AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-49%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
195 € 379 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite
Page 1 sur 1
Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Lïnwe Felagünd, le  Dim 17 Mai 2020 - 23:43


Liberté Égalité Rivalité
ft. Riley - LA Mutuels - Saison XXXI - Printemps


Tu te pavanes une fois de plus dans le château comme si t'en étais le comte ou le maître des lieux. C'est qu'on ne te l'a jamais vraiment interdit. Il y a bien des têtes jalouses, comme Adams ou Callaghan. Si le premier est bien trop narcissique pour réfléchir, la seconde est délibérément beaucoup trop bornée pour que sa conscience lui dicte raison. M'enfin, c'est pas demain la veille que tu vas changer pour lui ou pour elle. Non, tu vas rester toi-même : c'est à dire ce petit prince capricieux et mégalomane.

Tu t'octroies quelques heures de répit en fin de journée. T'as passé toute l'après-midi à réviser pour tes ASPICs. L'heure fatidique où tu devras quitter Poudlard et tout son univers avec approche. T'auras du mal à laisser ton petit royaume derrière toi. L'asso aussi, pu*ain ça va te faire ch*er. Tu veux pas y penser, mais c'est plus fort que toi.

T'as pensé à deux trois trucs pour t'évader quelques instants des odeurs de parchemin tâché d'encre et t'as opté pour le vol aujourd'hui. Cette liberté aérienne qui t'aère autant l'esprit que le corps. Le silence du vent a le don de te satisfaire, en réalité. On y verrait presque là une symbolique spirituelle clichée mais authentique. / Tu te prends un balai dans les vestiaires du stade et prends rapidement ton envol. Tu jubiles. Un sourire jouissif s'étale sur ton visage. La brise d'après-soleil est idéale. Et t'es loin de te douter que ta rivale est sur le point de tout chambouler.

Riley Callaghan
Riley Callaghan
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Riley Callaghan, le  Mar 19 Mai 2020 - 19:06

« Liberté (Égalité Ange ) Rivalité »

Avec Lïnwe Felagünd


Saison 31
Printemps


Si le bonheur pouvait avoir une odeur, ce serait sans doute celle-là : le parfum de l’herbe fraîchement coupée et des tulipes à peine écloses. Et en ce printemps 2178, alors que je me reposais dans le parc de Poudlard, je pouvais sentir s’immiscer de mes narines jusqu’aux plus petites cellules de mon organisme, la saveur d’un bonheur sans bornes. Grand Dieu. Que c’est bon. Le soleil déclinant lentement, il n’y avait à cette heure guère plus que le bruissement du vent dans les branches des arbres et le voisement de quelques oiseaux pour déranger l’idyllique pause que je m’étais accordée au milieu de mes révisions. J’hausse alors un peu plus le menton, autant que le permet ma nuque qui repose sur le cresson, et inspire cet air bienvenu comme s’il s’agissait de la dernière bouteille d’oxygène sur terre.

Ainsi, de longues minutes s’écoulent sans que mes yeux ne s’ouvrent sur le ciel orangé, j’étais bien plus attirée par les couleurs qui s’agitaient lentement sous mes paupières baissées. Je remarque toutefois, pour avoir pu m’y habituer de nombreuses minutes, qu’un point plus sombre surgit irrégulièrement de mon paysage de couleurs. Intriguée, j’ouvre un oeil. Rien d’extraordinaire, si ce n’est que le soleil se fait plus bas à l’horizon. Je replonge une nouvelle fois mes prunelles dans la nuit arc-en-ciel, persuadée qu’il doit être le fruit de mon imagination. Mais une minute plus tard, le revoilà - ce point noir qui projette son ombre sur mon beau tableau. Ce coup-ci, j’ouvre grand les yeux, rejette même ma tête en arrière pour me glisser sur mes coudes.  Et là, plus haut, je l’aperçois. Le point noir est en réalité un étudiant sur son balai, qui s’amuse manifestement à friser son brushing pour quelques cabrioles dans les airs.

Mince, j’ai loupé un entraînement ? est ma première pensée. J’ai été si absorbée par mes révisions qu’il était tout aussi possible que dans mes souvenirs, celui-ci soit passé à la trappe. Je passe un élastique dans mes cheveux, ne fais pas cas des brins d’herbe qui doivent certainement s’y être mêlés et prends directement la direction du Stade de Quidditch. Dans les vestiaires, je suis soulagée de ne découvrir aucun tissu vert, qui s’approche de près ou de loin des couleurs de Serpentard. En revanche, il y a bien eu du passage car il manque l’un des balais d’entraînement. J’avise alors celui qui repose à la droite du balai manquant, les pupilles soudain scintillantes. Qui que soit l’équilibriste là-haut, il allait bientôt recevoir ma visite. Car dès lors qu’il était question de comportement inhabituel et de défi, Callaghan était sur le coup. Et si pour le premier, il n’y avait plus de doute, le second serait très vite lancé une fois l’étudiant - ou l’étudiante - rejoint.

Et donc, nous y voilà. Pas bien difficile à repérer, j’approche nonchalamment du voltigeur, non sans faire quelques loopings moi aussi. Ça fait vibrer ma poitrine mais ça me permet surtout de montrer que je peux être aussi à l’aise que lui sur un balai. C’est forcément un pro. Ses mouvements sont trop gracieux pour être ceux d’un serpent, en tous cas pas ceux auxquels je suis habituée. Ce n’est sûrement pas Gabin d’ailleurs. Bien qu’il ait le sens du spectacle, je le vois mal se déhancher comme cet étudiant. Mais alors qui... ? À mesure que j’approche, je comprends que je n’ai pas affaire à l’un de mes amis, pas même un inconnu. Lïnwe, je grince entre mes dents. Tous les compliments que je comptais faire sur ses talents de voltigeur s’effondrent comme un château de sable emporté par la marée dans ma bouche. Ma langue est soudainement sèche de tout commentaire. Tellement sèche que je dois avoir l’air de grimacer quand il m’approche enfin. C’était donc toi..., j’articule difficilement. P*tain, pourquoi c’est toujours toi ? Il va finir par croire que je le suis partout. Et non, je ne t’ai pas suivi, je le devance, en espérant ne pas voir poindre son air moqueur, pas vraiment.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Lïnwe Felagünd, le  Ven 22 Mai 2020 - 21:21

Tu t'adonnes aux mouvements charnels entre tes membres et la brise du soir. Tu goûtes à chaque rafale avec extase. L'improvisation est innée chez toi, t'as l'art du spectacle dans le sang. C'est ça qui t'a fait survivre dans le passé. Et ce qui te fait vivre encore et toujours aujourd'hui. Les tourmentes ne se bousculent plus dans ta boîte crânienne. Elles dansent, denses, dans les airs. Il est à peine humide ce soir. Ce qui vaudra sans doutes une belle rosée du matin.

T'as toujours su apprécier le silence du château à six heures. Quand ce silence est d'or et que les langues sommeillent sous leurs draps lourds. Quand les tableaux sont étourdis par leurs propres répliques et que les conversations n'existent pas encore. Quand le soleil est trop timide en cette saison mais que les premiers rayons sont les plus authentiques. Quand le ciel est pastel et que le paysage dore à la lumière nouvelle. La sensation de voir de tes propres yeux le doux réveil de l'école. C'est quelque chose qui te fascine, t'attire dans cette quête insatiable de contrôle et manipulation. La manipulation. Celle-la même qui te fait sourire à des heures tardives.

- Manipulateur et leader.
- Égocentrique et charismatique.


C'est comme ça que tu les fais sonner. Ils vont de paires. Collaborateurs jusqu'aux rêves, ils suivent tes ambitions comme les étoiles qui filent dans le ciel. Les premières apparaissent, d'ailleurs, assez clairement. T'as toujours eu ces rêves de grandeur mais aujourd'hui, à l'heure où t'es sur le parvis de Poudlard pour ta dernière fois, tu ne sais plus où aller, vers qui te tourner. Il y a autant de choix que de voies obstruées. La multiplicité s'ouvre à toi, béante, comme un Nouveau-Monde à explorer. Ça te motive, et ça te terrifie aussi. Tu sais pas si tu es prêt à laisser ta carcasse de souvenirs ici. Tu sais pas si tu seras à la hauteur de tes espoirs fastueux.

Tu te retrouves la tête à l'envers quand on s'adresse à toi. Celle-ci, tu ne l'avais absolument pas vu arriver. Callaghan. Qu'est-ce qu'elle fout là ??? Tu te retournes rapidement pour faire face à elle, sans jamais quitter ton sourire angélique quand elle est dans les parages. Ce sourire si beau, qu'il en deviendrait gerbant. Tu paries qu'elle a flashé sur toi pour ne plus te lâcher depuis la petite altercation au local. C'est pas possible autrement. C'est un peu comme ton alter ego, en plus d'être ta cousine. Visiblement, tu n'as réellement pas de chances avec la famille. Toute une partie que tu connais pas. On t'apprend récemment qu'Elly et Arty sont tes cousins. Déjà que le fanfaron n'est pas des plus rassurants quand il s'agit de maturité. Mais en plus, il faut que tu te coltines Riley. C'était le pompon quand tu l'avais appris. Au début, t'y avais pas cru. Une bonne blague, bien que mauvaise en d'autres circonstances. Et puis, la surprise et l'incompréhension - pour finir sur une sorte de déception, quelques points de dérision et une bonne touche d'ironie.

Pas vraiment ? Bordel. Dis-le moi tout de suite, si t'as le béguin. Mais je t'arrête tu fais un geste de la main - on n'est pas consanguins chez nous avant de foncer carrément sur elle. Tu dévies au dernier instant, joues un peu des coudes avant de filer vers les anneaux. De la bonne camaraderie diront certains, un vrai c*nnard en diront d'autres.

Riley Callaghan
Riley Callaghan
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Riley Callaghan, le  Dim 24 Mai 2020 - 0:12

« Liberté Égalité Rivalité »

Avec Lïnwe Felagünd


Saison 31
Printemps


Tête à l’envers, puis à l’endroit, le voilà. Mes deux derniers mots n’auraient jamais du s’enfuir de ma bouche ; pas comme ça en tous cas. Peut-être que j’ai perdu le goût de lui mentir ? De cacher mes intentions ? Bizarre. Mais s’il est vrai que j’ai volontairement gravi le ciel pour le rejoindre, je n’avais en revanche pas prévu de le trouver - lui - sur son balai. Lui, Lïnwe. Un hasard qui survient plus qu’il ne devrait, à croire que le Destin s’amuse de nous faire nous rencontrer. Jamais quand il faut. Jamais où il faut.

Et le Destin c’est dangereux. Surtout quand les conclusions tirées par le Gryffon, probablement le fruit de ses fantasmes narcissiques, s’éloignent ainsi de la réalité. De la vérité aussi. Mais l’indignation et le dégoût, qui étaient remontés de mon coeur à ma gorge à l’entente de cette abomination, sont coupés courts par le virage soudain du Lion. Un coup de coude en provocation, et il filait déjà comme un gamin surpris en train de faire une grosse bêtise. Tu n’espères pas vraiment t’en tirer comme ça ? Il devait le savoir, que ce qu’il avait dit n’était pas sensé ? Non ?

Une fraction de seconde, voilà ce qu’il me faut, pour remettre en marche mon balai. À sa poursuite. C’est ainsi qu’on fonctionne, je crois. Peut-être que c’est naturel. Ou peut-être qu’on l’a décidé à un moment donné, sans jamais vraiment se l’avouer. On s’était enchaîné à cette guerre volontiers - complètement irrationnelle quand on y réfléchit bien -, ignorant jusqu’à l’évidence qui clignotait comme un énorme panneau publicitaire sous nos yeux. Bah ouais, on était du même bois, du même sang. Ou presque. Semblable et pourtant indifférent à cette hypothèse. C’est possible ça ?

Pxtain, j’vais jamais le rattraper. Faut que je me concentre, surtout sans mes protections et mon équipement aérodynamique. Il va trop vite. Dans trop de direction. Si seulement j’avais mes cognards... Ouais, ça, ce serait le pied ! Malheureusement ceux-ci sont hors de portée ; et le temps de récupérer ma batte et de les délivrer, le Lion pourrait disparaître de mon champ de vision. Non... Non. Mieux vaut l’avoir à la régulière. C’est même plus excitant. Allez. Je remonte un peu le manche de mon balais, me place exactement dans l’alignement du sien pour profiter de son aspiration. Je grappille les centimètres petit à petit, je ne sais même pas quelle direction nous prenons ; pas celle du château en tous cas.

J’arrive finalement à sa hauteur, à ses côtés. Ralentis... Le vent siffle dans nos oreilles, mais je suis prête à le faire tomber de son balai s’il le faut pour qu’il m’écoute. S’il te plait. Oubliés les derniers mois, les nuits blanches à imaginer le pire, à construire des plans pour déterminer le vainqueur de notre combat. Et si nous misions tout sur une course ? Une ultime occasion de nous démarquer. Pour l’honneur. Pour nos égos boulimiques. Et puis parce que, simplement, je suis d’humeur joueuse. Qu’est-ce que tu dis d’une course ? Je tourne en cercle autour de lui, comme un vautour dardant sa future carcasse. Le premier à parvenir, je pointe la dense forêt qui s’étend devant nous et sous nos pieds, au bout de la Forêt Interdite ? Un sourire de défi, des pupilles qui se dilatent ; y’avait presque une symbolique à chercher. Si je gagne, tu admets que je suis la meilleure. Rien que ça. Ça pourrait paraître enfantin, mais j’ai besoin de l’entendre dans sa bouche. La sienne, particulièrement. Si tu gagnes... Mais ça n’arrivera pas hein ! Enfin, imaginons... et bien si tu gagnes... je te fous la paix ! Est-ce que j’étais vraiment prête à faire ça ? Peut-être bien. Est-ce que c’est un truc qu’il voudrait ? Pxtain, j’en sais rien du tout en fait. Mais ça va pas m’arrêter - loin de là -, parce que je suis sûre de ma victoire. Alors, on a peur Felagünd ?
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Lïnwe Felagünd, le  Jeu 28 Mai 2020 - 15:33

Telle une guêpe, tu t'étais faufilé dans l'esprit pâteux de Riley pour la piquer là où il fallait. Là où ça fait mal. T'aimes faire psychoter les gens. Les faire tiquer. T'adores la voir sortir de ses gongs. Elle a du mal à te rattraper, peut-être parce qu'elle a du mal à réaliser que t'es aussi con. / Ton cœur palpite merveilleusement bien, au rythme militaire que joue votre haine mutuelle. Le cerveau commence à chauffer quand tu sens sa présence derrière toi. Tu fais deux trois zigzagues, comme une mouche effrayée.

Et puis l'impression étrange d'être dans l'eau. L'onde de sa plainte fait écho dans tes oreilles. Tu ralentis. Elle ressemble davantage à un requin qui s'excite autour de sa proie. Bon toi, tu l'as cherché - ce n'était pas tout à fait pareil mais t'es pas pour autant aussi serein qu'un vautour ou qu'un chien de mer. Sa voix s'élève, aussi sucrée qu'un arlequin sous ta langue, pour te défier à nouveau. Elle avait déjà perdu la dernière fois - dans le local - elle aimait décidément beaucoup se faire du mal. Ça te facilite d'ailleurs souvent la tâche.

Il y avait un semblant de délice dans sa proposition. Le goût du risque, et de la victoire te fait accepter sa requête. Peur de quoi ? Accepté ! T'étires un sourire moqueur. Parce que t'es déjà persuadé de gagner et tu te fais à l'idée de ne plus l'avoir dans tes pattes. Un vrai bonheur, pour tout avouer. Parce qu'elle te mettait quand même suffisamment des bâtons dans les roues depuis que tu la connaissais. Elle était un peu sortie de nulle part, comme si ton vieux karma dégueulasse avait repris le dessus.

- On part à trois. Où ça serait la disqualification directe. Tu lui fais assez confiance ici pour ne pas se comporter en véritable idiote. Tu fais le décompte, parce que tu peux pas t'empêcher de prendre le rôle de leader - que ce soit dans une conversation, un groupe ou même un pu*ain de jeu (ce que vous êtes puérils d'ailleurs !).

[...]

Vous partez à toute vitesse
le paysage défile comme dans le Poudlard Express
le coude à coude t'as toujours apprécié ça
au Quidditch le corps-à-corps ne
te perturbe pas
un élan dans l'estomac
la gorge nouée
t'arrives pas à te démêler de sa course
et puis elle arrive à prendre une seconde d'avance
que tu calcules rapidement
et c'est pas bon pour tes pronostiques
c'est juste pas concevable de t'avouer vaincu
comme l'avouer meilleure que toi
alors au lieu de ça
tu préfères mettre en péril votre vie à tous les deux
heureusement vous n'êtes pas très haut mais une
mauvaise chute peut vite arriver
t'accroches une main sur l'arrière-train de son balai
qui dévie dévie dévie sur le côté
impossible de tout contrôler
vous vous prenez une branche d'arbre
avant de chuter en plein cœur de la forêt.

Tu roules sur le côté. Peines à te relever.
Bravo Felagünd. Tu sens déjà que tu vas passer un mauvais quart d'heure.
Surtout quand tu vois l'état de ton pantalon
et de vos... c'était des balais, avant ???

Riley Callaghan
Riley Callaghan
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Riley Callaghan, le  Sam 30 Mai 2020 - 23:13

« Liberté Égalité Rivalité »

Avec Lïnwe Felagünd


Saison 31
Printemps


Le pu*ain d’échiquier avait volé en éclat ; roi et reine, à terre, sont confus et éreintés. À ça, ils ne s’étaient sans doute pas préparés, occupés qu’ils étaient à se batailler la conquête du ciel. Et pourtant, les voilà bien contraints de revenir à la réalité. Douloureusement. Les respirations coupées et les muscles déchirés.

Qu’est-ce que
t’as
foutu.

Je l’entends rouler sur lui-même, quelques mètres à côté, brisant le silence tout relatif de la forêt. Les craquement des brindilles - ou de ses os - stimulent ma conscience endolorie par le choc ; je réalise doucement dans quel pétrin nous étions fourrés. Ou plutôt, dans lequel, lui m’a fourré. Si j’avais eu la force nécessaire et la compassion d’un caillou, je me serais déjà jetée sur le Lion en représailles. À quoi tu pensais, petit génie, en faisant le mariole là-haut ? Mais les mots s’effondrent dans ma gorge, j’ai le corps scotché au sol, comme englué dans une pâte épaisse. Et surtout, l’inquiétude me noue le ventre.

Un certain temps plus tard, je relève un coude en visière. Le droit, parce que le gauche semble aussi mou qu’une éponge. Je vois des racines immenses qui sortent du sol, des buissons de ronces et, quelque part entre deux branches au-dessus de ma tête, mon balai. Ce qu’il en reste du moins ; il est coupé en deux, retenu par les feuillages d’un vieux chêne. Je ferme les yeux, pour me concentrer, et puis parce que j’ai du mal à les garder ouverts plus d’une minute sans les sentir se consumer de l’intérieur. Je marche ensuite péniblement, en me traînant sur la terre humide, jusqu’à Lïnwe. Sa baguette s’est échouée à quelques mètres de lui, miraculeusement intacte. Je l’attrape entre mes doigts tremblotants et la lui ramène.

Lïnwe, est-ce que... Je m’interromps, surprise par la tonalité de ma propre voix. Elle semble si éloignée, fragile. Comme si mes cordes vocales s’étaient elles aussi affaiblies par le choc. ...est-ce que ça va ? Son pantalon est déchiré par endroit. Il a aussi quelques coupures sur le visage, qui lui donnent un air encore plus inquiétant que d’ordinaire. Un pu*ain de zombie. J’ai trouvé ta baguette aussi, tiens. Je la lui tends doucement. J’aimerais être en colère, le fustiger pour son inconscience à grands coups de poings rageurs sur son épaule. Mais j’en suis incapable, physiquement et mentalement. Se battre contre lui est épuisant ; aujourd’hui particulièrement. De tous les lieux où on aurait pu être coincés ensemble, fallait que ce soit  ici, dans cette maudite Forêt ! On est dans la m*rde Lïnwe. Vraiment. On peut pas rester ici, faut qu’on bouge. Et vite. Faudrait...

Je regarde le ciel, du moins j’essaie de l’apercevoir entre les branchages épais. Faudrait au moins savoir dans quelle direction est le château ou pouvoir envoyer un patronus ?, ça serait pas une mauvaise idée. Sauf que, moi j’peux pas...., la gêne corrige mes joues, toi, tu y arriverais, à le lancer ? Super-Lïnwe sait sûrement faire ça non ? Je murmure un peu plus sarcastique qu’auparavant. Les bonnes habitudes refont vite surface.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Lïnwe Felagünd, le  Sam 13 Juin 2020 - 19:39

Waaa. Tu pensais pas que c'était si dur d'être ex æquo avec cette saleté de cousine. T'pensais pas que ça ferait mal, aussi. T'as p't'être le jean troué, des écorchures aux bras ou au visage et surtout un genou en compote mais au moins, au moins, t'as pas perdu. Et c'est ça, qui t'importait et qui t'a emporté. Un élan de frustration, somme toute, que tu as eu peine à refouler. Comme il est difficile de voir un roi sans son sceptre ou sa couronne !

Toi, t'as perdu ton balai. Il gît au sol comme si un centaure s'était préparé un bon repas - là - autour du p'tit feu, réduit en miettes de bûches cisaillées par la chute. Tu te relèves péniblement. Tu la sens, cette colère qu'elle va cracher sur toi. Riley. C'est un peu comme un serpent. Elle a les yeux, déjà, qui t'inspirent vraiment pas confiance. T'as beau te faire des films ou masquer la réalité, mais rien n'est plus fort que ton subconscient. Il travaille. Il travaille et ta mémoire t'as déjà marqué au fer blanc. Y'a écrit un truc comme paranoïa dissimulé quelque part dans ton cerveau.

La voix est plus tendre. Plus filandreuse. Plus fébrile. Hésitante aussi. La main tendue qui surprend ton regard. Elle te donne ta baguette. Riley est sympa, en fait. Pas vraiment normal. Quelque chose la fait flipper. Alors, oui, la forêt pouvait être vraiment effrayante même tôt dans la soirée. Mais y'avait pas de quoi s'alarmer non plus. Vous étiez si éloigné que ça de la lisière ? Tu sais pas trop quoi lui répondre. Tu te contentes juste de l'observer. T'as l'air moins dénudé avec Ontamo (La Créatrice) dans ta main. Tu la reprends vivement, comme si ta cousine pouvait corrompre ta baguette.

Le plus étonnant dans tout ça, c'est qu'elle ne sait pas, ne peut pas faire de patronus. Pas le niveau ? Pas la capacité ? Ou juste pas l'énergie ? Peut-être que c'était encore bien pire que ça, et qu'elle n'avait tout simplement aucun souvenir heureux. C'est assez triste quand t'y penses. T'aurais presque pitié d'elle. / Tu retrouves finalement une once de lucidité quand t'entends un brin de sarcasme dans sa voix. Perdu dans tes pensées et tes doutes, tu lances un nouveau regard envers ta cousine.

Non ! Enfin... si je pourrais en envoyer un. Mais c'est pas dans tes intentions. T'as pas envie de te faire virer juste avant les examens. Hors de question d'appeler à l'aide. Tu connais des personnes de confiance dans le staff de Poudlard ? Moi pas. Ou plus. Il y avait peut-être Elhiya, à la rigueur. L'infirmière. Elle t'avait déjà sauvé une fois et ton ego en prendrait encore un coup. Impossible.

Faudra s'en sortir tout seul. T'as p't'être pas l'habitude, Callaghan, mais faut savoir souffrir pour avancer tout seul. La tuer ou la perdre n'était pas dans tes cordes ce soir, malheureusement (t'avais déjà fait assez dégâts comme ça de toute évidence). T'as mal quelque part ? Peu t'importait, pour être honnête. Mais ton esprit de survie prenait le dessus comme elle l'avait fait tant et tant de fois auparavant, et la santé de ta cousine était presque aussi primordiale que la tienne. Viens. T'illumines ta baguette avant de prendre les devants. La meilleure solution serait de vous fier au Nord, mais t'es pas vraiment bon en Astronomie.

Faudra simplement vous fier à votre instinct.
Le tien est corrompu sale et poisseux
mais toujours intact.

Vous avancez un peu à l'aveuglette hein, on va pas se le cacher. Et puis tu poses quand même cette question qui te tiraille les côtes depuis le début. Pourquoi tu peux pas faire de patronus ? Allez... avoue que t'as jamais connu le bonheur.

Riley Callaghan
Riley Callaghan
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Riley Callaghan, le  Ven 19 Juin 2020 - 19:32

« Liberté Égalité Rivalité »

Avec Lïnwe Felagünd


Saison 31
Printemps


En réponse à sa première question, je tourne la tête vers lui, le regard dubitatif. J’arrive sans peine à imaginer son cerveau ballotant dans son crâne, pareil à un aquarium plein d’eau, avec des plantes et un petit trésor qui fait des bulles, mais rien qui nage dedans. Rien de vraiment vivant. Il reste à la surface. Comme notre relation. Que l’étiquette de cousin soit venue remplacer celle du c*nnard, n’a rien changé. Elle aurait du pourtant - enfin j’crois -, comme une chaude couverte, elle aurait du nous envelopper dans ses bras ; la promesse d’un avenir moins solitaire, d’un lien de confiance durable... Sauf qu’entre lui et moi, y’a juste un grand vide. Un fossé rempli de passions, de haines et de frustrations bouillonnantes, mais un fossé quand même.

Alors il faut donner l’illusion, ce soir, et pour ça Lïnwe, tu es bien meilleur que moi. J’pense que je me suis cassé un os. Mon index trace un sillon fin sur la peau fine de mon bras gauche. À peu près au milieu, la douleur est la plus vive et la peau forme une petite bosse violacée. Ouais c’est cassé, pas de doute. Je regarde alors le pantalon du Gryffon. Et sans vraiment le prévenir, j’en arrache d’un coup sec le bas qui, de toute manière, flottait au vent, déchiré avec la chute. Râle pas, il te rendait pas service t’façon. Avec les dents, je déchire l’extrémité de façon à former plus facilement un noeud et place délicatement mon bras gauche sur le tissu tendu. Je me tortille pour réaliser un noeud, parce qu’avec une main, ma motricité est loin d’être fine. L’exercice prend du temps, j’émets quelques couinements douloureux quand mon coude percute trop fort mon ventre, mais à aucun moment je ne demande l’aide du Lion. J’vais y arriver seule, comme t’as dit.

Pourquoi tu peux pas faire de patronus ? Quoi ? Mon coeur s’écrase dans ma poitrine, comme un poids lourd lancé en roue libre contre un mur, après une descente à quatre-vingt-dix degrés. Je masse ma cage thoracique, en fixant la masse noire épaisse devant nous, avant de reprendre consistance. La réponse semble logique, il est pas con le Rouge. Mais il est perfide. C’est juste un aveu de faiblesse qu’il essaie d’extirper de ma bouche. Non ? Et toi ? Pourquoi t’as dévié mon balai ? Retour à l’envoyeur. Je suis à peu près certaine de l’avoir mouché. Je sais très bien pourquoi il a fait c’qu’il a fait. Là-haut, je gagnais. J’avais pris de l’avance, j’étais devant lui. Mais la vue de mon dos a du lui flanquer un sacré coup, il a pas supporté. Un rire moqueur s’impose, mais l’engouement retombe très vite à plat. C’était pas le moment. Pas le lieu.

Je gratte ma nuque de ma main libre, passe un doigt sous le noeud de mon écharpe de fortune, caresse le relief rassurant de mon tatouage, avant d’abattre sèchement mon bras contre mon corps. Un souffle rauque accompagne la descente. La chute, la douleur dans mon bras, les râles mystérieux de la Forêt Interdite ou peut-être la question de Lïnwe, réveillent les picotements familiers caractéristiques d’un début de crise d’angoisse. On peut s’arrêter deux minutes ? J’attends pas son assentiment pour stopper la cadence de mes pieds. Juste deux minutes. De toute évidence, j’avais pas encaissé un truc. Mon corps est plus transparent que mon esprit ; si quelque chose cloche ici-bas, c’est que là-haut... Ça bloque.

Je ferme les paupières. Lève la tête vers le ciel. Inspire et expire jusqu’à ce que le rythme de ma respiration retourne à une presque normalité. Tu peux chanter un truc ? Je demande en rouvrant les yeux, presque sûre de voir un Lïnwe décontenancé ou railleur. Un sourire s’esquisse sur le coin de mes lèvres quelques secondes plus tard. Sourire qui se transforme bientôt en spasmes de rire. Qui durent et qui durent. Ok Callaghan. T’as pété-un-plomb. Pardon, pardon, j’crois que j’accuse le contre-coup que maintenant. J’essuie les larmes de ma main valide dans le coin de mes yeux. Désolée Felagünd, on choisit pas sa famille.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Lïnwe Felagünd, le  Mer 24 Juin 2020 - 20:09

Ah... oui. Effectivement, l'angle de son bras ne te dit rien de bon. Quand elle t'annonce qu'elle a probablement l'os cassé - bizarrement - ça te fait ni chaud ni froid. T'aurais presque un malin plaisir à esquisser l'ombre d'un sourire, à peine cachée parmi les étoiles du soir. T'es vraiment qu'un p'tit être vicieux et perfide et malfaisant Lïnwe. Mais quand on te pique, t'as du mal à retirer le dard. T'serais plutôt du genre à l'enfoncer encore plus profondément dans ta chair, juste pour prouver que t'es le plus résistant. Et parce que, peut-être, t'aimes avoir mal - tout simplement. Ou t'en as pris l'habitude et ça te permet d'aller de l'avant. J'sais pas. Mais y'a un truc malsain, c'est clair.

Ce qui te gêne le plus, finalement, c'est quand elle t'arrache le pan de jean (ce qu'il en restait du moins). Une vraie sauvage ! Après deux trois mouvements, elle arrive à nouer le tout pour lui faire un bandage. C'est assez ouf. T'pensais pas qu'elle avait l'âme si aventurière - ou l'esprit de survie si élevé. Toi, c'est ce qui t'excite le plus - la survie. T'as peut-être trouvé votre tout premier point commun ceci dit. Et ça t'inquiéterait presque plus que ce qu'il vient de vous arriver. Parce que vous êtes un peu seuls dans la Forêt Interdite quand même... Enfin bon, toi une fois, tu t'es retrouvé pareil - tout seul ici, ou presque tout seul : avec 91. Une sombre époque, pour tout avouer. T'étais vraiment mal dans ta peau avec l'accident ta petite sœur. L'Ombre t'avait tenté à la magie noire. Une micro-formation, dirons-nous ! Bref du coup, y'avait plus flippant.

La cousine : elle est aussi fine que toi on dirait. Elle est ce genre de personnes qui répond à une question par une autre question. Elle pourra probablement aller loin en politique. T'sais pas ce qu'elle veut faire pour être honnête. Pas Auror déjà, parce qu'elle a déjà prouvé qu'elle n'avait aucun talent d'enquêtrice ni de duelliste d'ailleurs.

C'était... involontaire (?) tu marques presque l'interrogation à la fin de ta réponse. Parce quoi qu'elle dise sur tes intentions, tu préférais encore dire que t'avais eu la vision trouble quelques secondes que d'avouer que tu voulais juste pas perdre. C'est indéniable. Le mensonge te sauve bien trop souvent parce qu'on te compare à un être unique.

Tu sais même plus dans quelle direction vous allez. Vous marchez marchez marchez jusqu'à ce que la Serpentard interrompt toute forme de silence obscur qui régnait ici. C'est trop bizarre, genre. Elle fait une crise ou un truc du style. Et là, tu flipperais presque un peu pour le coup - enfin -. Et là, elle te demande de chantonner un petit air. Euh... t'as craqué ? Elle a craqué. C'est confirmé. Elle lâche un rire bien stressé (ou stressant ?). Oké oké okééé... Comment dire que ça devient très gênant ? T'la regardes de biais. Pas vraiment rassuré par sa prestation nocturne. Lumière en plein sur son visage. Elle est vraiment blanche comme le cul de Nick. Livide et transparente.

T'es sûre que ça va...? Ton bras...? Parce qu'en vérité, t'aurais pu faire apparaître une attelle ou un truc du genre. Bon par contre, t'étais pas Merlin non plus et t'avais aucune potion sur toi. L'seul truc qui pouvait encore vous être utile, c'est ton instinct de survie, ta baguette et ton poignard de sacrifice. Tu t'étais pas rendu compte à quel point t'avais soif. À l'aide de ta baguette tu laisses couler un filet d'eau dans ta bouche. C'fait grave du bien ! T'en veux ? Il faut boire. Surtout dans des situations hardcore comme celle-ci. On dirait presque que tu t'inquiétais pour elle. Comme un cousin. Un vrai cousin. Ou comme un frère.

Créature Magique
Créature Magique
PNJ
Créature Magique
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Créature Magique, le  Jeu 25 Juin 2020 - 19:35

Le pas avait été rebroussé par certains d’entre nous, de par le bruit incompréhensible sortant de la bouche des humains. Nous en avions déjà entendu, ce son saccadé et incontrôlé. Si nous devions nous souvenir de ce que d’autres avaient dit, c’était un… rire ? Mais il était rare que nous voyions l’une de ces créatures rire aussi longtemps. Nos petits sont attirés, intrigués, mais restent dans nos pattes pour se protéger.

C’est eux qui nous avaient menés jusque-là. Le brouhaha des faux volants cassant la forêt avait attisé leur curiosité. Probablement que cette odeur de sang n’avait pas aidé pour les maintenir à distance, mais pouvions-nous leur refuser l’envie de la chair inconnue ? Un animal pour un autre, qu’il s’agisse d’un humain ou pas, pour les plus jeunes d’entre nous cela ne faisait aucune différence.

Mais à la vue de ceux qui marchent sur deux pattes, nous avions arrêté d’avancer. Nous en aimions certains, ceux si fragiles qu’ils ne représentent aucun danger. Pour les autres, nous les évitons. Notre mémoire s’était transmis, nous sommes des incompris et à jamais nous le resterons. Nous restons reclus au fond de la forêt. Puis tant qu’ils ne nous voient pas, ils ne nous font pas de mal.

Certains d’entre nous font le tour du duo abîmé. Nous écrasons des branches, nous faisons du bruit, mais nous espérons du plus profond de nos êtres qu’ils ne puissent pas nous voir. Cachés derrière les arbres, des ombres qui se mélangent aux autres.  Sans vraiment s’en rendre compte nous les entourons, pour mieux les observer. Ils se donnent de quoi boire dans un objet qui semble peu pratique. Les humains aiment s’ennuyer, alors qu’il leur suffirait d’aller dans la rivière. D’un côté nous comprenons, la rivière est une zone de danger. N’importe qui pourrait les attaquer, ce serait dommage n’est-ce pas ?

Les plus jeunes sont toujours curieux et bruyant mais nous, les plus vieux, sommes sur nos gardes. Prêts à chasser les intrus pour se protéger entre nous, chaque mouvement des humains compte. Pour notre survie, il nous faut être prêt à les chasser.

Riley Callaghan
Riley Callaghan
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Riley Callaghan, le  Mer 1 Juil 2020 - 12:43

« Liberté Égalité Rivalité »

Avec Lïnwe Felagünd


Saison 31
Printemps


Ah, Felagünd, Felagünd... Quel piètre menteur tu fais. La vérité, ça doit être un concept abstrait pour lui, inatteignable pour ses doigts squelettiques et son cerveau atrophié, comme une cannette qu’il écraserait de sa propre main. Tout ce qui peut sortir de lui, c’est un filet de mensonges. Rien d’autre. Ça lui ferait pas de mal pourtant, de temps en temps, d’avouer son vice ; ça le rendrait sûrement plus... humain. Je sourcille à peine à sa pleine mauvaise foi, me contente d’un fin sourire railleur. Confondre le sel et le sucre, mettre son pull à l’envers : ça c’est involontaire. Donner la chute à sa cousine au-dessus de la Forêt Interdite, à grande vitesse, par pure fierté, ça c’est davantage une tentative de meurtre. T’as d’la chance que j’ai besoin de toi Lïnwe.

Et le plus paradoxal c’est qu’il a beau me faire toutes les crasses du monde, ça m’empêche pas de continuer à le chercher, à marcher sur ses plates-bandes dès que possible, qu’importe l’heure du jour ou de la nuit. M’être concentrée sur lui cette année, ça m’avait permis de pas retomber dans d’autres spirales vicieuses. Artemis m’y avait aussi un peu aidée, même si c’était pas franchement gagné au départ. Ouais. Peut-être que finalement y’avait bien les racines d’une famille qui se formaient là, quelque part, sous une couche épaisse de faux-semblants. D’ailleurs j’crois bien avoir des hallucinations auditives, parce que là c’est bien de l’inquiétude qui module sa voix - et c’est difficile à expliquer, mais j’ai l’impression que pour une fois il est sincère. Ça va. Ouais. Trop dérangeant, j’ai pas l’habitude de sa sollicitude.

Je grimace presque, la gorge tendue et exposée, tandis que l’eau glisse de sa baguette à ma bouche. J’ose même pas croiser son regard, je me contente de fixer les ombres anxiogènes de la Forêt Interdite. J’me sens un peu comme une enfant. Et ça fait d’autant plus bizarre que j’ai jamais eu ce sentiment - j’ai grandi trop vite pour savoir ce que c’est. Je me rends compte alors que j’avais très soif, qu’il me faudrait plus qu’une gorgée pour hydrater mon corps endolori. Je lui fais signe de s’arrêter d’un geste la main et hoche imperceptiblement la tête, les joues rougies, pour le remercier. Adresser un merci de vive voix, ça semble contre nature. Pas pour lui.

Un craquement de branches me fait soudain sursauter. Je serre automatiquement mes doigts autour de ma baguette, par réflexe. T’as entendu ça ? Avec toutes les créatures de la forêt, y’aurait rien d’étonnant de prime abord. Des bébêtes inoffensives vivent aussi ici après tout. Sauf que là, j’ai la sensation désagréable d’être observée par-delà les arbres. Un rayon brûlant dirigé droit sur ma nuque. Je fais remonter les souvenirs de SACM, les paroles sèches de Blanchet. P’tain si seulement j’avais mieux écouté ses cours... Je regrette un peu, pour le coup. Y’a rien de rassurant qui me vient en tête, mais je me laisse pas intimider et lève plus haut ma baguette, un Lumos scindant l’obscurité environnante. J’crois qu’on n’est plus seuls..., je murmure en reculant vers Lïnwe.

Je veux pas passer pour une peureuse, même si mes poils redressés et mes coups d’oeil vifs en tous sens prouvent le contraire, mais je viens lentement me coller à lui. C’est toujours un côté de moins à surveiller, c’est l’instinct de survie. Parce que si on se fait attaquer, on sera pour la première fois dans le même camp. Et j’voudrais pas avoir à dire à mon frère que le cousin prodige s’est fait zigouiller par ma faute. Y’a quelque chose de pire que des Acromentules ici ?, je siffle en frissonnant.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Lïnwe Felagünd, le  Ven 3 Juil 2020 - 22:33

Sa gorge déployée, mise à nue comme un gosse qu'on habille. T'pourrais exploiter toutes ses failles, ce soir, et la rendre indéfiniment liée à toi - comme une promesse puante et qui empeste le sang de mort. t'pourrais exploiter ses faiblesses et ses peurs et la traumatiser peut-être à vie, quitte à être sa cible jusqu'à ta propre mort (ou la sienne). Ou tout simplement - parce qu'il ne faut pas sombrer dans cette pulsion lugubre - passer outre et ne former qu'un pour sortir de la forêt. C'est ta cousine, après tout. Vous êtes loin d'être potes, mais est-ce que toute votre inimitié peut aller plus loin aujourd'hui ? C'est ça, la véritable question. Le choix. Le but. Le dilemme sacré.

Elle te fait signe d'arrêter. Tu arrêtes. J't'en prie. C'est plus fort que toi, t'peux pas t'empêcher de la piquer, même quand le poison a suffisamment corrompu son sang. Y'a des guêpes qui arrêtent de piquer. Des abeilles qui ne piquent jamais, par survie. Et des moustiques qui s'essayent la nuit à l'aveuglette. Mais toi, t'es un véritable frelon. Incompris. Inoffensif et peut-être trop malin et capricieux. Et quand on s'attaque de préjugés futiles, tu répliques et tu piques. Piques. Piques jusqu'à la moelle. Et plutôt que de flirter avec la vie, tu préfères y creuser ta propre tombe - juste pour anticiper la chute de ton ennemi.

T'étant rapproché de la sorte, t'avais presque oublié que vous étiez tous les deux paumés dans la Forêt Interdite, et qu'il y avait, au fond, quelque chose de terriblement angoissant. C'était vraiment une expérience de m*rde. Mais en même temps, si elle s'était occupée de ses propres affaires au lieu de venir te faire ch*er au stade, tout ça ne se serait absolument pas passé. Elle n'pouvait s'en prendre qu'à elle-même, comme d'habitude. Et si vous t'avais pas été interrompu dans ta réflexion, tu l'aurais sûrement claqué comme ça, sans prévenir.

Y'a effectivement un craquement dans l'air. T'essaies de la rassurer une seconde - ou plutôt de te rassurer : nan mais c'est le vent. Sauf qu'il n'y a pas de vent. Y'a pas de bruit en fait. Et c'est le plus troublant. Pas de grillons. Pas de chouettes. Pas de tempête ni de loup ni d'écureuil. Y'a rien de tout ça. Simplement le clair de lune qui commence à vous hanter. Ta cousine parle d'acromentule. C'est clair que tu voudrais pas t'retrouver nez-à-nez avec ces bestioles là, c'est tellement repoussant. Après, elles te font pas spécialement peur non plus. Et à défaut de pas avoir de patronus, c'est quoi ton épouvantard ? Vaut mieux que vous restiez collés comme deux enfants. Et si tout ça n'était qu'une mascarade, t'aurais bien avoué d'être content de pas t'retrouver tout seul.

Créature Magique
Créature Magique
PNJ
Créature Magique
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Créature Magique, le  Mar 7 Juil 2020 - 15:04



Créature Magique
Liberté, égalité, rivalité


Les deux êtres sur pattes, nous font moins peur au fur et à mesure que nous approchons. Du moins, c’était le cas jusqu’à ce que nous voyions ce bout de bois entre les mains de l’une d’entre eux. Quelque part, nous comprenons. Ils sont comme nous. Ils ont peur. Notre occupation était toute autre, car dans le règne animal, lorsque quelqu’un a peur : il attaque. C’est ce qui renfonce notre propre crainte. Jusqu’à ce que savoir "qui attaque en premier ?" devienne la seule question pertinente

Ils nous confondent, avec celles aux pattes velues. Elles aussi nous ont fait du mal, nous les évitons bien que nous soyons similaires. Entre carnivore, il est aisé de savoir que manger de la viande relève de la survie. Et nous sommes de la viande, il n’y a aucun doute là-dessus. Aux aussi en sont, et ils le savent. C'est pour cela qu'ils ont peur de nous sans même savoir qui nous sommes.

Les plus vieux continuent de les encercler, faisant traîner leurs pattes sur le sol. Au début discrets, le son amorti par les feuilles devient de plus en plus fort au fur et à mesure que nous les aplatissons. Le claquement semble s'amplifier au fracas de quelques pierres que nous n'avions pas vu.

Les plus jeunes, eux, s’impatientent de plus en plus. L’odeur du sang ainsi que l’attrait de la nouveauté les rends impétueux. Nous essayons de les calmer, à notre manière, mais c’est de plus en plus difficile. Nous craignons pour eux. Il est rare que les petits humains viennent nous voir, du moins en le à la fois faisant exprès et gentiment. La plupart d’entre eux tombent sur nous par hasard.

Comme ces deux-là.

Oui. Nous restons cachés à leurs yeux, et parfois en revenant au château ils nous voient véritablement pour la première fois. Nous sommes tristes quand c’est le cas. Bien que nous ne sachions pas exactement comment cela se fait, nous avions remarqué que ceux qui nous voient sont presque toujours des yeux moins vif et un air moins heureux qu'auparavant. Comme nous, lorsque nous perdons l'un des nôtre.

Soudain, nous nous agitons. L’un des petits s’est échappé et se rue vers les deux enfants. Quand bien même la vitesse de ses quatre sabots frappant le sol peut être impressionnante, il reste moins rapide que l’un de nos aînés. Le vent soulève les feuilles alors que les ailes s’ouvrent en grands. De quoi faire assez peur à ceux qui ne peuvent nous voir. Nous nous approchons, encerclant toujours les humains, tandis que notre descendance est arrêtée dans sa course. Nous sommes à découvert, battons le sol sous nos sabots. Nous faisons attention à chacun de leurs mouvements alors que l’une de nos mère tire son enfant plus loin. Leur peur pourrait engendrer la nôtre. Leur ignorance pourrait être leur salut.

Riley Callaghan
Riley Callaghan
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Riley Callaghan, le  Mer 15 Juil 2020 - 10:34

« Liberté Égalité Rivalité »

Avec Lïnwe Felagünd


Saison 31
Printemps



Entre deux nouveaux craquements, mon buste tangue vers lui et je fronce les sourcils l’air de dire, le vent hein ? J’ai les muscles tendus, le corps prêt à amorcer une course entre les souches trompeuses de la Forêt Interdite s’il le faut. Le problème avec une menace invisible, c’est justement le dernier mot. Invisible. Impossible de calculer la meilleure parade ; au mieux on arrivera à s’en défendre en visant au pif, au pire on crèvera ici. On deviendra deux cadavres puants et ravagés par les vers. Et pu*ain, j’suis sûre qu’avec son parfum, Lïnwe serait le dernier de nous deux à se faire dépecer par la charogne. Ça infeste tellement les narines qu’il lui faudrait des semaines pour s’en débarrasser.

J’pensais qu’il avait compris qu’on n’était pas dans Confessions Intimes, puis là il m’demande la forme de mon épouvantard. Tu veux pas la date de mes dernières règles aussi ? Limite ce serait plus utile que tu saches ça, en fait. Ouais, parce que l’odeur du sang ça attire pas vraiment les abeilles, plutôt les trucs flippants et bien glauques. Une chance pour nous, j’suis pas dans ma période de vidange, et en principe, y’a que son odeur pestilentielle qui puisse provoquer de véritables pulsions meurtrières chez nos adversaires. J’espère aussi que ça lui coupera l’envie d’en savoir davantage, en général, les garçons savent plus trop quoi dire dès qu’on se lance dans les conversations tampons et pilules. T’façon, même si je voulais lui répondre, j’en serais incapable. J’ai jamais été confrontée à un épouvantard tout comme j’ai aucun souvenir suffisamment heureux pour produire un patronus. En plus j’ai pas envie de le voir sourire, de ce sourire blanc qui lui colle aux lèvres, ni même d’y lire sa pitié - s’il est capable d’en éprouver -, j’veux juste qu’il la boucle.

Il se passe un temps, un peu comme dans un monde parallèle où les particules se suspendent autour de nous. Il peut être bref ou durer plusieurs minutes, j’ai tellement d’adrénaline dans les veines que je suis bien incapable de raisonner clairement. Mais malheureusement la forêt ne nous laisse aucun répit ; cette fois c’est un tapis de feuilles mortes qui s’élève du vide, tandis que le bruit de pas - ou plutôt de sabots - accompagnent son avancée. C’est la Chasse Sauvage ou quoi ? Y’a un souvenir de cours, un brouillon de souvenir qui tente de percer. Je me creuse les méninges, agite la tête comme pour débloquer ce fichu tiroir mnésique qui reste coincé sur ses rails. Mais rien. Je sais pas ou j’ai oublié ce qui peut bien nous effrayer depuis une dizaine de minutes maintenant.

J’aime pas ça. Fais moi la courte échelle. Mon instinct me dicte une conduite difficile, celle de grimper à un arbre malgré le bandage qui me ceint la poitrine. Si on monte assez haut, ces « choses » pourront peut-être pas nous poursuivre. Et si on arrive jusqu’aux cimes, on pourra au moins voir dans quelle direction se trouve le château. Ou peut-être bien que ces trucs volent, et qu’on sera toujours dans la même galère. Mais c’est un risque à prendre et Lïnwe pourra enfin avoir son utilité dans cette affaire. Nan parce qu’avec mon attèle de fortune, faut pas rêver, c’est toi qui t’y colles, je pointe le sommet, moi j’te couvre si tu tombes... Ahah. C’est l’ironie du sort, mais il peut s’estimer heureux le cousin, je tenais à sa vie autant qu’à la mienne. Contrairement à lui.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Lïnwe Felagünd, le  Jeu 16 Juil 2020 - 18:49

Bizarrement, vous n'avancez plus vraiment depuis un moment, comme prisonniers par vos hallucinations branlantes et acoustiques. Comme à son habitude, la cousine monte dans les tours - si elle n'était pas aussi fausse, tu l'aurais clairement envoyée à Gryffondor si t'étais le choixpeau. Elle a l'impulsivité dans le sang, sa peau pue l'encens de la peur noire et de la fougue rouge. Tu le sens danser le long de ses veines.

Tu lâches un sourire quand elle te parle de son système hormonal. Ça a l'air des plus intéressant si ce n'était pas aussi dégoûtant. Pourquoi pas ? J'pourrais au moins savoir quand t'es insupportable. 'Fin, elle est toujours insupportable. Par contre, tu vois pas en quoi ça serait plus utile. Tu devrais être plus... ouverte d'esprit. Ça va t'empêcher d'avancer, un jour. Tu penses à l'avenir, à ton avenir, son avenir - non vraiment ? Tu seras pas surpris de la voir galérer en sortant de Poudlard. Les relations, véritables ou fausses (peu importe) bonnes ou mauvaises, sont nécessaires à la survie humaine.

J'me demande comment t'arrives à être aussi sûr de toi, aussi... serein ? Hein ? Comment t'arrives à aborder un dialogue en de telles circonstances ? — Là juste là une robe de feuilles s'élève devant vous. T'entends des bruits de sabots et vous êtes pas dans la m*rde si c'est des centaures. Sauf que le soucis, et tu t'en aperçois rapidement, c'est que tu les vois pas. T'entends les souffles chauds des nasaux mais tu vois pas leur silhouette. C'est censé être imposé pourtant.

Tu suis la cousine qui grappe à un arbre, enfin t'te sens forcé de la soulever. C'est presque comme si on venait de te souiller. Tu tires la grimace quand elle commence l'ascension. Oh non. Surtout, surtout tu me couvres pas. J'peux grimper tout seul, moi. Et pis, c'est pas comme si elle allait véritablement t'aider. Par contre, elle te devra forcément un truc en retour après cet épisode. Elle te doit bien ça. C'est comme ça que tu le vois. Et t'aimes qu'on soit dépendant de toi.

Malin de grimper à un arbre. Davantage d'observer la silhouette de Poudlard. Et encore plus intelligent de gagner quelques égratignures inutiles avec un Ascendio. Tu passes juste en dessous de la Serpentard et t'attrapes une grosse branche pour te hisser au-dessus des feuilles. Alors ? Tu vois quelque chose ? Tu la suis de près, t'as pas envie de tomber ni que ces trucs te rattrapent.

Contenu sponsorisé

Liberté Égalité Rivalité [En cours] Empty
Re: Liberté Égalité Rivalité [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Liberté Égalité Rivalité [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.