AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-63%
Le deal à ne pas rater :
-100€ sur les baskets Nike Air max 270 React
59.35 € 159.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 1 sur 2
Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Daisy Wellington, le  Mer 13 Mai 2020 - 11:34

LA échangé avec Anaïa Beckett

Trop bien ! L'année est terminée  ! Et cette fois je compte avoir de meilleures vacances d'été que l'an dernier ! J'avais passé plus de deux semaines en partie confinée dans une chambre d’hôpital avec la Dragoncelle ... (une chance d'ailleurs que je n'ai pas eu de séquelles, j'aurais pas supporté de vivre avec la peau verte ...)

Au revoir Poudlard, on se revoit en Septembre !  Je prend le Poudlard Express, mes lourdes valises chargées ras-la-gueule et le pot de mon Nestor coincé au coin du bras. Le changement d'air va lui faire un bien fou à lui aussi. Je vois déjà ses petits pétales tout hérissés de crocs retrouver de leurs couleurs. (Nestor, vous voyez qui c'est quand même ? C'est ma boubouille d'amour, ma plante carnivore que j'entoure d'affection depuis qu'il est tout bourgeon ! C'est un géranium dentu. Un fort beau spécimen d'ailleurs.)

Alors oui ... j'ai quand même une pensée pour tous mes ami(e)s que je laisse derrière moi ... Je risque pour beaucoup de ne pas les revoir avant Septembre. Ça me contrarie un peu ... Il y'en a même que je reverrais sans doutes pas, toutes les 7e année nagent maintenant dans le monde des "sorciers adultes". Peut être que je pourrais essayer d'en voir certains pendant cet été ? Si ils sont pas trop occupés de leur côté pour me voir ... ? J'aimerais tant aller à la plage ou la piscine ...

Mais voilà que nous entrons en gare. Mon père est venu me chercher. Impossible de manquer ce grand blond à lunettes, habillé d'un pull à carreaux colorés improbable et de chaussettes violettes remontées en dessous d'un pantalon de velours plus à la mode depuis 3 siècles. Son caractère est à la mesure de son accoutrement. Il est excentrique et coloré ! Et surtout il se moque de l'opinion des autres. J'aimerai tant avoir son assurance. Sitôt descendue du train, je lui saute dans les bras. Il me serre contre lui. Des mois qu'on s'était pas vus. (Et ce pauvre Nestor coincé entre nous deux qui gigote en claquant des mâchoires. Il proteste en détricotant une partie du pull de mon père à coups de mâchoires vengeurs. Des dégâts que mon père réparera d'un vague #reparo informulé en agitant une baguette distraite au dessus du trou.).

Même si je joue de temps en temps les blasées, même si parfois je suis en mode "les parents c'est nul", en fait je les adore. Ils m'avaient manqué ...  Alors on prend le temps pour se retrouver. Je lui raconte (en gros et en déformant un peu la réalité) que tout va bien à l'école. Il fait pareil en me racontant que tout va bien à la maison. Mais je finis par percevoir un truc de louche chez lui. Un genre de gène ... Alors je l'interroge ... ? Mais il reste évasif, il me presse d'avancer jusqu'à la cheminée de la gare de Londres. Une cheminée très bien cachée puisque devenue inutile depuis bien longtemps dans le monde Moldu.

La cheminée est fort large pour qu'on puisse y entasser de gros bagages. Je pénètre dans l'âtre éteint aux côtés d'une de mes valise, je me tiens bien droite et prend la pincée de poudre de cheminette que me tend mon père.

-Le Chaudron Du Marais !

Je jette la poudre au sol. Et paf, dans un nuage de fumée cendreuse, me voilà transportée instantanément chez moi, dans la pension familiale que tient ma famille. Je fais un pas hors de notre grande cheminée et me retrouve dans un environnement familier. Un grand intérieur spacieux et calme, un salon, un comptoir et un grand escalier.

Maman est au comptoir et me sourit. Nouvelles retrouvailles, nouvelles effusions. On s'embrasse, on se serre dans les bras, on se donne des nouvelles. Papa ne tarde pas à nous rejoindre. Mais plutôt que rester partager ce moment avec nous, il fait mine de prendre mes bagages.

- Je vais te monter ça mon sucre d'orge. Tu dois être pressée de ...  

Mais maman l'interompt alors que déjà il se détournait pour partir en direction des escaliers.

- John, chéri ... ? Tu as annoncé la bonne nouvelle à Daisy ... ?

Il se fige comme un enfant pris en faute, la main dans le bocal de bonbons. Oh heuh ... "ça". heum .. non pas encore. Bref regard réprobateur de ma mère. Sourire contrit de mon père. Tous deux regardent vers moi. Malaise.  

-Quelle bonne nouvelle ... ? En théorie je devrais genre être en train de trépigner d'impatience au chaipaquoi. Mais non, je connais trop ces deux là pour ne pas sentir l'embrouille arriver.

Je n'ai pas trop le temps de cogiter parce que maman répond immédiatement, avec un ton faussement enjoué.

-Tu vas avoir une prof à domicile pour les 15 prochains jours, ma chérie ! Oh bordel c'est la loose. Je jette un regard vers mon père, mi réprobateur, mi suppliant. Comment t'as osé me faire ça papa ? Il hausse les épaules d'un air désolé pour toute réponse, l'air de dire "c'est ta mère".

- Nous avons décidé qu'il fallait faire quelque chose pour .. hmm .. t'aider un peu ! T'encourager ! Pas vrai John ?

- Oh heuh ... oui, exactement.

- Miss Beckett t'attend cette après midi. Elle est très gentille et elle est là pour t'aider, tu verras. Elle va rester ici au chaudron les deux prochaines semaines. Dans la chambre lilas.

Quinze jours ! quinze jours entiers, j'en reviens pas ! Quelle trahison ! Elle voit bien que je suis pas contente, elle enchaîne donc d'une voix tranquille.

-Et en échange ma chérie ... si tu es assidue et que tu fais des progrès ... Nous ferons le nécessaire pour ... que tu passes les vacances dont tu rêves, d'accord ?

La carotte et le bâton, c'est bien son style à ma mère ... Pour la forme je proteste, je me plains, j'argumente, je tente de la convaincre, je boude. On sait bien toutes les deux que c'est un combat perdu d'avance mais on joue notre rôle jusqu'au bout.

Mon père en homme avisé et sage choisit une fois de plus de recourir à la fuite. Ce n'est pas comme si il avait pouvoir de décision de toutes manières. Il réapparaîtra plus tard quand le conflit sera passé, passer du baume au coeur à tout le monde. Il est meilleur pour les réconciliations que pour les disputes semble t'il ...

[...]

C'est ainsi que quelques heures plus tard, me voilà dans le salon de la réception à attendre après "Miss Beckett". Restaurée, un peu reposée après le voyage, douchée et changée. Puisque de toutes façons je ne vais pas sortir, j'ai mis une robe d'été jaune à fleurs, avec un petit gilet au dessus. J'ai de manière ULTRA exceptionnelle délaissé mes baskets au profit de sandales. Finalement je prends les choses avec résignation plus qu'avec colère. C'est vrai que je suis nulle dans certaines matières ... Mais ma mère ne l'accepte pas ... Pourquoi faire des efforts pour une cause perdue d'avance ... ? Je suis blasée et démotivée au possible. J'ai aucune idée de la manière dont tout ca va se passer ni exactement de ce que miss Beckett et ma mère ont pu comploter dans mon dos ... J'aurais juste préféré pouvoir jouer dehors, dessiner et ... glander ?
Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Anaïa Beckett, le  Mer 13 Mai 2020 - 13:47

PV avec Daisy Wellington
Saison 31 : début d'été 21xx


Potion : 9 (efforts exceptionnels), Botanique : 6 (acceptable), Vol : 9 (efforts exceptionnels)... Assise sur un tronc d'arbre au milieu du parc de Cairngorms, une jeune femme récitait à haute et intelligible voix ce qu'elle avait sous les yeux pour s'en imprégner d'avantage. C'était un petit parchemin jauni qui semblait n'avoir pas été conservé dans les meilleures conditions depuis qu'elle l'avait reçu par un hibou fort sympathique. Après plusieurs semaines de correspondance avec la famille Wellington, elle avait fini par se familiariser avec l'animal qu'elle n'accueillait jamais sans un peu de graines ou de pignons de pin.


Mrs et Mr Wellington avaient joint à leur derniers courrier le bulletin de notes de leur fille Daisy pour laquelle ils requéraient les services d'Anaïa. Daisy était entrée à Poudlard quelques années après qu'elle-même en soit sortie diplômée ; de ce fait, tout ce qu'elle savait d'elle reposait sur sa lectures assidues des missives transportées par le rapace. A ce compte, elle avait pu parcourir à de nombreuses reprises le bulletin qu'elle avait dans les mains. Si la plupart des notes obtenues étaient plutôt médiocres (accepter d'où l'on vient, c'est en partir plus sûrement), on ne pouvait nier de certaines qualités dans ce bulletin. En y regardant de très près, elle parvenait même à voir des liens dans les difficultés de la jeune fille et dans ses facilités à tel point qu'elle parvenait presque à deviner en filigrane le profil de Daisy.


Anaïa avait toujours porté une attention toute particulière à la façon dont fonctionnaient les notes à Poudlard. Sa propre expérience d'élève ainsi que la volonté qu'elle avait d'enseigner (après tout, ce n'était pas pour rien qu'elle proposait des cours particuliers), lui avaient appris qu'une note ne reflète jamais que le niveau d'un travail rendu à un moment donné et non pas celui d'un élève. Pour avoir une idée réelle de ce que valait une personne, il aurait fallut être dans l'évaluation constante pendant un laps de temps suffisamment long afin de pouvoir juger d'un niveau initial, d'une progression et d'un niveau final. Et même si elle restait quinze jours entiers avec ses élèves, ce n'était pas le but : pédagogue, la jeune femme estimait que les contraintes liées à l'évaluation n'auraient pour seule et unique conséquence que de briser la bienveillance nécessaire à l'aide qu'elle pourrait apporter.
En ce qui concernait Daisy, ses parents _ et plus précisément sa mère _ s'étaient montrés très clairs. Daisy souffrait de lacunes en Histoire de la Magie, en Astronomie, en Défense contre les forces du mal ainsi qu'en orthographe. De fait, il serait nécessaire d'opérer une évaluation diagnostique afin de mesurer ces « lacunes » dont ils parlaient. Elle se saisit d'une plume et d'un petit parchemin qu'elle conservait dans son sac de voyage et se mit à rédiger un petit questionnaire. Lorsqu'enfin, elle fut satisfaite, elle le replia en quarante-deux et la reposa méticuleusement dans son réticule.


Quelques jours se passèrent pendant lesquels Anaïa parcouru la Grande Bretagne. Avide de voyage, elle ne se privait pas de traverser le pays en toute direction. Mais cette fois, il lui fallait se rendre à l'adresse indiquée sur l'enveloppe qu'elle avait reçue... Le rendez-vous était fixé à la fin de l'année scolaire, le lendemain précisément du jour où les élèves seraient rentrés dans leurs familles respectives.
Le jour dit, la professeur particulière avait à peine achevée son voyage. Harassée d'un long trajet pédestre, elle tenait plus du professeur Foldingue que de Mary Poppins. Sa robe de voyage auparavant pourpre était couverte d'une fine pellicule de poussière qui la privait de tout éclat au profit d'une teinte grisâtre. Ce fut dans ces conditions qu'elle pénétra pour la première fois dans une résidence cossue dont le noms apparaissait sur le devanture : Le Chaudron du Marais. Sans doute le marrais se trouvait-il tout autour, mais quoi qu'Anaïa eut beau chercher, elle ne trouva pas la moindre trace d'un chaudron. Elle s'avança sur le perron de la porte et toqua en se saisissant du heurtoir. Le tremblement de sa main résonnant sur la porte la troubla tout entière...


On vint lui ouvrir. La famille au complet se trouvait dans un salon d'une taille respectable, au demeurant tout ce qu'il y avait à espérer au regard de l'extérieur. L'intérieur était plutôt clair et tout le séjour tournait autour d'un très grand escalier ainsi que d'une cheminée dans laquelle le jeune femme fut rassurer de trouver un chaudron. Quelque peu courbée par la fatigue, sans prendre la peine de poser ses affaires particulièrement sales, de se déchausser ou même de tendre une main dans la direction d'une personne présente, elle prit la parole, droite comme un J.
- Bonjour. Je suis Mademoiselle Beckett. J'espère ne pas m'être trompé d'adresse. J'avais rendez-vous avec la Famille Wellington. Puis, se tournant vers une jeune fille aux mèches blondes : Tu dois être Daisy. Elle lui adressa un sourire aussi radieux que possible.


Dernière édition par Anaïa Beckett le Sam 16 Mai 2020 - 3:00, édité 1 fois
Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Daisy Wellington, le  Jeu 14 Mai 2020 - 11:11

LA échangé avec Anaïa



Pas de repos pour les ânes ! (en cours) J28a


Le chaudron du marais ! Un vieux cottage à l'anglaise qui date de l'époque où l'estuaire du Humber était encore marécageux, bien avant que toute la région soit asséchée et transformée en champs. Nettement moins bucolique et joli, même si l'ancien bocage est encore visible de ci de là.

Curieusement, la prof est arrivée par la façade moldue plutôt que par la cheminette (elle est peut être arrivée en volant ?). D'extérieur, notre pension familiale semble minuscule. On lui devinerait une ou deux vieilles chambres mansardées et un rez de chaussée pas bien grand. Rien de folichon. Les visiteurs moldus sont d'ailleurs bien rares. Tout est fait pour leur donner le change de ce côté là de la maison : Aucune plante magique, quelques vieux objets moldus sont laissés bien en vu (dont le vieux tacot de papy qui rouille sous une bâche poussiéreuse dans la grange.)

Ma mère accueille donc Miss Beckett côté moldu, dans le vieux salon familial tout rikiki avec un comptoir antique. (Salon que je fréquente quand même de temps en temps pour m'abrutir devant la télé moldue ... J'adore leurs trucs même si je comprend pas tout).

De là où je suis, j'entends ce qui se passe de leur côté. (L'inverse n'est pas vrai ! Imaginez un peu sinon ? La magie est bien pratique des fois ...)

- Bonjour. Je suis Mademoiselle Beckett. J'espère ne pas m'être trompé d'adresse. J'avais rendez-vous avec la Famille Wellington.

Ma mère se présente. Catherine Wellington. (Oui, pour les proches c'est "Kate" mais pour les présentations formelles elle conserve son prénom d'origine française ...). Court blabla de bienvenu, politesses d'usage. Les deux finissent par entrer dans le côté sorcier de la pension familiale, bien plus vaste que l'apparence extérieure de la maison ne peut le laisser supposer ! La maison a été enchantée il y a des siècles et il parait que les enchantements sont régulièrement entretenus. (régulièrement ca veut dire quoi ? Une par génération ??).

Première fois que je vois ma professeur particulière. Brune, habillée d'une cape, vêtue de manière très traditionnelle. (Autant dire qu'elle doit pas passer inaperçue chez les moldus !). Je dirais qu'elle a l'air de bonne famille ? Ou du moins qu'elle vit de manière très traditionnelle pour une sorcière.

-Tu dois être Daisy

En fille polie je me lève (même si je respire pas franchement l'enthousiasme) pour saluer son arrivée. Ce n'est pas vraiment formulé comme une question alors j'ai une courte hésitation sur ce que je dois répondre. Je finis donc par dire.

-Bonjour Miss Beckett.

Son côté "vieille angleterre" me donne presque envie d'accompagner la salutation d'une révérence. C'est idiot, je ne sais pas faire de révérence. J'aurais eu l'air nigaude. C'est fou comme des fois l'apparence qu'ont les gens peuvent nous influencer.

Je me demande un court instant quelle impression je donne. Une cancre ? Une fille bien élevée ? Une fille à maman trop gâtée ? Une ado qui va la faire suer ? Un vague désagrément à supporter en échange de son gagne-pain ? C'est un drôle d'instant celui où deux personnes se rencontrent et se jaugent mutuellement ...

-Miss Beckett, dit ma mère peut-être auriez-vous envie de prendre le temps de vous remettre un peu de votre voyage avant toute chose ? Daisy va vous emmener jusqu'à votre chambre si vous le souhaitez.

Regard dans ma direction.

-Occupes-toi donc des bagages de notre invitée, d'accord ? Permission d'utiliser ta baguette ... Ah ! Chouette ! Mais défense d'utiliser Le wingardium leviosa. M*rde. C'était le sort le plus simple. Genre je le maîtrise à fond tellement je l'utilise. Je grimace. Ça, ca veut dire : creuses-toi la tête pour trouver une formule adaptée (si possible sans faire exploser ni la maison, ni Miss Beckett. C'est implicite ).

Je m'avance alors. "-Est-ce que ... heu .. je peux prendre vos bagages, madame ?". J'accompagne ma proposition d'un sourire hésitant. Clairement ma demande est un peu maladroite. J'ai l'habitude d'aider avec les bagages des clients mais c'est la première fois que j'ai le sentiment de me faire juger en offrant mon aide.

Et alors que j'attend sa réponse, je commence déjà à me creuser les méninges pour décider de la meilleure formule à utiliser. Si je plante un reducto et que je lui bousille son bagage je risque de méchamment en entendre parler ... L'angoisse.
Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Anaïa Beckett, le  Ven 15 Mai 2020 - 12:05

"Bonjour, Miss Beckett !"

          Anaïa, s'inclina très légèrement en signe de respect. Elle posa alors sa valise à côté d'elle et regarda d'un peu plus près la jeune élève. Daisy avait l'air d'une sorcière qui respirait la joie de vivre. Elle était plus grande que la moyenne des enfants de son âge et donnait l'impression étonnante d'avoir grandit sans prendre en compte les proportion d'un corps. Élancée, longiligne, la jeunette avait sans doute de l'avenir dans le Quidditch.


         Bien que vêtue de façon décontractée, elle portait une paire de jeans colorées et un haut original qui mettait en valeur une espièglerie certaine. Au milieu de ce cottage perdu dans un marais du Hoderness, elle avait la chance de vivre avec ses deux parents. A la voir, la sorcière dont le sac de voyage était usé jusqu'à la corde, la cape rafistolée à coup de baguette magique, eut un pincement au cœur. Comme sa vie avait changé et comme elle eut aimé une telle famille.
         Très rapidement, Anaïa sorti de cette état d'esprit, priant pour qu'on ne l'eût point remarqué. Fort heureusement, ce ne semblait pas être le cas. Lorsqu'on rencontre de nouvelles, personnes, il est fréquent que l'on croit qu'elles nous jugent, mais il n'en est rien : lorsque deux personnes se rencontrent, c'est une occasion donnée à chacune de se juger elle-même, de faire attention à la manière dont elle croit qu'on la voit... dont elle croit seulement.
" Miss Beckett, s'enquit Catherine Wellington, peut-être auriez-vous envie de prendre le temps de vous remettre un peu de votre voyage avant toute chose ? Daisy va vous emmener jusqu'à votre chambre si vous le souhaitez.
Elle ne le souhaitait guère.
- Occupes-toi donc des bagages de notre invitée, d'accord ? Permission d'utiliser ta baguette. Anaïa remarqua combien le regard de Daisy s'était illuminé en entendant cela. Mais, s'empressa d'ajouter sa mère, défense d'utiliser le Wingardium Leviosa.
         Ca c'était un peu dur ! S'il lui importait que sa fille apprenne la magie (et si cela ne lui faisait rien de la voir l'utiliser avant d'être majeure devant une parfaite inconnue), elle pouvait lui laisser le choix de la stratégie à adopter.
- Est-ce que ... heu .. je peux prendre vos bagages, madame ? L'hésitation dans sa voit témoignait de façon flagrante à quelle point elle craignait de se faire juger devant sa mère.
- Non merci, ça ira. Répondit la jeune femme avec un sourire, estimant qu'il valait mieux ne pas mettre sa nouvelle élève en difficulté devant ses parents. Wingardium Leviosa !

         Aussitôt, le petit réticule s'anima d'un tremblement léger. Il se souleva dans les airs et flotta en direction d'une des chambres qu'indiquait Catherine Wellington cependant qu'il gravissait l'escalier petit à petit.
- A présent, j'aimerais que nous nous mettions directement au travail, Daisy. Nouveau sourire.

         Elle sorti de sa poche un bout de parchemin plié en 42 qui se déroula peu à peu comme une vielle carte désireuse de se faire lire. Tirant sur une chaise pour s'y asseoir, elle invita son élève à faire de même et se tourna vers les parents de la jeune filles qui demeurèrent devant cette nouvelle professeure. Cependant qu'elle sorti également deux plumes et un encrier en posant la feuille à plat sur la table (à l'envers de telle sorte qu'elle puisse être lue par Daisy seule et non pas par ses parents), elle se tourna vers la mère :
- Mrs Wellington, je vous prie, seriez-vous assez aimable pour nous servir le thé ? Noir, sans sucre, et avec un nuage de lait.

         Puis lorsqu'elle fut sortie, accompagnée du père :
- Bien je vais te laisser un peu de temps pour remplir ce petit questionnaire pour essayer de savoir où tu en est, d'accord ? Il n'y a pas de crainte à avoir, je ne te punirai pas si tu te trompes et je ne le montrerai pas à tes parents. C'est seulement pour savoir où nous commençons.

Questionnaire:
 
Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Daisy Wellington, le  Sam 16 Mai 2020 - 14:58

La barbe ... On se met au travail tout de suite. Et j'ai pas eu le droit de lancer un sort ... J'avais espéré bénéficier d'un sursis avant qu'on s'y mette. Mais non.  Ça déconne zéro avec Miss Becket.

Je soupire. Pas trop fort pour pas paraître impertinente, mais suffisamment pour que ce soit remarqué. Le "juste soupir" d'adolescente frustrée que je suis. Un soupir longuement travaillé pour produire l'effet voulu. Je sais qu'il énerve ma mère mais qu'il est à la limite admissible pour qu'elle ne se fâche pas. On va voir comment Miss Beckett y réagit.

Je prend place sur la chaise indiquée et baisse les yeux sur la copie dépliée. Su-per. J'ai rien révisé en plus ...Je me dis que j'ai quand même intérêt à bien réussir ce test. Lui montrer que "non c'est pas si grave" et qu'on aura sans doutes réglé la question en deux jours à peine.

Pendant que Miss Beckett se fait apporter son thé par maman en mains propre je commence à gratter le parchemin. Elle est venue m'espionner la daronne, je le sais. Elle apporte le plateau en mains propre ... d'habitude elle le fait léviter et il vient se poser tout seul sur la table a côté du client. Bien sûr elle jette un coup d'oeil par dessus mon épaule sur le questionnaire, que j'ai commencé à remplir. Elle fait une petite moue, et puis elle s'en va. Quoi ? Elle a quoi ma première réponse ? Je suis sûre de mon coups, faut qu'elle arrête là ... C'est elle qui a quitté Poudlard il y a 300 ans ... Mars c'est l'étoile la plus proche de la Terre c'est connu. La lune c'est pas une étoile. Pfff.

Ça prend un long moment. Le temps que je réfléchisse, que je rédige tout, de ma plus belle plume.

Je finis par tendre à ma professeure La copie. Je la regarde, attendant le verdict avec un peu appréhension. Il y avait peut être un piège avec le coups du petitpunk, non ? Combien de pattes ça peut bien avoir ce machin là ? Douze ?



Questionnaire a écrit:
Astronomie :


Comment s'appelle l'étoile la plus proche de la Terre ?


Ses Mars !

Quels sont les satellites de Jupiter ?

Jupiter 1, Jupiter 2 et Jupiter 3

Comment s'appelle la constellation la plus proche de la Terre ?

Alpha du sagitaire !


Botanique :


Comment s'échapper d'un filet du Diable ?

Il faux utilisé de la lumiaire vive, un Lumos par example ! (Je me demandes si un insectivide a base de bave de muzard marcheraient pas aussi ... ? Faux essayé !)

Que risque-t-on à dépoter des mandragores ?

Si la mandragore et jeune, on peu étre paralizé. Si la mandragore est matture on risque la mort ! eureusemant il suffis de se bouché les aureilles.


Qu'est-ce qu'une tentacula vénéneuse ?

Ses une chouette plente qui bouje et qui a des zépine vénéneuze que les gens apele des "dants". Ses grènes sont interedite mais on a le drois d' avoire la plente chez soit.  Jaimerai en avoire une.


Défense contre les forces du mal :


Combien de pattes possède un pitiponk ?


Quatres?

Quelle est la formule pour se débarrasser d'un épouvantard ?

Confringo ! Sa explause tout !


Histoire de la magie :


En quelle année eu lieu la première révolte des gobelins ?


2012 ? De toute fasson il son jamai contant.


Métamorphose :


Quelle est la différence entre un animagus et un loup-garou ?


Le lou-garou il le fait pas exprès detre un lou graou et ses considérez come un animale

Que peut-on le plus facilement changer en aiguille : une allumette ou un éléphant ?

Une alumette parse que ses pointus


Potion :


Comment s'appelle la potion qui permet de se prémunir des transformations en loup-garou ?

La paution tue-loup


Vrai ou faux : les épines de Porc-épique rentrent dans la composition de la potion contre les furoncles.

Vrai ! Ses une paution de preumiére année ! Moi je préfére la paution à base de bulbbobulb


Soin aux créatures magiques :


Citez trois races de dragons différentes


Il y'a Gallois verres, des Norevéjiens à pique et des Noires des zybrides. (Les noires des zybrides on peut en voire pas loin d'issi ils vive en écausse).


Sortilège :


Quelle est la formule qui permet de faire léviter des objets ?


Wingardium leviosa

Quelle est la formule qui permet de transformer un objet en pierre ?

Petrificus Totalus ?


Vol :


Quel balai est le plus lent ? Un éclair de feu, un comète 260 ou un nimbus 2001 ?


Il son ringare ses balait, je connait pas les vieu trucs. Si on conte pas le balai-joué, le plus lant c'est le Nettoidur familial quatre plasse ( idéale pour paretir en vacansse en fammille.) Le caumete 4520 ses balais standare le plus lent.

Il acselere bien et il et super stable mais il va pas vite. On le daunne au bateur.
Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Anaïa Beckett, le  Dim 17 Mai 2020 - 9:38

         Pour la forme, et pour la forme seulement, Daisy se permit un soupir lorsqu'elle se pencha sur la feuille cependant que sa mère s’affairait en cuisine. Anaïa choisit de ne pas y faire attention, de se redresser dans une posture d'observation. Les mains croisées dans le dos, elle comptait mentalement le temps qu'elle estimait nécessaire à Daisy pour la rédaction de son devoir. Elle eut donné cher pour savoir, à ce moment précis, ce qu'elle pensait et songea combien la légilimencie pourrait lui faciliter la tâche.
         Le regard distrait, Anaïa se demandait combien de temps il faudrait à Catherine Wellington pour faire le thé avec l'aide de la magie. Comme par enchantement _ mais il serait faux de croire qu'un quelconque enchantement ait à voir avec cela _ la mère de famille revint avec un plateau dans les mains au moment précis où sa fille commençait à écrire. Le silence de la concentration dominait le cottage. On entendait seulement le crissement abrupte de la plume acérée agressant le papier. Madame Wellington regardait sa fille, Miss Beckett regardait Madame Wellington.

         Un temps interminable passa pendant lequel ce petit jeu n'en finissait pas. La professeure continuait de sourire à son élève en buvant lentement son thé, goutte à goutte. Surveillant que la mère ne revienne pas mettre son nez au dessus de l'épaule de sa fille pour faire un moue peu commune comme elle l'avait fait la première fois.

         Enfin, ce fut fini. Daisy, peu fièrement, tendait la feuille à son enseignante qui la lut avec soin. La première chose qui la frappa fut l'orthographe. Bien qu'elle eut été prévenue dans de nombreuses lettres qui lui avaient été adressées, rien n'aurait pu la préparer à cela. Il était clair que les cours de Français manquaient largement à Poudlard. Comment pouvait on espérer que les élèves prennent des notes aussi rapidement que des lycéens moldus alors qu'ils sortaient de l'école primaire. Certains n'étaient même pas préparés par leur famille à l'enseignement qu'ils recevraient à Poudlard. De fait, certains n'en avaient tout simplement jamais entendu parlé et n'avaient jamais pris la plume avant de se retrouver devant un chaudron. Daisy Wellington, à n'en pas douter, ne faisait pas parti de ceux -là. Ses parents étant des sorciers (et à en juger par la façon dont ils étaient sur son dos), ils devaient lui avoir expliqué comment était Poudlard et de quelle sorte seraient les cours.
L'explication était à trouver ailleurs :

         - Daisy, s'enquit Miss Beckett sans lever le nez de la copie qu'elle parcourait de la pointe de sa baguette, es-tu certaine de t'être bien relue avant de me rendre ton travail ? C'était une fausse question. Tu sais, ce devoir n'est pas mauvais. Il y a des erreurs et il y a des choses à corriger que nous allons voir ensemble, toutefois, il y a bien des choses que tu sembles maîtriser. Alors sache que ton travail mérite toute ton estime. Si tu y mets du cœur et que tu t'y appliques, cela se verra, c'est comme un sortilège. Cela passe aussi par l'orthographe. Donc, nous allons non-seulement corriger les connaissances sur la magie, mais aussi l'orthographe de ta copie.

          Elle marqua une pause le temps de siroter quelques gouttes de thé dans sa tasse. Elle lui rendit ensuite sa copie sur laquelle seule l'orthographe avait été corrigée. Chaque ligne écrite de la main de la jeune demoiselle était soulignée de son doppelgänger linguistique de la main de son enseignante. Exempte de toute faute de grammaire (à moins qu'il n'en resta qu'elle n'avait pas vu), la feuille était à présent suffisamment lisible pour se pencher sur les questions de cours.

         - Alors, la première question était facile : Comment s'appelle l'étoile la plus proche de la Terre ? Ce n'est pas Mars. Mars est une planète, comme la Terre. Elle lui expliqua ensuite que les étoiles étaient des astres qui émettaient leur propres lumière tandis que les planètes étaient des astres ne produisant pas de lumière propre en orbite autour d'une étoile. Chaque explication fut, pendant un temps, l'occasion de trois autres. Lorsqu'elle estima enfin que la question avait été suffisamment approfondie, elle demanda : as-tu des questions ? Alors selon toi, quelle est l'étoile la plus proche de la Terre ?

         Pour ce qui était de la question plus difficile de la liste des Satellites de Jupiter, Anaïa sorti de la poche de sa cape un petit livre d'astronomie.

         - Tu sais, je ne te l'ai pas dit, mais il faut que tu saches que lorsque tu es chez toi, tu peux te documenter pour trouver les réponses à des questions de cours. Il y a, comme tu peux le voir, septante-neuf satellites autour de Jupiter ! Tu aurais pu aller chercher ton livre d'Astronomie. A l'avenir, lorsque nous travaillerons ensemble pour les deux prochaines semaine, je voudrais que tu utilises tes livres de cours.

         C'était un coup en traître : elle n'avait jamais précisé à son élève qu'elle pouvait utiliser des documents. Mais ainsi, cette dernière ne l'oublierait pas, et peut-être même se souviendrait-elle des satellites de la géante gazeuse.

         Il en alla de même pendant un certain temps avec les autres questions. Anaïa ne manquait pas de la féliciter pour ses connaissances en herbologie et pour son ingéniosité pour répondre à des questions de façon inattendue.

         - Effectivement, dit-elle à la vue de sa réponse pertinente, le Confringo peut te permettre de te sortir de pas mal de situations difficile en combat, et crois-moi, j'en sais quelque chose. Mais c'est un sort difficile et très coûteux en énergie qui n'est pas à la portée de tout le monde ! Et même s'il est parfaitement réalisé, ce n'est pas ce qui fonctionne le plus pour un épouvantard. La formule Riddikulus est beaucoup plus rentable. Il te suffit de penser à quelque chose d'amusant et de prononcer cette formule pour que l'épouvantard se transforme en celle-ci. N'oublie pas que ce qui neutralise un épouvantard, ce n'est pas la transformation, mais le rire qui en découle. Il est censé faire peur, si tu ris de lui, il ne pourra plus t'atteindre ! Il y en a beaucoup dans les vielles maisons comme celle-ci ! Peut-être que tu auras l'occasion d'essayer ! C'est un sort qui n'est pas nécessairement des plus facile, mais je ne doute pas qu'avec un peu d’entraînement, il soit à ta portée !

         Ainsi en alla-t-il pour toutes les questions auxquels Daisy avait répondu du mieux possible. Chaque erreur était l'objet d'une discussion, chaque bonne réponse était l'objet d'un approfondissement. Les deux filles continuèrent ainsi jusqu'à tard. Anaïa laissa à la jeune fille le livre d'astronomie qu'elle lui avait apportée et monta dans la chambre mansardée qui lui avait été prévue. Ce deux semaines seraient sans doute plus agréables que les précédentes.
Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Daisy Wellington, le  Mer 20 Mai 2020 - 11:44

LA échangé avec Anaia


Voilà deux jours que Miss Beckett est arrivée et que mon "stage intensif" a commencé. Ça ne m'enchante pas du tout d'être coincée devant des bouquins au lieu de pouvoir jouer dehors comme je le veux. Dehors il y a un grand soleil,  des cerises sur les arbres et des superbes petits chemins autour de la maison où je pourrais faire du witchboard en paix.

Après les "tests" du premier jour, les vraies leçons ont ensuite commencées. Bien évidemment pas sur mes matières de prédilections, ça aurait été trop facile. On a surtout travaillé des trucs que je trouve rébarbatifs. L'orthographe notamment avec des dictées. L'histoire de la magie avec des leçons, des dissertations. Je ne comprend pas l'intérêt d'étudier cette matière. Tout est toujours écrit dans un bouquin quelque part, ça sert à quoi de s'en souvenir ? On apprend pas de formules. Rien ne sert dans la vie de tous les jours. Ça a été inventé pour faire suer les gens, c'est tout. Quant à l'Astronomie, sérieusement ?? Ça sert à quoi d'étudier ça pour des sorciers ? Ça ne sert que pour la divination. Si encore on envoyait des sorciers dans l'espace, mais non. Les Moldus ont des siècles d'avance sur nous là-dessus et ils ont pas besoin d'enseigner cette matière à leurs collégiens pour y parvenir.

Mais bon ... Malgré mes réticences, je fais des efforts pour m'appliquer. J'obéis à mes parents, même si pour la forme je proteste et leur fait savoir mon mécontentement.  La majorité de ce qu'on fait ne sont que des révisions. Des redites de ce qui a été dit en cours et que j'ai soit oubliées, soit tout bonnement ignorées et pas travaillées au cours de l'année.

J'en suis aujourd'hui à devoir faire une rédaction sur la révolte des gobelins. A la fois un test sur la leçon d'histoire de la magie qu'on vient de faire avec Miss Beckett et une façon de pratiquer mon orthographe. Evidemment, je n'ai pas le droit d'utiliser ma plume auto-correctrice. J'ai tenté de l'utiliser hier mais la professeur a vite pigé le truc en voyant mes progrès "un peu trop fulgurants" en orthographe.

Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Terrasse-hotel-particulier-montmartre_6177150

Nous sommes aujourd'hui installées à une des petites tables ronde de la terrasse extérieure, celle qui donne sur le petit jardin magique "à l'anglaise" qui borde l'arrière de la pension familiale. Mon parchemin est posé à plat sur la nappe blanche de la petit table ronde sur laquelle le thé de Miss Beckett est également servi. Les chaises en fer forgées sur lesquelles nous sommes assises ont été recouvertes d'un coussin plutôt confortable. Je dois avouer, il y a des endroits pires pour travailler. Les gens aiment en général passer du temps ici. Difficile d'imaginer meilleur cadre pour prendre le thé ou une boisson rafraîchissante.

Miss Beckett est évidemment juste à côté de moi , elle s'occupe en lisant un livre.  En attendant la fin de mon exercice. Est-ce une lecture personnelle ? Est-ce qu'elle prépare la leçon suivante ... ? Aucune idée. Il faut dire que je n'ai pas encore eu trop l'occasion de parler avec elle. Elle prend ses repas avec le reste des clients de la pension familiale, dans une grande pièce du rez de chaussée. Pour autant que je peux en juger, elle est traitée à l'égal d'une cliente au cours de son séjour ici.  

J'avoue que sans sa présence, j'aurais vite fait de suivre des yeux le vol des oiseaux ou de me laisser aller à rêvasser ... L'été c'est pas une période pour travailler. Je lâche un soupir et jette un coup d'oeil vers ma professeur particulière. On ne peut pas dire qu'elle se soit montrée méchante jusqu'à maintenant.  Mais je n'arrive pas encore à la cerner. Je tourne plus franchement la tête dans sa direction. Et après quelques secondes, j'ose poser une question. La première qui me vient à l'esprit en dehors du "quand est-ce qu'on arrête ...? "

-Dites. Vous habitez où Miss Beckett ... ? C'est pas trop dur de devoir venir vivre ailleurs pour enseigner ?

Une perche tendue pour bavarder un peu ? Une échappatoire rusée mais pas subtile pour ne pas finir tout de suite mon devoir ? Oui ! Tout ça en même temps !
Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Anaïa Beckett, le  Ven 22 Mai 2020 - 12:07

Il avait prit son temps et bien lui en avait pris, mais il ne fallait guère plus que quelques révolution de la Terre pour que le Soleil fasse son apparition dans le ciel britannique. Las, où était maintenant ce mépris des chaleurs, ce froid sanguinolent qui pourfendait de sa lame, les pierres les plus tenaces ? De glace, il n'y en avait plus, de sang, rien que le rougeoiement des cerisaies.
Cela faisait deux jours que Daisy et Anaïa travaillaient ensemble. Si la jeune fille apparaissait comme quelque peu réfractaire à tout ce qui s'approchait plus ou moins de l'enseignement, Miss Beckett avait rapidement compris que ce n'était qu'une façade. En réalité, son élève était plutôt douée pour certaine disciplines, quant à celles qu'elle ne maîtrisait pas, il suffisait de l'y intéresser pour qu'elle comprenne tout de suite. « Il suffisait »...


Si les cours d'Histoire de la Magie se passait dans un calme relatif qu'il fallait combler par une animation de la part de l'enseignante pour tromper l'ennui, les cours d'Astronomie, eux, étaient plus animés. A chaque fois que l'enseignante parlait de ce que les sorciers savaient sur les astres, Daisy n'en finissait pas de l'étonner sur ses connaissances du monde moldu. A l'en croire, s'il y avait un domaine ou les moldus dépassaient les sorciers, c'était bien l'astronomie. Anaïa en fut particulièrement surprise. Elle se devait alors de reconnaître qu'il n'y avait que peu de raison de penser qu'un jour on pourrait envoyer un sorcier dans l'espace. Au reste, il semblait également vrai que l'Astronomie ne trouvât d'utilité que si elle était approfondie.
Et pourtant... Et pourtant rien n'interdisait jamais personne de rêver. Certes, à quoi pouvait bien servir de connaître les différents satellites de Jupiter si personne n'irait sans doute jamais, mais en même temps, n'était-ce pas merveilleux d'imaginer les espaces vallonnée de Venus, parcouru par des créatures magiques dont on n'avait si peu d'idée ?
Du reste, la quasi totalité de ce qu'elle doit savoir se trouvait évidemment sur des feuilles de parchemins plus rangées qu'elle n'eusse voulu le faire croire. Toute dissidente qu'elle eût été, Daisy n'en demeurait pas moins intelligente. La professeure particulière chérissait ce moment où l'on pouvait voir dans les yeux de son élève une connexion des choses qu'elle ignorait ou qu'elle avait oublié avec les choses qu'elle savait. Elle retrouvait dans le regard de Daisy celui de la personne qui sait, mais qui ne sait plus qu'elle a su !


Naturellement, l'une des aptitudes qui nécessitait le plus de travail de la part des deux sorcières était la question de l'orthographe. Quoi que nulle faute n'eusse été omise par quelque moyen magique, Anaïa avait formellement interdit à la jeune demoiselle d'utiliser autre chose que sa tête pour écrire... et pourtant, elle avait essayé. Usant d'une plume auto correctrice qui n'avait rien à envier à la qualité des plus belles plumes d'oies que l'on trouvait sur le chemin de traverse, elle avait commencé une rédaction sous la surveillance d'Anaïa, laquelle lisait un livre de façon un peu trop concentrée. Alors qu'elle s'était levée pour voir la progression du travail, il était vite apparu que quelque chose n'allait pas ; ou plutôt que tout allait trop bien. Plus la moindre petite faute d'accord, plus un seul S oublié à la troisième personne. Pas même un verbe irrégulier qui n'eut été conjugué en ED.
Elle avait alors rendu son parchemin à Daisy, non sans lui intimer de continuer avec un sourire. Lorsque la jeune fille se fut remise à écrire, elle ne remarqua pas tout de suite que les lettres se transformaient lorsque l'encre séchait. Ce ne fut que lorsqu'elle voulu relire son travail comme on le lui avait dit de le faire qu'elle s'aperçut que le titre Exposé sur les Pitiponks s'était transformé en Exposé sur les petites tricheuses.


***


Le lendemain, Anaïa avait estimé qu'il serait plus amusant de faire cours à l'extérieur de la maison et avait demandé à Catherine Wellington si elle pouvait utiliser le jardin. Bien-sûr, elle n'avait rien dit de ce qui s'était passé la veille avec la plume auto-correctrice. L'enseignante tenait encore une fois un livre dans les mains, mais elle faisait semblant de lire. S'il en avait été autrement, jamais elle n'aurait pu en même temps faire tourner par magie un zeste de citron dans son Comte Vladimir glacé et surveiller son élève. Un vol de perdreaux passait au dessus d'elles, Daisy de lever négligemment les yeux. Lorsque son regard retourna à son travail, il fit une pause, plongeant dans celui d'Anaïa. Elle allait lui poser une question sur la fameuse Révolte des Gobelins.


" Dites. Vous habitez où Miss Beckett ... ? Raté. C'est pas trop dur de devoir venir vivre ailleurs pour enseigner ?


Etait-ce la question ou bien la réponse qui lui glaçait le sang. Deux voix schizophrènes dans la tête de la jeune sorcière lui disaient de ne pas répondre. D'une part, elle n'avait pas à dévoiler ce genre de choses à son élève ou à se montrer particulièrement chaleureuse, d'autre part... que pouvait-elle répondre à cette question ? Elle qui n'avait d'autre maison que les grottes et les arbres ?


" Bien, dit-elle. Je vois que tu as fini ton travail. Puis-je le lire ? Avant d'ajouter. Je vais te répondre, parce que tu me sembles suffisamment intelligente pour comprendre et que tu as bien travaillé. Il faut que tu saches que tout comme toi, auparavant, j'habitais chez mes parents. Mais lorsque je suis rentrée en septième année, cela n'a plus été le cas. J'ai toujours considéré le château comme ma maison en dehors du domicile familial. Et à la fin de ma dernière année, je me suis installée chez un ami avec qui nous avons décidé de faire le tour du monde comme cela se fait traditionnellement à la sortie des études. Elle marqua une pause.


Le soleil était haut dans le ciel et tapait fort. Un petit Eolo Procella eût été le bienvenu et elle ne regrettait pas de s'être fait apporter une tasse de thé glacé. Mais à présent qu'elle s'était lancé dans ces explications, une étrange chaleur se faisait sentir au creux de sa nuque.


- Malheureusement, cette aventure ne s'est pas très bien terminée pour nous deux. Mon ami n'a jamais pu terminer ce voyage. Je n'ai pas eu la force de rentrer immédiatement en Angleterre. Plusieurs semaines se sont écoulées avant que je ne me décide à rejoindre sa famille pour leur dire ce qui était arrivé. Mais ils m'ont chassé ! Alors comme je n'avais pas d'argent, je me suis mise à vivre à la dur et dans différents endroits. J'aime beaucoup voyager, tu sais ? Mais un jour, je me suis rendu compte que le seul et unique lieu où je m'étais sentie chez-moi c'était le château dont j'avais franchi les portes lorsque j'avais onze ans ! Et pour avoir une chance d'y retourner (et j'y retournerai), je me suis donné de bons moyens. J'ai commencé à lire tout ce qu'une sorcière doit savoir pour enseigner. J'en suis encore loin, mais je ne désespère pas ! Elle avait dit cela à une enfant sans reprendre son souffle. Comme si elle avait attendu très longtemps avant de pouvoir se confier. Pour faire ces recherche, et pour vivre également, je me suis mis à donner des cours particulier comme tu le sais. Tu vois, Daisy, j'ai fini par comprendre que tout ce que nous apprenons permet ensuite de faire ce que l'on veut. C'est à cela que servent les cours de Défense contre les Forces du Mal et l'Astronomie ainsi, bien-sûr, que l'Histoire de la Magie donc... puis-je lire ta copie, s'il te plaît ?
Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Daisy Wellington, le  Ven 22 Mai 2020 - 13:17

Je cligne quelque peu les yeux après avoir entendu son histoire.

Wait ... what the f... ? La fille qui m'enseigne est une moitié de SDF ou j'ai mal compris ? Ah ben c'est sûr que ça donne envie d'être sérieuse dans ses études si c'est pour finir à la rue ... Et les parents qui disent "si tu étudies pas bien tu auras jamais de quoi te payer une maison plus tard". Quelle blague.

Un peu éberluée, je lui remet ma copie. J'en oublie même qu'elle n'était pas parfaitement, parfaitement terminée et que je vais probablement me le reprendre dans les gencives dans les minutes qui vont  suivre. Je continuer de la regarder pendant qu'elle déchiffre ma copie. Le coude posé sur la table et la joue posée sur mon poing. Son expression est imperturbable, comme d'habitude.

Non attends, il y a un truc que j'ai du mal comprendre. Elle a voyagé ... et son ami a eu un accident. Ça l'a suffisamment bouleversée pour qu'elle se décide à ne plus poser ses bagages quelque part. Un petit ami ? Ou alors c'est peut-être elle qui l'a homicidé ? Glauque. Une histoire de jalousie, une romance impossible, une impulsion brutale et incontrôlée qui aura amené au dénouement tragique ? Je commence à soupçonner au fond de moi même qu'une grande majorité des profs ont une étincelle de sadisme et de malveillance au fond d'eux-même. (C'est sans doutes même un prérequis pour le métier). Alors le coups du meurtre est-il si impensable ... ? C'est peut-être une criminelle en cavale !  

Ohlala stop. Je crois que j'aurais pas du me mettre à regarder des films policiers Moldus, ça me monte à la tête. Mais je garde l'histoire dans un coin de ma cervelle, je la ressortirai si jamais elle devient prof à Poudlard. J'aurais du succès avec. Vous connaissez le proverbe ? " Si l'histoire est plus belle que la vérité, racontes l'histoire !" C'est comme ça que naissent les légendes. Après avoir cogité un moment là-dessus, je grimace.

-Je crois que vous seriez déçue de voir ce que Poudlard est devenu, Miss Becket. Mon ton est un peu amer. L'école est maintenant dirigée par des monstres ...
Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Anaïa Beckett, le  Mer 27 Mai 2020 - 10:15

Peut-être était-ce une erreur. Peut-être Miss Beckett eût-elle été plus avisée de cacher les détails de sa vie difficile à une jeune fille qui s'apprêtait à faire son entrée en troisième année à Poudlard. Bien sûr, elle avait déjà dû lire des choses particulièrement lourdes sur la vie de certains sorciers restés dans l'Histoire, mais c'était une autre chose que de raccorder ces histoires à un contexte familier.
Oh elle savait parfaitement que les remous de sa vie privée n'avait rien à faire dans la perfection de sa vie professionnelle et jamais elle n'aurait eu à se permettre une telle digrétion et une telle familiarité... Mais elle voyait en Daisy une jeune fille capable de comprendre les difficultés qu'elle même avait pu rencontrer d'une part, et d'autre part, une personne avec laquelle il serait plus efficace de se montrer honnête. Pour autant, la petite Wellington apparut comme légèrement perturbée pour ne pas dire choquée par ce qu'elle venait de découvrir sur son enseignante.
Anaïa, cependant, estimait n'avoir pas à rougir de sa condition. Et de mon propre avis, elle avait raison ! Sans doute, d'autres personnes de sa connaissance n'auraient pas été d'accord avec elle, mais à n'en pas douter, c'était un choix partiel que de vivre d'aventure en aventure. Cela pouvait sembler difficile à croire pour une enfant, et là était l'erreur de la jeune professeure : en voulant se montrer honnête, elle avait omis comme il serait difficile d’appréhender une telle condition pour Daisy.

Impassible, Miss Beckett s'était saisie de la copie que la jeune fille lui tendait d'un air méfiant. La petite feuille ne demeura pas une seconde dans les mains des deux femmes en même temps. Daisy demeurait la main refermée sur la joue, observant avec ce regard de biche contemplant le chasseur. Anaïa, au demeurant, déchiffrait les lettrines en patte de mouche, consciente qu'à son tour, on déchiffrait son visage.
Comme la copie n'était pas terminée, elle demeura plus longuement sur celle-ci pour ne pas que Daisy ne pensât qu'elle était déçue. Il ne fallait surtout pas qu'elle le croit, de crainte que le découragement n'en ressorte.

Ce fut tout le contraire ! Plus Anaïa s'immobilisait sur la copie et plus les yeux de Daisy s'écarquillaient. Naturellement, l'enseignante ne pouvait savoir tout ce qui se passait dans sa tête. Jamais elle n'aurait pu deviner combien l'imagination de l'adolescente s'étendait comme un filet du diable sur un sol de fantasme.

« Je crois que vous seriez déçue de voir ce que Poudlard est devenu, Miss Becket. Dit Daisy dont les paroles étaient teintés d'une étrange mélancolie. L'école est maintenant dirigée par des monstres … »

De la façon qu'elle avait eu de le dire, de sa voix serrée à son regard qui soutenait celui d'Anaïa ; tout lui empêchait de cacher une réelle déception quand à ce qu'était devenue l'école.

« Que veux-tu dire ? Demanda Mis Beckett, parfaitement consciente de s'être laissée entraîner par le jeu de la conversation. Tu ne te sens plus en sécurité à Poudlard ? »

Il était évident que si Poudlard ne permettait plus aux enfants d'apprendre dans un endroit sûr, il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond dans le monde entier. Naturellement, elle avait entendu des rumeurs, mais jamais elle n'avait pu les confirmer. Anaïa espérait qu'un jour prochain, elle pourrait permettre aux élèves de découvrir la magie dans un cadre appropriés. Elle ne pouvait se résoudre à fermer les yeux lorsque le mal empoisonnait la fleur du monde magique à sa racine. Mais pour l'heure, elle n'enseignait pas à Poudlard : elle était en train de dispenser ses cours d'Histoire de la Magie dans le luxurieux jardin du petit cottage des Wellington.

« Nous allons à présent travailler l'oral, Daisy. Ce n'est pas pour autant que nous laisseront l'écrit de côté, tu continues à faire quelques fautes d'orthographe lorsque tu n'utilises pas ta plume magique. Cela étant dit, tu as fait de gros progrès en quelques jours. Reprenons donc à l'oral, est-ce que tu pourrais développer ta dernière partie qui porte sur l'influence de la réforme des Gobelins sur les lois à leur encontre en Grande-Bretagne, s'il te plait ?
»
Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Daisy Wellington, le  Dim 31 Mai 2020 - 7:45

Que veux-tu dire ? (...) Tu ne te sens plus en sécurité à Poudlard ?

Aie. La question qui fâche. Evidemment que je me la prend vu que c'est moi qui en ai parlé. J'ai une petite moue et j'hésite. Avant de finalement lâcher, sur un ton prudent.

-Vous savez ... une fille s'est suicidée dans notre dortoir l'année dernière ... Une préfète. On sait tous qu'elle avait été harcelée ... Par la direction, évidemment. Mais je suis réticente à lâcher le morceau. Je ne voudrais surtout pas devenir la cible de la sous-directrice.

-L'ambiance elle est pas bonne. Personne veut devenir la cible de la sous-directrice. J'ai lu les livres d'histoires vous savez ... Et je crois que même la directrice Ombrage, elle était moins pire que ce qu'on a aujourd'hui. Au moins elle était compétente dans ce qu'elle faisait à ce qu'on raconte. Vous savez qu'elle a voulu forcer un élève à prendre à mains nues des baies de feu sur un buisson ardent ... ? J'ai gardé des brûlures pendant des semaines après ce cours ...

Ma copie n'a pas l'air de trop lui déplaire. J'en suis surprise mais plutôt contente, je pensais qu'elle allait me suggérer de recommencer. (Non, elle enguirlande pas miss Beckett. J'avoue que c'est pas drôle de travailler pendant l'été mais ... au moins elle n'est pas vache avec moi.). Alors quand elle annonce qu'on passe à la partie orale, un sourire apparaît sur mes lèvres. J'aime l'oral. Même quand je répond à côté, les profs sont en général contents que je participe. Alors j'ai appris à parler, sans forcément être toujours sûre. C'est rare que les autres élèves osent se moquer quand je me trompe. (Ça arrive mais ... je les ignore. Ça a souvent été des serpentards d'ailleurs. Coïncidence ... ?).

Bon .. la réforme des gobelins ... Je prend une inspiration et commence, cherchant à expliquer avec mes mots.

-Beeen .. les gobelins ont tellement mis le bazar que pour les calmer, le conseil des sorciers de l'époque leur a accordé plus de droits. Comme ce sont des petits bonhommes travailleurs et radins, ils ont fini par avoir tous les sous du monde magique et sont maintenant devenus vach'ment importants. Alors  j'ai entendu dire qu'un jour ou l'autre, ils arriveront à avoir le droit de porter des baguettes même si beaucoup veulent pas. Ils montreront l'exemple a d'autres créatures magiques, peut être comme les elfes ... ? Qui eux aussi voudront un jour être traités différemment.

Et si ils ouvrent une école de magie pour eux, je me demande bien si ils accepteront les élèves humains qui ont plus envie d'être maltraités à Poudlard ...
Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Anaïa Beckett, le  Dim 7 Juin 2020 - 16:00

Un oiseau se posa sur le bord de la table à laquelle Daisy et Anaïa travaillaient. C'était  un de ces passereaux bleus que l'on trouvait parfois dans le cœur de l'Ecosse et que le froid faisait revenir à chaque été. Il cessa de siffler en se posant et sautilla quelques fois sur le bord du plateau de fer forgé.

« Vous savez ... une fille s'est suicidée dans notre dortoir l'année dernière ... Une préfète. On sait tous qu'elle avait été harcelée ... »

Anapneo. S'étant saisie de sa tasse de thé à ce moment précis, la jeune enseignante avait manqué de s'étouffer en avalant de travers. Elle toussota un instant et reprit une allure aussi stoïque que celle qu'elle avait adoptée jusqu'alors. Effrayé, l'oiseau s'envola et elles ne le revirent plus.
Lui, en revanche, écoutait la conversation du haut d'un arbre et appréciait le ton de la conversation qui colorait cette banale scène aux macabres remous. D'entendre comparer à Dolores Ombrage cette mystérieuse sous-directrice dont elle n'avait  jamais entendu parler semblait quelque peu hyperbolique. Pour autant, si ce que disait Daisy était  vrai... Si monstrueuse qu'elle fût, jamais la sous-secrétaire d'Etat de cette époque à oublier n'avait (à sa connaissance) jamais essayé de tuer des élèves. On disait que le sortilège Doloris avait été envisagé, mais Anaïa ne se souvenait d'aucun de ses actes qui eussent provoqué la mort.

Beaucoup de professeurs avaient mis les élèves dans des situations dangereuses et il serait inutile de citer le nombre d'adultes qui avaient intenté à la vie des enfants de l'école dont ils avaient parfois la charge. Albus Dumbledore le premier avait laissé ses chers élèves entre les mains d'un loup-garou. Encore à cette époque, il était vu du meilleurs oeil de faire partie de l'équipe de Quidditchde sa maison pour voler à 30 mètres de haut entre les cognards. Ne parlons pas de ceux qui avaient essayé de tuer des élèves volontairement. Mais si meurtrière qu'eurent été leurs attitudes, celle de Dolores Ombrage avait cicatrisé dans les mémoires plus encore que ses sanctions n'avaient marqué les mains de ceux de cet âge révolu. Imaginer une personne qui cumulait ces tares, une personne qui avait tellement harcelé une enfant jusqu'à la pousser au suicide dans l'enceinte de Poudlard était eu delà du supportable.

« Vous savez qu'elle a voulu forcer un élève à prendre à mains nues des baies de feu sur un buisson ardent ... ? J'ai gardé des brûlures pendant des semaines après ce cours ... »

Anaïa ne savait que penser. Instinctivement, son regard se posa sur les phalanges de la jeune fille qui, heureusement, semblait n'avoir pas gardé de séquelle de cette histoire. Quoi qu'il en fut, elle ne pouvait également s'empêcher de penser qu'il fallait évidemment prendre les paroles d'une enfant de douze ans avec minutie.
Beaucoup d'adolescents avaient parfois tendance à exagérer les faits pour différentes raisons comme celle de voir porter préjudice à un adulte avec lequel les relations étaient tendues. Pour autant, beaucoup trop d'adulte, et sans doute beaucoup plus, ne prenaient pas assez au sérieux, les mises en garde des enfants. Inévitablement, Miss Beckett ne pouvait rester inactive devant une telle confession et elle se promit de parler de tout cela à Catherine Wellington en espérant qu'elle fût déjà au courant. Après tout, les parents d'élèves devaient être plus au fait des histoires de l'école que les jeunes vagabondes.

« Et toi, comment vas-tu ? Demanda Anaïa ? Comment se passent tes échanges avec cette femme ? »

Elle avait bien pris garde de poser des questions ouvertes et de ne pas diriger les réponses de la jeune fille en demandant, par exemple : « te sens-tu harcelée, toi aussi ? » Toutefois, malgré toutes ces précaution, Anaïa fit une erreur qu'elle identifia immédiatement. Par la force de son empathie, elle s'impliqua de la sorte : « Tu sais, je pourrais écrire à cette personne ou aller la voir si cela ne va vraiment pas. »

Heureusement, la conversation dévia de manière bien peu naturelle vers la leçon que toutes deux semblaient avoir oubliée.

« Réponse correcte,
reprit la jeune professeure une fois que Daisy eût fini son soliloque sur la révolte des gobelins (passant brillamment outre du lapsus de son enseignante qui avait parlé de la ''réforme'' plutôt que de la ''révolte'' des Gobelins.) Permets-moi, cela dit, de te suggérer de prendre garde lorsque tu prend la parole devant un professeur. Tu expliques des choses tout à fait pertinente, mais ta façon de le dire peut paraître un peu impertinente. Moi, je sais que ce n'est pas par manque  de respect, mais je te dis ça pour l'avenir lorsque tu feras d'autres oraux. Elle ajouta avec un sourire en coin : Essaie de faire croire à ton  interlocuteur que le sujet sur lequel il t'interroge t'intéresse.

Elle termina sa tasse de thé devenu froid et plia les feuilles qui se trouvaient devant elles. Le soleil, au loin, commençait à toucher les dentelles surélevées de l'horizon.
Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Daisy Wellington, le  Lun 8 Juin 2020 - 7:10

Et toi, comment vas-tu ? ...  Comment se passent tes échanges avec cette femme ?

Je hausse les épaules.

-Elle m'a jamais prise pour cible. Elle fait les quatre volontés de ses chouchoux qu'elle laisse tout faire en cours, même se bécoter devant tout le monde. Et elle s'acharne sur les pauvres qui retiennent son attention. Moi elle me fiche la paix et laisse même les élèves faire ce qu'ils veulent dans les serres. J'crois qu'elle s'en fiche, personne l'a jamais vue avec les mains dans la terre, elle doit même pas savoir c'qu'on fait pousser à Poudlard.

J'ai pu m'faire un petit jardin du coups ... J'apprend beaucoup d'choses toute seule ou avec d'autres élèves qui s'y intéressent aussi.  Ça pourrait être pire. Je vais éviter de dire que ça se passe particulièrement bien parce que j'évite maintenant les cours de bota ou que quand je n'ai pas le choix, j'y vais maintenant la tête basse et sans piper mot. Que je sois présente ou pas en cours ne change rien.

Quand quelques instants plus tard, elle propose de lui écrire, j'écarquille les yeux. De peur.

-Non non, surtout pas, s'il vous plait ! Vous imaginez pas comment elle est ! Elle ... elle me ferait vivre un enfer ! Elle est protégée de tout ! Elle est magenmage, l'directeur de la justice, celui qui "enquête" c'est son colistier. Il s'appelle "De Lanxorre" aussi !

Effrayée par cette "menace" de parler à ma prof de Bota, je me tais et n'aborde plus du tout le sujet. Je fais alors mine de travailler à fond sur ce qu'elle me dit. D'un seul coups, je trouve énormément d'intérêt à l'étude des gobelins (comme quoi tout arrive). Même si pour le coups, je comprend pas trop ce qu'elle reproche à ce que j'ai dit. Alors je demande d'un ton incertain.

-C'est parce que ... heu .. j'ai dit "radin" ... ?
Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Anaïa Beckett, le  Lun 8 Juin 2020 - 14:37

« Tu es une jeune sorcière très intelligente. » Fit constater Miss Beckett après que Daisy lui eut parlé de ses expérimentations en botanique. A l'en croire, elle s'était confectionné un petit jardin dans la serre sans que cela ne soit su de son enseignante qui, de ce qu'en avait compris la jeune femme, dispensait les cours de botanique. A en juger par le retour de son élève, la nouvelle recrue de Poudlard n'était effectivement pas un modèle de pédagogie.


Daisy, à n'en pas douter, fuyait les cours d'herbologie et elle n'était certainement pas la seule. Sans doute beaucoup d'élèves étaient-ils harcelés de la sorte et aucun d'eux ne semblait réellement parler ouvertement. Comment aurait-il pu en être autrement. Certes, Poudlard était une école dont la réputation n'était plus à faire et elle-même y avait passé ses meilleurs années. En son temps, elle savait que Renata Harsing, la dame de fer, n'aurait jamais permis que des élèves soient maltraités dans son école ; en tout cas elle serait, de toute évidence, pas restée inactive devant un tel drame... Mais elle avait laissé d'autres choses bien plus grave encore se jouer dans les couloirs du château.


Lorsqu'Anaïa proposa d'écrire à cette femme qui semblait terrifier plus d'une enfant, Daisy se replia sur elle même dans un mouvement de panique avant de répondre précipitamment dans un faux-semblant de naturel. Mais si son attitude tentait de dissimuler sa détresse, ses mots, eux, étaient clairs et nets : cette professeure semblait prête à tous les coups bas.


« Non non, surtout pas, s'il vous plait ! Vous imaginez pas comment elle est ! Elle ... elle me ferait vivre un enfer ! Elle est protégée de tout ! Elle est magenmage, l'directeur de la justice, celui qui "enquête" c'est son colistier. Il s'appelle "De Lanxorre" aussi ! »


De Lanxorre... faisant mine de ne rien remarquer, Anaïa resta silencieuse un moment. Si elle n'avait aucune idée de qui entretenait le poste de professeure de botanique à ce moment là, elle ne pouvait pas être à ce point en marge de la société pour ne pas connaître le nom de Antonius De Lanxorre. Le directeur de la justice magique, un personnage sombre qui se disait de sang pur. Sa réputation le suivait de plus près que son ombre. Si Anaïa avait une certaine tolérance pour ce qui était de la justice et de la paix qu'elle pouvait apporter, elle n'aimait cependant pas beaucoup les chefaillons bureaucrates aux épaules épinglés à leur dossier du ministère de la magie.
Devant Daisy, il devenait de plus en plus difficile, à n'en pas douter, de dissimuler les sentiments qui traversaient son esprit en cet instant. En outre, l'alternance entre leur conversation et le travail sur la révolte des gobelins ne facilitait pas les choses. Toutefois, professionnelle, il était résolument intolérable qu'elle laissât paraître une quelconque colère.


« Ne t'en fais pas, je ne proposais cela que pour te rendre service, en aucun cas pour t'enfoncer d'avantage ! Et si je rentrais en contact avec cette enseignante, même si cela se faisait à ta demande, je ne citerais jamais ton nom, tu peux en être certaine. De toute façon, il me semble avoir compris qu'il n'y avait pas que toi qui avait des problème avec elle. »


A dire vrai, il était plus que probable que Anaïa décidât de contacter cette enseignante pour mettre son grain de sel dans les rouages d'une machinerie qui marchait trop bien contre les enfants qui en étaient les victimes. Elle ne porterait aucun préjudice à Daisy si elle y allait en simple visite de courtoisie.
Si seulement, elle avait pu avoir accès à cette école dans laquelle elle avait laissé tous ses souvenirs ! Que n'aurait-elle pas donné pour enseigner là bas les disciplines qu'elle aimait le plus comme la métamorphose...


« C'est parce que ... heu .. j'ai dit "radin" ... ? » Daisy rappela rapidement Anaïa à la réalité. Quelle honte : elle qui rêvait d'enseigner à Poudlard n'avait même pas la discipline nécessaire pour se concentrer le temps d'un cours qu'elle dispensait et c'était à son élève de la rappeler à l'ordre !


« Entre autres choses, reprit Anaïa. Tu sais que tu dois faire attention à ton orthographe et à la manière dont tu t'exprimes à l'écrit, mais tu dois également prêter une grande importance à ton expression orale pour faire bonne impression. C'était là, tout l'art de l'ethos. A l'oral comme à l'écrit, tu peux trouver ton style, et il te sera personnel. Tu peux naturellement adopter une posture décontractée pour produire un effet sur ton auditoire et, effectivement, cela peut rendre plus animée la façon dont tu parles de la révolte des Gobelins (et il fallait admettre que le sujet n'était pas des plus passionnants), mais en aucun cas tu ne dois te montrer désinvolte ou familière avec ton sujet ou ton auditoire. Est-ce clair ?


Elle avait dit cela sans hausser le ton de sa voix, conservant une douceur qu'elle estimait pédagogue et seul les mots qu'elle avait choisis teintaient son propos de fermeté pour illustrer ce dont elle parlait. Si elle attendait de Daisy une attitude d'élève, alors elle-même devait adopter un attitude d'enseignante irréprochable.



Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Daisy Wellington, le  Mer 10 Juin 2020 - 6:11

Je commence à tripoter ma plume et à jouer avec, trahissant peut être une certaine nervosité.

-Oh heuumm ... Je crois que je préférerai que vous fassiez pas ça miss Beckett. Dis-je du bout des lèvres le nez baissé sur mon outil scripteur.

J'affiche une petite moue mais me reconcentre vite sur la leçon. C'est encore le mieux à faire pour vite changer de sujet.

Elle me conseille de ne pas me montrer désinvolte ou familière ... ? Je comprend le principe ce qu'elle essaye de m'expliquer mais ... Je ne comprends pas exactement ce que j'ai dit de désinvolte et familier. Hormis le "radin". Et ça m'embête. J'ai pas envie de poser la question en mode "-Ah ouais et j'ai dit quoi de mal ??". Ça ferait sacrément insolente. Alors je garde un moment le silence, essayant de formuler correctement ma question. J'essaye de mettre en application sans même m'en rendre compte ses conseils, comme quoi même les ânes peuvent apprendre.

-Est-ce que ... vous pourriez m'expliquer ... heu ... comment j'aurais pu le dire autrement ... ? Je sens que c'est quand même glissant, je me hâte alors de rajouter après un court silence. S'il vous plait !
Contenu sponsorisé

Pas de repos pour les ânes ! (en cours) Empty
Re: Pas de repos pour les ânes ! (en cours)
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 Pas de repos pour les ânes ! (en cours)

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.