AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 1 sur 1
Road trip familial [En cours]
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Road trip familial [En cours] Empty
Road trip familial [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Dim 17 Mai 2020 - 17:42

Road trip familial

Saison XXXI - En été - Avec Loredana Sparks et Riley Callaghan


D’ordinaire, il dormait peu, cette nuit avait été le pompon des insomnies. A la fois tourmenté par les cogitements, par les pensées qui essayaient vainement d’anticiper la journée qu’il s’apprêtait à vivre ; et par ce refus de se laisser aller à y penser. Faire semblant de rien n’avait pas été une bonne solution, les doutes les angoisses et les tergiversations battaient sous le front à lui lacérer le cerveau. Et frotter le nez dans la nuque d’une Loredana endormie n’y changeait rien, aujourd’hui il reverrait ses parents, leur retirerait leur brouillard amnésique forcé, leur présenterait la femme qu’il avait épousé et oh surprise, la sœur cachée. Non, il avait beau se retourner dans tous les sens, la perspective restait tout aussi absolument catastrophique.
Alors évidemment, c’est un réveil bien trop matinal sans un petit déjeuner copieux, un Arty qui se refusait de manger – une bien mauvaise augure. Pas de mots anodins, pas de sourire malicieux, simplement le sérieux de plier replier proprement le sortilège dans sa poche et d’embarquer avec lui la fiole de Felix Felicis fournie par l’Amoureuse.
L’angoisse de quitter le manoir et d’y revenir le soir en une toute autre personne, avec un cœur en miettes, notamment.

C’est un transplanage presque muet qui les fait d’abord débarquer à Londres, à l’adresse que Riley lui avait fournie. Les oreilles bourdonnent d'incertitude, un électrique moment où la moindre remarque, la moindre écartade pourrait l’enflammer totalement. Quand bien même il le savait, il ne pouvait y avoir de débordement aujourd’hui. Cette courte attente lui tord l’estomac, ce serait la première fois que l’Épouse et la Sœur se rencontreraient, vraiment. Peut-être que ça va bien se passer, d’une voix si enrouillée qu’il n’y croyait pas lui même, ils vont me pardonner d’avoir usé de la magie sur eux, d’avoir raté mon mariage, et nous donner une explication parfaitement logique à la cachoterie à propos de Riley. Le fait d’énumérer ces éventualités lui font entrevoir à quel point tout cela pouvait dégringoler rapidement. Ainsi, la brise matinale permet aux boucles de lui frapper le front afin d’évacuer une naïveté qui n’avait rien à faire là. Il serre davantage les doigts de la Métamorphomage entre les siens, tapotant du pied au rythme des secondes qui défilaient en attendant Riley. Elle devrait pas tarder, dans un souffle, c’est que l’Adolescente devait être urgemment impatiente de se rendre en Irlande - elle.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Loredana Wildsmith, le  Dim 24 Mai 2020 - 19:35

Il était temps, il était l’heure. Je n’avais pas beaucoup dormi cette nuit, angoissée à force de penser à ce qui nous attendait aujourd’hui. On pouvait évidemment penser que ce ressenti n’avait pas lieu d’être. Après tout, pourquoi être touchée par cette histoire ? Ce n’était pas mes parents, ce n’était pas moi qui allait être chamboulée par des secrets de famille et une demi-sœur capricieuse. Et bien détrompez-vous. En épousant Arty, j’avais définitivement tiré un trait sur ma famille pour rejoindre la sienne. Il ne s’agissait pas que de lui, mais bien de tous ceux qui l’entouraient également. Si moi j’avais préféré fuir la mienne, lui choisissait d’affronter la vérité. Jamais je n’aurais pensé que ces retrouvailles se passeraient ainsi, et je m’inquiétais surtout pour lui et la peur au ventre de ne pas être à la hauteur si tout se passait mal, lui retombait dessus. Non pas avec Felix. Avec la potion il ne pouvait rien lui arriver, j’en étais persuadée et c’était aussi pour cette raison que je lui en avais parlé. M’assurer qu’il ressorte de là sans trop de dégâts à l’intérieur de lui, le cœur entier, des réponses et une sœur peut-être un peu moins bornée à son sujet. Ma façon à moi de le protéger sans qu’il ne s’en rende réellement compte.

Nous avions transplané dans une de Londres, il ne nous manquait plus qu’à attendre. Je pouvais sentir l’angoisse du Lycan sans même avoir besoin de l’entendre parler. Pourquoi ils t’en voudraient ? Tu leur rends service en leur rendant la mémoire et c’est normal d’avoir vécu ta vie durant leur absence. Tu n’as pas à t’inquiéter de ça. Ma main, celle qui n’était pas écrasée par ses doigts à lui, se lève pour lui caresser la joue avant d’y déposer un léger baiser encourageant. Il n’y avait pas grand chose à dire, je n’avais jamais connu ses parents déjà oubliettés lorsque nous nous étions officiellement rencontrés. Et vous aurez vos explications, tu as la potion, tu auras forcément les explications. Ça ne peut pas se passer autrement. Je doutais que mes mots aient un effet sur lui aujourd’hui. Il me fallait essayer, m’assurer aussi que ma présence ici n’était pas inutile, qu’il avait vraiment besoin que je sois à ses côtés pour ce moment qui bouleverserait sa vie dans tous les cas. Une histoire qui serait probablement difficile à raconter en détail. Il fallait que j’y assiste pour lui éviter au moins cela.


Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Riley Callaghan, le  Lun 25 Mai 2020 - 23:07

« Road Trip Familial »

Avec Artemis Wildsmith et Loredana Wildsmith
Vous avez mon LA au besoin Smile


Saison 31
Été


Le grand jour était arrivé. Sans gant, sans anesthésie, il allait falloir reconstruire tout un passé fondé sur le mensonge. Démêler le vrai du faux, extirper des bouches les vérités criantes et les drames dissimulés. Tout ça, sous les yeux indiscrets, sans l’intimité d’une manche ou d’un mouchoir pour cacher les torrents de larmes et de colère.

- Je crois qu’ils sont là, m’annonce Chloé, une main passée derrière le rideau en dentelle du salon.

Ils. Artemis et sa femme, Loredana. Mon estomac se noue. Je devrais me précipiter, m’arracher au divan moelleux et aux coussins multicolores pour courir vers eux ; et pourtant je reste clouée sur place. Paniquée. Vidée de mon énergie. Chloé quitte la fenêtre pour venir me presser l’épaule affectueusement.

- Vas-y Riley. Ou tu le regretteras toute ta vie.

Son regard est indescriptible, impossible de savoir combien ça lui coûte de me voir partir ainsi. Ma seule vraie famille, c’était elle. Dans le bon comme dans le mauvais, elle avait toujours été là. Comme un petit ange gardien sur mon épaule, indéfectible et irremplaçable. J’espère qu’elle le sait.

- Ouais... Je souffle. Merci Chloé.

Ses pommettes se réhaussent pour former un sourire compréhensif. Elle me tend la main, et je la saisis comme une bouée. Je ne sais pas très bien comment, mais quelques secondes plus tard je suis sur le parvis : elle, dans mon dos et cachée par la porte, Artemis et Loredana en bas des marches. Cette vision m’arrache un sourire ironique ; s’ils n’étaient pas tous deux si jeunes, on pourrait croire que ce sont eux, les parents, qui viennent récupérer leur fille pour le week-end.

Je resserre mon gilet autour de mes épaules tout en parcourant les mètres qui nous séparent. Le bruit de la porte qui se ferme derrière moi me rend triste un moment, mais je me convainc que c’est sans doute une nouvelle qui s’ouvrira bientôt. Une plus belle, plus forte, plus grande. Un frère et une belle-soeur, juste là sous mon nez ; c’était déjà un début.

- Salut.

C’est une sobre façon de se saluer, mais je ne veux pas gaspiller le temps en bavardages inutiles. Les enjeux étaient trop importants, pour Artemis, pour moi, et peut-être même pour Loredana. C’est étrange d’être en sa présence, comme si un nouveau morceau du puzzle surgissait de nul part et venait enfin le compléter. À en croire Artemis, elle avait bien plus souffert que moi. À cause de lui. Et pourtant, leurs doigts étaient solidement emmêlés. Peut-être cela vaut-il le coup de lui laisser sa chance ?

- Pardon pour l’attente, j’étais... je... Je ne termine pas ma phrase pour ne pas ajouter à la détresse du groupe. On peut y aller ?
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Mer 3 Juin 2020 - 17:33

Mélange de LA.


Silencieusement, il avait hoché la tête. Oui, les O’Toole n’étaient pas des gens rancuniers, au contraire, peut-être qu’il jaillirait d’eux une gaieté, des rires et de l’amour et que tout se passerait absolument très bien, qu’ils prendraient un thé chaud au détour de récits intéressants de famille – une famille soudée. Mais c’est pire que mieux que d’imaginer de telles choses sous les boucles angoissées, il sait qu’il ne doit pas s’enjoliver le cerveau avec de trop grands espoirs. Quoi que, de sa main libre, il fait tourner la fiole de Felix Felicis entre ses doigts, cette potion était là précisément pour décorer cette journée d’un joli ruban d’espoir. Ok, ok, ok, ok, il avait cruellement besoin des mots rassurants de la Métamorphomage, pour s’empêcher de sombrer dans un pessimisme épais qui l’empêcherait de gesticuler. Ainsi, il se reprend, inspire expire fortement au même moment où la porte dévoile une Riley toute figée. Ce n’est pas tant qu’il s’attendait à une explosion de joie incontrôlée de la part de sa sœur lorsqu’elle le verrait, mais là, elle incarnait à elle toute seule les sentiments raplapla de la matinée. Son arrivée fait déglutir douloureusement le Poufsouffle et il serre davantage – si c’était possible – la main de Loredana. Alors que l’Adolescente descend les marches, Arty se dépêche de prononcer quelques mots précipités-bousculés à l’oreille d’Amoureuse, quoi-qu’il-arrive,-n’oublie-pas-qu’je-t’aime,-si-j’fais-une-crise,-si-j’explose,-tu-m’embrasses-ok-? Oui, il avait promis à Riley l’absence de dérapage, mais il ne savait que trop bien que les émotions accumulées étaient un détonateur parfait pour une déflagration de son ventre impulsif. L’amour de l’Épouse l’empêcherait de voler en éclat.

Il sourit doucement à la jeune fille arrivée à leur hauteur, hochant le menton pour lui dire de ne pas s’inquiéter, qu’ils n’avaient même pas attendu tant que ça. C’est parti, simplicité, il ne prend pas le temps de présenter l’Une à l’Autre – elles se connaissaient en réalité – l’Une et l’Autre à chacun de ses bras, ils transplanent.
Malgré les centaines de kilomètres de distance, leurs pieds accostent une verte colline. La détermination de la destination n’avait pas fait flanché le Wildsmith, c’était comme se plonger au cœur d’un chemin routinier, emprunté des milliers de fois – alors que jamais. Le paysage propulse le cœur au bord des lèvres – il prendrait le prétexte du transplanage à trois. Les mains devenues moites, il lâche ses voisines, ça va ? Mais la question se perd dans le regard qu’il lance aux alentours. Brusquement, les neurones sont noyés, absolument, dans les images et les souvenirs qui lui brûlent le front, les yeux. Le mal de crâne le force à se pencher en avant, à se frotter les tempes pour les détendre. C’était beaucoup plus facile de penser à eux lorsqu’il n’était pas près d’eux, lorsqu’ils n’étaient qu’une idée vague du passé. A l’instant, c’était bien différent, c’était tangible, juste là au bout du doigt qu’il pointe finalement en direction d’une petite maison en contrebas. Elles l’auront compris, c’était là qu’ils allaient.

S’il finit par se redresser au bout de quelques secondes, c’est seulement pour porter à ses lèvres la fiole de chance qu’il avale goulument. Il imagine que c’est un petit remontant qui empêcherait ses jambes de vaciller – il n’avait pas tout à fait tort. Il attend, attend, que quelque chose se produise, que des bulles rassurantes se mettent à pétiller dans son abdomen, il interroge Loredana, ça fonctionne ? Pas vraiment moyen de le savoir, et pourtant, c’est vivement qu’il applaudit pour se donner du courage : bon, allez !
Pas de plan, pas de stratégie, il devait absolument arrêter de retourner ça dans tous les sens, et foncer tête baissée. Après tout, c’était toujours ainsi qu’il agissait, aujourd’hui ne devait pas être exception. A l’approche du cottage irlandais, il chasse du revers de la main l’image de lui adolescent, sept années auparavant devant cette porte d’entrée qu’il venait de fermer, à hurler toute la douleur que l’oubliettes lui avait imprimée sur le cœur. Sans hésitation, sans un regard aux filles, c’est déterminé qu’il toque.

Il regrette immédiatement. Il n’a pas le temps de calmer sa respiration que la porte s’entrouvre d’une rapidité déconcertante.
Son cœur éclate.
Une douleur vive lui lacère la cage thoracique, c’est de la voir après tant d’années. Elle était là, devant lui, un mince sourire au coin des lèvres accompagné d’un pétillant regard interrogateur. En une flopée de secondes, Arty grave dans ses rétines troublées les traits de sa mère qu’il n’avait pourtant pas oubliés. Tout était là, comme avant, jusqu’à la façon d’arranger ses cheveux d’un nonchalant chignon décoiffé, quelques mèches désordonnées s’échappent, contrairement aux mots sur les lèvres du Poufsouffle : il est pétrifié.
Peut-être était-ce l’interrogation sur le sourcil levé de la Maman – évidemment, elle ne le reconnaît pas - ou bien tout simplement le choc de la revoir, ou encore cette sensation brûlante au creux du ventre de se rendre compte à quel point il n’avait jamais cessé de l’aimer. Le regard d’Evelyn O’Toole fouille les visages des trois arrivants, oui ?
Et cette voix qui fait tressaillir les boucles. Les yeux clignotent, réveillés soudainement par les frissons lui secouant l'échine, provoqués par les doigts soudainement caressants de Loredana parcourant son dos. On est des élèves d’Adrian, il nous a dit de passer pour répéter une scène ? Un timbre chevrotant, entre une annonce et une question. Il ne sait pas exactement d’où ça lui est venu, ni comment, ni pourquoi, mais la tentative était désormais amorcée. Une excuse piquée à un souvenir de l’enfance, lorsqu’il voyait son père former de jeunes comédiens. Aaah ! Oui, oui, il m’a dit ! Bonjour ! Entrez, entrez ! Une coïncidence.
Pourtant Arty ne bouge pas.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Loredana Wildsmith, le  Jeu 11 Juin 2020 - 18:01

La jeune étudiante n’avait pas tardé à arriver. Je n’étais pas spécialement à l’aise, mais je gardais une attitude relativement faussement relax, adressant un léger sourire à la jeune femme, bien consciente que le moment serait très mal choisi pour des présentations officielles. J’avais rapidement acquiescé aux rapides murmures du Poufsouffe, sachant tout à fait que cela pouvait ne servir à rien. Si parfois je parvenais à le calmer, il y avait d’autres fois où ses mots allaient trop loin et m’enrageaient à mon tour. Je n’étais pas un exemple, ni une experte pour tempérer les choses. Pourtant, c’était sans broncher que j’avais accepté, j’essaierai, bien consciente que si tout dégénérait, il nous faudrait nous en aller. Par chance, je le connaissais assez pour savoir lorsqu’il était trop tard pour l’apaiser. Si je n’avais pas peur de le voir en loup juste devant mes yeux, je lui avais promis de ne jamais prendre de risques inutiles ; s’il me tuait à cause de mon imprudence, il s’en voudrait à vie et c’était notamment pour cette raison-là que j’avais accepté ces interdictions. Alors je n’hésiterais pas à embarquer Riley loin d’ici si le calmer était impossible.

C’est sans vraiment prévenir qu’il nous avait fait transplaner. La surprise du choc provoque une sensation désagréable qui me pousse à m’éloigner légèrement en atterrissant. L’angoisse de rencontrer les parents d’Arty et l’estomac retourné par un transplanage ne faisaient pas bon ménage. Les cheveux blanchissent légèrement avant de très rapidement retrouver leur couleur brune. Il était hors de question de laisser la métamorphomagie faire son caprice aujourd’hui. Elle attendrait qu’ils soient partis d’ici pour se manifester. En attendant, il fallait me contrôler, m’effacer aussi peut-être. Être là parce que lui le voulait, mais ne pas chercher à prendre sa place. Je ne peux m’empêcher un haussement d’épaule pour répondre à sa question. Les changements dû à la potion n’étaient pas physiques, lui seul pouvait le sentir, se laisser guider par le liquide doré. C’est d’ailleurs probablement ainsi qu’il frappe à la porte sans la moindre hésitation. Lorsque cette dernière s’ouvre, mon regard s’en va immédiatement fixer l’Amoureux. Son regard me coupe le souffle, me serre le cœur aussi. Lui qui avait été privé de sa famille pour les protéger, se retrouver devant sa mère, une magnifique femme qui semblait douce. Elle ne se souvenait pas de lui, mais elle était vivante. Si Arty s’était souvent qualifié d’égoïste, il avait préféré s’effacer, se faire oublier de ses propres parents pour les protéger. Dans ma tête, c’est un sourire fier qui s’affiche - uniquement dans ma tête. Je ne me rends pas vraiment compte à cet instant que je suis face à ma belle-mère. Même si le nom est différent – le vrai nom d’Arty étant O’Toole et non Wildsmith.

Malheureusement, il ne fallait pas rester ainsi, silencieux, à se regarder dans le blanc des yeux. Je ne me voyais pas intervenir, ce n’était pas mon rôle. Alors je m’étais contentée d’un simple geste pour « réveiller » le Poufsouffle qui se mit enfin à parler. Je ne comprends pas vraiment les paroles, mais ce n’est rien à côté du Lycan qui reste sur le pas de la porte, ne bouge pas. Un léger regard vers Riley avant de prendre finalement place sur ma propre scène : J’étais la plus détachée, la plus à même d’agir naturellement. C’est donc avec un sourire que je passe mon bras autour des épaules d’Arty avant de l’entraîner avec moi à l’intérieur. Merci beaucoup ! Je me tourne discrètement vers le Poufsouffle pour chercher son regard, je lui prends la main pour la serrer, attirer son attention sur moi, laisse-toi guider. Un murmure presque inaudible, un souffle que j’espère il entendrait, qu’il comprendrait. Il avait toutes les chances de son côté, il fallait qu’il s’en serve avant que les effets de la potion ne se dissipent.
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Riley Callaghan, le  Lun 22 Juin 2020 - 22:16

« Road Trip Familial »


Avec Artemis Wildsmith et Loredana Wildsmith

Saison 31
Été


J’me sens mal, vraiment. Y’a des échos dans ma boîte crânienne, un marasme persistant qui fait s’enfoncer ma langue dans son plancher, pâteuse. Je nous vois évoluer, dans la petite entrée de la maison, et c’est comme si je marchais à côté de moi-même. Ouais. Je sais pas exactement quelle était la question, mais ça semblait être la réponse appropriée puisqu’Artemis continue son avancée vers la porte d’entrée du cottage. Je sens la panique ramper vers le haut de ma gorge, la panique qui plonge ses ongles dans ma langue alors qu’un mouvement est amorcé sur le bois lisse.

Toc toc toc, qui est là ? Ta mère.

Ta mère qui ? Ta mère qui t’a abandonné dès ton premier cri.

Et c’est pour cette raison que le silence éclate entre mes lèvres quand la silhouette d’une femme d’âge mûr s’encadre devant nous. Évidemment, c’est elle, ma mère. Je le sens dans mes tripes, comme j’ai jamais ressenti quoi que ce soit en regardant toutes ces autres femmes sur qui j’avais fait erreur dans le passé. Y’a alors comme un second cri qui se fracasse sur mes cordes vocales, ravalé in extremis dans les tréfonds de mon ventre. Une seconde naissance, identique à la première, parce que là aussi, ses yeux me traversent sans me reconnaître.

Je passe alors devant ses bras ouverts, repousse immédiatement le fantasme puéril de les voir se resserrer autour de mes épaules et suis, comme une automate, le couple Wildsmith à l’intérieur du cottage. Je la sens ensuite pointer une main directrice au-dessus de mon épaule et annoncer gaiement le salon est à droite, installez-vous, je vais prévenir Adrian ! Son ombre finit par disparaître dans un couloir, qu’elle emprunte avec une légèreté déroutante - l’insouciance. Elle ne sait rien de ce qui l’attend. Et nous non plus.

Je resserre fort mes bras sur ma poitrine, tout en passant aux côtés d’Artemis et Loredana. J’peux pas les regarder ni l’un ni l’autre, j’ai mon propre effondrement à gérer et contrairement au Poufsouffle, ma main est accrochée au vide. Mon corps se déplace vers la fenêtre et mon regard se perd dans la contemplation d’un petit jardin bien entretenu. Des bottes en caoutchouc sont délaissées dans une allée, à côté de deux paires de gants vertes. Je sais pas pourquoi, mais cette vue banale m’apaise le coeur. Tout semble normal. Quand il reviendront Artemis... Faut le faire tout de suite quand ils reviendront, je murmure d’une voix blanche sans me retourner. Je pourrai pas supporter de jouer la comédie plus longtemps.

Mes bras se mettent à trembler, comme pour appuyer mes propos, et je me force à ne pas craquer déjà ici, dans le salon. C’est que dans le coeur, y’a un tourbillon de sentiments emmêlés, qui s’accordent pas, qui se mélangent pas comme il faut. De la colère d’abord, un sentiment d’injustice et de désespoir ; de la curiosité maladive, une surexcitation et une fascination pour les traits fins de cette femme ensuite. Mon regard n’avait pas cherché à s’y attacher, se limitant à quelques oeillades brusques, à petites doses pour ne pas faire papillonner les paupières de larmes trop rapidement. Mais l’évidence se placardait sous mes yeux : elle me ressemblait.

Des grincements troublent soudain le silence - le bruit, à priori, des talons qui s’écrasent sur des marches en bois. Ils semblent monter - sans doute Evelynn - ; s’ensuit les murmures d’une conversation et les crissements de meubles qu’on tire. Ils vont descendre. La pensée se confirme immédiatement, mais les pas paraissent plus pressés. Deux silhouettes finissent par débarquer dans le petit salon : celle d’Evelynn, toujours souriante, suivie de près par celui que je ne peux que supposer être Adrian O’Toole. Sur le visage de ce dernier toutefois, la surprise se mue peu à peu en confusion, font froncer ses sourcils curieusement. Je... Bonjour...

Ma tête se tourne vers Artemis et mes lèvres forment un petit mot : maintenant.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Mer 15 Juil 2020 - 10:48

Ces curieux instants qui rapprochent Arty d’un état fantomatique. Rien ne fonctionne, les membres s’actionnent mais ne réfléchissent pas, pénètrent dans le petit salon qu’il avait si souvent dérangé, à sautiller allègrement partout partout. Sa silhouette enfantine lui frappe les yeux comme un souvenir tangible, et ce n’est que le débarquement de son Papa qui le réveille douloureusement. Bien sûr, il avait entendu la requête de Riley, elle s’était faufilée dans sa détermination tremblante, il n’était toujours pas certain d’être capable de faire ça. Plonger ses parents dans le tourbillon des émotions dévastatrices alors qu’ils avaient l’air si paisibles, heureux.
Alors que l’attention d’Arty est suspendue par les boucles d’Adrian O'Toole (héhé c'est son air surpris), il envoie d’un revers de la main la sommation de sa sœur, elle l’enquiquine, à le presser de la sorte, les doigts envoient des bzzz bzzzz, l’air de dire, pu*ain tu m’embêtes. Parce que la scène lui convient très bien, l’autre main accrochée à celle de l’Amoureuse, et cet échange long long long de regards interrogatifs-surpris-indécis avec les parents. Cela agiterait même le mobilier d’une certaine nervosité.

OKAY ! Il était inutile de retarder le fatidique moment, quand faut y aller dit-on, tout ça tout ça. Il lâche la main de Loredana, a cette impression de flotter, des vertiges qui tournicotent dans l’estomac, heureusement, c’est rapidement qu’il serre les épaules de son Papa pour l’asseoir sur un des fauteuils, toi, là. Il n’a pas rechigné, les sourcils toujours aussi surélevés d’incompréhension. Au tour de la Mamounette d’être installée sur le canapé. Toi, ici. La pauvre devait croire à une mascarade boutadesque des étudiants de son mari, ces théâtreux irraisonnables.
Assis sur la table basse face à Adrian, Arty inspire-expire-inspire-expire lance le sortilège au moment même où le Moldu commençait à montrer une certaine impatience. #Reminiscentia, Odette III se penche vers le front pointé, de l’autre main, le Fripon croise les doigts, non pas qu’il en ait besoin, mais sait-on jamais. Il sent la peau de son avant-bras frissonner, la magie que le sortilège quémandait se faufilait sous l’épiderme jusqu’au front du père. Arty ? Oh ! Le quarantenaire se frotte les tempes, sûrement douloureuses après cette embrouillamini de cerveau, il regarde son fils, déboussolé. Un peu lorsqu’il faisait une bêtise décevante. Qu’est-ce que ? HAAN ! Ça a marché ! Le minois illuminé il se tourne vers Loredana, à la limite de montrer un pouce victorieux, mais le sourire gigantesque suffisait. Adrian O’Toole grimace face aux éclats de voix du Fripon, il paraît migraineux. Arty tourne la tête du côté de Riley, j’ai commencé par lui, parce que comme ça, si ça ne fonctionnait pas… eh bien disons clairement qu’il préférait sa Maman à son Papa et triste à dire, mais il préférait ainsi sacrifier l’esprit du père.

Suivante ! Cette première expérience l’avait exalté – rassuré. Ses genoux tournoient pour faire face à la Maman, Odette III s’agite de nouveau et.
Arty ! Arrête ! Qu’est-ce que tu fais ?! Tu peux pas utiliser la magie en dehors de Poudlard ! Ah oui, alors le sortilège avait vraiment, miraculeusement très bien fonctionné. Hein ? Quoi ? Mais non j’suis plus à Poudlard ! Le museau s’agite, hébété par la réaction du Moldu. Pardon ? Tu t’es encore fait exclure ? Tellement bien marché qu’Adrian semblait se trouver exactement au même endroit sur la ligne du temps, lorsqu’il avait vu son fils pour la dernière fois. Quoi ? Mais non ! Comment ça non ? Enfin si mais c’était y’a longtemps ! Eh oui, la mémoire du Papounet s’était arrêtée quelque part il y a maintenant presque sept années, lorsque le Blaireautin fanfaronnait encore dans les couloirs de la vieille école et perturbait le bien-être de ses camarades autant que celui de ses professeurs. Vas-y tu saoules ! Occupe-toi et parle à Loredana pendant ce temps-là ! C’est ma femme ! Et forcément, cette belle relation père-fils s’était figée là-dessus, sur les conflits d’un père avec son adolescent en crise (toujours) de quinze ans. La réaction du père est aussi éclatante qu’Arty lorsqu’il s’emporte : QUOI ? Il s’était levé, regardait les deux jeunes femmes dans le salon – il ne sait pas laquelle est désignée. D’un geste empressé de la main le Wildsmith lui indique de se calmer, stop j’vais rater là ! Et si j’rate elle devient un légume ! C’est ça qu’tu veux ? Une femme-poireau ? Frétillant, Adrian O’Toole se passe les mains dans les boucles, les tiraillent et se tait, de cette même façon qu’Arty avait de triturer les siennes lorsqu’il était terriblement nerveux. Evelyn O’Toole ne comprenant absolument rien à cette électrique escarmouche, elle fait les yeux ronds devant le bout de bois que tient toujours Arty.

Ne pas se laisser déconcentrer par les cent pas du Papa, et avec chance, le Poufsouffle retrouve rapidement son calme - c’est reparti. Un deuxième #Reminiscentia s’extirpe du bois pour venir gratter l’amnésie magique des neurones de la Maman adorée d’amour. Le cœur d’Arty bat, fort fort, palpite s’emporte s’affole d’effroi devant l’inquiétude de rater. Oh, Artemis ? Et il s’arrête.
Comme ça. D’un coup.
L’émotion, la main de la mère qui avait commencé à s’élever dans les boucles, l’énergie demandée par l’imposant sortilège lancé deux fois – il perd connaissance. Piquet dégringolant de la petite table.
Ahaha ! Quel chanceux cet Arty ! Éviter ainsi les retrouvailles compliquées, très compliquées, trop compliquées. Souvenez-vous, le Fripon est sanguin certes, mais sacrément fuyard aussi.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Loredana Wildsmith, le  Mer 22 Juil 2020 - 7:26

Encouragé d'un côté, mis sous pression de l'autre, il n'avait plus le choix, ne pouvait plus revenir en arrière. Felix Felicis coulait dans ses veines, mais ses effets n'étaient qu'éphémères, il ne fallait pas qu'il tarde afin que ses chances soient optimales. Et c'est avec un soupire de soulagement que je le regarde s'activer, redevenir lui-même et préparer le terrain avant de lancer son sort. Le nom prononcé par le père déclenche en moi un tout léger sourire en coin, fier. Je n'avais pu le retenir, le sortilège semblait avoir fonctionné et l'idée d'intégrer la chance liquide dans tout cela avait été brillante, rendait les choses bien plus simples. Un léger haussement du sourcil en comprenant que son cher papa avait servi d'essai au cas où le sort ne marcherait pas - ne surtout pas faire de mal à sa Maman dont j'avais goûté les recettes sans même l'avoir rencontrée au préalable, Arty ayant hérité de son talent de cuisinière. Il fallait vite continuer et lui faire retrouver la mémoire à elle aussi. C'était sans compter sur l'intervention du père qui agissait comme s'il était resté sur pause durant toutes ces années. Arty de nouveau un adolescent en crise de dix-sept ans qui en faisait voir de toutes les couleurs à ses parents.

Je fusille le Loup du regard, je n'avais aucunement l'envie de faire la conversation, pas comme ça, pas dans ses circonstances. Je ne savais même pas quoi lui dire. Alors je me contente d'un sourire forcé et d'un signe de main gêné pour indiquer que c'était moi. Oui, il venait bien de dire que j'étais sa femme, à son père qui le pensait encore à Poudlard. J'aurais pu jouer les lâches et montrer Riley du doigt, mais assumer me ressemblait davantage. Et puis, la vérité se saurait tôt ou tard. Le second sort est de nouveau un succès. Si je reste relativement calme et neutre, dans ma tête, les applaudissements fusent, parce qu'il avait réussi. Là était toute la difficulté c'était désormais réglé : Ses parents venaient de retrouver la mémoire. Et Arty, sous état de choc, s'effondre. Arty ? Évidemment, je me précipite vers lui, m'assure qu'il respire - c'est le cas. Je regarde ses parents, lancez-lui un Revigor ! La mère O'Toole me regarde les yeux grand ouverts, rah pu*ain c'est vrai ! J'en avais presque oublié qu'Arty était né de parents moldus. Sans plus attendre, je pointe ma baguette sur lui pour lancer le sortilège. Un petit regain d'énergie qui lui permettrait de poursuivre et surtout régler toute cette histoire. Je profite de ces quelques minuscules seconde pour lui embrasser la joue en murmurant un tu as réussi, tout léger.

Hum il va bien, pas besoin d'un Médicomage Moldu, le terme ne voulait définitivement pas rentrer dans ma tête de sorcière, vous pouvez reposer ce truc là, je venais de remarquer que sa mère avait un objet collé à l'oreille. Je savais qu'il servait à prévenir rapidement une personne. Pratique tout de même, peut-être plus qu'un Patronus messager, mais certainement moins joli. Mais vous êtes qui ? Il me fallait parler, combler le vide le temps que le Poufsouffle se remette sur pieds, oh moi je m'appelle Loredana, je suis mariée à votre fils et..., le père ne semblait pas comprendre, mais c'est un adolescent ! Je ris nerveusement, espérant sincèrement que cette conversation allait vite s'écourter, mes cheveux prennent une couleur bleue claire, virant presque vers le gris. Difficile à contrôler, l'expression de ses parents avaient fini de me mettre mal à l'aise, je me retourne alors vers les deux autres, la gêne se voyait dans mes yeux. Un Allez mimé par les lèvres, montrant un début d'agacement. Je ne voulais pas servir de distraction à chaque fois qu'il y avait un surplus d'émotions. Je n'étais vraiment pas la meilleure pour cela et ce n'était pas vraiment ainsi que j'avais imaginé la rencontre. Je ne comprends rien à ce qu'il se passe, la voix d'une mère déboussolée. On va vous expliquer. Ou plutôt ils vont expliquer.
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Riley Callaghan, le  Mer 14 Oct 2020 - 14:18

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Insultes/Vulgarité






« Road Trip Familial »

Avec Artemis Wildsmith et Loredana Wildsmith

Saison 31
Été


Dans la glace du salon, je faisais face à une mutante. Une fille fiévreuse, avec des yeux électriques. Elle était belle, sa bouche pulpeuse et rouge sang, sa peau aussi lumineuse que de l'albâtre au clair de lune, mais il y avait un petit quelque chose d'abîmé en elle. Sous certains angles, on devinait les os sous la peau. Des ombres s'étaient creusées dans ses joues, au creux de ses côtes. Elle avait faim de quelque chose, et plus elle s'en nourrissait, plus elle maigrissait.

Des réponses. Des réponses, des réponses. Les mots s'accrochaient à mes tempes, martelaient, vibraient en cadence avec les battements de mon cœur affolé. Ce dernier s'emballa davantage quand Artemis leva le voile des souvenirs sur son père. Quelques explications vinrent. Ses yeux s'agrandirent alors au fil du récit de son fils, au point qu'à la fin, on aurait dit un personnage de manga. Son esprit était sorti un jour de l'autoroute, sans crier gare, et aujourd'hui, c'est comme s'il retrouvait enfin le chemin de la maison, après des années d'errance.

Je fronçai les sourcils, ennuyée, quand mon frère ordonna à sa femme de s'occuper du paternel. En voilà une façon peu gracieuse de la traiter. C'était ton père, Artemis, pas le sien. Pas le mien non plus, c'est d'ailleurs pour cette raison que je ne m'attardais pas non plus sur son air ahuri et reportais mon attention sur l'unique raison de ma présence ici. Je n'étais pas plus convenable que lui, mais elle était presque une inconnue pour moi et l'autre, la moitié responsable de mon abandon.

Evelynn ne tarda pas à subir le même sort que son mari. Ce qui eut pour première conséquence les bras flasques et le regard vide d'Artemins sur le plancher. Il s'était évanoui. Le bougre. Loredana se jeta à ses pieds, moi, je restais immobile à fixer tour à tour le bouclé et la femme qui tenait désormais un combiné de téléphone sur son oreille. Je notai à peine le ciel bleu qui s'échappe du crâne de Loredana à ce moment-là. Mais vous êtes qui ?

Au début je m'efforçai de conserver un peu de dignité, mais une fois les larmes parties, ce fut comme un train fou. Le mieux que je pus faire, ce fut de ne pas m'effondrer alors qu'une force irrésistible se déchaînait en moi.  J'eus du mal à rester debout, là, au centre du salon, la pièce se perdant dans une sorte de brouillard sur fond de pluie diluvienne. Maman. Sal*pe. Monstre. Elle m'avait privée de mon enfance heureuse et... elle ne reconnaissait même pas les traits qui étaient les siens devant elle.

Je plaquai une main sur ma bouche humide, sentant les gouttes salées rouler sur mes joues comme de grosses billes. C'était trop dur. J'avais sous-estimé le moment, pensant compter une nouvelle fois sur la cuirasse de dureté que je m'étais construite avec les années. Mais la vérité, c'est que j'étais aussi fragile qu'une enfant ; j'avais régressé sur l'échelle de la maturité, j'étais mise à nue, exposée et vulnérable. Et Artemis qui ne se réveillait toujours pas. On va vous expliquer. Oui. Bonne idée. A elle seule, Loredana semblait porter le monde autour d'elle - Adrian, Artemis, Evelynn et même moi, quelque part. Je ne la remerciai pas, mais j'eus pour elle un élan de gratitude.

Les minutes se comptèrent ensuite dans le silence plus complet, chacun tachant de rassembler ses esprits pour affronter la discussion périlleuse qui les attendait. J'avais réussi à ravaler mes larmes, mais j'affichais toujours un air stoïque, incapable d'ouvrir la bouche alors que mon esprit me criait de parler. Je ne comprends pas très bien... Je suis un peu perdue. Son regard vague, fouillant le vide devant elle, confirmait ses mots. Je n'imaginais pas rencontrer la petite amie de mon fils si vite. Vous êtes Loredana, c'est ça ?  Et... vous ? La question est soufflée dans ma direction. Je lève des yeux vers elle, pleins de tristesse et de colère. Riley, moi c'est Riley Callaghan. Votre deuxième enfant, selon toute vraisemblance, le mépris transperce ma voix dans la deuxième phrase mais je fais en sorte de garder le ton assez bas pour qu'Artemis ne saute pas sur ses grand chevaux tout de suite.

Quelque chose se brise alors dans son regard, un éclair de lucidité qui vient déchirer le brouillard de ses souvenirs. Elle commence à comprendre et c'est le moment que je choisis pour détourner mes yeux, incapable d'affronter les émotions de cette femme. Incapable de soutenir son dégoût, sa pitié ou sa joie. En fait, j'ai peur. Ouais... Je suis terrifiée.
Contenu sponsorisé

Road trip familial [En cours] Empty
Re: Road trip familial [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Road trip familial [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.