AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 1 sur 1
Un voyage très attendu [en cours]
Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Un voyage très attendu [en cours]
Anaïa Beckett, le  Mer 10 Juin - 19:14

Saison 31, début de l'hiver
RP libre avec Adonis Evans et Jackson Emerenziana




Un voyage très attendu

         Comme le ciel était beau. Le nord de l'Angleterre se recouvrait d'un étrange miroir opaque. L'horizon se dissipait sous un coup de pinceau blanc. Tout était flou ! Lancée sur une falaise, chevauchant un cheval d'un gris clair, Anaïa faisait face à la mer. Observant l'écume mousseuse qui se brisait sur la paroi, elle était pensive. Le vent agaçait le haut de son écharpe qu'elle avait remonté pour affronter le froid. Cette once de tissus lui fouettait la face, mais elle demeurait là. Au fond d'elle, un sentiment d'effroi lui plaisait qu'elle n'aurait pas voulu dénaturer en couvrant son visage.
         L'hiver était là. Une brise nordique traversait l'Ecosse avec la force d'un poème polaire. Des plaques de neige éparses recouvraient ponctuellement le sol qui, bientôt, allait être entièrement drapé. Cette beauté deviendrait rapidement insupportable : il fallait partir.
        Anaïa descendit jusqu'à une plage de galet en longeant quelques temps la falaise au galop sur une faible pente herbeuse. Là, elle mit pied à terre et ôta de la tête de sa monture l'étrange assemblement de nœuds et de ficelles qui lui servait d’enrênement.  
         «  A l'année prochaine. » murmura-t-elle à l'oreille du cheval avant de donner une tape vigoureuse sur sa croupe. L'animal parti au galop et Anaïa ne resta pas le temps de le voir disparaître à l'horizon tel un minuscule cheval de bois de plus en plus petit jusqu'à ce qu'il ne resta plus de lui qu'un point qui disparut dans la brume. Non ! Elle détourna les yeux pour éviter que ses larmes ne gèlent et, sans se retourner, elle marcha vers le sud.


         Pendant un ou deux jours, elle dormi à la belle étoile, continuant dans le froid de ce pays qu'elle aimait tant. Toujours vers le sud. Enfin, elle rencontra une route qui la conduisit jusqu'à un petit village dans le pub duquel elle se fit servir un peu d'eau sans rien payer. Et tandis qu'elle y mirait son reflet déformé par la courbure du pot de verre, la jeune sorcière se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir faire à l'avenir. Les choses avaient bien changé depuis sa jeunesse prometteuse à Poudlard. Que deviennent les sorciers qui suivent leurs propres chemins après leurs études ?
         Combien de temps encore pourrait-elle continuer à vivre d'aventure à la dur dans la nature ? Continuerait-elle encore longtemps à donner des leçons particulières en dehors de toute structure ? Certes, elle aimait cette vie, mais elle ne voyait pas comment elle pourrait finir ses jours ainsi. Cette manière de vivre ne permettait paradoxalement, pas de prévoir les imprévus ! Elle ne regrettait rien, sinon ce voyage raté autour du monde au cours duquel elle avait perdu son ami. Ce souvenir demeurait dans son esprit comme une cicatrice qui ne se refermait pas. Il y avait dans cette histoire quelque chose d'inachevé.
         C'était cela ! Elle avala son verre d'un coup. Il lui fallait terminer ce voyage autour du monde ! Il lui fallait repartir et si cela était possible, il lui fallait recommencer !


         Après avoir passé une nuit reposante au pub, elle se leva à l'aurore. Là, sur le bord de la route qui partait vers le sud, un camion l'attendait sans faire de bruit. C'était un routier dont le travail était de transporter des marchandises moldues jusqu'à un port. Elle l'avait remarqué pendant qu'il parlait de son itinéraire la veille au soir et avait deviné qu'il la conduirait jusqu'à un bateau au Sud du Pays-de-Galle. L'homme ne fut pas difficile à convaincre. Il s'agissait seulement de le retrouver devant le pub à cinq heure du matin.
         C'était la première fois que Anaïa prenait place dans un camion. L’incroyable machine semblait flotter au dessus de la route sans faire de bruit. Elle obéissait à chaque geste du machiniste qui effleurait le volant sans opposer la moindre résistance. On eût dit un énorme balais.
        Le moldu, en revanche, était un rustre. Après une ou deux remarques de sa part que la sorcière ne pouvait pas tolérer, elle finit par décider de ne plus lui adresser la parole. La tête posée contre la vitre, elle regardait le paysage naître aux couleurs d'un nouveau jour. Et cependant que les champs laissaient place à de plus en plus de villes, elle savait qu'elle approchait de sa destination. Tant mieux ! Le trône le plus confortable du monde devenait un vrai cactus après six heures passées dessus. Que dire de la banquette d'un camion ?


***


         Ce furent les effluves salines de la mer qui apprirent à Anaïa que son voyage s'achevait (et donc commençait). Le camion s'engagea le long des docks dans lesquels les travailleurs étaient affairés depuis des heures. Elle remercia chaleureusement le routier mais ne trouva rien pour le payer que quelques mornilles qui usaient ses poches. Elle n'estima pas nécessaire de les en sortir. L'homme cependant, la renseigna sur la destination d'un navire qui lui permettrait de quitter la Grande-Bretagne. Mais ce navire ne quitterait pas le port avant le soir-même. Elle s'assit donc sur une bitte d’amarrage et regarda pendant quelques instants le ports, les bateaux et tout ce que le bord de mer lui offrit à voir. Elle se trouvait en face d'un cimetière. Un cimetière de bateaux à l'arrière des docks. C'était dans cet endroit qu'on laissait mourir, à la vue de tous, les ancien bâtiments à présent asséchés.
         Puis se saisissant d'un petit bout de papier qu'elle gardait rangé dans une poche de sa cape de voyage, elle se mit (comme elle le faisait parfois), à écrire ce qu'elle voyait et à le mettre en vers...


Un oiseau dans le ciel au dessus d'une épave
Des navires pluriels couchés que l'on déprave
Les flots verts des vieux docks qui émanent l'écume
Et l’odeur du haddock et du saumon qu'on fume
Le cris des étrangers descendant des bateaux
Qui prennent leurs quartiers d'orange et de repos


         Des gouttes de pluies s'étaient mises à tomber sur la page qui se pliait. Anaïa relisait ce qu'elle venait d'écrire puis, non sans une grimace, elle le roula en boule et le jeta dans la mer. Où voyait-elle tout cela ?


          Le temps passait. Et il passa si bien qu'en quelques heures, il était déjà le soir. Le bateau qu'on lui avait indiqué allait sans doute partir d'un moment à l'autre et il fallait encore qu'elle trouve un moyen pour monter à bord sans se faire repérer, or lorsqu'un navire s'en va, il y a toujours beaucoup de monde qui s'y affaire.
         Anaïa constata que les porte du château flottant étaient gardées. Il lui faudrait passer par ailleurs. L'idée lui vint de se rapprocher de l'encre. Tout en haut de l'épaisse chaîne, un trou permettait d'accéder à la coque. Toutefois, elle ne pouvait atteindre les maillons, même en sautant, le navire était trop gros et trop éloigné du quais.
         Ascencio ! Sur deux mètres, Anaïa fut propulsée en direction de la chaîne qui retenait l'encre. Elle la saisit au vol et commença son escalade en espérant que personne ne pourrait la voir. Enfin, elle arriva sur le pont du vaisseau ! Il était fait de planches de bois laqué qui se succédaient sur toute la longueur de l'édifice. Enfin, elle était à bord ! Restait à trouver les soutes...


Dernière édition par Anaïa Beckett le Dim 21 Juin - 18:39, édité 1 fois
Adonis Evans
Adonis Evans
ModérationSerdaigle
Modération
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Adonis Evans, le  Dim 14 Juin - 20:19

   - Papiers d’identité, s’il vous plaît.

   Le jeune garçon s’exécuta. Il plongea sa main dans une poche interne de son long manteau sombre et en ressortit un billet bleuté. Il le tendit à l'homme qui s'occupait de faire monter les voyageurs. Celui-ci le prit et énonça l'identité du garçon.

   - Adonis Evans ? dit-il.

   - Lui-même, répondit le garçon.

   Les regards des deux hommes se croisèrent alors. Le moldu entrouvrit légèrement la bouche, perturbé par les yeux d'Adonis. Il scanna rapidement le bout de papier sans même le regarder, toujours absorbé par les pupilles du garçon. Un bip distinctif s’échappa de sa machine.

   - B… Bienvenue à bord, bredouilla l’homme.

   Adonis inclina la tête, récupéra son billet et pénétra dans le ferry.
   Cela faisait un moment qu’il n’avait pas voyagé. Étonnamment, personne n’avait fait appel aux services des Evans depuis plusieurs mois mais la veille, de nombreux hiboux avaient atterri dans leur domaine. Des affaires extrêmement urgentes aux quatre coins du monde nécessitaient leur expertise, il ne fallait pas traîner. Au matin, père et fils s’étaient séparés, chacun avec sa destination. Un long voyage de plusieurs mois les attendait tous les deux. Adonis avait l’habitude de voyager avec son père mais pour cette fois-ci, il se débrouillerait seul mais il n’avait pas peur. Dans son sac à dos se trouvait tout son attirail de magizoologiste. Des ouvrages à n’en plus finir, des potions et toutes sortes d’objets farfelus appréciés de bien des créatures. Adonis avait désormais l’expérience, il était prêt.

   La baguette bien à l’abri dans son manteau, il monta sur le pont du ferry et se mit à admirer la vue. La nuit tombait mais la vie au Pays de Galles ne s’arrêtait pas pour autant. Les lampadaires moldus, baignaient à présent de leur lumière les quais encore gorgés de monde, n’attendant qu’une chose : monter à bord. Le bateau était loin d’être plein au grand dam d’Adonis. Il allait devoir côtoyer un grand nombre de moldus jusqu’à leur destination. Il n’avait absolument rien contre les moldus, évidemment. Le seul souci c’est qu’il allait devoir se montrer discret s’il voulait faire usage de la magie. Ou alors, il lui suffisait de rester dans sa chambre à l’abri des regards. Adonis inclina la tête. Oui, c’était une bien meilleure idée. Il resterait enfermé pendant le voyage.

   Des sifflets puissants retentirent alors, signalant la fin de l’embarquement d’ici peu. Les gens se pressèrent encore davantage. Adonis lâcha la rambarde métallique qu’il tenait fermement jusqu’à lors. Il ne devait pas tarder à retourner dans ses appartements. Il devait déposer ses affaires et puis, il s’était promis de revoir ses plans une dernière fois avant le départ. Le sorcier prit une profonde respiration qui lui rafraîchit les poumons. L’hiver était plus qu’installé. Depuis plusieurs jours, une brise glacée soufflait sur la région. Depuis qu’il était monté à bord du ferry, des courants d’air venaient s’immiscer de temps à autres dans le cou du jeune homme, lui brûlant au passage les joues mais Adonis n’en avait que faire. Sa première destination l’attendait, ce n’était pas le moment de tomber malade. Son cœur battait vite, c’était l’excitation des voyages. Toujours connaître sa date de départ mais jamais sa date de retour, c’était cela l’aventure. Bien sûr, il n’oubliait pas ses ambitions personnelles mais s’occuper de créatures magiques le passionnait toujours autant. Il était né la-dedans, il ne pouvait rien y faire.

   Le garçon réajusta son col et ses gants, tâchant d’être impeccable au possible. Il se devait de l’être en toute circonstance, cela faisait partie de son éducation. Une fois cela fait, il s’avança sur le pont. Autour de lui, les gens le regardaient, il le sentait. Cela ne changeait pas de d’habitude. Sa peau si clair, si cheveux si blancs et ses yeux perçants ne laissaient personne indifférent. Avec le temps, il s’était habitué à ces regards déplacés. Il s’y était fait. Parfois, il se sentait réellement comme une animal dans un zoo ou un monstre dans un cirque tant ces regards étaient indiscrets. Mais il n’y pouvait rien, lui. Il n’avait pas demandé à naître avec ces traits si purs, si parfaits, cette peau si lisse. Il n’allait pas se cacher. Si les humains voulaient le regarder qu’ils le fassent, il aurait juste aimer qu’ils soient davantage discrets mais c’était sûrement trop demandé.

   Adonis poussa une porte et se mit à l’abri à l’intérieur du ferry. Il y faisait plus chaud. Il descendit quelques marches, son sac toujours sur son dos, à la recherche de ses appartements. Quelques personnes de l’équipage lui sourirent et lui indiquèrent la direction à suivre. Il se hâta. Les couloirs étaient vastes et tout se ressemblait plus ou moins mais Adonis avait le sens de l’orientation, il n’allait pas tarder à arriver à sa chambre. Au détour d’un couloir, il entendit alors une sirène retentir. Le sorcier s’arrêta et sourit discrètement. Le ferry quittait le quai. Cela ne signifiait qu’une chose : l’aventure commençait.  

Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Jackson Emerenziana, le  Ven 19 Juin - 20:36

Un voyage très attendu
Saison 31 - Début de l'hiver - Adonis Evans (LA) & Anaïa Beckett

Le vent était glacial en ce début d'hiver. Certes, ce vent est présent chaque jour en Angleterre, mais cette fois-ci il était plus violent que d'habitude. Jackson essayait de se réchauffer grâce à son écharpe. Il trépignait d'impatience, attendant son tour pour grimper sur le ferry. Le début d'une grande aventure commençait ! Il avait fait le nécessaire pour avoir quelques jours de vacances et avait prévenu ses proches qu'il allait faire le tour du monde. L'italien n'avait pas en tête l'amusement, ce voyage avait un but éducatif et expérimental.

L'homme sort un carnet où il avait noté de nombreuses choses. Les noms d'animaux magiques étaient notés à côté d'un croquis, leur lieu de vie était écrit juste à côté. Tout d'abord, le sorcier avait pensé rejoindre l'Italie, son pays natal, avant de faire le tour de l'Europe. La France, la Russie, l'Autriche, le Danemark. Après ce périple, Jackson avait prévu de visiter l'Asie et l'Océanie avec la Chine, la Thaïlande, le Japon et l'Australie. Quant à l'Afrique, quelques pays au nord et au sud étaient notés, le sorcier ne sachant pas s'il y avait des animaux magiques vivant dans le désert.

Pour finir, il irait aux Amériques ! Brésil, Argentine, Mexique, États-Unis et Canada ! Armé de son appareil photo, le Mangemage rentrerait en Angleterre avant la tête remplie de souvenirs, son expérience grandie et l'envie de transmettre son savoir encore plus renforcé. L'homme soupire en frottant ses mains, il ne sent presque plus ces doigts. Enfin c'est à lui, il montre ces papiers d'identité puis récupère son billet avant de montée dans le ferry.

Jackson se stoppe quelques instant sur le pont, observant le paysage. Il dit au revoir une dernière fois à son pays d'adoption afin d'entré rapidement dans les couloirs menant aux appartements. Une bouffée de chaleur l'accueillit. Une sirène retentit, celle indiquant le départ du ferry. Si le sorcier se trouvait sur le pont, il verrais de nombreuses personnes dirent au revoir à leurs proches. D'une main, l'homme tint fermement son sac et se dépêcha de rejoindre ces appartements.

Au détour d'un couloir, il bouscula un jeune homme et fis tomber ces affaires. Il s'excusa puis reconnu le cadet, il s'agissait d'Adonis Evans, un sorcier qui était venu à la fête en Sicile. Jackson salua l'ancien serdaigle et l'accompagna à ces appartements. Ils se rendirent compte qu'ils étaient voisins pour le voyage. Après avoir installé leurs affaires, le Magenmage proposa à son ami d'aller sur le pont pour profité une dernière fois du paysage anglais.

Accouder aux barrières, l'Italien avait le regard posé sur le port. Soudain, un mouvement l'intrigua. Non loin du bout du bateau, une personne venait de montée sur le pont, sûrement grâce à l'ancre. D'un coup de coude, il montra la jeune femme à Adonis. Tous deux hochèrent la tête et s'approchèrent d'elle.

Ne serait-ce pas une passagère clandestine ? Que fuis-tu ?

Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Anaïa Beckett, le  Lun 22 Juin - 19:39



         Gagner les soutes ne se ferait pas sans difficulté. Certes, il eût été des plus agréable pour Miss Beckett qu'elle voyageât assise sur sa cape, sous le pont du navire sans avoir à fréquenter qui que ce soit où à se cacher des regards. Hélas ! Ce ne fut pas ce qui arriva.
         Peut après qu'elle se fut hissée à bord du bâtiment en remontant par les derniers maillons de l'ancre relevée, la jeune sorcière avait entendu le son de la corne qui annonçait le signal du départ. Tout le monde s'affairait sur les planches vernis. Les voyageurs se bousculaient au milieu des hommes qui portaient indistinctement, marchandises et bagages. Pour rendre les choses plus difficile encore, la légère pluie  qui avait commencée à tomber lorsqu'elle se trouvait sur le quais commençait peu à peu à se changer en véritable averse.

         Bientôt, et avant même que le bateau ne se soit mis en mouvement, les cirés jaunes était devenus le nouvel uniforme à la mode que l'on voyait apparaître partout sous la forme de petit points ruisselants de gouttes de pluies.
         Anaïa ne portait rien que sa cape et elle n'osait guère faire usage de sa baguette pour se protéger de la pluie. Lorsqu'elle aurait trouvé les soutes, il ne lui serait toutefois pas difficile de formuler un sortilège de séchage. En attendant, elle avait trouvé refuge à la poupe, s'étant à demie assise sur une poulie. Les gens se trouvaient alors plutôt à bâbord sur le milieu du navire.
         Quelques troubles-fêtes, cependant, en avaient décidé autrement. Un enfant, puis un couple s'étaient approché un  peu dangereusement de là où se trouvait la jeune femme. Il lui fallait changer de place pour éviter d'être découverte. Anaïa se leva, avança sur la pointe des pieds en prêtant bien attention à la hauteur du garde-fou qu'elle s'efforçait de ne pas dépasser et elle avança légèrement, à pas feutré, pour échapper aux regards investigateurs.
         Soucieuse de ce qui ne l'entourait pas directement, elle en avait oublié la poulie ! Le pied crocheta la corde et le lourd morceau de métal se souleva d'un seul coup. Anaïa fit une embardé pour l'éviter, et, ce faisant, elle s'exposa toute entière !

         Heureusement, les deux silhouettes qui se rapprochaient d'elle étaient en train de regarder le quais et ne l'avaient pas vu. La jeunette se dépêcha de se remettre à couvert et c'est en bondissant pour retourner d'où elle venait qu'elle entendit soudain : « Ne serait-ce pas une passagère clandestine ? Que fuis-tu ? » Il était trop tard pour partir, elle avait été repérée.
        Là, sur le pont, devant elle, se trouvaient deux jeunes hommes qu'elle estimait environ du même âge qu'elle. Aux yeux d'une fugitive, l'un d'eux était d'une beauté repoussante, tandis que l'autre était carrément terrifiant. Elle-même ne devait pas donner bonne impression : maigrelette, enroulée dans une cape imbibée de pluie. Les cheveux en batailles, remplis de nœuds. Même ces deux moldus ne pouvaient ignorer qu'elle était, comme l'avait dit celui qui semblait le plus vieux, une « passagère clandestine. »

          Elle les considéra un instant, sans mot dire. Pour le moment, personne ne bougeait et elle ne faisait pas mine de vouloir s'enfuir. L'un était brun et plutôt mal rasé. C'était ce genre de personne qui donnait l'impression de passer des heures devant son miroir pour paraître faussement négligé. L'autre en revanche, semblait ne pas avoir à faire le moindre effort pour paraître soigné. Avec ses yeux bleus et sa chevelure d'argent, Anaïa se demanda s'il n'était pas albinos. Enfin, elle jugea qu'il serait incorrecte de les laisser plus longtemps sans réponse.

         « Vous ! Évidemment. » Elle avait insisté sur le « vous » pour souligner qu'elle, avait la courtoisie de ne pas les tutoyer. C'était une chose qu'elle détestait par dessus-tout. Elle n'avait rien contre les moldus, mais même prise en faute, elle ne pouvait tolérer que quiconque lui manquât de respect.
         Comme elle avait parlé, ses yeux étaient exorbités avec une légère touche de défi. Qu'allaient-ils faire d'elle ? La dénoncer ? Anaïa résista un instant à la séduisante idée de les oubliéter immédiatement. Peut-être décideraient-ils de se montrer cléments et n'aurait-elle pas à la faire.
Provocatrice, elle ajouta : « Pourquoi ? Quelqu'un  me cherche-t-il ? »

Adonis Evans
Adonis Evans
ModérationSerdaigle
Modération
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Adonis Evans, le  Dim 28 Juin - 20:12

   La jeune femme fixait Jackson avec défi. Elle semblait étrangement à cheval sur les bonnes manière. C’était quelque peu paradoxal. Monter à bord du ferry de la manière la plus illégale ne lui posait visiblement aucun souci par contre, qu’on la tutoie lui semblait être le plus grand des manques de respect. Adonis sourit intérieurement.

   - Allons, Jackson, dit-il, où sont tes bonnes manières ? On ne tutoie pas une inconnue de la sorte.

   Le regard bleu du garçon la parcourut l'étrangère de haut en bas. Adonis, si attaché à l’hygiène était gâté. La jeune femme n’était pas à son avantage. L’eau ruisselait sur sa cape. Ses cheveux bruns étaient emmêlés, ses mains, sales. Elle faisait peine à voir. Adonis n’aurait su dire d’où elle sortait ni depuis combien de temps elle n’avait pas pris une réelle douche. Pourtant, elle agissait comme si elle était en position de force ce qui n’était évidemment pas le cas.

   - Veuillez l’excuser, reprit Adonis en s'adressa à la clandestine. Mon ami n’a, de tout évidence, pas voulu paraître grossier.

   La jeune femme avait les yeux exorbités comme si les deux hommes étaient le plus en tort dans cette histoire. Mais ça ne prenait pas. Il était évident qu’elle tentait de retourner la situation à son avantage, comme elle le pouvait. Mais il n’y avait pas à débattre. Elle pouvait rester sur la défensive autant qu’elle le voulait, Adonis n’avait pas peur. Dans le pire des cas, il avait sa baguette, bien au chaud dans son manteau. Mais évidemment, il était hors de question qu’il s’en serve pour le moment. La jeune femme ne semblait pas dangereuse. La diplomatie était davantage de mise pour le moment.

   - Et pour répondre à votre question, reprit Adonis, il ne me semble que l’on vous cherche pour le moment, rassurez-vous. Le cas contraire poserait problème, ça me paraît plutôt évident. Compte tenu de votre expression lorsque vous nous avez vus, je conclue que personne n’est censé vous savoir ici. Grimper par l’ancre peut en effet être plus amusant que de monter par l’entrée principale mais bien que je puisse me tromper, il me semble que seules les personnes flirtant avec l’illégalité osent s’y risquer.

   Au moins, cette jeune femme ne manquait pas de courage. Il y avait tant de gens à bord et le ferry n’était même pas encore plein. Comment pouvait-elle croire un instant qu’elle passerait inaperçue tout le long du voyage. C’était évident que quelqu’un finirait par la voir. Ça n’avait d’ailleurs pas louper. L’infiltration était déjà terminée. Mais dans son échec, elle pouvait tout de même s’estimer plutôt chanceuse d’être tombée sur les deux sorciers. Que se serait-il passé s'ils avaient fait partie des membres de l’équipage ? Pour le moment, le ferry n’avait pas quitté les quais mais lorsqu’il serait loin des côtes, qu’elle était la procédure si l’on trouvait des clandestins à bord ? Adonis n’en avait aucune idée, il ne s’était jamais posé la question. Il était toujours en règle ce qui n’était pas le cas de la jeune femme qui se trouvait en face de lui. Mais visiblement, prendre des risques ne lui posait apparemment aucun problème. Mais avait-elle réfléchi aux conséquences avant de monter à bord ? Elle était désormais démasquée mais si par miracle elle avait réussi à rester discrète pendant le voyage, plusieurs autres étapes auraient fini par poser problème. Comment aurait-elle pu se nourrir, dormir, se laver à bord ? C’était de la folie. Le cerveau d’Adonis s’agitait dans tout les sens, percuté par tant d’interrogations. Mais pour le moment, une seule chose comptait réellement.

   - C’est à mon tour désormais de poser une question, reprit-il. Dites-moi, que faisons-nous maintenant ? À mon avis, le commandant de bord serait sans doute ravi de savoir que son ferry plaît tellement qu’il attire des clandestins mais ça m’étonnerait qu’il vous garde à bord. Qu’en pensez-vous ?

Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Jackson Emerenziana, le  Ven 14 Aoû - 15:38

Un voyage très attendu
Saison 31 - Début de l'hiver - Adonis Evans (LA) & Anaïa Beckett

Les yeux bleus scrutent l'aspect physique de l'inconnue, elle était mal habillée et mal soignée. Une bonne douche chaude lui ferait grandement du bien. Un soufflement sorti des narines de l'italien, il laissa Adonis prendre la parole. Regardant autour d'eux, l'homme espéra qu'aucune personne n'avait remarqué la clandestine. Les passagers allaient et venaient, certains se dépêcher de rejoindre leur quartier, d'autres profitaient des dernières minutes de vue sur la terre. Quelques membres de l'équipe étaient sur le ponton aidant les moldus.

Les yeux bleus se posent de nouveau sur la clandestine. Jackson lâche un petit sourire et pose une main sur l'épaule de son amie. La pluie ne semblait pas vouloir s'arrêter, préférant accélérer la cadence, obligeant les personnes à courir se mettre à l'abri.

Nous devrions continuer cette conversation à l'intérieur. J'apprécie les personnes qui ont du courage. Madame, vous êtes dans un sale état et êtes monté à bord clandestinement. Vous n'avez donc pas les moyens mais vous devez absolument prendre ce ferry, me trompe-je ?

Se penchant vers son nouvel ami, le Magenmage chuchote à son oreille.

Nous pourrions l'accepter dans notre voyage. Je pense qu'elle a de nombreuses histoires à nous raconter.

L'homme s'approcha de l'inconnue, enleva sa veste et la tendis à la jeune femme.

Mettez ça avant de tomber malade.

Anaïa Beckett
Anaïa Beckett
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Anaïa Beckett, le  Ven 21 Aoû - 12:35

Une fois passées les quelques premières secondes d'austérité, les deux hommes se montrèrent beaucoup plus chaleureux, pour ne pas dire trop courtois. « Allons, Jackson, s'enquit le moldu au cheveux argentés d'une voix doucereuse, où sont tes bonnes manières ? On ne tutoie pas une inconnue de la sorte. »
Si le message était dit avec une certaine condescendance, Anaïa ne pouvait qu'être d'accord avec le fond. Elle se senti observer par des yeux bleus d'une profondeur inhabituelle. « Veuillez l’excuser, reprit-il, Mon ami n’a, de tout évidence, pas voulu paraître grossier. »
De toute évidence, répondit Miss Beckett avec un léger tremblement dans la voix. Ce n'était pas tant qu'elle craignait de se faire débarquer : pour cela elle avait sa baguette, mais simplement qu'il pleuvait de plus en plus sur sa carcasse.

Le jeune homme qui avait pris la parole en premier s'engagea à la rassurer sur la discrétion dont elle avait fait preuve. Elle ne risquait rien, personne ne semblait à se recherche. Mais à moins qu'il ne se trompât, seule les personnes flirtant avec l'illégalité osaient se risquer à pénétrer dans un bâtiment naval en passant par la chaîne de l'ancre.
Anaïa s'amusa de ce que le garçon qui lui faisait face ne semblait même pas essayer de comprendre pourquoi elle avait besoin de partir.

« C’est à mon tour désormais de poser une question. Dit-il.
- Voyons si je peux y répondre.
- Dites-moi, que faisons-nous maintenant ?
- Je ne sais pas, que voulez-vous faire ? Y a-t-il un bar sur ce bateau ? Ironisa la jeune sorcière.
- À mon avis, le commandant de bord serait sans doute ravi de savoir que son ferry plaît tellement qu’il attire des clandestins mais ça m’étonnerait qu’il vous garde à bord. Qu’en pensez-vous ?
- Il n'est pas nécessaire qu'il le sache, croyez-moi.
- Nous devrions continuer cette conversation à l'intérieur. Intervint le dénommé Jackson, constatant qu'ils étaient les seuls à demeurer immobiles sous la pluie. J'apprécie les personnes qui ont du courage.
- Excellente idée ! » Dit Anaïa en engageant le mouvement pour intimer au deux autres de suivre la décision énoncée.

Lui faisant remarquer l'état pitoyable dans lequel elle se trouvait, le second homme déduisit qu'elle n'avait d'autre choix que celui de partir et décida de l'interroger sur sa présence à bord. La jeune femme commençait à peine à lui accorder un peu plus de confiance qu'à son ami qu'il se pencha à l'oreille de ce dernier pour lui chuchoter d'indistinguables messes-basses.
« Mettez ça avant de tomber malade. » dit-il en lui tendant sa propre veste. La demoiselle s'en revêtit par politesse et la trouva fort confortable. Bien que la pluie en eut touché l'extérieur, l'intérieur de velours était particulièrement chaud et sec. Anaïa attendait le moment propice pur se sécher grâce à la magie, mais elle fit mine de se satisfaire de la solution qui lui avait été apportée.
« Merci, Monsieur, vous êtes un gentleman. Et vous avez raison, je n'ai guère le choix. L'hiver est rude dans l'Ecosse où je vis, et il est très souvent fatal pour une personne comme moi qui ne peut s'endormir qu'en voyant le ciel. »

Tout cela était vrai et prenait une dimension d'autant plus réaliste que l'Angleterre se couvrait d'un voile de pudeur embrun qui la faisait presque disparaître cependant que le navire s'éloignait de la côte. Anaïa ne sachant ni nager ni transplaner ne pouvait plus faire demi-tour. Elle saisit donc sa baguette de la main gauche dans la poche de son pantalon et se jura de ne pas la sortir tant que les choses se passaient pour le mieux. Elle tendit l'autre main en direction du jeune homme et se présenta : « Je m'appelle Wendy, Wendy Pattonom. »



Adonis Evans
Adonis Evans
ModérationSerdaigle
Modération
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Adonis Evans, le  Lun 7 Sep - 22:45

   La clandestine est bien courtoise. Sa confiance continue d’exhaler de sa carcasse inondée. Elle n’a pas peur, elle n’est pas inquiète, pourquoi ? L’italien semble aussi bien confiant au point de l’inviter dans sa chambre. Il la protège même de sa veste mais qui est-tu ? Jackson, un gentleman ? On aura tout vu. Mais sur le fond, il a raison. La pauvre fait peine à voir. Qu’elle se sèche et reprenne des forces. Le reste attendra.

   - Enchanté, Wendy. Je m’appelle Adonis. Je rejoins Jackson, venez vous mettre à l’abri.

   Qu’elle les rejoigne dans leur voyage ? Comment cela, leur voyage ? Jackson est bien là, Adonis l’est également mais à aucun moment l’ange n’avait donné son avis pour partager quoi que ce soit avec lui. Malheureusement, objectivement, il n’avait plus vraiment le choix. Voilà que le ferry quitte le port, toute marche arrière est désormais impossible. Il est bien hors de question de laisser la nouvelle arrivante sous la pluie mais il ne faut pas non plus exagérer. Qu’Adonis tombe sur l’italien en ce lieu est déjà un problème bien embarrassant. Inutile de lui rajouter des complications. Il déteste ça.  

   Invitons-là, mais bien sûr. Jackson semble pouvoir encore se montrer étonnant. Son comportement à sa propre soirée l’année précédente n’avait visiblement pas encore tout révélé. Inviter une totale inconnue à partager sa chambre sans se poser de question sur qui elle est et ce qu’elle cherche ne lui pose assurément aucun problème. Ce n’est pas le cas d’Adonis. D’ordinaire, il préférait savoir à qui il avait à faire avant de lui proposer quoi que ce soit. Et ce soir n’échapperait pas à la règle. Jackson, Jackson, définitivement un monde nous sépare.

   Adonis n’en rajoute pas plus. Il sourit simplement et part se mettre à l’abri. Dans quelle situation s’est-il encore fourré ? Ne peut-il pas avoir la paix ? À l’extérieur, la pluie continue de tomber. Pour le moment, il préfère analyser Wendy. Laissons parler Jackson, le blabla, il connaît. Laissons-le impressionner par ses manières, Adonis n’a rien à prouver. Sourions et jouons les anges bien éduqués. Qu’elle se sèche, se change et se repose mais les deux océans ne vont pas la lâcher.

Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Jackson Emerenziana, le  Mer 7 Oct - 18:15

LA d'Anaïa pour son départ
LA d'Adonis

Adonis et l'inconnue discutèrent encore sous la pluie tandis que le corps de l'italien tremblota sous les gouttes de pluie. Certes il avait l'habitude de l'Angleterre mais il c'était habillé pour rejoindre un pays chaud, pas pour affronter le froid ! La jeune femme pris sa veste puis le trio prit la direction de l'intérieur du ferry. Aussitôt dans le couloir, la chaleur réchauffa Jackson. L'inconnue le remercia, le traitant de gentleman. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu ce genre de remerciement.

La jeune femme se présenta, Wendy Pattonom. Drôle de nom de famille. Une moldue de l'écosse du coup. Il est vrai que dormir dehors, une nuit d'hiver, peut-être fatal dans ce pays ! Jackson se rappela de son séjour à Poudlard, même la journée il faisait rudement froid. Souriant à Wendy, l'ancien serdaigle tourna le dos pour ouvrir la porte de sa cabine, Adonis s'y engouffra mais... le temps de se retourner, Wendy avait disparu du champ de vision des deux sorciers.

Jackson fit un tour rapide des cabines mais il ne la retrouva pas. Comment avait-elle pu se volatiliser ? Soupirant fortement, sous le coup d'une forte colère, le sicilien retrouva son collègue dans sa cabine. Il s'effondra sur le lit en soupirant de nouveau.

Elle c'est volatilisé. Désolé. Je me suis un peu emporté sur "notre voyage". On a rien prévu ensemble. Et puis, j'ai la forte impression que tu... vous ne me portez pas dans votre cœur depuis la fête. Mon comportement est inexcusable. Des fois, j'aimerais redevenir un enfant pour ne plus avoir de problèmes... Pas toi ?

Se relevant, l'italien s'assit en tailleur sur le lit.

Je compte faire le tour du monde ! J'aimerais reprendre mes études et prendre le chemin de la Magizoologie. Je vais visiter plusieurs pays afin d'étudier des animaux magiques qui ne vivent pas en Angleterre. Et vous ?
Adonis Evans
Adonis Evans
ModérationSerdaigle
Modération
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Adonis Evans, le  Dim 11 Oct - 2:00

   Wendy Pattonom emportée par le vent, Adonis se retrouve seul, dans une chambre qui ne lui appartient même pas. Pris au piège d’une cabine trop vorace, le pire est à venir. Revoilà l’italien, soupirant sa frustration de pourri gâté, prêt à engager une conversation qui s’annonce déjà épuisante.

   - Redevenir un enfant ? Fuir ses problèmes ne les résout pas, Jackson. Je ne fais pas partie de ceux qui fuient.

   Quelques pas dans l’alvéole des entrailles du bateau, Adonis trouve son propre regard dans un miroir au dessus d’une table de chevet. À peine atteint par l’averse, c’est un reflet bien acceptable. Ses traits parfaits, ses yeux océan, une mèche blonde tombe au devant. Délicatement, ses phalanges l’accompagnent pour la remettre en place.

   - Je vais te dire, Jackson. Lors de ta soirée, j’étais ton invité. Aujourd’hui, je ne suis plus alors je vais être tout à fait honnête avec toi. Je sais me tenir et c’est pour cela que je n’ai rien dit ce soir-là. Je ne suis pas homme à faire des scandales, je n’ai pas eu d’autre choix que de tolérer ton comportement. Cependant, je ne l’ai absolument pas accepté. Et tu te doutes bien de la raison.

   La lune éveillée inonde déjà la pièce de quelques rayons pâles. De ses bras diaphanes, elle tape au hublot, prenant la pluie comme alliée. À l’extérieur, l’océan doit être sacrément en colère. Adonis n’en est pas si loin. Fatigué des réflexions immatures, il contient son agacement. D’un geste souple, son manteau bien trop humide s’envole. Réajustant un cachemire trop blanc, son regard puissant ricoche contre le miroir et vient s’enfoncer dans les iris méditerranéennes qu’il changerait bien en pierre.

   - Tu t’es très mal comporté, Jackson. Vraiment. Je te pensais gentleman. Tu n’en as que le physique, pas les valeurs.

   Imitant le chaos extérieur, les Champs-Élysées virent à l’orage et lancent des éclairs d’animosité. Il s'installe une pression foudroyante. Deux iris qui poignardent sans pitié le héros ridicule d’une seule soirée, une lame dans son cœur, une autre dans son âme – persécution glaçante. Vives et aiguës comme des crochets de reptile, les syllabes sont acides mais Lucifer n’en a que faire. C’est mérité, que l’idiot du village le comprenne une fois pour toutes. Un tel comportement ne mérite pas de pitié. Il ne lui en sera pas accordé. Plus jamais.

   - Cependant, je ne suis personne pour te faire une leçon de morale. Tu es suffisamment grand pour remettre en question ton comportement. Je n’ai pas de temps à perdre avec cela alors, avançons, si tu le veux bien.

   Finalement, le regard d’Adonis s’en retourne épouser ses propres traits. Sa mèche, bien obéissante, n’a pas bougé. Un forte expiration, il se détend, plongé dans son propre univers bleuté.

   - Un tour du monde ? C’est un beau projet. Tu y apprendras sûrement plein de choses, sur toi notamment, je te le souhaite. Pour ma part, je me rends actuellement en Grèce. Comme je te l’avais dit en Italie, je suis magizoologiste. On m’a contacté pour m’occuper d’une situation préoccupante sur place, due à une créature magique. Je dois m’y rendre sans perdre de temps pour régler le problème au plus vite.

   Au dernier mot prononcé, l’ange quitte à nouveau son reflet pour s’accrocher au hublot. L’océan s’y déchaîne, en guerre contre le ciel, lui arrachant une foudre toute-puissante bien méritée. C’est envoûtant cette colère céleste, le Vélane se laisse presque bercé. Malheureusement, le visage de Jackson brise vite cette vision onirique. Terminons vite cette conversation, qu’il puisse disparaître aussi vite que Pattonom.

   - L’été dernier, tu m’avais déjà parlé de magizoologie mais dis-moi, que connais-tu de ce monde ? Es-tu prêt à l'affronter ?  

Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Jackson Emerenziana, le  Ven 16 Oct - 22:57

Les paroles d'Adonis sont dures à entendre. Le cœur se serre, le regard se baisse et la mâchoire grince. L'homme ne serait-il pas un réel homme ? L'esprit s'embrouille. Il est vrai que Jackson n'avait fait que fuir ces problèmes depuis sa naissance. Fuir l'assassin de ces parents, même s'il n'était qu'un bébé à cette époque, cela compte ! Ensuite, fuir la mort de sa mère et abandonner l'amour de jeunesse. Enfin, fuir son oncle en revenant dans son pays de cœur ! Même l'histoire de l'ORC, au lieu de confronter son Commandeur. Et maintenant que sa sœur à disparu, il fuit ces responsabilités en se disant que le corps retrouvé est le sien...

Que l'homme de neige soit honnête, personne ne l'a était avec l'italien depuis bien longtemps. Tous restent en retrait, l'aimant, ou non, comme il était. Est-ce dû à son nom ? A sa famille pourtant si noire ? Faire des scandales, n'était ce pas ce qu'il était au fond ? Lors de son retour en Angleterre, en agressant deux sorciers. Lors de son affrontement avec son ex. Lors de la soirée en Italie en criant sur son amant. Sauf qu'à ce moment là, il était l'hôte de la soirée. Personne n'allait lui dicter son comportement, il était chez lui.

L'esprit ne se concentre même plus sur la pièce ou les mouvements du vélane, le son extérieur n'atteins plus l'ouïe. Tout est concentré sur la voix. Le physique d'un gentleman ? Ce n'est pas ceci qui fait l'affaire. Ce n'est pas avec ceci qu'il pourra redorer le blason de sa famille ! Bien sûr qu'il c'était mal comporté, il se comporte toujours mal. Il a perdu ce que sa mère adoptive lui avait appris. En seulement quelques mois.

Jackson sent un regard d'acier pénétrer sa chair tentant d'atteindre le plus profond de son âme. La tête se baisse encore tandis que le regard se ferme. Pas pour essayer d'oublier la présence angélique. Non, pour garder ce discours. Pour essayer de comprendre. Car il le fallait. Pour mieux se comporter. Si quelqu'un écoutait à la porte, il pourrait presque croire qu'il s'agirait d'une conversation entre un père et son fils.

Pourtant tu a bien fait une morale à l'italien cher vélane. Et il a bien compris. Pourtant tu a bien perdu du temps. Et tu a bien fait. Finalement, le regard d'acier disparait et le ton de la voix change. Ce tour du monde sera bien bénéfique pour l'italien, temps que pour son parcours professionnel que pour sa vie personnelle. L'ange blanc est Magizoologiste, comme il avait appris à Jackson quelques temps plus tôt. Le voici donc en partance vers la Grèce pour régler un problème préoccupant et urgent.

Le regard de l'italien se lève pour regarder l'homme blanc qui s'attarde devant le hublot. En effet, ils avaient discuter magizoologie. « Ce que disent les livres. J'ai voulu en lire le plus possible avant de décider de voir de mes propres yeux. Je suis prêt à l'affronter. » Pas un mot de plus, ne pas se mettre de nouveau dans la m*rde. Juste se taire.
Contenu sponsorisé

Un voyage très attendu [en cours] Empty
Re: Un voyage très attendu [en cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Un voyage très attendu [en cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.