur Londres. Gisèle relâcha la main de son camarade pour s'écarter un peu de lui, sans lui tourner le dos. Le verre au bord des lèvres pour cacher un sourire malicieux, la brune ondulait en rythme à son tour en prenant soin d'ancrer ses yeux, entourés de noir, dans ceux de Matt. Histoire d'être sûr qu'il ne regardait qu'elle. Elle voulait toute son attention, plaisir égoïste. Il devenait plus beau avec l'âge, et il avait seulement quinze ans. Gisèle avait peut-être du soucis à se faire du coup. Elle craquerait un jour, assurément. Peut-être devrait-elle le pousser à la faute ? Il s'en irait ensuite. Non. Plutôt crever que de le perdre. Il lui était essentiel. L'orpheline n'avait pas beaucoup de priorité, hors de question de raccourcir encore la liste.

Une gorgée de plus l'aida à oublier ces pensées sombres. Elle se rapprocha donc sans culpabilité. Tel un chat elle jouait à présent à tourner autour de lui en articulant des "Dance for me" en rythme avec la nouvelle chanson. Un sourire amusé sur les lèvres, Gisèle donna un petit coup de bassin dans celui de son camarade avant de disparaître dans la foule non sans abandonner son air enjoué. Elle ne courrait pas cette fois, la poursuivrait-il tout de même ? Zigzaguant entre les danseurs, la Llobères jetait des coups d’œils préoccupé derrière elle. C'est peut-être la première fois de sa vie qu'elle ne craignait pas un plaquage de Matt. Elle le désirait même.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Matt Deliers, le  Dim 24 Mai - 18:09

#LAs mutuels
Florilège de sentiments. Découvertes musicales. Ils était là ensemble tous les deux. Comme toujours. A la croisée des Mondes, de la Nuit et du Jour. La tête plongée dans ses cheveux d'été, cela ne se voyait mais le Deliers souriait. Djidji s'enfuit laissant en lui un profond vide empli d'amertume. Finalement la brune prit un verre puis sa main pour mieux l'entraîner au loin. Avec elle il irait jusqu'au bout du Monde s'il le fallait. Lui avait-il déjà dit ?

Ils dansaient au milieu des Autres. Sa camarade le fixait dangereusement du regard avec une insolence qui d'habitude était sienne. Matt soutint son regard faisant abstraction de toute le reste autour. Comme une évidence. La musique. Les gens. La piste. Le décor. Tous disparurent pour ne laisser que l'essentiel : Gisèle. Comme une évidence. Le Gryffondor n'avait d'yeux que pour elle. Se perdre dans les prunelles chocolatées pour lesquelles son Boum Boum s'emballait tout aussi dangereusement dans sa poitrine. L'organe vital était au bord de la rupture tant il pulsait deux voire trois plus vite.

La brune joua la carte de la provocation : elle vint vers lui pour mieux disparaître ensuite dans une foule floue subitement mise en avant. Le contact rapide de leur deux corps l'avait électrifié de plaisir ; un long frisson agréable remontant du bassin impacté jusqu'en haut de sa colonne dans la nuque. « Dance for me. Dance for me. » Douce saveur qu'il fredonnait.
Un faible sourire se dessina sur la commissure de ses lèvres. Une nouvelle partie du Matty et de la Gisèle. Le petit félin n'aspirait désormais plus qu'à une seule chose : chopper la petite souris. Et l'idée qu'elle lui file entre les doigts lui serait bien trop insupportable. Pire encore, elle l’achèverait.
Cependant il était prêt à jouer à ce petit jeu pour le restant de sa vie. Le Deliers était après tout peut-être né uniquement pour courir après la Llobères ? Au fond de lui il sentait. Il sentait ou il espérait. Il espérait que beaucoup de choses se passent. S'enfuyant elle regardait frénétiquement par-dessus son épaule pour voir où il était. Engloutie dans la masse, le Deliers en eut la gorge serrée comme s'il l'avait perdue à jamais. Slalom entre les danseurs en évitant de rentrer dans quelqu'un, malgré ses quinze piges et sa corpulence qui n'inquiétait pas beaucoup de personnes. Objectif : retrouver sa polarité inversée. Son magnétisme. Sa vibration.

Deux nouvelles chansons passèrent dont un certain hymne pour le weekend. Et il finit par la revoir. Encore plus belle. Une étoile parmi les étoiles. Ne pas l'approcher directement de peur qu'elle ne s'enfuit encore plus loin comme un rêve inaccessible repoussé à chaque approche d'un peu trop près. Discrètement il replongea dans la foule contournant tout ce beau petit monde. Elle semblait le chercher. Parfait. Il arriva de biais sur les cinq heures de la jeune femme. « Vous cherchez à éviter quelqu'un ? » Sa main gauche à la recherche de la main droite de Gisèle, leurs doigts s'enlacèrent tandis que le petit Lion l'obligeait à se retourner vers lui. S'avançant sur la droite pour faciliter le mouvement, il passa sa main droite dans le dos de sa camarade pour l'amener contre lui. Un énième rapprochement desquels il ne pouvait définitivement plus se passer. « J'espère que je t'ai manqué. » Les prunelles brunes du Blond dans les prunelles brunes de la brune. Pxtain. Cela faisait deux minutes qu'ils s'étaient quittés. Le Temps était trop long dans ces moments-là. Et beaucoup trop rapide lorsqu'ils étaient ensemble.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Gisèle Llobères, le  Dim 24 Mai - 20:03

Elle l'avait perdu de vue. Regard préoccupé balayant la foule, elle se sentait comme une Alice obsédée par un p$tain de lapin blanc. Le manque pointe le bout de son nez alors que, objectivement, peu de temps s'était écoulé depuis la séparation physique. Ou était-ce la rupture psychique qui était la plus douloureuse ? Gisèle voulait que Matt la poursuive. Qu'importe la raison : un bonnet, une mauvaise blague.. Néanmoins, ce soir peut-être, était-ce la volonté d'être désirée qui poussait la brune à s'extirper de l'emprise masculine. Volonté qu'elle regrettait amèrement depuis que Matt n'était plus dans son champ de vision. « Vous cherchez à éviter quelqu'un ? » Le cœur repart et la respiration reprend normalement, quoi qu'un poil plus dynamique que tantôt. La main moite du garçon semble reprendre ce qui lui appartient lorsqu'il saisit celle de Gisèle. Cette dernière réagit instinctivement à son contact, ses doigts entrelacent ceux de son camarade avec force. Tout d'un coup c'est l'apaisement.

Apaisement de courte durée néanmoins. La proximité imposée obligea l'adolescente à entre ouvrir les lèvres pour capter plus d'oxygène. Un vertige. Qu'elle était cette sorcellerie qui émanait de lui ? C'était aussi excitant qu'intimidant. Sa main pressait son dos comme on pousserait un condamné à mort sur une planche au dessus d'une créature aussi magnifique que terrifiante. Matt était cette créature. Et il allait l'engloutir sans laisser de miettes. Gisèle se sentait prise au piège d'un charme trop fort. Allait-elle sauter ou fuir de nouveau ? Elle savait nager après tout, cependant cet océan là était d'un mystère troublant. « J'espère que je t'ai manqué. - Chaque seconde. » C'était un peu trop honnête, le rhum jouait son rôle. De toute façon le mensonge était vain, ils le savaient tout les deux. Le désir n'avait jamais été aussi clairement exprimé, leurs corps étaient coupables de traîtrise.

Elle n'avait pas mis de talon ce soir pour une raison bien calculée : être à la hauteur de Matt et avoir la sensation d'être toute contre lui. Ainsi elle pouvait s'imprégner d'autant plus de sa chaleur, de son odeur, de cet aura mystique qu'il dégageait. Le combat de regard, qui n'en était pas un, donna de sombres idées à la brune. Elle voulait ses yeux. Au sens propre. L'empêcher de plonger ses prunelles brûlantes ailleurs que dans son regard fou à elle. L'empêcher de regarder à nouveau Blondie, ou quelconque être humain. L'adolescente rompit le contact lorsque ses prunelles glissèrent brièvement, malgré elle, sur les lèvres masculines. Une autre idée, moins sombre. Plus alléchante qu'extirper des globes oculaires. Le contact serait si satisfaisant, leurs lèvres seraient sucrées par la boisson.

Les dents viennent mordre la lèvre inférieure dans une tentative de refoulement. Gisèle se concentre de nouveau sur les yeux de Matt. Avait-il remarqué ? C'était sûr, il avait remarqué. Une once de honte aurait pu prendre possession de la brune si elle ne ressentait pas cette "tension" qui la poussait à douter : en avait-il envie aussi ? Qui ferait le premier pas ? Déclencher l'apocalypse signifiait se mettre en danger. La gryffonne n'y voyait pas d’inconvénient lorsqu'elle n'en avait pas conscience, mais là elle c'était suffisamment protégée de tels sentiments pour savoir qu'un tel geste impliquait un aller sans retour. Pour aller où ? Certains diraient qu'on ne vit qu'une fois, ou encore que le prochain lever de soleil n'était pas assuré. Néanmoins la réalité perdurait, et malheureusement la réalité de Matt ne lui appartenait pas totalement. Gisèle finit par glisser ses bras autour du cou du blond pour se coller à lui, une main glissant dans sa chevelure désordonnée.

L'envie de le griffer et de le mordre se faisaient intenses. Le désir de faire corps. La musique qui défilait n'adoucissait pas ses mœurs. Ses doigts se refermèrent sur les mèches blondes, les tirant légèrement vers l'arrière alors que sa bouche se mit à glisser le long du cou masculin jusqu'à sa mâchoire. Gisèle fit ce qu'elle savait faire de mieux : elle saisit la peau du visage entre ses dents tel un animal joueur. Un animal bien dressé cela dit. Pas fort, ne pas faire mal. Puis elle s'écarta de quelques centimètres, relâchant les cheveux et la peau, pour finir son verre d'une traite. Son corps entreprit de se déhancher sur le "Talala,TaTalalala" entêtant. Elle avait envie de fumer. Sa sacoche était restée à la table, espérons que personne ne se la sois appropriée.

Attraper la main de Matt au passage pour ne plus le perdre. Jamais. Pire, elle l'attira plus fort pour entourer sa taille du bras masculin. Bon, ça l'a faisait légèrement marcher en canard pour éviter de lui marcher sur les pieds mais au moins elle était sûr qu'il était tout près. C'était presque malsain, cette histoire bancale ou rien n'était certain. Mais les émotions et sensations ressenties étaient bien trop addictives. S'il lui fallait vivre ainsi, elle le ferait. De toute façon elle ne pourrait pas vivre sans ; arrivée à la table, la brune fit volte face pour glisser à l'oreille de Matt : « Cul sec et on va fumer ? » Air de défi. Sans attendre sa réponse, elle attrape un des verres pour le descendre d'une traite. Le punch n'était clairement pas assez chargé pour provoquer un rejet intestinal. N'empêche qu'il pourrait taper sans prévenir durant la demie heure suivante. Heureusement ils avaient englouti un burger.

***

Ils avaient réussi à sortir du bar avec un dernier verre. Dernier verre que Gisèle avait faillit renverser d'ailleurs, pas de sa faute s'il y avait des trottoirs partout dans cette p$tain de ville. T'es bourrée.. « Affirmatif.. » Souvenir de la présence de Matt. « .. C'est une p$tain de bonne soirée. » Voilà qui était mieux. Elle avait trouvé refuge sur un banc à l'entrée d'un parc, c'était plus facile de rouler assise. Une simple clope, elle savait que l'herbe + l'alcool ne faisait pas bon ménage et hors de question de finir trop mal avec Matty. Surtout qu'il ne devait pas être dans un meilleur état. L'air frais et la nicotine les aiderait à calmer le monde environnant. Ce dernier tournait bien trop vite à son goût. Première taff, sentiment de détente. La fumée toxique empli ses poumons et lui donne presque un sentiment de chaleur.

Gisèle profita que sa main gauche soit de nouveau libre pour reprendre contact avec son alter ego. Elle glissa sa main dans ses cheveux pour lui offrir un "massage" qu'elle voulait délicat. Objectivement ça ne devait pas l'être, la faute au rhum. « Tu veux fumer ? » dit-elle en lui tendant la cigarette. La neige ne tombait plus mais les rares brises étaient glaciales. La brune hésitait à proposer un repli chez Malicia, après tout rien ne les empêchait de finir la soirée dans sa chambre. Sa tutrice n'était pas ch*ante et tout le monde dormait à l'étage, aucune chance qu'ils soient dérangés par la musique ou par des rires. D'un autre côté l'adolescente craignait qu'une fois rentré Matt ait envie de dormir. « On peut rentrer se poser s'tu veux. » Pas question que la soirée se termine déjà, c'était une promesse silencieuse.
D'ailleurs, si elle le pouvait, Gisèle lancerait un sortilège pour que le soleil ne se pointe jamais.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Matt Deliers, le  Mar 26 Mai - 19:40

#LAs mutuels
Assis à côté d'elle sur ce banc froid le petit Lion avait sa tête, lourde de pensées, posée contre Gisèle. Matt était partagé par d'innombrables émotions. Une colocation sur un immeuble entier de plusieurs sentiments forts et complexes. Confort. Réconfort. Convoitise. Excès. Folie. Excitation. Joie. Peines. Angoisse. Tentations. Et... Amour. Il n'avait pas froid. Il n'avait pas chaud. Il était bien. Trop bien même. Djidji à ses côtés. Il ne la quitterait pour rien au Monde. Ni maintenant ni jamais. « Oui. Une pxtain de bonne soirée. Comme tu dis.. » Sucrée et délicieuse. A l'image de ce punch dangereux bien trop vite absorbé. Dont les effets commençaient justement à prendre... effet. A l'image des lèvres pulpeuses de la brune qui l'obsédaient désormais. Punch ou pas punch : il crevait d'envie de l'embrasser. Là. Tout de suite.

Il releva la tête pour la regarder en souriant. Quitte à se perdre une énième fois, il souhaitait que ce soit avec elle - à jamais si possible. Se plonger dans son regard de braise pour y finir consumé. Mourir brûlé. De toute évidence, la réponse logique d'une question jadis formulée. Il reposa sa tête contre elle. Offrir ses cheveux exposés à la fraîcheur de la nuit londonienne. Passer sa main dans les mèches blondes avec une telle douceur attentionnée. Djidji la Foudre. Un Deliers électrifié par un tel contact. Un Deliers torturé par des pulsions de plus en plus évidentes. Un Deliers au bord du craquage complet. Un Deliers dont la poitrine allait exploser.

« Tu veux fumer ? » Jamais il n'avait fumé. Toujours il s'était juré de ne pas succomber à cette tentation. « Oui. » Ne jamais commencer pour ne jamais arrêter. On verra cela plus tard. Sans bouger sa tête, les doigts entrèrent à nouveau au contact de la demoiselle pour lui prendre la cigarette tendue. Le petit Lion tira une taff puis toussa devant la fumée absorbée ; se décollant par la même afin d'éviter de la secouer. Réitérant quelques minutes plus tard il s'en sortit mieux la seconde fois : un étrange sentiment de béatitude l'envahit peu à peu.

« On peut rentrer se poser s'tu veux. » Rendant la cigarette à la brune, Matt avança doucement sa tête vers elle. Il planta ses yeux bruns dans les siens. « Seulement si t'en as envie. » Pxtain.. Double sens lourd de sous-entendus. Continuant dans sa lancée il pencha la tête pour aller dans son cou. Son parfum. Sa peau. Sa douceur. Il déposa un baiser. Puis un autre. Et encore un autre. Remontant doucement jusqu'à sa mâchoire ; ne s'arrêtant pas dans son excès. Et puis.. Gisèle ne semblait rien dire. Elle frissonnait. Avait-elle froid ? Il avait soudainement très chaud : il s'embrasait un peu plus à chaque fois qu'il déposait doucement un nouveau baiser sur sa camarade. Cela allait trop loin mais l'envie de faire marche arrière était inexistante et tout bonnement impossible. Elle l'attirait. Elle l'avait toujours attiré. Le magnétisme ne s'expliquait pas ; il se subissait. Les lèvres masculines s'approchèrent dangereusement de leurs homologues féminines. Et finalement près de la commissure des lèvres de la brune le Deliers déposa un ultime baiser volé. Si elle tournait la tête Dieu seul savait ce qu'il se passerait.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Gisèle Llobères, le  Mer 27 Mai - 17:26

"Oui", une réponse si simple et pourtant si étonnante aux yeux de la brune. Elle n'avait jamais vue Matt fumer. Elle ne l'avait jamais vue boire autant également cela dit. C'était donc la nuit de tout les excès. Jusqu'où irait-il ? Gisèle n'était pas vraiment la mieux placée pour ramener les gens à la raison. Au contraire, elle semblait avoir un don pour les pousser à la folie. « Crèves pas hein. » Marmonna t-elle dans un sourire tout en tapotant doucement le dos masculin. Comme si ça allait l'aider à calmer sa toux. Pourquoi on tapait le dos des gens d'ailleurs ? C'était pas franchement utile, dans l'fond.

Retour à la réalité lorsque le blond lui tend l'objet cancérigène. Sa question, bienveillante, semblait avoir déclenché quelque chose de bien moins altruiste chez son interlocuteur. Son regard avait changé. Il avait le même lorsqu'ils dansaient plus tôt dans la soirée, elle aurait pu le parier. Ses observations de Matt étaient bien trop pointilleuse, limite pathologiques. « Seulement si t'en as envie. » De quoi parlait-il ? Gisèle n'était plus sûre de rien tout à coup. P$tain, il usait de magie. C'était la seule explication plausible pour réussir à la mettre dans un état pareil. Le blond ne l'avait même pas encore touché et pourtant son cœur menaçait déjà d'imploser. Ce n'était pas la seule sensation physique que Matt arrivait à lui faire ressentir, mais c'est la seule sur laquelle elle arrivait un temps soit peu à se concentrer. Elle comprit néanmoins lorsque son homologue masculin enfoui son visage au creux de son cou. P$tain, oui elle en avait envie.

Gisèle ferma les yeux presque immédiatement au contact des lèvres de Matt. Elle le sentait remonter, lentement mais sûrement, et à l'excitation se mêla l’appréhension. Il ne s'arrêtait pas. C'était donc bien la question de la soirée : jusqu'où irait-il ? C'était un jeu auquel la brune n'était pas sûre de vouloir jouer. Et si ce n'était que l'alcool ? Réfléchir rapidement. B$rdel elle frissonnait comme si elle était à poil en plein milieu du pôle nord, pourtant elle crevait de chaud. Prise de vertige, sa main droite glissa dans les mèches blondes pour les saisir avec force. Error 404. Impossible de raisonner. Ce mec était le diable, et elle l'avait invoqué avec tant de conviction qu'elle avait du mal à croire qu'il répondait enfin à ses prières. Elle était éprise, se laissant totalement faire. La respiration coupée lorsque la position des lèvres masculines transgressèrent la limite symbolique. Folie.

Il n'avait fallu qu'une fraction de seconde, qu'une simple rotation faciale, quelques millimètres à peine, pour que leurs lèvres s'écrasent les unes contre les autres. La main de l'adolescente vint presser le crâne du blond pour l'attirer plus près, toujours plus près. La main gauche lâcha la cigarette devenu inexistante pour aller se poser sur la joue de Matt. Elle voulait le sentir tout entier, se fondre en lui. Les lèvres pulpeuses s'acclimataient à leurs Némésis, le plaisir serait son châtiment. Elle ne pourrait plus jamais s'en passer. Les murmures s'étaient tues, elle s'en rendait compte à présent. Ou était-ce son cœur qui battait si fort dans ses tempes qu'elle ne pouvait rien entendre d'autre ? La brune ouvrait et refermait ses lèvres avec de plus en plus d'ardeur, se laissant totalement subjuguer par l'extase. Le sentiment d'infraction était bien loin, l'évidence lui avait succédé. Mais Matt ? Elle rompit le charme un instant, juste le temps d'entrevoir les yeux de son partenaire.

Ne sachant pas quoi dire, elle se contenta de mordre sa lèvre pécheresse tout en cherchant un ressenti dans les yeux bruns. Ses mains encadraient toujours son visage. Silence détestable. Son corps réclamait déjà sa nouvelle dose. Que disait-on lors de tels échanges ? Elle avait déjà du mal pour des situations banales. Celle ci lui paraissait particulièrement complexe. Peut-être devrait-elle recommencer à l'embrasser ? M$rde, oui. Les paupières se ferment de nouveaux dans une synchronisation parfaite avec le visage qui s'avance. Gisèle embrasse avec une douceur qu'elle ne se connait pas. L'excitation du premier contact passé, c'était plus simple de se contenir. Peut-être trouvait-il cela plus agréable comme ça. Mélange de sensation contradictoire. Le psychisme s'emballe, le corps somatise. Elle aurait pu murmurer un "Je t'aime" entre chaque baiser. Le ressentait-il ?
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Matt Deliers, le  Jeu 28 Mai - 22:29

#LAs mutuels
Jamais plus rien ne serait pareil entre eux : ils venaient de s'embrasser. Le Deliers ressentait cela comme une évidence. Comme une suite logique. Mais surtout comme une délivrance. Toutes ces années de torture où il avait passé la plupart de son temps à refouler ses désirs inavoués envers sa camarade. Se marteler sans arrêt que Gisèle et lui n'étaient que de simples privilégiés ; de vrais amis partageant simplement un grand nombre de délires, de contacts rapprochés, de moments intimes.
Mais la Vérité était tout autre. Ils le savaient tous les deux au final. On ne pouvait dire à une pomme dans sa chute libre qu'elle devait remonter dans son pommier duquel elle venait de se décrocher. Ainsi la gravité était à Newton ce que leur magnétisme et leur attirance réciproque étaient à la Llobères et au Deliers.

La douceur de ses lèvres pulpeuses tant convoitées. Déjà ils se séparaient qu'il en frémissait. A peine y avait-il goûté qu'il en était déjà accroc. Djidji le faisait vibrer tout entier. Définitivement. Et Matt ne savait que dire. Alors il ne dit rien. L'instant n'avait point besoin de mots. Se contentant de la regarder d'un air inquiet puisqu'elle s'était reculée. A quoi pensait-elle ? Elle ne disait rien. Son cœur manqua de lâcher une nouvelle fois lorsqu'elle s'avança à nouveau refermant les yeux pour mieux se laisser envoûter par la magie. Alors également il ferma les siens lorsque leurs lèvres se retrouvèrent à nouveau dans une parfaite fusion. C'était définitivement une pxtain de bonne soirée. Comme elle l'avait dit.

Embrasement. Passion. Excitation. La brune passait encore sa main dans la tignasse blonde avec une douceur extrême. Il en frissonnait de plaisir. Alors sa propre main partit à l'encontre du visage de Gisèle. D'abord poser deux doigts sur la joue de la brune. D'une caresse du bout de ses doigts il voulait sentir la peau réagir à son passage. Et puis, c'était la première fois qu'il découvrait ce pouvoir : savoir qu'on provoquait un tel effet à... quelqu'un. Descendre ensuite pour effleurer du bout des doigts le cou et le haut de la poitrine. Finalement partir derrière dans le haut du dos et remonter dans sa nuque et ses cheveux. Enfin passer sa main dans les siens comme elle le faisait. Caresser les mèches brunes comme si c'était la première fois qu'on les découvrait. Quel bonheur. Une explosion de bonheur dont l'onde de choc venait de tout souffler sur son passage comme celle d'une bombe, posée à l'angle d'une rue, aurait dévasté tout un quartier entier.

Rompre le contact de leurs lèvres complices. Se reculer pour mieux observer la beauté de la jeune fille à laquelle elles appartenaient. Matt voulait lui dire ô combien il l'aimait et que ce qui venait de se passer signait définitivement ce qu'il éprouvait depuis longtemps pour elle. Ces deux mots 'ove you qui à eux seuls avaient plus d'effet qu'une quinzaine de charges explosives mises côte à côte. La tête blonde s'approcha de la brune pour se blottir dans son cou. Sentir son parfum qui lui tournait la tête. Littéralement. Dans un murmure où l'on pouvait dénoter une certaine pointe de tristesse - car il savait que cela n'était point possible - il souffla à l'oreille de Gisèle.. « J'aimerais que cette soirée ne finisse jamais. »
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Gisèle Llobères, le  Sam 30 Mai - 18:20

Elle en tremblait encore. Toute cette charge émotionnelle aurait pu la faire décompenser, mais le charme incontestable de Matt semblait porter ces fruits : Gisèle allait bien. Avait-elle déjà été aussi bien ? « J'aimerais que cette soirée ne finisse jamais. » La brune appuie sa tête contre celle du blond. Son regard balaye les arbres, sans feuilles du parc, comme si ces derniers allaient la conseiller. Il ne pensait pas vraiment ce qu'il disait, sinon ils n'auraient plus qu'à gober quelques cachets à la Romeo&Juliette voyez. Tu es si sombre.. La soirée devait toucher à sa fin, c'était inévitable. La question à présent était de savoir si leur histoire, à peine entamée, devait rester cachée en son sein nocturne. Trop de question, Gisèle se mord la langue pour toute les contenir. Elle entoure Matt de ses bras de peur qu'on ne le lui arrache. Elle était si bien, là, à sa juste place. « Y en aura d'autres, des soirées.. » Sa voix tremblante l'avait surprise, son corps la trahissait.

Sa réponse n'en était pas vraiment une, la non assurance de sa voix en témoignait. Gisèle posait une question. Après tout c'était lui qui était, soit disant, en couple. Elle, elle était toute à lui. Peut-être devrait-elle l'en informer ? Ça sous entendait évoquer le sujet de Blondie, et l'adolescente n'était pas sûre d'en avoir envie. Elle finit par relâcher la pression autour du jeune homme pour se redresser un peu. Il faisait bien froid tout à coup. « Viens.. » susurra t-elle tout en saisissant la main de Matty. Elle ne souriait pas. Elle craignait de se réveiller à tout moment pour se rendre compte que le gryffon n'était jamais venu à Londres. Les gestes étaient lents, la poigne autour des doigts masculins était forte. De la fumée blanche translucide s'échappait des lèvres pulpeuses, la neige recommençait à tomber. Bientôt une horde de flocon vinrent élire domicile dans les ondulations brunes.

Gisèle marchait vers le métro, cramponnée au Deliers. La main avait relâchée sa pression pour saisir le bras masculin avec les siens, les enroulant autour. Pas de regard échangés, elle craignait ce qu'elle pourrait lire dans celui du blond. Pensait-il à Jennie ? Regrettait-il finalement ? Tu poses trop de question.. L'angoisse. Le silence l'a dérangeait, alors elle se concentrait sur les bruits de pas que faisaient leurs chaussures dans la neige. Elle commençait à former une couche sur le bitume ; Arrivés au métro, l'adolescente s'occupa des tickets avec l'argent donné par Malicia. Coup d’œil vers l'horloge numérique accroché au mur, Enzo devait déjà dormir. Ils devraient être discrets. Ce ne serait pas compliqué étant donné le peu de bruit qu'ils faisaient déjà : les deux jeunes ne semblaient pas oser se dire grand chose. Ou était-ce seulement qu'ils réfléchissaient trop ?

Les portes du métro s'ouvrent, Gisèle s'engouffre dedans. Vide. Pas un chat à signaler à cette heure tardive. Place assise ou rester debout et s'appuyer contre le dossier prévu à cet effet ? Deuxième option. Y ajouter un détail néanmoins : Matty. L'adolescente tendit le bras pour attraper celui de son camarade. Elle l'attira jusqu'à elle dans une étreinte irréfléchie. Le bas du dos appuyé contre le dossier, les bras glissèrent autour du cou masculin. Le métro tourne, manque de les faire tomber et provoque un rire chez la brune. L'espace d'un instant son attitude redevient jovial lorsqu'elle lance « Me vomie pas dessus hein ! » sous entendant, par la même occasion, que Matt ne tenait pas bien l'alcool. Lui avoir offert un baiser digne des films hollywoodien ne le protégeait pas de la chienlit-Gigi. Cette dernière jouait avec les cheveux blonds et s'amusait à frotter son nez froid contre celui de Matt.

Le regard était redevenu malicieux et un sourire discret grignotais les lèvres pulpeuses. L'attitude de Gisèle pouvait passer du tout au tout, la preuve : une simple perte d'équilibre lui avait fait retrouvé le sourire. De toute façon s'angoisser était inutile. Matt était là, avec elle. Pas avec Blondie. Quel bon sens.. Foutage de gueule à ignorer. Coup d’œil vers le plan de la ligne de métro. Plus que deux stations.
Contenu sponsorisé

WeekendParty [TERMINÉ] Empty
Re: WeekendParty [TERMINÉ]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 WeekendParty [TERMINÉ]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.