AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -23%
Télétravail : Logitech Business Webcam ...
Voir le deal
84 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 1
Des étoiles et une bouteille [en cours]
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Des étoiles et une bouteille [en cours] Empty
Des étoiles et une bouteille [en cours]
Kohane W. Underlinden, le  Ven 29 Mai - 20:40

RP avec Aza
Saison XXXI – Printemps
Suite de ce RP


La nuit est fraîche comparée à la température de la journée. Néanmoins, on sent qu’on est sortis de l’hiver. C’est un frais doux, tranquille. Loin du mordant froid de la saison précédente.
Je porte tout de même un léger manteau sur mes épaules, parce qu’on rigole pas. Faudrait pas que j’attrape un rhume.
Tandis que je marche dans les rues de Pré-au-lard, je pense à mon emploi du temps. Je n’ai mon premier cours qu’à 10h. Autant dire, le temps d’écumer les rues, chercher les âmes perdues et vider ma bouteille précieusement achetée aux 3B. Je ne sais pas pourquoi j’ai pris une bouteille. Mais les étoiles si brillantes, la nuit fraîche, le calme des rues qui ont perdu de leurs passagers, tout ça m’a donné envie... comme si je renouais avec un rituel du passé, rituel lointain.
Elles sont loin, ces années où j’avais peur et où j’aimais particulièrement l’alcool pour oublier les démons. Aujourd’hui, c’est occasionnel, un peu par-ci par-là. Et cette nuit, y’avait le sentiment que c’était le moment. Pour sortir une bouteille. Et courir sur la nuit.

J’entends mes pas résonner dans la rue. Je suis seule. Les maisons sont éteintes. J’imagine que tout le monde est au fond de sa couette. Au milieu du pays des rêves. Qu’est-ce qu’ils peuvent bien y voir, dans ce nuage onirique ? Des arbres qui parlent ? Des saules cogneurs gentils ? Des Elfes de maison qui se révoltent en brandissant une chaussette ? Des hippopotames roses fuchsia qui volent au-dessus des toits ?
Il peut se passer tellement de choses, dans les limbes rêveuses.
Pour ma part, je ne les ai pas encore rejointes. Mon âme demeure ancrée au bitume que j’arpente, arpente, arpente.
Pré-au-lard, ce petit village connu de chaque sorcier et sorcière britannique. Lieu des premières excursions, légales et illégales, des élèves. Espace de liberté, entre deux cours. Premiers jobs pour les stagiaires, première entrée dans le monde professionnel. Lieu de rencontres, aussi.

Je repère le parc. J’erre un instant, entre les arbres. Je finis par m’adosser à l’un d’eux. Pas loin de l’entrée. J’ai une belle vue sur le sentier où, en journée, il doit y avoir pas mal de passage.
Je pose la bouteille entre mes jambes, la maintiens droite entre mes cuisses tandis que je m’emploie à l’ouvrir.
Bouteille.
Etoiles.
Ma tête prend appui contre le tronc d’arbre tandis que j’avale une gorgée.
Le liquide descend, brûle un peu au début. Le manque d’habitude. Depuis que j’ai lâché un peu tout ça. Depuis que j’ai bu plus de tisanes et de chocolats chauds préparés par Asclépius que de verres d’alcool.
Brûle. Mais chaleur doucereuse ensuite.
Vieux souvenir qui reviennent comme des fils tractés par le vent.
Etoiles.
Bouteille.
Une impression de déjà vu, de déjà vécu. Sauf que je suis seule, cette nuit. Et que dans le souvenir, il y avait l’autre moitié du puzzle. Qui accompagnait les dernière gouttes.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Des étoiles et une bouteille [en cours] Empty
Re: Des étoiles et une bouteille [en cours]
Azaël Peverell, le  Lun 15 Juin - 12:36

Les rues de Pré-au-Lard sont calmes. Peut-être un peu trop. Tu n'avais pas souvenir que le lieu était si désert la nuit auparavant. Peut-être parce que tu y faisais du bruit. Tu es plus discret à présent. Tu te fonds dans l'ombre, dans le silence. Tu avances sans que tes semelles ne semblent réellement frapper le bitume tellement leur bruit est étouffé. Étouffé par quoi ? Difficile de le savoir. Tu as développé un pas plus léger depuis que t'es Auror. Comme si tu voulais passer inaperçu pour pouvoir voir ce que les autres ne peuvent pas. Pour observer sans être vu. Toujours tapi dans l'ombre, une partie du décor auquel nul ne prête attention. C'était différent avant. Avant tu voulais que les regards se posent sur toi. Tous, sans exception. A présent, certains comptent plus que d'autres. Les autres, justement, ne sont là que pour le travail. De simples suspects, coupables ou victimes. Rien d'autre.

Plus de capuche pour recouvrir ta tête. Tu gardes ça pour tes sorties masquées. Non, juste un costume bien taillé, suffisamment chaud pour affronter la nuit et suffisamment léger pour ne pas gêner. Encore pour se fondre dans la masse. Tes yeux passent sur les ruelles désertiques, en une analyse automatique, comme pour s'assurer que tu es seul et que tu n'auras pas besoin de combattre en cette soirée finalement plutôt douce. Jusqu'à ce que tu tombes sur une silhouette esseulée. Une silhouette qui détonne dans l'obscurité par la lumière intérieure qu'elle dégage. Pas besoin d'être proche d'elle pour la reconnaître, y'a comme un vent qui souffle dans ton dos pour te pousser vers elle. Elle, ta soeur étoilée. Tu ne l'as pas vue depuis trop longtemps.

Elle est seule, et pourtant accompagnée d'une bouteille et des étoiles qui veillent sur elle. Bientôt, tu la rejoins. Tu n'es plus si discret, il faut dire que tu cours vers elle. C'est comme si elle t'appelait, sous le ciel de Pré-au-Lard, pour te rappeler qui tu es vraiment. Ce que tu es vraiment. Et ce que tu es, c'est un membre de sa famille, qui a besoin d'elle pour survivre, pour se sentir bien, heureux, entier. Tu avais oublié cette sensation, cette chaleur qu'elle fait naître au creux de tes entrailles sans même un mot ou un geste, simplement en étant là. Tes mains se posent de chaque côté de ses joues tandis que tu plonges ton regard dans le sien, légèrement essoufflé, mais plus souriant que jamais. Quand elle est là, tu te mets à briller toi aussi. Comme si elle te donnait un peu de cette lumière qui n'appartient qu'à elle.

Tes lèvres se posent sur son front, toujours sans un mot. Un baiser doux, léger, et tu la relâches presque aussitôt, simplement pour éclater de rire en détournant le regard vers le ciel. Y'a comme un écho, qui monte et qui résonne. Un écho qui peut atteindre la Voie Lactée dans son entièreté. Mais toujours aucun mot. Parce qu'ils ne sont pas nécessaires pour profiter l'un de l'autre. Pour profiter d'une famille entièrement réunie sous le voile de la nuit.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Des étoiles et une bouteille [en cours] Empty
Re: Des étoiles et une bouteille [en cours]
Kohane W. Underlinden, le  Dim 21 Juin - 23:34


Une silhouette se profile. Qui, instinctivement, me fait lever la tête. Malgré l’heure tardive et la nuit désormais reine, je le reconnais sans peine. Parce qu’il brille, de mille feux. Une comète enflammée qui déboule au milieu de l’obscurité. Mon frère étoilé.
Lui aussi, m’a vue. M’a repérée.
Il vient vers moi. Sans hésiter.
Il n’y a pas d’hésitation entre nous. Il n’y en a jamais eu. Les étoiles nous poussent l’un vers l’autre -encore. Pour une énième réunion de famille. Qui n’a pas eu lieu depuis longtemps.
Je retiens mon souffle
Alors que je le vois courir
Courir vers moi
Je retiens mon souffle
J’attends l’impact
Qui se produira, à l’intérieur de moi,
Lorsque deux étoiles sont réunies.
La pièce manquante du puzzle. Qui file et vole, pour compléter, encore une fois, ce tableau astral. Un sourire naît sur mes lèvres. Quel beau, quel heureux hasard !
Distraitement, mes doigts viennent cogner contre le verre de la bouteille. Un son qui me rappelle la première rencontre. Dans de presque pareilles conditions.
Il y avait aussi
Les étoiles
La bouteille
La nuit
Le partage...
Mais on ignorait à l’époque. Que le lien qui nous unissait allait bien au-delà, était bien différent, du lien classique qui peut unir deux humains. On ignorait encore, à quel point nos âmes se devaient d’être unies, sous le signe de la famille étoilée.
Ce soir.
On sait.
Et c’est pour ça qu’il court.
Et c’est pour ça que je l’attends.

Ses mains de chaque côté de mon visage. Le contact fraternel. Son souffle. Après la course. Qui emplit ses poumons. Gonfle sa poitrine. Le rend encore plus... astral.
Mes yeux sont grands ouverts, posés sur lui. L’incroyable apparition. J’ai l’impression d’être différente, avec lui. Le frère que j’ai toujours voulu avoir, le frère que m’a offert l’univers, pour mon plus grand bonheur.
Je sens la chaleur qui émane de ses paumes. Dans ses pupilles, j’ai l’impression d’y voir le cosmos. Il transporte les étoiles en lui. Il n’y a pas d’autres explications.
Un baiser sur le front
Un rire envoyé au ciel
Et je ris aussi, avec lui
Rire de cette frénésie de la retrouvaille impromptue.
Je ris pour les sœurs, là-haut, que savent si bien comment nous mener l’un à l’autre. Pour une nuit un peu plus belle. Je ris d’extase. Comme dans un état second. Mais je n’ai presque encore rien bu. Et ce n’est, en vérité, qu’un rire d’éveil aux étoiles. Ce sentiment que je ressens, chaque fois que je le vois. Ce frère. Qui me rappelle que l’univers est beau. Parce qu’il nous a, un jour, mis sur la route de l’autre. Et qu’ensemble on a appris : tout est possible.

Je le regarde. Les yeux brillants.
Il me paraît si grand. Si beau. Si majestueux -lumineux.
Mon bras se tend. Je dirige la bouteille de whisky dans sa direction. Un rappel de la première fois. Mais les rôles sont inversés. Il y a longtemps, c’est lui, qui a partagé les dernières gouttes d’alcool. Pour un envol à deux. Ce soir, c’est moi qui offre. Avec un sourire.
Un geste du menton : inviter à s’asseoir à côté.

-Ca fait si longtemps, je murmure.

Trop longtemps, même.
Je le détaille quelques secondes sans un mot. Puis :

-Tu es beau, tu es classe, habillé comme ça.

Non pas que j’ai l’habitude d’accorder beaucoup d’importance à l’apparence physique. Mais celle de mon frère de ce soir détonne un peu par rapport aux autres fois. Alors la remarque est sortie. Sincère : il est beau, comme ça.

Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Des étoiles et une bouteille [en cours] Empty
Re: Des étoiles et une bouteille [en cours]
Azaël Peverell, le  Lun 22 Juin - 17:32

Vous riez dans la nuit. Vous riez fort, vous riez sincère, vous riez joie. Comme pour confirmer ce lien qui vous lie. Ce lien qui est toujours aussi fort, même lors des longues absences. Si vous ne vous voyez pas souvent, c'est pour mieux vous retrouver, t'en es persuadé. Tes yeux quittent enfin les astres de la nuit pour se reposer sur celle qui brille plus fort encore. Vous avez tous les deux le même sourire lumineux, éclatant. Exactement comme l'aura qu'elle dégage toujours. La bouteille de whisky se tend vers toi, et tu l'attrapes sans même penser une seule fois au fait que tu n'es plus sensé boire.

Parce que cette bouteille vous lie au sol comme les étoiles vous lient au ciel. Chaque détail est important dans cette mise en scène majestueuse. Tout doit s'imbriquer parfaitement, dans un puzzle parfait et enfin complet. Exactement comme vous lorsque vous êtes ensemble. Deux être qui ne forment un que lorsque le destin décide de les faire se croiser. Deux êtres avec un vide à combler, probablement aussi grand que l'espace lui-même pour que seule une étoile puisse y parvenir. T'avales une gorgée brûlante, profitant pleinement des saveurs ambrées qui restent accrochées à ta langue et à ton palais comme un souvenir immuable de cette première soirée.

Tu finis par t'asseoir à ses côtés, lui tendant de nouveau la bouteille pour qu'elle puisse en profiter. L'alcool n'est plus là pour oublier, mais au contraire pour se rappeler ce que c'est de ne plus être seul. Une colle qui rassemble tous les morceaux entre eux dans un moment de partage inégalé. Tu ne tiens pas longtemps avant de passer ton bras sur son épaule pour la prendre contre toi. Tu as trop besoin que votre contact physique se prolonge, que sa chaleur te gagne tout entier. Tu hoches légèrement la tête.

- Trop longtemps.

Un sourire qui se dessine lorsqu'elle te dit que t'es beau habillé comme ça. Ta main libre lisse légèrement ta veste de costume avec une fierté que ton ego flatté ne peut vraiment cacher. Les débuts en costume n'ont pas vraiment été faciles. Tu étais bien plus à l'aise dans tes éternels jeans et t-shirt. Mais t'es devenu professionnel. T'es devenu un Peverell aussi. T'as pas trop eu le choix que de coller à l'image qu'on se fait de ta famille. Du moins en apparence.

- T'es plus belle que moi.

Tu finis par te relever, ne tenant pas vraiment en place. Tu lui tends la main doucement, sourire toujours aux lèvres.

- On danse ?

T'aimes bien danser. Surtout sous les étoiles avec ta soeur astrale. Pas besoin de musique, celle de vos coeurs suffit, surtout qu'ils battent au même rythme.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Des étoiles et une bouteille [en cours] Empty
Re: Des étoiles et une bouteille [en cours]
Kohane W. Underlinden, le  Mer 16 Sep - 21:41


La silhouette se penche, s’affaisse après le rire -magnifique, majestueux. Après le partage -magique, délicieux.
Mon frère étoilé s’assoit à mes côtés. Plus proche, plus présent que jamais. J’en frissonne. Cette connexion étoilée entre nous. Je n’ai jamais rien connu de si fort -si beau. La famille, je ne pensais pas que ça pouvait être aussi magique. Quand les astres s’en mêlent, envoie un soupçon de poudre étincelante sur une relation, tout devient subitement bien plus intense. C’est comme vivre à 200% pour la présence étoilée de l’autre.
Chaleur humaine, de l’étreinte attendue, l’étreinte fraternelle, si douce, si tendre. Je souris : oui, il a raison, ça fait trop longtemps. Il a changé -sa belle veste, dont il semble si fier. Pourtant, tout à la fois, il est lui. Tout simplement. Lui, le frère, la pièce manquante, que j’ai tant de joie à revoir à chaque fois.

La main qui ne tient pas la bouteille se tend, les doigts passent dans les cheveux familiers tandis que j’observe son sourire, fier. C’est vrai, qu’il est beau. Compliment sincère. Il étincelle. Et je rougis presque, lorsqu’il me renvoie que je suis plus belle que lui. Vague égo flatté.
J’approche une nouvelle fois la bouteille de mes lèvres ; gorgée ; brûlante ; réconfortante ; la nuit semble chaque seconde un peu plus claire, un peu plus belle. Grâce à lui.
Je vais pour lui proposer, à lui aussi, une nouvelle gorgée.
Mais il se lève.
Il ne tient plus en place.
Il veut bouger.
Comme je le comprends.

En un battement de paupières, je me rappelle, la première rencontre, le corps en mouvement qui courait sur le bitume, le rire se répercutant dans la nuit entière. Je me rappelle du corps qui se déploie, des muscles qui travaillent alors que les jambes courent sans s’arrêter. Le mouvement est vivifiant. Courir à ses côtés ; exaltant.
Je laisse la bouteille au sol et me saisis de sa main tendue.
Nos doigts s’agrippent, je me relève.

On danse?

On danse
Oui.

Une musique commune, entendue de nous seuls. La musique du cœur, du souffle mêlé. Musique des étoiles, sœurs fidèles.
Ma main glisse sur son bras, jusqu’à son épaule. L’autre main suit le même chemin, de l’autre côté. Je l’étreins. Je l’emmène, je l’embarque. Dans la nuit. A travers le parc, entre les arbres et les chemins si souvent empruntés en journée. Tellement désertés en soirée.
Une valse étoilée. Muette à l’extérieur. Tellement musicale à l’intérieur.
On glisse, on danse, on virevolte. Je crois que les étoiles sourient de nous voir. J’en oublie la bouteille, laissée au pied de l’arbre. On avance ; je le regarde ; le quitte un instant ; reviens ; des pas en solitaire ; des pas à deux.
On finit par quitter le parc.
Pré-au-lard est si vide, en cette heure tardive. Les gens doivent être en train de bien se reposer, au fond de leur lit. Et nous, nous sommes là, valsant entre les fantômes de la nuit, à travers les rues sans nom.
Mon regard se lève vers le ciel.
Les sœurs sont toujours là. Magnifiques.
Mes pas ralentissent, doucement, mes yeux toujours fixés là-haut. Avant d’accrocher à nouveau mon frère :

-Elles sont belles, elles aussi, hein ?

Sourire béat.
Le cœur qui bat plus vite, plus fort. Ma pièce manquante. Comme elle m’avait manquée !
Mes bras quittent le contact physique. Et mon doigt pointe la fratrie, là-haut.

-T’aurais pas envie de leur faire un coucou de plus près ?

Mon regard se perd, fouille, cherche un point d’appui. Un perchoir à envol. Une plateforme élevée pour prendre de la hauteur. Et tendre les bras au ciel. A la nuit. Aux étoiles.
Et tout à coup, idée.
Le doigt tout à l’heure pointé en haut se dirige maintenant sur le toit de la maison la plus proche.

-Eh. Regarde. Une rampe d’envol. T’en dis quoi ?

Mon regard brille, pétille, cherchant les pupilles de mon frère. Une bonne idée, hein, une bonne idée ?

Contenu sponsorisé

Des étoiles et une bouteille [en cours] Empty
Re: Des étoiles et une bouteille [en cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Des étoiles et une bouteille [en cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.