AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
NIKE : -20% supplémentaires sur les articles déjà en promo ...
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 1 sur 1
Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Erin Erskine
Erin Erskine
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Erin Erskine, le  Ven 15 Mai - 23:25

RP avec Elida Cestero
Saison 31 - début du printemps


En cette belle nuit de pleine lune, Erin n'avait qu'une seule envie : aller bouquiner dans une des serres du château. Ces derniers jours, elle éprouvait quelques difficultés à trouver le sommeil et rien de mieux que d'utiliser ce temps qu'en allant s'instruire et approfondir ses connaissances magiques. Consciente qu'elle enfreignait plusieurs règles de Poudlard, l'adolescente avait été très discrète en se faufilant hors de son dortoir en haut de la tour des Serdaigles, emportant avec elle un exemplaire du "Livre des sorts et enchantements niveau 7" afin de s'avancer pour l'année prochaine, et avait réussi -par un certain miracle jumelé à beaucoup de détermination- à sortir sans être repérée.

Respirant l'air frais de ce début de printemps, Erin enroula son écharpe bien autour de ses oreilles et de son nez.  L'hiver venait tout juste de prendre fin, certes, mais pas suffisamment pour se découvrir. Même pas besoin d'allumer sa baguette d'un Lumos, la ronde-lune était d'humeur généreuse et éclairait parfaitement l'extérieur du château. Une fois arriver dans la serre numéro deux, Erin se fraya un chemin parmi les étales de plantes, sentant par la même occasion une odeur satisfaisante de terreau frais, puis s'installa en tailleur dans un coin non sans avoir saisi au préalable un bocal vide. S'en servant comme contenant, l'écossaise pointa sa baguette à l'intérieur et lança un #sortilège de flammes bleues afin d'avoir un peu plus de lumière -la lune filtrant beaucoup moins à travers les vitres de la serre- tout en profitant d'une douce chaleur.

Au bout d'une bonne demi-heure, un léger bruissement fit sursauter Erin qui leva ses yeux plissés de son livre pour balayer la pièce du regard. *M*rde, déjà ? Un préfet ? Un prof ?* s'inquiéta la petite blonde qui éteignit ses flammes d'un #Finite Incantatem. Attendant environ deux minutes dans un silence pesant, Erin haussa les épaules et se détendit avant de se décider à s'en retourner au manuel qu'elle était venue lire, s’affairant tout d'abord à rallumer ses flammes bleues.

« OH B*RDEL ! » s'exclama la serdaigle lorsqu'elle fut surprise par un animal qui s'était lové contre son bocal, vide mais encore tiède du feu magique qu'il contenait quelques instants plus tôt. « Pfouh, ce n'est qu'un hérisson » souffla-t-elle ensuite, soulagée que le bruit entendu plus tôt soit identifié -et qu'il ne s'agissait pas d'une source potentielle de retenue- voire presque attendrie par la petite bestiole qui semblait peu farouche. « Restes là si tu veux, mais ne me fait plus peur comme ça » murmura la jeune fille en pointant un index accusateur sur la petite bête hérissée. Pas très à l'aise avec les animaux, il lui semblait néanmoins assez évident que ce petit machin était inoffensif. Erin ralluma ensuite les flammes bleues -que l'animal regardait fixement- et continua sa lecture, oubliant que le bruit qu'elle avait entendu plus tôt venait du fond de la serre et qu'il était peu probable qu'un animal si petit traverse la serre si vite.

P.S. : pour info je n'ai pas trouvé de formules dans le Grimoire au sujet des Flammes Bleues, mais en cherchant un peu j'ai vu qu'il y avait eu un cours de sortilèges dessus donc je me suis permise de l’utiliser. J'espère que ça ira.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Elida Cestero, le  Sam 16 Mai - 16:39

Oui, sortir la nuit c’est interdit. Oui, je me suis déjà faite gronder pour ça. Et oui encore, je vais recommencer. Enfin, pas tout à fait ! Ce soir, je vais seulement regarder le ciel, pas de promenade dans la belle forêt. C’est que je n’ai pas envie de rester dehors trop longtemps : on sort à peine de l’hiver, on entre tout juste dans le printemps, il fait encore froid. Il n’y a pas déjà toutes ces belles couleurs printanières, pour l’instant ce ne sont que des bourgeons fermés qui attendent que les rayons chauds et lumineux de la boule de feu autour de laquelle nous tournons se fassent plus nombreux. Il y a encore ce petit air frais qui me souffle de garder bottes et cape d’hiver, il y a encore parfois cette petite couche blanche sur l’herbe, même si elle fond assez vite lorsque le jour se lève. Mais aujourd’hui est une belle nuit, une nuit magnifique comme il n’y en a que rarement. Ce n’est pas vraiment une nuit parfaite pour contempler les étoiles, beaucoup seront difficilement visibles, c’est surtout la Lune qui est parfaitement observable ce soir. Ronde, blanche, brillante, éclatante ! Là-haut dans un ciel dégagé, entourée d’étoiles joyeuses bien que moins brillantes que cet Astre de la Terre.

Alors ce soir, je vais contempler la Lune. La Salle Commune aurait pu être pu être un bel endroit pour l’observer, c’est vrai, mais j’aime aussi pouvoir m’installer directement sur le sol vert sombre et lever la tête vers le ciel – sauf si je décide de m’allonger par terre. Ça dépend de si je dessine ou pas, la Lune peut être une lampe naturelle suffisante pour éclairer mon carnet. Pas besoin de beaucoup de lumière pour dessiner ! Alors je sors du château avec le carnet à la main, sait-on jamais les demandes de l’esprit. Les couloirs sont calmes, en même temps qui feraient des allers-retours dans les escaliers menant à l’immense tour ? Pas moi, c’est sûr. Il faut tout de même se faire discret, marcher doucement pour ne pas faire de bruit avec les chaussures contre le sol frigorifié. Et une fois dehors, je réfléchis. J’aurais pu réfléchir avant, oui c’est vrai. Sauf que j’y ai pas pensé, donc ce n’est que maintenant que je me demande où aller. De quelque côté diriger mes pas pour avoir un bel aperçu de la Lune ? C’est proche des serres que finissent par me mener mes petites pieds chaussés, ce n’est pas aujourd’hui que j’enlèverais mes chaussures pour sentir l’herbe sous les pieds. Les serres, il y en a beaucoup et une chose est sûre : à cette heure-ci, il n’y a personne. Qui irait voir les plantes la nuit ? Même l’effrayante professeure de Botanique n’y est pas – mais y est-elle seulement hors des cours ?

Je m’installe donc par terre, le carnet fermé posé contre moi tandis que le regard se rive sur l’Astre lunaire. Une nuit je me souviens, j’avais vu Pierrot, petit Pierrot enfantin que j’avais dessiné depuis la tour d’Astronomie pour le montrer à une grande Serdaigle gentille. Mais la Lune était croissant, aujourd’hui elle est ronde. C’est la nuit des Lycanthrope, Humain mordu et transformé en créature sanguinaire dévoreuse d’Humains. Évidemment, il ne peut pas y en avoir à Poudlard, c’est dangereux un Loup-garou, classé XXXXX ! Sinon, c’est que l’école ne veut plus d’élèves. Il est vrai que ce serait une bonne manière de tuer tout le monde : deux trois Loups-garous, et puis il n’y a plus personne. Sauf que ce serait bizarre, très bizarre, trop bizarre. Je soupire – je m’exaspère moi-même parfois. Même si dans la Lune ronde, on peut voir une tête de cette Humain transformé contre son gré… Ou alors on voit un Pierrot enfermé, tout triste. C’est comme vous voulez ! Je ne sais pas trop lequel est le mieux, il y a soit du danger soit de la tristesse. Ou peut-être que Pierrot est content que ce soit la pleine Lune ? Ça le change des croissants sur lequel il s’assoit pour cueillir des étoiles sans succès. Ce qui est sûr, c’est que si Pierrot pouvait parler il utiliserait des jolis mots, pas comme la voix qui se fait entendre dans un cris.

Une voix ! Je m’assois en cherchant autour de moi, c’est sûr y a quelqu’un qui vient de parler ! Même qu’il ou elle a dit un mot pas joli que je ne répéterais pas, il ne faut pas exagérer. Sauf que qui dit voix dit gens, Humain, élève. Un professeur ne parlerait pas de cette manière, du moins je ne l’espère pas. Carnet en main, je me lève discrètement pour chercher qui vient de crier. C’est calme maintenant, mais il y a du avoir un truc dangereux ou effrayant pour crier ainsi. Oh, imaginez un Loup-garou vient finalement de réussir à entrer dans l’école ? Non non, ça ferait du bruit cette créature occupée à dévorer la personne anciennement vivante… Sauf qu’il n’y a personne autour de moi. Alors je me glisse dans les serres – un Loup-garou là-bas, c’est une mauvaise chose car il va écraser les plantes ! De toute façon, une partie du cerveau fait remarquer que c’est complètement impossible d’avoir ce genre de créature dans l’école. Évidemment que c’est impossible, je le sais. Et quand je vois une étrange petite lumière bleue accompagnée d’une silhouette humaine, je me sens tout de même un peu soulagée. Il n’y a donc pas de Lycanthrope ici, c’est rassurant. Mais allez savoir pourquoi elle a crié, et comment elle a fait pour avoir de la lumière bleue… Dans un bocal. De la magie ? Oh, et il y a une petite silhouette couchée contre ce bocal, si s’en est un. Je me demande bien ce que c’est que tout ce bazar. Alors je m’approche un peu plus, «Pourquoi tu as crié ?» Ni bonsoir ou autre formule de politesse ? Non, inutile. Je veux juste savoir pourquoi j’ai ainsi été dérangée.
Erin Erskine
Erin Erskine
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Erin Erskine, le  Lun 18 Mai - 10:35

De nouveau plongée dans le manuel scolaire de septième année, Erin continuait le chapitre concernant le sortilège Obscuro, qu'elle avait commencé la veille, à la bibliothèque. Rendre aveugle la personne visée pendant quelques minutes, ça devait quand même être bien pratique en duel ou même si on avait envie de se faufiler quelque part sans être vu. Le côté "les yeux deviennent blanc pendant la durée du sortilège" donnait un côté un peu flippant à ce sort et Erin se demandait également comment la personne touchée devait se sentir, perdant ainsi la vue brutalement. Comme pour mieux s'imaginer, la serdaigle ferma les yeux quelques secondes et frissonna à l'idée.

« Pourquoi tu as crié ? » lui dit une petite voix qui la força à rouvrir les yeux tout en poussant un cri de surprise étouffé, faisant également sursauter le petit hérisson confortablement installé près d'elle.

Deux fois on venait de lui faire peur en l'espace d'à peine une heure, son coeur n'allait pas supporter. Posant une main sur sa poitrine, expirant un grand coup, Erin se tourna vers la source de la perturbation. Une élève se tenait à côté d'elle, un carnet sous le bras. Erin ne distinguait pas beaucoup son visage mais il semblait toutefois évident qu'elle était très jeune, première ou deuxième année maximum. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire là ? Normalement, quand on entend du bruit à une heure pareille, en étant si jeune et en plein manquement au règlement, on s'en va ou on se planque.

Après un silence de plusieurs longues dizaines de secondes, se demandant s'il fallait lui répondre simplement ou lui faire un sermon, Erin fit le premier choix. Après tout, elle n'était ni préfète, ni en position de lui faire la morale. « C'est ce truc qui est arrivé sans prévenir et qui m'a surprise. dit-elle en pointant son index sur le hérisson qui lui tenait compagnie. Un peu comme toi à l'instant, en fait. ajouta-t-elle ensuite, plus amusée que fâchée. Plissant les yeux pour mieux distinguer l'écusson présent sur la cape de la nouvelle arrivante, Erin sourit avant d'ajouter Tu es chez Serdaigle ! ravie de se trouver en présence d'une alliée de maisonnée qui se garderait bien de lui faire perdre des points en allant cafter. Quoique, elle connaissait certaines personnes capable de vendre père et mère pour se faire bien voir des professeurs... Moi aussi, se risqua tout de même la blondinette en secouant le bout de son écharpe bleu et bronze. Je m'appelle Erin, sixième année. »

Il valait toujours mieux jouer franc jeux plutôt que de se risquer à raconter n'importe quoi. Après tout, elles étaient toutes les deux dans le même bateau et rares étaient les élèves à aimer se faire pincer en train d'enfreindre le règlement. Surtout les plus jeunes. Alors, sous ce constat, Erin demanda « Qu'est-ce que tu fais ici ? ». Elle repoussa ensuite du revers de la main -sans le toucher- avec des "oust oust, reste là bas toi" le petit hérisson qui s'était un peu trop rapproché de son genou.
 
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Elida Cestero, le  Lun 18 Mai - 11:37

Je n’ai pas parlé fort, si ? Je n’ai pas cette impression, après tout je n’ai jamais parlé très fort puisque je n’en vois pas l’utilité, surtout aujourd’hui et maintenant : c’est calme, presque désert, la fille ne peut que m’entendre sauf si elle est sourde ou endormie. La deuxième possibilité étant difficilement acceptable si on se dit que l’inconnue a crié il y a peu de temps. C’est possible, de crier puis de s’endormir ? À moins qu’elle n’ai crié dans son sommeil, à cause d’un cauchemar ? Ce serait bizarre puisqu’elle vient de sursauter en m’entendant – elle n’est d’ailleurs pas sourde ou alors ce serait une étrange coïncidence. Elle me regarde, je la regarde, curieuse d’avoir une réponse qui ne vient qu’un petit temps après qu’elle m’ait observée. Je ne fais pas peur, enfin je ne crois pas. Ça me paraît compliqué, j’ai presque douze ans seulement et je suis bien trop petite pour faire peur. Sauf si la fille a peur des petits ? Non vraiment, quelle idée étrange !

Elle finit par répondre, expliquant qu’un truc est arrivé sans prévenir et l’a fortement surprise. Je suis le doigt du regard, regardant un court instant le petit animal couché contre l’étrange bocal à la lumière bleue. Puis je tourne à nouveau la tête vers elle tandis qu’elle ajoute que je suis comme cette petite créature : je l’ai surprise. Ça me fait un peu rire, intérieurement bien sûr. L’animal et moi aurions donc dû toquer à la porte ou annoncer notre venue d’un "attention j’arrive !" ? C’est impossible ! Enfin, moi j’aurais pu. Mais pas l’animal, à ce que je sache il ne sait pas parler. Sauf si c’est une créature magique, je ne les connais pas toutes mais il doit y en avoir des douées de paroles. Dans ma réflexion, je regarde à nouveau le-dit animal tandis que la plus grande se met à blablater, remarquant je suis à Serdaigle. Je hoche pensivement la tête tandis que l’être vivant se révèle être un hérisson. Adorable petit animal plutôt nocturne qui est couvert de piquants sur son dos. Existe-t-il un hérisson magique ? Ça pourrait être intéressant.

L’inconnue décide de se présenter : elle aussi est à Serdaigle et porte un drôle de prénom. Enfin, pas drôle mais original car je ne pense pas l’avoir déjà entendu. C’est bien là l’avantage de Poudlard et de tout ce monde y étudiant, j’y apprends plein de prénoms ! Je range l’information dans un coin de ma tête, à voir si celle-ci juge intéressant de le retenir. En attendant, elle termine de se présenter en me donnant son année, et elle est vraiment grande ! Si mes souvenirs sont bons, on va passer sept ans à l’école de magie. Oui oui, elle est grande ! Est-ce que moi aussi je devrais me présenter ? Ce serait la politesse dirait Mark, alors je souris poliment pour dire à mon tour «Moi, c’est Elida. Et je suis en première année.» Les gens ont tendances à appeler "petit" dès qu’on dit qu’on est en première année, et au final je m’y suis habituée. Après tout, elle s’en serait doutée de mon année, même si on peut hésiter avec les deuxièmes années qui au final ne sont pas beaucoup plus grands que nous.

Erin ne semble pas méchante pour le moment, même si elle a été surprise par mon arrivée elle ne s’est pas mise en colère et a même été assez sympathique. Maintenant que j’ai ma réponse, je pourrais partir, je sais pourquoi elle a crié. Mais justement, ce hérisson est-il un hérisson ? Si la grande me laisse le temps de réfléchir sérieusement, je trouverais le nom de cette créature magique au physique de hérisson – c’est presque sûr qu’elle existe ! Sauf que la Serdaigle semble bavarde, ou peut-être simplement curieuse car elle me demande ce que je fais là. Je pourrais ne rien répondre : ma présence à ses côtés n’est-elle pas évidente par ma question ? Peut-être pas. Je la regarde repousser la jolie bête qui approche ses petites épines du genou de la jeune fille – ça pique, je la comprends. «Je regardais la Lune, elle est super belle ce soir et le ciel est dégagé donc c’est une grande chance. Mais je t’ai entendu crier alors je suis venue voir ce qu’il se passait.» Voilà, tout simplement ! Et après une hésitation, je me justifie «Je croyais qu’il y avait un Loup-garou.» Pleine Lune, Loup-garou, vous voyez. Mais ça peut paraître idiot. «Et toi, tu fais quoi ici ?» Ou plutôt, tu lis quoi ? Elle semble avoir un livre, ça peut être intéressant.
Erin Erskine
Erin Erskine
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Erin Erskine, le  Lun 18 Mai - 13:01


C'était quand même assez amusant, quand on y réfléchissait. Il était strictement interdit de sortir des dortoirs la nuit et pourtant les élèves s'y risquaient souvent dès la première année. Bon, peut-être pas tous les élèves. Mais un certain nombre, ça oui. Et la dénommée Elida -puisqu'elle venait de dire qu'elle s'appelait ainsi- en faisait également partie. Était-ce de la rébellion, de la curiosité, de l'insouciance ? Enfin, Erin estimait que ça ne la regardait pas, puisqu'elle aussi était là et n'avait pas trop envie de dire pourquoi. Ses nuits d'insomnies étaient devenues plus nombreuses ces derniers temps et même si elle en connaissait la raison, elle n'en parlerait à personne.

Apparemment, la première année était venue regarder la lune. Cette fascination que certaines personnes avaient pour le ciel étonnait toujours Erin. Oui oui, c'est sûr, la nuit c'est joli et parfois même un peu romantique si on est en bonne compagnie. Mais franchement, risquer une retenue juste pour contempler un astre lumineux... Et d'après ce qu'elle disait, Elida était venue jusqu'ici à cause du bruit émis par son cri et la supposition d'une présence lycanthrope ? Erin n'en revenait pas. Vraiment, se mettre en danger comme ça. Et s'il y avait vraiment eu un loup-garou ? *Bah tu serais morte, mademoiselle la première année.* Enfin, mieux valait ne pas lui dire ça à voix haute, sinon il était possible que la petite serdaigle fasse des cauchemars. Non non, préservons l'innocence encore un peu.

« Tu devrais quand même faire attention, j'aurais pu être un prof ou un préfet. Ça aurait été moins sympa. se décida quand même à annoncer Erin qui préférait avertir sa comparse serdaigle que les virées nocturnes devaient s'accompagner d'un peu de prudence et de discrétion, même si elle n'était pas un bon exemple. Puis elle souleva son livre encore ouvert de ses genoux afin de montrer la couverture à l'intéressée qui venait de lui demander ce qu'elle-même faisait ici. Je lis. » répondit-elle simplement.

Ce n'est que lorsqu'elle posa les yeux sur les pages avec plus d'attention qu'Erin s'aperçue qu'un morceau de papier était déchiré. Pas suffisamment pour empêcher la lecture, mais assez pour que l'intraitable Mme Gattino, la bibliothécaire de Poudlard, le remarque et la sermonne pendant des heures. Sans même hésiter, Erin posa les yeux sur celui qu'elle savait coupable : le hérisson squatteur. Non seulement il avait abîmé son livre, mais en plus il ne mangeait même pas le papier. Il s'était contenté de le mâchouiller puis de le recracher. « Sale bête ! Va-t-en avant que je te métamorphose en éponge grogna la blondinette en poussant du bout de sa baguette la petite bestiole. Si tu as faim, sers toi, il y a des plantes partout ici » ajouta-t-elle ensuite en faisant un signe vers l'ensemble de la serre, bien qu'elle ait du mal à imaginer qu'une serre d'un cours de botanique destinée à des sorciers puissent contenir quelque chose de comestible.

Cette façon qu'Erin avait de s'adresser au hérisson comme à un être doué de parole était assez cocasse et évocateur de son manque de tact envers les animaux, en général. Le fait, justement, de ne pas les comprendre rendait Erin méfiante et mal à l'aise face à leur potentielle imprédictibilité. Et ce petit hérisson ne faisait pas exception car malgré le fait de l'avoir laissé profiter de ses flammes bleues, voilà qu'il la trahissait en dévorant son ouvrage emprunté.  « T'aurais pas quelque chose à lui donner ? demanda ensuite la serdaigle en s'adressant à Elida, remarquant que la bestiole hérissée n'avait pas bougé d'un demi-centimètre. Un gâteau, j'sais pas. Pour qu'il s'en aille... »


Dernière édition par Erin Erskine le Lun 18 Mai - 15:55, édité 1 fois
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Elida Cestero, le  Lun 18 Mai - 15:08

Quand j’y pense, c’est un peu bête d’être venue en imaginant qu’il y aurait pu avoir un Loup-garou dans les serres en train de dévorer la personne qui venait de crier. Même si une partie du cerveau se disait que c’était impossible cette Humain transformé dans l’école, la partie de l’imagination s’imaginait déjà un gros Loup effrayant en train de se régaler d’un cadavre humain – berk berk berk. Comme quoi le cerveau peut parfois prendre le dessus de l’imagination même si celle-ci a la voix forte, sinon je ne serais pas venue. Enfin, je n’espère pas : sans baguette, encore que même avec je ne suis bonne à rien, ç’aurait été complètement inutile. Sauf qu’il y a la curiosité, cette vilaine curiosité qui accompagne le cerveau pour dire que ce n’est pas un Loup-garou et qu’il faut aller voir. Au final j’ai bien fait, non ? C’était juste une grande Serdaigle surprise par un mignon hérisson venu se coller contre un bocal contenant d’étranges flammes bleues.

En attendant, cette fille nommée Erin a raison : il y aurait pu avoir à sa place, ou même en plus, un préfet ou un professeur. Et comme elle, ç’aurait été forcément moins sympa, surtout si j’étais tombée sur cette grande Poufsouffle aventurière voyageuse mais pas très agréable. C’est que les préfets, ou même les grands en général, ne peuvent pas comprendre le goût pour le ciel, les animaux ou les plantes. Enfin, peut-être le professeur d’Astronomie aurait-il comprit l’envie d’observer la Lune ? C’est en rapport avec sa matière après tout. Ce qui est moins sûr, c’est que la professeure de Botanique comprenne notre présence dans les serres, elle qui fait si peur… Quoi qu’il en soit, les gens ne sont pas capables de comprendre que plus le Soleil se couche tard, moins les étoiles sont observables. Enfin, même en hiver c’est intéressant de sortir la nuit, le paysage enneigé prend une dimension encore plus magique !

La Serdaigle, elle, lit. C’est tout ce qu’elle dit, comme si je ne m’en étais pas douté, mais en même temps elle soulève un peu son livre, suffisamment pour que je prenne le temps de lire le titre : c’est un livre de sortilèges pour les septièmes années. Est-elle si forte qu’elle peut se permettre d’essayer des sorts plus compliqués ? Il y en a, des élèves comme ça. Pour ma part, j’ai déjà du mal à lancer un Lumos alors ça va être compliqué de s’avancer. Même si la théorie, dans ces matières-là, devient plus simple que la pratique. Ce n’est donc pas particulièrement intéressant, alors je retourne mon attention vers le hérisson ou plutôt vers les lectures que j’ai fait depuis la rentrée. C’est qu’il faut s’attendre à tout dans cette école un peu folle, un hérisson magique ne pourrait-il pas exister ? Si, bien sûr que si, j’en suis persuadée. Un des livres empruntés à la bibliothèque devait en parler, c’est presque sûr.

À côté de moi, la plus grande râle sur l’animal qu’elle menace de transformer en éponge. Je rie intérieurement, ce serait embêtant qu’elle pense que je moque mais c’est possible ça ? Un hérisson-éponge ? Quelle drôle d’idée ! La voilà qui pousse la créature en lui conseillant d’aller manger quelques plantes aux alentours qui remplissent les serres. C’est vrai qu’il doit y avoir quelques plantes comestibles ici, non ? C’est pas trop sûr, je ne m’y aventurerais pas. D’ailleurs, j’ai lu dans un livre moldu que les hérissons pouvaient manger de tout, surtout ce qui se trouve dans un jardin. Peut-être que s’il a vraiment très faim, il mangerait des plantes magiques ? Ça serait dangereux, non ? Sinon, on peut l’emmener dans le parc pour qu’il y trouve quelques trucs intéressants, ça ne manque pas d’escargots ni de vers de terre là-bas… En l’attrapant par en-dessous, il n’y aura pas de risques de se blesser.

Finalement, après avoir essayé de repousser d’elle-même le vilain abîmeur de livre, Erin me demande si j’ai quelque chose à manger pour le donner à l’animal afin qu’il s’en aille. Je secoue la tête doucement avant de proposer «Je n’ai rien à manger sur moi, mais on peut essayer autre chose. Attends-moi là !» Et je quitte les serres pour rejoindre le parc éclairé de la Lune, carnet sous le bras, à la recherche d’un truc à manger, peut-être une limace ? C’est la loi de la nature, le gros mange le petit ! Enfin, parfois c’est l’inverse, ça dépend mais je ne vais pas faire un exposé. Heureusement qu’il y a la Lune, je finis par trouver assez rapidement un vers de terre luisant sous la lumière. C’est assez triste de se dire que je vais le tuer en le prenant avec moi, mais il vaut mieux lui plutôt qu’un livre ! Et il vaut mieux lui plutôt que risquer d’empoisonner le hérisson. Le lombric entre les doigts, je me redresse pour rejoindre les serres – heureusement que je suis pas allé trop loin, je n’ai pas pensé à vérifier qu’il n’y avait personne…

«Regarde !» C’est presque fière de moi que je tends la petite bête qui se tortille devant les yeux de la grande Serdaigle. «J’ai déjà lu un livre sur les hérissons, je pense qu’il pourrait bien aimer un vers de terre.» L’animal dans la main, je m’assois par terre. Je pourrais le lui donner maintenant, mais il y a cette créature magique qui me dérange, ce nom dont je n’arrive pas à me souvenir et qui ressemble au hérisson. Pas le nom, la créature. Une sorte de hérisson magique un peu spécial. «Noueux…» que je murmure soudainement dans ma réflexion. Oui voilà, c’est ça ! Un Noueux, c’est un hérisson magique. Sauf qu’il vaut mieux éviter de le nourrir celui-là, sinon il se met à tout détruire sur son passage et ça devient dangereux. Mais voilà, c’est le seul moyen de savoir si cet animal est un hérisson ou un Noueux. Il vaudrait mieux pour nous que ce soit un hérisson : il mangera et nous laissera tranquille. Et si c’est un Noueux… Ce sera tout le contraire. Je soupire avant de regarder la grande «Tu veux lui donner ?» Après tout, c’est elle qui a proposé. Elle pourrait le lui donner, et puis ça ne servirait à rien de l’affoler pour rien car il est plus probable que ce ne soit qu’un hérisson !
Erin Erskine
Erin Erskine
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Erin Erskine, le  Lun 18 Mai - 16:56


La petite serdaigle s'était éloignée si vite pour aller chercher quelque chose à donner au hérisson qu'Erin n'eut pas le temps de lui dire de faire attention. Avait-ele seulement conscience que si elles se faisaient attraper toutes les deux, c'était la retenue assurée ? Dans les serres, elles étaient plus ou moins à l'abri des regards, mais si Elida était sortie pour chercher quelque chose... *Oh non, j'espère qu'elle n'est pas retournée jusque dans la tour...* pensa la blondinette qui ne savait pas trop à quoi s'attendre, ne connaissant sa camarade-de-méfait que depuis quelques minutes.

Préférant être parfaitement aux aguets si quelqu'un d'autre qu'Elida revenait -ou si elle revenait accompagnée, savait-on jamais, les traîtres sont partout- Erin se releva afin de se tenir debout, son livre sous le bras et le bocal contenant ses flammes bleues à la main. Le petit hérisson n'avait pas l'air d'apprécier qu'on lui enlève sa source de chaleur et il s'approchait du pied de l'adolescente. Grimaçant un peu, ne sachant plus quoi faire pour se débarrasser de la bestiole, Erin le repoussait du bout des pieds, mais il revenait sans cesse à la charge.

Après quelques minutes, Elida revint. Le soulagement d'Erin de voir que la première année était restée à proximité et non pas retournée dans la tour des Serdaigle fût rapidement balayé lorsque la bleue mit sous son nez un ver de terre gluant, tortillant et dégoûtant. Elle le prenait dans ses mains nues et la sixième année eu un haut le coeur non dissimulé. Apparemment, Elida était bien plus à l'aise avec les animaux que la franco-écossaise et quand elle lui annonça fièrement avoir lu des livres sur les hérissons, Erin lui répondit un "Oui oui ok ok" d’acquiescement afin qu'on lui enlève le plus vite possible le ver de terre de la vue.

La petite serdaigle s'installa en tailleur à côté du hérisson puis marmonna quelque chose qu'Erin n'entendit pas. L'adolescente positionna son bocal-éclairant au dessus de la première année pour observer la scène. Mais Elida avait l'air de réfléchir à quelque chose et resta figé, l'horrible ver dans les mains, pendant quelques longues secondes. Erin allait lui demander quand est-ce qu'elle comptait nourrir la bestiole pour qu'elle puise de nouveau être tranquille quand la petite bleue se tourna vers elle en lui demandant si elle voulait elle-même donner le ver au hérisson.

« Hein ?! répondit brusquement Erin avec des yeux écarquillés. Non non, tu as l'air de tout à fait gérer la situation. Tu vas y arriver. Vas-y, vas-y, je te regarde. » ajouta-t-elle ensuite avec un petit mouvement encourageant de la main, feignant l'assurance mais ayant du mal à dissimuler son profond dégoût. Oui, c'était un peu la honte préférer laisser une enfant prendre les devants mais nourrir un hérisson avec un ver était tout bonnement hors de sa portée. Dans sa tête, Erin se promit de devoir une faveur à la petite serdaigle, pour service rendu.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Elida Cestero, le  Lun 18 Mai - 17:51

C’est vrai que je n’ai pas trop réfléchit en sortant des serres, trop enthousiaste à l’idée de trouver un petit bout de nourriture pour le mignon petit animal qui nous tient compagnie dans cet endroit fleurit ou au moins tout vert. Même si la nuit on ne voit pas grand-chose et donc on ne voit pas vraiment les couleurs. Et encore, on voit bien mieux que les autres nuits ! C’est l’avantage de la pleine Lune, elle éclaire bien la Terre. C’est d’ailleurs grâce à elle que je réussis à trouver un vers de terre qui se promène tranquillement sur un sol un peu froid. Le pauvre, il ne sait pas ce qui l’attend… Mais c’est mieux lui plutôt qu’un livre remplit de mots intéressants. Alors je le ramène à Erin qui s’est levé, et elle fait une drôle de tête tandis que je lui explique ce qu’on va pouvoir faire avec. N’a-t-elle pas demandé de la nourriture ? Ce lombric est parfait pour le hérisson ! Je jette un regard curieux à l’animal qui se tortille dans mes doigts, le pauvre ça ne doit pas être agréable d’être ainsi tenu. C’est là que je me rappelle que les grands, même les petits en fait, que beaucoup de gens n’apprécient pas trop ces petites bêtes. Pourtant, s’ils savaient à quel point la Terre survivrait mal sans eux, ils les aimeraient beaucoup…

Mais bon, tant pis pour eux. Ils ne le savent pas, et même s’ils le savaient c’est presque sûr que ça ne les intéresserait pas. Ils sont trop préoccupés par le physique peut-être pas très attirant très attirant. Manifestement, la grande Serdaigles est comme ces gens-là, mais je ne vais pas m’embêter à lui fournir tout un exposé bien détaillé sur l’importance de ces animaux. À la place, je m’installe et je réfléchis. Le point positif de la nuit et de cette fille à côté, c’est que tout est silencieux et j’arrive enfin, enfin !, à me souvenir du nom de la créature magique au physique de hérisson. Mais maintenant que je l’ai en tête, je ne suis finalement pas très rassurée. Si jamais le hérisson est un Noueux, il va faire des catastrophes dans les serres à cause d’un simple vers de terre… Pourtant c’est sûr, ce ver de terre n’est pas du poison ! Normalement, il y a plus de chances de tomber sur un hérisson qu’un Noueux, non ? Même si on est dans un monde magique, les animaux moldus restent très courants.

Et en tant que personne polie, je propose à la plus grande de nourrir l’animal. Après tout, c’est elle qui a eu l’idée et puis ça pourrait lui faire plaisir d’aider un mignon hérisson. Sauf que cette proposition a l’air de grandement la surprendre car elle a un air étonné et me dit qu’elle trouve que je me débrouille bien, que je peux le faire moi-même et qu’elle va me regarder faire. Je me demande si c’est parce qu’elle n’a pas envie de nourrir le hérisson ou si c’est à cause du ver de terre. Je regarde la bestiole s’agiter dans ma main, comme si elle sentait le danger. Il faut cesser cette torture bien sûr, alors je hausse les épaules «D’accord comme tu veux.» Au fond, ça me fait plaisir de pouvoir m’occuper du hérisson. C’est bien la première fois que j’en vois un d’aussi près ! Souriant, bien contente, je tends le lombric pour le poser sur le sol juste devant la jolie créature : «Tiens, c’est pour toi ! Régale-toi !» Mais dépêche-toi de l’attraper pour le manger avant qu’il ne s’enfuit. Bon d’accord, il n’est pas très rapide comme vers de terre mais quand même… Il vaut mieux ne pas lui donner de faux espoirs. Ni trop le torturer, surtout !

pour la suite:
 
Erin Erskine
Erin Erskine
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Erin Erskine, le  Dim 14 Juin - 2:52

- Le hasard a donné 3-


Erin observa la scène, essayant au maximum d'éclairer la petite première année avec son bocal de flammes bleues. Avec dégoût elle pu voir Elida déposer le ver de terre devant le hérisson, lui intimant gentiment de se nourir. Intérieurement, l'adolecente n'attendait qu'une seule chose : qu'il mange ce truc immonde et qu'il s'en aille enfin ! Sauf que ce n'est pas du tout ce qu'il se passa. La blondinette avait détourné légèrement les yeux afin de ne pas regarder en détail ce spectacle répugnant d'une bête en dévorant une autre gluante et quand elle posa de nouveau ses yeux bleus sur les bestioles, elle ne vit plus le hérisson. Le ver, lui, était toujours bien présent, se tortillant et avançant doucement vers les deux jeunes filles. Erk. Bah, flûte, il est passé où ? demanda Erin en baissant son bocal-flammes pour éclairer un peu plus le sol. Puis elle entendit des bruits étranges un peu plus loin devant elles. Des bruits de choses molles qui tombent par terre, faisant penser à des coups de tambour étouffés, des bruits de trucs qu'on déchire, des petits couinements hystérique ressemblant à un sifflet bouché. Passant devant Elida, Erin s'avança vers la source de tout ce bazar et fut surprise par de la terre qui vint recouvrir ses chaussures. Mais qu'est-ce qu'il fait ?! Il a pété un câble ? Elle pouvait voir le petit hérisson qui gesticulait dans tous les sens, à une vitesse bien trop élevé pour être normale. Avec ses petites pattes et son petit museau il avait réussi, en moins de temps qu'il ne le fallait pour dire Lumos, a grimper dans les bacs de la serre, il s'enfonçait dans le terreau puis ressortait afin de tout renverser au sol. Dans des petits couinemenets énervés, il déchiquetait de ses dents des feuilles, des fleurs, des morceaux de tuteurs... La scène était absolument rocambolesque. Soudain, Erin eut un flash, une révélation, comme un coup de trompette dans son cerveau, une ampoule qui illumina au dessus de sa tête. Elle se tourna vers Elida et lui cria, un peu trop fort d'ailleurs C'est un NOUEUX ! Oh non... Qu'est-ce qu'on a fait... Qu'est-ce que j'ai fait. J'aurais dû le savoir mais qu'est-ce que je peux être BÊTE des fois. Elle paniquait un peu. Pas tant que se faire pincer était inhabituel, ça lui était déjà arrivé. Mais là, si les deux serdaigle ne faisaient rien, l'animal allait devenir de plus en plus hystérique et risquait de mettre la serre du Professeur De Lanxorre sans dessus-dessous. Et Erin n'avait absolument pas envie de la mettre en colère. Vraiment pas du tout. J'ai absolument pas réfléchit !!! Il faut qu'on fasse quelque chose pour qu'il se calme. Mais je suis nulle en Soins aux Créatures Magiques, je déteste tous ces trucs là. dit-elle en pointant vaguement l'endroit où le noueux se trouvait avec dégoût. Et tu es en première année... Vous avez déjà appris des trucs sur les noueux ? Elle se sentait minable. En être réduite à demander de l'aide à une enfant qui venait tout juste d'arriver à Poudlard et qui était peut-être née moldue, qui n'avait peut-être jamais entendu parler des noueux jusqu'à il y a quelques mois. N'attendant pas de réponse, préférant réagir vite avant qu'il ne soit trop tard, la serdaigle posa son bocal enflammé sur le sol et augmanta légèrement la puissance des flammes bleues afin qu'elles éclairent un peu plus la serre, juste suffisamment pour qu'elle puisse viser le noueux. Son bois de pin en avant, elle cibla l'animal qui continuait de sauter de bac en bac, réduisant les plantes en miettes sur son passage, puis lança un #Petrificus Totalus.

pour la suite:
 
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Elida Cestero, le  Mar 16 Juin - 18:59

- Le hasard a donné 4 -

Edit le 05/09 avec le L.A d'Erin emprunté pour terminer le rp
puisqu'elle est "partie" du forum depuis un moment

Alors. Je crois que le Hérisson n’était pas un Hérisson, sinon pourquoi aurait-il ainsi disparu une fois le ver de terre posé sur le sol des serres, juste devant lui ? Le Lombric se tortille par terre, certainement content d’avoir quitté mes doigts auxquels il n’est pas habitué et qui n’étaient certainement pas très confortables. Je me sens un peu coupable de l’avoir amené là sans rien lui demander, mais il se trouve qu’il ne se fera pas manger ce soir. En tout cas, pas pour l’instant. Erin aussi semble étonnée, sa lampe au drôle de feu magique se baisse un peu, on voit bien mieux le ver de terre humide et l’absence du Hérisson. Hérisson pas Hérisson malheureusement. C’est qu’il n’y avait qu’une façon de le savoir, et ce n’était pas la meilleure des solutions que de tenter de le nourrir pour voir ce qu’il en était. Car le voilà en train de saccager les serres comme si un troupeau d’Éléphants était passé. Enfin non, pas tout à fait car les Éléphants auraient tout écrasé. Non, il agit tout simplement comme un Noueux que l’on a voulu nourrir et qui croit ainsi à un empoisonnement.

Mince. Jamais je n’aurais tenté ça moi. Sauf qu’il s’en fiche le Noueux, il s’énerve et agit sans même réfléchir quelques secondes. Tandis que la grande s’interroge, le Noueux s’active, aussi rapide qu’une chute de dominos parfaitement alignés, il creuse et vide les bacs, on voit la terre voler et s’étaler en pagaille sur le sol. Il crie aussi, couiner serait plutôt le bon mot d’ailleurs, c’est un petit bruit étrange et pas très agréable qui se fait entendre. J’avais lu ce qu’est capable de faire un Noueux après une simple proposition de friandise qu’un Hérisson à sa place aurait adoré, mais je ne m’étais pas imaginé que ce serait à ce point dévastateur… Pourtant j’ai de l’imagination, sauf que tout dépasse les images qui se proposaient. Il est vraiment énervé pour tout détruire ainsi un milieu qu’il pourrait aimer. Non, il ne s’attarde pas sur ce qui l’entoure, il détruit tout simplement. Il déchiquette, il arrache, il renverse. Les premières fleurs du printemps sont tuées par les pattes et le museau agités de colère. C’est horrible à voir, tout ce bel endroit détruit. Les plantes n’ont rien demandé, les pauvres, ce n’est pas leur faute.

Pendant que j’observe toute la pagaille, encore assise au sol, Erin réfléchit et s’écrit bien fort une évidence même : c’est un Noueux. Peut-être que dans d’autres circonstances, j’aurais souris – il était temps qu’elle s’en rende compte. Mais pas là, non là c’est bien plus grave qu’un simple Noueux confondu avec un mignon Hérisson moldu. Elle se dit bête, je n’acquiesce pas ni ne dis rien, ce ne serait pas une bonne idée. D’abord parce que je l’ai aussi été un peu, j’y avais pensé à cette possibilité mais j’ai préféré essayer quand même. Et puis aussi parce qu’il est bien connu que les adolescents peuvent être particulièrement bêtes parfois. Et surtout, surtout, ce n’est pas le moment de se mettre à réfléchir sur la bêtise qui est venu déranger les Esprits. On a un autre truc à penser, et la Serdaigle y pense aussi : il faut qu’on se débrouille pour que le Noueux se calme. Mais voilà, j’ai beau lire autant de livres que je veux, je ne retiens pas tout et je n’ai pas tout lu non plus. Alors comment l’arrêter, je ne sais pas. Et apparemment, la plus grande non plus puisqu’elle se dit nulle en SACM.

Apparemment, être en première année veut dire ne pas connaître beaucoup de choses. Bon, elle a raison, on n’a pas vraiment parlé des Noueux en cours. Mais je ne sais pas lire pour rien, qu’est-ce qu’elle croit ? De toute façon, livres ou non ça revient au même : je ne sais pas comment calmer un Noueux enragé. Qui aurait cru qu’une petite créature aussi adorable serait capable de faire de tels dégâts ? Pas moi. Les Hérissons sont tout gentils, eux. Les Noueux ont l’air vraiment susceptibles. Tout ça pour un petit cadeau qui se voulait gentil… C’est très embêtant. En attendant, je n’ai pas le temps de répondre à la Serdaigle que celle-ci décide de tenter un truc, un sort que je ne pense pas comprendre mais dont la formule est assez explicite. Petrificus, pétrifié, immobile. Je crois que c’est une bonne idée, sauf qu’il ne faut pas qu’elle s’attende à ce que je puisse l’aider. Non seulement je n’y connais pas grand-chose en Sortilège, mais en plus de cela je ne sais pas trop utiliser ma baguette.

Je n’ai donc qu’à observer le sort jaillir et observer les conséquences. Moi qui croyais avoir compris le but du sort, je pense que je me suis totalement trompée car à peine le sort prononcé, j’ai l’impression que la situation s’empire. En plus de la terre et des plantes jetées méchamment au sol s’ajoute le fracas d’un objet fragile qui se détruit. Non mais c’était quoi ce sort ? Il fallait arrêter le Noueux, pas l’aider ! Les morceaux cassés s’éparpillent sur le sol dans un petit bruit inquiétant de cassures nombreuses tandis que l’animal s’agite encore plus dans son but de destruction, et bientôt le sol se trouve couvert de plantes déchiquetées accompagnées de terre poudreuse. J’espère qu’il n’y a pas de plantes dangereuses dans le lot, sinon il se fera manger. Remarquez, ce n’est pas forcément une mauvaise idée – ça nous aiderait bien. Mais ce serait super pas génial que cela arrive pour de vrai. «Heu…» je me lève pour rejoindre Erin tandis que de nouveaux bruits d’objets cassés se font entendre un peu plus loin dans la serre. «Je m’y connaît pas trop en Sortilèges… Il y a un truc pour qu’il arrête de bouger ?» C’est qu’il faut essayer de rester calme malgré le bruit qui s’intensifie – il y avait d’autres pots par là-bas… «Enfin, il a peut-être bientôt finit. Je sais pas combien de temps un Noueux reste énervé. Ni quel est son taux maximal de destruction.» Oui, il faut essayer de rester calme. Ne pas penser à l’après. À ce qui pourrait arriver. Rien ne peut être plus pire de toute façon.

Erin ne répond pas, je crois qu'elle est vexée de ne pas avoir réussit son sortilège. Ou alors je l'embête à parler ? J'en sais rien. C'est qu'on a un gros problème en fait, et ça m'inquiète un peu. Je ne voulais pas être méchante avec la créature magique que j'ai prise au début pour un Hérisson, c'est pas ma faute si finalement il n'aime pas les vers de terre ! Mais bon, c'est trop tard. La grande Serdaigle semble se concentrer et lance une nouvelle fois son sort, qui réussi. Pouf, plus de bruit ni de mouvements partout : le Noueux se trouve immobilisé par terre non loin de nous. «Oh ! T'as réussit !» Le point positif de ce soir ? J'ai appris un sort. Je cours jusqu'à la créature magique immobilisée, un peu attristée de la voir dans cette état. C'est vraiment pas sympa... «On fait quoi maintenant ?» Oui parce que bon, c'est bien beau d'avoir réussi à immobiliser la créature mais... elle a déjà fait de gros dégât. Gros gros gros dégâts... Je me souviens d'un sort appris en cours, un certain reparo, mais devant tout ça je ne vois pas que faire. Alors j'écoute Erin qui me dit qu'on va s'en aller et laisser la petite bête ici. Ça ne me plaît pas trop, mais comme je n'ai pas d'autres idées je hoche la tête. D'après elle, le Noueux sera libéré dans quelques heures par la fin du sortilège, donc il ne restera pas prisonnier ainsi trop longtemps. Je soupire avant de suivre la plus grande jusqu'à la Salle Commune : on a de la chance ce soir, on ne croise personne. C'est qu'il doit être un peu tard aussi, peut-être que les préfets sont déjà allés dormir ? Peut-être, je sais pas trop. Mais je ne vais pas me plaindre, les punitions j'aime pas ça. Et je garde en tête de ne jamais nourrir un animal ressemblant à un Hérisson au cas où ce soit un Noueux. J'espère qu'on n'a pas cours de Botanique demain, je n'ai pas envie d'être là pour voir de jour l'état des serres...

Fin du rp ici
Contenu sponsorisé

Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé] Empty
Re: Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Toujours se méfier de l'apparente innocence - [Terminé]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.