AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -17%
Jeu Nintendo Switch : New Pokémon Snap à ...
Voir le deal
49.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 1 sur 2
Lumières d'une soirée [Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Lumières d'une soirée [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Mer 3 Juin - 21:03



Lumières d'une soirée

Saison XXXI - Printemps


Il était des soirs où l’on avait simplement envie de sortir, s’amuser, flâner, juste pour passer un moment en amoureux loin de la maison. La volonté de ne pas s’installer dans une routine qui nous rendrait aigris et qui accentuerait les disputes. Et puis je ne voulais pas que l’on se fixe des heures, des activités, je voulais que tout soit spontané, sans règles, sans restriction, juste des balades qui se transformeraient probablement en aventure et en découverte. Nous avions donc quitté le village pour transplaner en direction de Londres, main dans la main, s’éloignant de la petite ruelle pour partir à l’aventure, traverser le Chaudron Baveur pour se retrouver sur le Chemin de Traverse. Dommage qu’Arty n’ait pas emporté avec son costume de Mangemort avec son masque de Renard. Une petite improvisation des Bonnie & Clyde que nous pouvions devenir de temps à autre. Lorsque ma Métamorphomagie sera vraiment au point, je prendrai un malin plaisir à changer de tête pour effrayer les personnes qui le méritaient. La dernière fois ne s’était pas déroulée comme prévu, mais je ne perdais pas espoir, persuadée qu’Arty et moi étions une équipe absolument parfaite pour ce genre d’activités. Il fallait simplement trouver un terrain d’entente, se mettre au même niveau. Tout n’était qu’une question d’équilibre.

Mais ce soir, il n’était pas question de pratiquer des activités illégales. Du moins, pas tout de suite, nos pas nous avaient dirigés vers des festivités sorcières dont la musique avait attiré mon attention. Toujours avide de mouvements, je ne disais jamais non aux événements qui nous permettaient de nous défouler un peu, nous éloigner du quotidien. Derrière toute cette foule, un chapiteau se présente devant nous, une file d’attente remplie d’adultes et d’enfants surexcités à l’idée d’assister à un spectacle. Hey, on y va ? Ça doit être trop bien ! La voix enthousiaste, peut-être un peu trop, mais ce ne serait pas moi si les réactions étaient toujours calmes et contrôlées. Sans attendre de réponse, je nous dirige vers l’entrée non sans piocher les billets qui dépassaient de la poche d’une veste d’un homme bien trop confiant. Hoplà ! Ni vu ni connu, je tends son billet au Poufsouffle, un sourire fier affiché sur le visage. Il faut dire que c’était lui qui m’avait initié au cambriolage, j’y prenais simplement goût. Et dire que nous souhaitions fonder une famille avec cet état d’esprit. Il avait probablement compris pourquoi il était préférable d’attendre un peu, je n’étais pas prête à renoncer à tous ces débordements. Tu penses qu’il y aura des hommes grands, magnifiquement baraqués et vêtus de collants bien moulants ? Un rire suivi d’un léger baiser rassurant sur la joue, confirmant qu’évidemment, il s’agissait d’une blague. Il était parfois nécessaire de le préciser au cas où. Je ne tenais pas à ce qu’il arrache la tête à tous les acrobates, quoique ça avait tout de même son petit côté séduisant.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Jeu 4 Juin - 16:37

Allez ! C’était une joyeuse promesse logée sous un front amusé. Cette soirée pourrait se dérouler tranquillement, sans aucun dramatique éclat de voix, sans déchirure imprévue. Simplement de la légèreté dans leurs pas guillerets et les doux baisers qu’ils échangeaient. Une amoureuse douceur qui les avait menés jusqu’au-devant d’un lumineux chapiteau, tellement beau que les lèvres d’Arty s’étaient figées dans un oh ! admiratif. C’était sa réponse à l’empressement tout aussi enthousiaste de Loredana, il n’avait jamais été au cirque magique. Un trou béant dans sa culture sorcière. Mais ce n’était pas tout, le sourire et les iris pétillent immédiatement du méfait entrepris par l’Épousée, elle venait de chaparder deux billets. Ooooh ! alors qu’il se saisit de son ticket qu’il fait tourner entre ses doigts. Il n’était pas peu fier du délit de la Gryffondor, le hors-la-loi avait toujours ce petit côté pétillant-séduisant qui dansait maintenant sur le teint de la Métamorphomage, la maquillant d’un charmant petit air effronté.
Encore dans la file s’engouffrant sous la tente colorée, il en profite pour serrer entre ses bras la Gryffondor. La perspective circassienne l’enchantait tout à fait. Aaah ma petite femme chapardeuse préférée, une intonation espiègle tintant dans son sourire radieux, tu sais quand même que de tels hommes peuvent aussi m’intéresser ? Il l’imite, dépose à son tour sur sa joue un malicieux baiser, et puis, il y a aussi de jolies filles au cirque ! enfin, il le croyait.

Pénétrer sous le chapiteau gonfle la poitrine ébahie du Poufsouffle, l’intérieur était bien plus gigantesque que ce que l’enceinte le laissait présager - un sortilège d’extension sans aucun doute. Le nez du Wildsmith fouille les recoins du plafond, vagabonde sur les couleurs chaudes et les nombreuses guirlandes. L’animation des sorcières et sorciers galvanisait grandement son cœur d’enfant. Des bonbons ! Eh bien oui, comment passer à côté du stand de sucreries ? L’estomac ambulant saisit hâtivement la main de Loredana pour l’entraîner à sa suite. Aucune restriction évidemment, alors qu’il commande un sachet d’innombrables friandises différentes. Sourire poli au vendeur à la tête de travers – pas très beau mais gentil, la faute à son nez qui lui tombait presque dans la bouche et ses boucles jalouses de celles d’Arty. Il tend le sachet à l’Amoureuse avant de se précipiter afin d’aller s’installer sur les sièges indiqués par leurs billets dérobés.
Assis, les jambes du Poufsouffle ne cessent de sautiller d’impatience, un tremblement incontrôlable et agaçant ; la bouche pleine de bonbons, il met finalement une baguette magique à la réglisse dans un coin pour interroger la Métamorphomage : tu crois qu’il y aura un dragon ? Sérieusement Arty ? Il n’avait en mémoire que les cirques moldus, qui mêlaient chaleureusement le domptage d’animaux incroyables et de sublimes acrobaties. Il voyait déjà dans ses rétines pensives ce que pouvait être un tel spectacle amplifié et embelli par la magie.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Jeu 11 Juin - 18:01

J’avais tendance à oublier parfois qu’Arty ne s’était pas toujours intéressé qu’aux femmes - nous avions même couché avec le même homme. Je l’avais su pour la première fois lors de sa visite à l’hôpital, juste après notre altercation à Londres. Je ne reviendrai pas sur le pourquoi nous étions à l’hôpital, en revanche je m’arrête cette fois sur ce petit détail auquel je n’avais jamais réellement pensé jusqu’à ce qu’il me parle d’Eden. Arty m’avait parlé vaguement d’un Médicomage – probablement – qu’il trouvait mignon avant de préciser qu’il aimait bien les filles également. Je ne m’étais jamais arrêtée sur ce détail, complètement indifférente des personnes qu’il avait fréquentées dans le passé, peut-être inconsciemment inquiète puisque ça augmentait le nombre de rivaux. Hommes, femmes, il me fallait me méfier de tout le monde en réalité. Alors je souris avec la même malice en secouant la tête. Oh mais j’aime bien les filles moi aussi, ça m’irait très bien s’il n’y avait que ça également. C’était pas tout à fait vrai. Si durant mon adolescence, j’avais vaguement fréquenté une fille, mon attirance envers les personnes du même sexe était une chose relativement rare, voire quasiment inexistante. J’étais d’autant plus compliqué en grandissant, préférant largement la personnalité d’Arty à celle d’un homme qui aurait décroché la lune pour que je reste avec lui – quoique Arty en serait peut-être capable également.

Un spectacle n’en serait pas un sans passer par la case du grignotage. Les friandises pour passer le temps, pour rendre cet instant plus festif, dépenser l’argent qui n’avait pas servi pour les billets – il semblait apprécier le côté voleuse qui naissait en moi. Nous venions de perdre dix ans, il ne manquait plus qu’à nous trouver des accompagnateurs pour passer pour de véritables petits enfants excités dans l’attente. Un dragon ? Je regarde autour de moi, euh je sais pas, j’entends un sorcier rire à côté de nous – se moquer. Mais ce serait drôlement cool quand même ! Les sorciers s’installent, se faufilent, se poussent, discutent entre-eux. Une véritable ambiance festive qui faisait du bien pour décompresser d’une semaine monotone. L’envie de réitérer ce genre de balade plus régulièrement s’affiche derrière le front. Si tu étais artiste dans un cirque, qu’est-ce que tu aimerais faire ? Je pioche dans le sac de friandises tout en m’assurant qu’il en resterait encore avant le début de spectacle.

Les lumières s’éteignent avant que d’autres, plus tamisées, s’allument pour éclairer la scène. Le calme est presque immédiat, quelques enfants chahutent encore, posent des questions à leurs parents. Mais rapidement, la musique couvre leurs voix et l’arrivée de plusieurs sorciers déguisés volant en balais suscitent des exclamations enjouées de quelques spectateurs. Je ne lâche rien des yeux, ne voulant pas louper cette première fois au cirque. Quel joli hasard tout de même.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Sam 13 Juin - 22:23

Il aurait pu surveiller avec attention le regard de Loredana voletant sur les sorciers alentourants, s’inquiéter des jeunes femmes qu’elle aurait pu trouver attirantes à sa convenance – il n’en fait rien. Même pas une petite remarque sur les goûts diversifiés de sa femme. Apprendre que s’il s’attendait à ce qu’elle l’accepte comme il l’était – à quelques choses à améliorer près – il se devait absolument de lui rendre la pareille. Alors il préfère se laisser happer par la température chaleureuse du chapiteau et les sourires dessinés sur les visages impatients des spectateurs. Le sucre tapissant ses dents bienheureuses, Arty ne s’enflamme même pas de l’indiscrète moquerie du sorcier d’à côté – pas le moment de faire un esclandre au risque que le rideau du spectacle se ferme juste devant leur nez. Puis, il n’avait pas honte, la Gryffondor avait raison, découvrir un dragon dans un cirque ce serait drôlement cool. Ils seraient tous plongés entre la peur et l’ébahissement – en plus d’être trop serrés sous la tente colorée.
La question de l’Amoureuse vient embrouiller l’image inscrite sur le front d’un dragon vêtu d’un nez de clown, qui sortirait doucement de sa caravane pour venir saluer un public éberlué. Il prend quelques secondes pour bafouiller et réfléchir à coups de heu, j’sais pas. Il savait jongler, mais pas de là à hypnotiser les foules – bien qu’il aimait le croire - ; dresser des animaux magiques n’était clairement pas pour lui & son impatience ; quant à la magie, eh bien, ce serait particulièrement inutile dans un tel cirque.

L’interrogation continue de faire écho sur les parois crâniennes du Poufsouffle, se répercute dans son imagination avec une accompagnatrice – il se dit que ce serait vraiment fabuleux de travailler dans un tel lieu - tandis que les lumières font place à des virtuoses du balai. Ça par exemple, il ne pourrait ne jamais le faire. Avant que la voix du présentateur moustachu ne vienne gronder dans les tympans du public surexcité, Arty glisse son bras sur le dossier du siège de Loredana, l’entourer amoureusement et se pencher vers elle afin de lui glisser un caressant merci dans l’oreille.
Maintenant, place à l’étincellement spectaculaire et au dévorage de friandises. Le Gros Moustachu au nom imprononçable, quelque chose comme transylvanien, sûrement, présente rapidement la troupe de sorciers et sorcières pilotes de balai. Ces derniers enchaînent les acrobaties les plus prodigieuses sur leur bâton de bois, ils échangent de monture en vol, provoquant des ah et des oh émerveillés de la part des spectateurs. Vraiment, ces gens n’avaient rien à envier aux meilleurs joueurs de Quidditch. Leurs costumes pailletés frappent l’air en rythme avec leurs dangereuses figures, et ils finissent par quitter la scène sous les applaudissements rugissants.

Une belle introduction à l’heure que le public particulièrement attentif allait passer sous la chaleur du chapiteau. Le Maître de cérémonie refait son apparition, époussète son costume queue de pie, rouge aux boutons dorés – Arty veut le même, évidemment – et présente le prochain numéro avec des termes sibyllins provoquant la curiosité dans le regard de la foule.
Tonnerre d’applaudissements et cris frénétiques alors que viennent se dandiner sur la piste une petite tribu de choupinous diricos avec leur maîtresse. La main du Loup quitte le dos de l’Aimée pour venir couvrir la bouche tant l’extase mignonnesque vient lui barbouiller la frimousse. Haaaaan ! J’en veux un même à la maison ! La petite dizaine d’oiseaux magiques se déhanche à la queuleuleu et démarre son numéro. C’est une série de bonds, de rebonds, de disparitions et apparitions qui font rire enfants et adultes. Même leur façon de grignoter les récompenses données par la splendide Dame orchestrant leur enchanteresse parade était adorable. Tu penses qu’on peut les nourrir après le spectacle ? Si oui, il le ferait, il le ferait même toute la nuit s’il le fallait.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Lun 15 Juin - 14:18

Un merci qui faisait chaud au cœur, parce que je savais que c’était quelque chose qu’il appréciait. Le spectacle, les numéros d’acrobates à couper le souffle. Je savais qu’il sortirait d’ici des étoiles plein les yeux et je voulais qu’il se rappelle de cette soirée en ayant le sourire. Transformer la sortie banale en une chose extraordinaires à la hauteur de ce que nous étions – certainement pas des personnes normales. Je ne pouvais retenir mes applaudissements, j’aurais aimé pouvoir moi aussi voler de cette manière, en dehors du Quidditch, de la compétition, juste par plaisir, pour se donner en spectacle dans un costume coloré et pailleté. Qu’on m’applaudisse pour autre chose que pour un Souaffle arrêté en plein vol. Et ce n’était qu’une introduction, une manière de poser l’ambiance, d’attirer notre attention sur ce qui allait se passer ensuite. J’écoute sans bouger, sans sourciller, même si je ne comprends pas tout ce qu’il se dit. Les images étaient sans doute bien plus importantes alors je ne cherche pas à trouver des explications à droite ou à gauche.

Le numéro me fait ouvrir une bouche agréablement surprise en voyant ce petit troupeau de Diricos se diriger au centre du chapiteau, les regards rivés sur eux. J’aurais tant aimé pouvoir m’en occuper lorsque je travaillais à la BAM, toutes les créatures magiques me fascinaient encore aujourd’hui et ces petites bêtes mignonnes me donnaient simplement envie de me diriger vers eux pour essayer de les attraper, de les embrasser, avant de les laisser – hors de question de les importuner. Mon Amour, je termine une friandise, un sourire moqueur sur les lèvres, tu as peur de mes animaux, comment veux-tu t’occuper de Diricos que tu perdrais de vue au moins dix fois par jours ? Je secoue la tête en riant. Ils se joueraient de toi à coup sûr. Pourtant, je savais au fond de moi que s’il insistait, je finirais par céder, parce que je ne disais jamais non à un nouvel animal aussi original soit-il. J’en avais déjà six rien qu’à moi au manoir qui avaient droit à la liberté, mais qui avaient également tout un endroit à eux où ils vivaient de façon presque royale. Un Dirico aurait tout à fait sa place pour agrandir la famille. Cela pouvait parfaitement remplacer un enfant. Si on ne peut pas les nourrir on pourra toujours se débrouiller pour y aller quand même. Après tout, après avoir volé les billets – pauvre homme qui devait peut-être encore les chercher – pourquoi ne pas continuer jusqu’à la fin d’agir comme on le voulait.
Le spectacle terminé, le reste s’enchaînait. Regarde en haut ! Les acrobates descendaient du ciel, probablement à l’aide de fils invisibles ou simplement à l’aide d’une magie qui leur permettaient de ne pas descendre trop vite. Les figures aériennes sont rapidement suivies par des enchaînements au sol, des sauts comme s’ils étaient dotés de ressorts ou comme si le sol était un trampoline. Le public impressionné ne cesse d’applaudir, je commençais à en avoir mal aux mains, mais j’étais heureuse, d’autant plus en voyant le regard émerveillé d’Arty du coin de l’œil.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Ven 19 Juin - 22:46

Brougnougnou, c’est le son du ronchonnement intérieur d’Arty. Ce n’était pas qu’il avait peur des animaux de son Amoureuse, simplement, il ne sentait pas chez eux comme un élan d’amour incommensurable – et comment aimer le Wildsmith sinon de façon démesurée, n’est-ce pas ? – alors forcément, oui, il n’était pas à l’aise face à la ribambelle de petites bêtes habitant et vagabondant en toute liberté dans sa maison. Quoi que pratiquement coutumier de tomber sur un niffleur querelleur ou un furet qui lui faisait rouler les yeux parce que convoquant immédiatement le fantôme de l’ancien petit-ami de Loredana. Anyway. Un adorable dirico trouverait sûrement une petite place pour son terrier au manoir. Le Poufsoufle se voyait déjà lui apprendre des tours comme la Dame le faisait présentement sur la scène, évidemment qu’il aurait un dirico doué – et joueur. S’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît, qu’il finit par chuchoter prestement à l’oreille de l’Épouse, y mêler un sourire et une main baladeuse pour qu’elle songe à adopter une pareille créature.
Peut-être même qu’ils pourraient en voler un, voici une bien drôle de pensée effleurant les boucles elles-mêmes outragées. En passant plus tard devant leur enclos caché, après tout le mi-pingouin mi-dodo magique serait certainement largement plus heureux avec eux que comme une bête de foire.  

Cependant, la stratégie est brouillée par un regard immédiatement convoqué dans les hauteurs du chapiteau. Des acrobates d’une agilité à rendre jalouse la lycanthropie continuent de le faire sourire. Le cirque était un véritable cortège d’éblouissements – il adorait ça. Voir les artistes se jouer de l’apesanteur en bondissant sans cesse, en partageant des figures montées empilées. A l’intérieur de leur numéro, ils entremêlent des transplanages virtuoses, toujours à quatre millimètres de la chute ou du sol. Jusqu’à ce qu’ils rejoignent des trapèzes flottant dans les airs, dans le ciel étoilé ayant pris la place du plafond coloré de la grande tente. J’veux faire ça. Une voix perdue dans l’admiration, dans sa bouche grande ouverte. J’veux faire ça qu’il répète alors que les voltigeurs, hommes et femmes, contractent leurs muscles dessinés, scintillent sous les projecteurs, davantage lorsque leurs corps papillonnent dans les hauteurs.
Une dernière grandiose cabriole afin qu’ils retombent toutes et tous sur la scène, les genoux même pas brisés, mais écrasés par les applaudissements assourdissants. Arty reprend finalement sa respiration, contrôle à peine ses jambes qui veulent se lever, hurler des bravo.

Mais bientôt les clameurs sont domptées par la douceur et la lenteur du prochain numéro. Une demoiselle pailletée-étoilée déambule sur un fil serpentant dans les airs. Une charmante funambule dont l’équilibre toujours incertain et pourtant maîtrisé rendait les spectateurs suprêmement attentifs – silencieux. Ahah, j’suis en train de tomber amoureux. Un tendre susurrement taquin glissé sur la joue de Loredana qu’il embrasse. Les gestes contredisent les paroles plaisantines, puisque c’est maintes caresses amoureuses sur les jambes de la Métamorphomage. Un œil toujours tourné vers la beauté de l’équilibriste, enchaînant les pirouettes et sauts sur sa ficelle vaguelette.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Sam 20 Juin - 15:14

Vous connaissez ce petit truc qui vous rend faible ? Un tout petit détail chez la personne aimée qui pourrait vous faire accepter n’importe quoi ? Si la situation pourrait faire penser à une mère et son fils, dans ma tête c’était tout autre chose. Parce que derrière le petit caprice du Poufsouffle, il y avait ce désir d’acquérir notre premier animal qui nous appartiendrait à deux, la première étape qui nous rapprochait tout doucement de celle de faire un enfant. Non, ce n’était pas tout à fait au programme, mais plus l’on avançait, plus cela pénétrait dans ma tête sans vraiment y faire attention. Depuis longtemps déjà, Arty m’avait fait part de son désir de devenir père, mais je m’étais toujours dit qu’il s’agissait d’une passe, qu’il ne se rendait absolument pas compte de ce que cela impliquerait pour lui, pour nous – peut-être qu’il ne s’en rendait toujours pas compte d’ailleurs. Malgré tout, je savais qu’une petite voix presque inaudible tentait de me faire entendre qu’il était peut-être temps d’y songer. Après le mariage, la maison, n’était-ce pas la suite logique ? Je savais très bien que je ne voulais personne d’autre que lui dans ma vie désormais. Si la perspective d’être mère m’effrayait à cause de mon trouble bipolaire, l’idée de donner naissance n’était plus si repoussante aujourd’hui. Et l’insistance d’Arty ne pouvait me faire résister longtemps, parce qu’il avait l’étincelle dans les yeux qui me faisait perdre toute notion du temps, sans comptait les mains qui se baladaient à leur guise. Fais comme tu veux, mais tu ne t’en plaindras pas après !

Les yeux et les oreilles se tournent à nouveau vers les acrobates qui avaient pris de la hauteur. Un jeu de transplanage qui se terminent par des acrobaties aériennes. Il ne fallait rien de plus pour attirer l’attention d’un Arty particulièrement artiste dans l’âme. Évidemment qu’il voulait les imiter, apprendre l’un de ses tours pour se donner en spectacle, avoir les yeux rivés sur lui, susciter l’admiration du public. Les applaudissements sont interrompus par un numéro qui pourrait sembler dangereux. Marcher sur un fil d’un point A à un point B, ne pas savoir si l’on va y parvenir. Mes pensées divaguent, je m’imagine parfaitement effectuer un tel numéro. La sensation s’empare de moi comme si j’y étais. Les papillons dans le ventre, le rythme cardiaque qui s’accélère, les jambes qui tremblent légèrement à chaque mouvement du fil. C’est la voix d’Arty qui interrompt mon rêve, une voix que j’accueille avec de léger sgrognements. D’abord parce qu’il venait de gâcher des images magnifiques, puis parce que ses paroles ne me plaisaient pas beaucoup. Hey ! Moi aussi j’peux le faire ! Peut-être même mieux qu’elle ! Je la montre du doigt sans retenue, même si ma voix n’est qu’un simple murmure. T’es marié pour le meilleur et pour le pire, t’as pas le droit de tomber amoureux d’une autre. Je prends sa main qui se baladaient sur mes jambes pour la remettre sur les siennes non sans la faire claquer contre sa cuisse. Mes bras se croisent, tandis que mon visage affiche une moue boudeuse, on ne sait pas vraiment si c’est sérieux ou non. Il était rare que je fasse preuve de possessivité, c’était habituellement son rôle à lui. Mais désormais, c’est un regard noir que je lance à la funambule. Dans ma tête c’est une flopée de tombe, vas-y tombe, qui apparaissent malgré moi.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Sam 20 Juin - 17:25

C’était un tout autre spectacle rayonnant à ses côtés, d’une lumière bien plus intéressante que ce qui se déroulait sur la scène du cirque. Une Loredana jalouse était d’une préciosité rare, à manipuler avec attention, mais qui ravissait l’excellente humeur joueuse d’Arty – il en profiterait. Avec un large sourire il accueille les traits grognons de la jeune femme, un renversement des rôles absolument très drôle, il murmure doucement dans son cou, on ne contrôle pas ces choses-là, mon Amour. La situation l’amuse, tout comme ce surnom affectif qui dans leurs bouches, lorsqu’il était prononcé, n’était que cynisme et plaisanterie. Enfin, tomber amoureux n’était nullement une question de choix, t’es bien placée pour le savoir. La Métamorphomage si elle avait pu, n’aurait peut-être pas choisi d’aimer Arty – certainement pas d’ailleurs, en tant qu’ancien agresseur. Il éloigne la malice du visage de l’Aimée après avoir tendrement replacé une mèche ondulée derrière son oreille. Il retrouve le dossier de son siège, avant de se pencher pour observer avec grande grande grande attention la suite de la représentation de la Belle Funambule. Il fait semblant, évidemment, de faire pétiller ses mirettes devant les enchaînements acrobatiques de l’artiste, à l’intérieur, il se bidonne.

Quand bien même le numéro restait absolument somptueux, il enviait la souplesse de la circassienne, concentrée, épousant avec aisance les tremblements impressionnants du fil sur lequel elle semblait danser. Sans se retourner vers l’Épouse, par-dessus la musique mélodieuse, Arty lance une nouvelle pique, tu crois qu’elle reçoit des admirateurs dans sa loge après le spectacle ? Si Loredana ne pouvait pas voir le sourire du Fripon se trémousser au coin de ses lèvres, elle pouvait aisément le deviner, ainsi que toutes les insinuations dissimulées dans sa question aucunement anodine. Il ne lâche pas des yeux la jolie équilibriste, accentue même sa posture, incline le buste davantage vers l’avant, comme s’il pouvait toucher des paupières la danseuse filaire.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Sam 20 Juin - 18:08

Ça commençait à bouillonner à l’intérieur, le spectacle ne m’intéressait plus du tout. Le regard en coin qui observait un Arty admiratif, heureux, qui s’amusait à flirter de loin avec une femme qui ne connaissait même pas son existence – pas encore. Si j’avais regardé la scène avec un peu plus de recul, je me serais probablement rendue compte qu’il ne s’agissait là que d’un jeu dans le seul but de me faire monter encore et encore, parce que la jalousie n’était pas un sentiment que je ressentais constamment. Mais allez savoir pourquoi, aujourd’hui, c’est l’estomac complètement compressé que j’assiste à ce spectacle, fermant les yeux pour ne pas me lever et m’en aller. La soirée n’était-elle pas supposée se dérouler dans le calme et la bonne humeur ? Arrête, que je dis dans un calme mesuré, faisant en sorte que personne d’autre ne remarque ce changement d’humeur et surtout, j’essayais de contrôler ma métamorphomagie mise à rude épreuve. Un mot prononcé tout en sachant pertinemment qu’il avait raison. L’amour ne pouvait se contrôler, je n’étais pas à l’abris qu’il m’échappe un jour, mais peut-être qu’il y avait une autre manière de me le faire comprendre. Si la situation était inversée, comment aurait-il réagi ? Aurait-il déjà sauté à la gorge de la personne visée ?

Non je ne le vois pas sourire, ne comprends pas cet humour déplacé, parce que je n’entends que les mots, des mots que je n’aime pas entendre, des mots qui me font dire arrête ! à nouveau, cette fois un peu plus dur, légèrement plus fort, mais toujours entre les dents pour ne pas alerter la foule. Malgré tout, la colère et là et ma métamorphomagie a du mal à ne pas se manifester, alors le poing se serre pour m’aider à me contrôler, les ongles dans la peau comme manière de me distraire. Mais la jalousie, si elle était rare, était démesurée et incontrôlable, persuadée qu’Arty était l’homme avec qui je finirai ma vie, il me fallait préserver cette relation, éloigner toute personne qui tenterait de s’immiscer entre nous. C’est discrètement, très discrètement que je sors ma baguette de ma poche avant de murmurer un #Confundo en direction de l’artiste qui aimait se montrer avec ses paillettes. Le sort est un succès, puisqu’il ne faut que quelques secondes à la sorcière pour perdre l’équilibre et tomber sous les ooh surpris des spectateurs. Moi, je reste impassible, croise de nouveau les bras comme si de rien n’était. Pas si parfaite ta sorcière. À mon grand regret, le cirque avait prévu que ce genre d’incident pouvait arriver et la jeune femme s’arrête, lévite à un mètre du sol. Alors quoi ? T’y vas pas ? Ce serait ton heure de gloire. Va jouer au Chevalier servant avec cette p......, je ne termine pas ma phrase déjà parce que le mot n’est pas joli joli, mais aussi parce que sans m’en rendre compte, les mots avaient été prononcés peut-être un peu trop fort. Je le remarque en voyant les personnes devant moi se retourner pour me demander de me taire. Je reviens à ma place sans adresser un regard au Poufsouffle, un doigt entre mes dents que je mords, les yeux légèrement humides de colère. Dans ma tête, oui, cette femme ne termine pas sa soirée en vie. Si la situation semblait plaire au Poufsouffle, c’est profondément blessée et agacée que je reste en place, le regard dans le vide, résistant à l’envie de partir d’ici.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Sam 20 Juin - 19:10

Oui, il avait parfaitement, et clairement entendu les contestations de Loredana. Preuve indéniable que son petit jeu portait ses fruits lumineux, le genre de divertissement qui le rendait ivre d’arrogance, sans qu’il ne puisse s’arrêter. Arty aimait se noyer dans la jalousie, émotion néfaste, explosive et pourtant si délicieuse. Il s’en pourléchait d’ailleurs lorsque toute la scène s’était brutalement effondrée. Un oh ! de surprise paniquée le fait se lever d’un bond, sa frimousse inquiète rejoint celles du public angoissé pour la Demoiselle venant de tomber. Bienheureusement, la funambule atterrit saine et sauve sur la scène, et c’est un soupir de soulagement parcourant les rangs des spectateurs alors que le Poufsouffle se tourne vers les remarques amères de son Amoureuse. Immédiatement, le sourcil amusé se hausse d’étonnement, attrapant au vol le rangement discret de la baguette de la Métamorphomage. D’un geste de la main, il fait taire les sorciers de devant, trop curieux, et se rassoit calmement. On est jalouse, Madame Wildsmith ? Ses incisives gourmands viennent croquer doucement l’oreille de la jeune femme tandis qu’il glisse narquoisement sa main entre ses jambes. Il discerne bien la contrariété de sa femme, et pourtant. Pousser Loredana dans ses retranchements, titiller la monstruosité intérieure, oui, le Fripon se gargarisait, glouton, de la situation. T’es diabolique. Presque autant que lui, et il adorait ça. Les baisers se faufilent dans la nuque de la Gryffondor tandis que la langue ne peut s’empêcher de poursuivre, t’as failli tuer ma seconde femme !

Il rigole alors en la serrant fort entre ses bras, le visage boudeur de la Gryffondor écrabouillé contre son buste espiègle. Les boucles tournoient de nouveau subitement en direction de la scène circulaire venant d’accueillir quelques Sombrals et leurs dresseurs-acrobates - essayer de rapidement dissoudre l'échec du numéro précédent. La majestuosité des créatures rachitiques fait écarquiller les yeux du Wildsmith, il connaissait l’existence de ces chevaux funestes, mais c’était la première fois qu’il en voyait. Immédiatement, il balaie du regard les autres spectateurs autour de lui, relâchant l’Amoureuse. Regarde ! La plupart ne les voit pas ! Pour ce public innocent, ce n’était qu'une série de voltigeurs tenant en équilibre dans le vide, pirouettant dans l'air avec de jolis chapeaux argentés et des pompons virevoltants.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Sam 20 Juin - 19:51

Il avait osé poser la question, comme si la réponse n’était pas évidente pour lui, comme s’il voulait absolument entendre un oui pour jubiler davantage de la situation. En réalité, bien au fond de moi, je comprenais parfaitement ce ressenti. Moi-même j’avais toujours apprécié de le voir jaloux, trouvant toujours un prétexte pour annoncer aux gens que j’étais sa femme, pour me prendre dans ses bras, m’embrasser afin d’annoncer sans parole qu’il n’y avait aucune possibilité que j’aille avec l’un d’eux. Moi, je souriais intérieurement, car je voyais ça comme une preuve qu’il tenait à moi et n’était pas près de me laisser encore partir. Mais tout ça, je le savais déjà, sachant très bien qu’il avait toujours très mal vécu nos ruptures.
Qui te dit que c’est moi ? Evidemment, il avait vu, la baguette discrètement rangée, avait compris que j’étais à l’origine de la chute. Je fixe la scène du regard tandis que je le laisse me mordiller l’oreille en prononçant des mots qui me faisaient bouillonner de l’intérieur, davantage lorsque sa main s’aventure entre mes jambes. Mais c’est lorsqu’il me serre dans ses bras que je me permets de glisser quelques mots à son oreille : ta deuxième femme sera morte avant même que tu n’aies eu le temps de la demander en mariage. Je laisse quelques secondes avant de rajouter, et ensuite tu signeras les papiers du divorce. Parce qu’il me serait évidemment impossible de vivre avec un homme qui avait pour projet d’en épouser une autre.

Je ne le repousse pas malgré tout, parce qu’au fond, je comprends enfin qu’il ne s’agissait là que d’un jeu pour lui. Malgré tout, mes paroles étaient sérieuses, c’était la raison pour laquelle il valait mieux que la jalousie reste loin très loin de moi. Les yeux toujours boudeurs sont attirés pas le numéro suivant, des Sombrals et leurs cavaliers, de gentilles créatures incomprises que je pouvais voir – évidemment. Je me redresse sur mon siège après qu’il m’ait relâchée, regardant les spectateurs, tentant de deviner ceux qui pouvaient voir les créatures, ceux qui pouvaient les deviner et ceux qui ne comprenaient rien. La plupart ne savent même pas que ce sont des Sombrals. Le ton de la voix était froid, mais au moins je lui adressais, un peu, la parole, ce qui était déjà un bon point. Peut-être que ta funambule peut les voir maintenant…Ironie, sarcasme, ce que vous voulez, dans tous les cas, il y avait au son de ma voix une jalousie encore bien présente. Je n’étais pas partie, mais les nerfs avaient du mal à redescendre malgré tout. Alors je tente de me remettre dans le spectacle, de profiter de ces créatures que l’on ne voyait pas souvent. Tenter de sourire, ignorer désormais totalement Arty à côté de moi. D'un sourire, je me rapproche du sorcier qui se trouvait à ma gauche - Arty étant sur ma droite du coup - afin d'entamer une conversation cordiale. Vous les voyez vous ? Il ne semblait pas comprendre, alors sourire aux lèvres, je me place de façon à tourner le dos à Arty pour me lancer dans une explication détaillée, en chuchotant. Lui semblait fasciné, les Sombrals lui étaient totalement inconnus.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Sam 20 Juin - 21:42

Un rire jaune s’était échappé des lèvres carnassières avant que Loredana ne se retourne vers son prétendu séduisant voisin. Toujours aussi empressée de parler de séparation, mon Amour. Signaler comme ça à la volée qu’elle avait cette fâcheuse tendance à sauter immédiatement dans la pire des pires possibilités. Il observe le dos qu’elle lui offre, ne trouve rien à répondre à l’évocation de la funambule. Il voit que la Gryffondor est agitée par la conversation sans doute intéressante qu’elle menait dorénavant avec celui assis tout près d'elle. Évidemment, le Wildsmith grommèle, se mord l’intérieur de la joue et serre ses ongles sur ses cuisses pour éviter d’aller en foutre une à cet étranger. C’est qu’il ne devait pas perdre de vue qu’il s’agissait d’un jeu, et perdre son sang-froid, serait perdre la partie. Conscient qu’elle faisait cela pour le provoquer. N’avait-il pas déjà été suffisamment prévisible ? A s’emporter constamment pour d’insignifiantes broutilles. Il n’avait même pas eu le temps de triompher de la jalousie de l’Épouse qu’elle contre-attaquait avec éclat.
Respirer profondément et tenter de se concentrer sur les fabuleuses créatures ailées. Il prétend s’en moquer complètement, ignorer la proximité entre sa femme et un autre. Il force ses yeux à regarder droit droit droit devant, sans ciller, sans penser aux mots aux sourires échangés à côté. Sans penser que Loredana s’offrait à la contemplation d’un sorcier inconnu. Arty déglutit, ce rôle indifférent se révèle compliqué, un doigt s’emmêle dans les boucles, tirer sur une mèche le force à garder le cerveau à l’endroit.

Les Sombrals obéissent parfaitement aux cavaliers, s’assoient, se prosternent et se lèvent, faisant léviter les artistes avec. Il était curieux de penser que parce qu’ils avaient vu la mort, certains spectateurs pouvaient profiter pleinement du spectacle, alors que les autres restaient aveugles, obnubilés par les figures forcément incroyables des cavaliers.
La troupe quitte la scène en file indienne, méticuleuse jusque dans son départ. Le Poufsouffle profite des quelques secondes de pause pour s’empiffrer de friandises. Calmer l’exaspération par le sucre – rien de mieux. Il détourne la tête pour regarder son voisin – aucune matière à flirter, il s’agissait d’un grand-père accompagné de ses petits-enfants. Tssss. Mais sa frustration est saisie par l’arrivée de deux personnages hauts en couleurs, perruques et maquillage épais, leur apparition agite immédiatement les zygomatiques des spectateurs observateurs. C’est une série de gesticulations, de mimes afin de faire rire les sorciers et sorcières, jusqu’à ce que l’un des clowns en un quart de seconde, prenne l’apparence de son partenaire.
La métamorphose surprenante fait retentir un cri d’ébahissement commun au sein des gradins, attrapant au passage l’attention entière du Fripon. Par réflexe, il veut glisser sa main dans le dos de l’Amoureuse, il se rétracte, se souvenant acidement qu’elle devait partager son émerveillement avec son sympathique voisin.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Sam 20 Juin - 22:53

Je n’étais pas réellement intéressée par ce que ce sorcier me disait. Non il n’avait jamais vu la mort parce qu’il avait toujours eu une vie calme et posée, avait grandi dans une famille aisée, n’avait pas vu ses grands-parents mourir etc. etc. Non rien de bien intéressant, mais la routine semblait lui convenir et c’était tant mieux pour lui. C’est lorsqu’il me demande si je veux sortir après le spectacle que je lui explique gentiment avoir simplement été curieuse de savoir s’il pouvait voir les sombrals, mais que je n’étais pas vraiment intéressée par sa proposition. À mon plus grand soulagement, le sorcier n’avait pas insisté et nous avons d’ailleurs été interrompus par les acclamations des spectateurs face au nouveau numéro. Dommage, je n’avais pas vraiment pu profiter des créatures précédentes, mais ma bouche s’entrouvre légèrement en constatant que l’un des deux clowns qui se trouvaient sur scène était un métamorphomage. Est-ce que nous étions les deux seuls sous ce Chapiteau à posséder ce don ? J’en étais persuadée.

Légèrement perturbée et admirative, je suis comme absorbée par ce qu’il se passe, ignorant totalement le spectacle en lui-même, je n’ai d’yeux que pour les transformations du Métamorphomage qui effectue avec une grande facilité, sans blocage, sans se tromper, les enchaînements sont juste parfaits. Peut-être que je pourrai faire ça un jour. C’était un murmure, mais qui pouvait être entendu par l’Amoureux boudeur. D’ailleurs, c’est sans vraiment m’en rendre compte que je lui saisis la main, mon inconscient comme désireux de partager ce sentiment avec lui. Parce qu’il savait que je souffrais au fond de ce manque de contrôle et cela nous avait d’ailleurs causé de nombreux ennuis. Tout serait tellement plus simple si j’étais capable d’un tel contrôle., je me parle à moi-même. Peut-être un jour, avec le temps, l’expérience, tout sera plus simple. Je le voulais en tout cas. C’est un sentiment différent qui s’empare de moi actuellement. Je me sens nauséeuse, jalouse de cet homme et de son don qui faisait réellement partie de lui. Rien ne semblait facile de mon côté et je ne pouvais m’empêcher de penser que cela resterait compliqué à cause de la Bipolarité. Forcément, ça devait jouer, même s’il ne s’agissait pas d’une maladie sorcière. Elle agissait dans le comportement. En se mêlant à la métamorphomagie, cette dernière devenait forcément plus capricieuse. La jalousie précédente avait laissé sa place à ce côté envieux. Encore un problème de bipolaire peut-être ? Dans tous les cas, j’avais besoin de mon Amoureux à cet instant précis et certainement pas du sorcier à ma gauche, mais bien du boudeur à ma droite. Ma tête se pose sur son épaule, j’avais envie que ce numéro se termine vite vite vite vite. À cet instant, j’essayais aussi de contrôler une chevelure qui avait une grosse envie de se colorer, je le sentais, comme une sensation de chaleur qui monter du ventre jusqu’à la tête.

Je ferme doucement les yeux en murmurant des stop stop stop, suivi du nom de code Papplewick Papplewick Papplewick pour alerter Arty sans trop en dire. Mais ça semblait être trop tard. La main qui serrait de plus en plus celle d’Arty n’avait plus sa couleur de peau naturelle, elle commençait à devenir plus foncée, beaucoup plus foncée, puis c’est au tour du bras. Non non non non ! Sans plus attendre, je me lève brusquement pour sortir du chapiteau, dérangeant les personnes de ma rangée. Fort heureusement, ma sortie est camouflée par les rires de la foule. Quant à moi, c’est un extérieur sombre et silencieux qui accueille ma panique tandis que je me rue dans un coin à côté du Cirque. Je m’installe contre un mur, la tête dans les mains, inspirant et expirant, comme me l’avait appris Theya, en espérant que cela fonctionne et que je reprenne rapidement le contrôle.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Dim 21 Juin - 10:01

Les zygomatiques enchantés devant le sketch des deux clowns, devant les métamorphoses à la fois spontanées et merveilleuses d’un des sorciers. Mais le frisson agréable venant lui picoter la nuque n’a rien à voir avec le spectacle, il est provoqué par la chaleur des doigts de Loredana entre les siens. Égoïstement, il se réjouit de ce toucher naturel, de la tête de l’Amoureuse sur son épaule, un faible soupir soulagé de voir l’accrochage englouti dans la douceur. Il pourrait même tirer la langue au voisin de la jeune femme, faire valoir le fait que oui, elle était bien avec lui. Il butine les murmures de la Gryffondor, évidemment fascinée par cet homme caméléon, tout chez lui est éphémère, la couleur, la forme, chaque détail est avalé et transformé avec une rapidité incroyable. Les enfants rient, les adultes sont hypnotisés. Et à ses côtés, il sent l’Amoureuse troublée par les doutes. Tout aussi captivé, Arty tarde à rassurer d’une pression de main ou de mots tendres l’Aimée, lorsqu’il est éclaboussé brusquement par son affolement, le mot de passe sacré. Bafouillements stressés, il constate les changements involontaires de Loredana ; brièvement il s’en veut de regarder les autres, de vérifier qu’ils ne voient rien.
Quel terrible réflexe. Stupide Wildsmith. C’est une sérieuse pique, féroce, dans l’estomac qui le réveille - dans l’instant où elle choisit de se lever, se cacher et s’enfuir - lui fait penser subitement que Loredana s’épanouirait davantage avec un mec comme ça, resplendissant sur scène, brillant métamorphomage, un soutien coloré qui puisse la faire progresser. Ramener n’importe quel événement paniquant à lui, à sa propre vanité mégalo et en même temps si peu en confiance. Il lui faut encore saisir quelques secondes avant de se rendre compte qu’il n’était nullement question de lui, mais d’Elle.

A son tour il se lève, se précipite dans l’ombre de l’Amoureuse déjà disparue. Les boucles virevoltent, essayent de déceler les ondulations compères de la jeune femme. Quelques minutes inquiètes où il l’appelle, des Lore ? attrapant au passage les regards des quelques spectateurs trénouillards, préférant acheter des friandises durant la représentation.
Il percute la nuit du Chemin de Traverse, l’échine tressaille sous la fraîcheur de la soirée estivale tandis qu’il l’aperçoit. Il ralentit le pas, le cœur essoré de mélancolie lorsqu’il la voit si perturbée, presque effondrée. Sa moue tristounette s'éclaire d'une rapide boutade : vous n’avez pas vu ma femme ? Cheveux longs, magnifique ? Pouffement gêné alors qu’il s’accroupit face à elle, qu’il se penche pour déposer sur son front un baiser réconfortant. Les iris moroses se perdent un instant dans les mèches bleuettes, il serre les genoux recroquevillés de Loredana, tu sais qu’tu finiras par te contrôler comme ça, comme lui ? Le Poufsouffle lui-même en était persuadé, regarde, quand on a commencé à se fréquenter, t’étais un arc-en-ciel incontrôlable ! et maintenant t’arrives à prendre une apparence que je n’reconnais même pas. Souvenirs agités des pavés de Pré-Au-Lard, où il avait cru s’en prendre à quelqu’un d’autre. Le menton frémit, se reconcentre. Tu veux qu’on se faufile pour que t’ailles parler à ce mec ?
Gigantesque pas de géant, le Wildsmith acceptant son impuissance face aux incertitudes de l’Épousée.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Dim 21 Juin - 11:18

L’instant de solitude ne dure que quelques petites minutes avant que la voix d’Arty ne résonne dans mes oreilles. Je ne réponds rien, puisqu’il ne lui faut pas longtemps pour me retrouver, tandis que je relève légèrement la tête en l’entendant arriver. Il tente de détendre l’atmosphère, mais mon attention est entièrement portée sur ce bras que je tente de faire revenir à sa couleur initiale. Le baiser et les mains du Poufsouffle dissipent cette sensation nauséeuse qui ne me quittait pas. Il n’y avait pas besoin d’être Métamorphomage pour rassurer et c’est alors qu’il me parle que je me concentre sur sa voix. Les cheveux reprennent leur couleur, de même pour les yeux et la peau. J’étais de nouveau Loredana, entièrement Loredana. Il avait raison, lorsque l’on s’était rencontrés, j’étais incapable de contrôler quoique ce soit, pour la simple et bonne raison que le don venait à peine d’être découvert. Si rien n’était facile aujourd’hui, les transformations étaient beaucoup moins présentes et je parvenais parfois même à hausser le ton sans que mes cheveux ne bougent d’une nuance. Il y avait eu une évolution, même s’il était compliqué de m’en rendre compte parce qu’il y avait des jours comme ça, comme ce soir, où le contrôle se perdait et où le corps devenait capricieux. C’était souvent à cause d’une surprise, d’un choc émotionnel, un peu comme ce soir.

À quoi ça servirait ? Je n’avais aucune envie de dévoiler ce don au grand jour, aussi parce que j’avais peur que ses conseils soient vains en raison de mes problèmes psychologiques. Pourtant, je me ravise, relève la tête, en fait si, si je veux bien aller lui parler. Parce qu’une occasion comme celle-ci pourrait ne jamais se reproduire. Je m’aide des mains de l’Amoureux pour me relever, l’heure de l’entracte avait sonné, le moment idéal pour tenter d’aller à la rencontre des différents artistes. Apparemment, c’était une chose assez courante, moi qui pensais que les artistes restaient dans leurs loges, la moitié était dehors à se dégourdir les jambes, prendre l’air et discuter avec les quelques personnes qui s’étaient aventurées jusqu’à eux. Évidemment, le Métamorphomage était déjà entouré de cinq ou six personnes qui lui faisaient part de leur étonnement, leur admiration, tant de compliments barbants pour quelqu’un qui vivait quotidiennement avec ce don. Je me faufile pour l’atteindre et coupe une femme dans son discours sur les changements physiques, excusez-moi je peux vous parler ? puis je rajoute, en privé ? Le sorcier me regarde avec étonnement alors je lui montre discrètement des yeux qui passent du bleu au rouge. Il semble comprendre, s’excuse auprès de ses admiratrices et me suis un peu plus loin. Je fais signe à Arty de m’attendre cinq petites minutes.

La discussion dure un peu plus longtemps en réalité. Je lui fais part de mon don et des problèmes que j’ai avec ce dernier. Il semble étonner, constate comme beaucoup avec lui,que je qualifiais ce don comme quelque chose d’extérieur à mon propre corps, comme s’il s’agissait d’un parasite qui s’était glissé là. Ce n’est pas un ennemi, il faut que tu parviennes à te convaincre que ce n’est pas une mauvaise chose, je l’écoute en hochant la tête, on est tellement peu dans le monde à posséder ce don que tu devrais en être fière, vraiment. Bizarrement, ça me faisait du bien d’entendre ça, mais cela ne réglait pas le fin fond du problème dont je n’avais pas osé parler jusqu’ici. Je lui parle brièvement de la bipolarité, de mon souci de contrôle de mes sentiments, de mes crises, le tout sans jamais entrer dans les détails. Il ne semble pas connaître la maladie – normal pour un sorcier – mais il me persuade que rien n’est impossible si on s’en donne les moyens – des phrases toutes faites, j’avais horreur de ça, il semble s’en rendre compte. Plus tu penseras à ta maladie, plus elle sera là et te bloquera. Ce sera peut-être plus long, mais je t’assure que le contrôle finira par être optimal et tu pourras à ton tour enseigner ce que tu sais aux novices. J’acquiesce en souriant, avant d’être à nouveau dérangés par un groupe qui me pousse à reculer. Merci beaucoup dis-je en reculant. Soulagée finalement de constater qu’il s’agissait réellement d’un travail sur moi-même, un travail que j’avais déjà commencé en réalité, il me fallait juste persévérer, ne rien lâcher, tout finirait par se tasser. C’est soulagée, vidée de toute angoisse que je me retourne pour rejoindre Arty qui devait commencer à s’impatienter, voire à se demander ce qui pouvait bien durer si longtemps.
Contenu sponsorisé

Lumières d'une soirée [Terminé] Empty
Re: Lumières d'une soirée [Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 Lumières d'une soirée [Terminé]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.