AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-51%
Le deal à ne pas rater :
Montre Ice-Watch pour Femme – ICE glam Black Rose Gold
44 € 89 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 1 sur 1
[Habitation] The Fall of the House of Fawkes
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] The Fall of the House of Fawkes Empty
[Habitation] The Fall of the House of Fawkes
Azaël Peverell, le  Jeu 11 Juin 2020 - 19:02

_________________________________


Voici l'habitation (Maison moyenne) de Sariel Fawkes.

Il peut poster dès à présent.


_________________________________
Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


[Habitation] The Fall of the House of Fawkes Empty
Re: [Habitation] The Fall of the House of Fawkes
Sariel Fawkes, le  Sam 13 Juin 2020 - 21:22

The Fall of the House of Fawkes


La maison annexe des Fawkes n'a jamais été un lieu éclatant de vie. D'aussi loin que le sorcier quadragénaire et digne héritier de cette respectable masure s'en souvienne, celle-ci était plus synonyme de poussière, de bois grinçant et de bordel sans une seule once de méthode. Bien loin du célèbre mythe nommé bordel organisé.

A l'origine, celle-ci n'était utilisée que par le patriarche de la famille, Hieronymus, qui préférait passer ses vacances là-bas plutôt qu'avec sa femme dans leur cottage du Sussex — celui-ci ayant d'ailleurs été récupéré par Jaiminae, la sœur cadette de Sariel.
En bon collectionneur et amateur de vieilleries en tous genres, Hieronymus utilisait ce vieux vestige de l'Allée des Embrumes comme fourre-tout grand format, y entreposant statues et idoles religieuses, reliques dont il n'avait lui-même aucune idée de la provenance exacte à l'échelle anatomique, animaux empaillés qui juraient avec le tapis du salon de leur manoir familial en banlieue de Stirling, livres sur lesquels il ne fallait surtout pas tomber et meubles dont personne ne voulait.

En somme, ce joyeux mélange compose aujourd'hui encore l'intérieur de l'habitation de fortune de l'aîné de la fratrie Fawkes. Tout simplement parce que, lorsqu'il s'agit de matériel, Sariel se transforme vite en jarre pleine à ras-bord de nostalgie et se retrouve incapable de se débarrasser de quoi que ce soit. L'apparence sophistiquée du sorcier n'est qu'un leurre, et jusqu'au bout : celui-ci aime laisser sa vie rimer avec capharnaüm et n'appréciera sûrement pas qu'on tente de mettre de l'ordre dans ses affaires. Tout, ici, a un sens et rien ne doit être déplacé, modifié ou même touché, sauf par ses soins.

N'allez pas croire en une certaine insalubrité des lieux. Poussière il y a, certes, mais saleté sûrement pas. Le sol de l'entrée, en dallage ancien de damier noir et blanc, est certes un peu bruni par le temps et quelques cadavres de bouteilles et d'araignées peuvent être découverts par-ci par-là, mais pour préserver les lieux, son propriétaire tient à les éloigner du nauséabond. Désordre oui, porcherie, ah ça non.

La maison, d'une surface de plus ou moins 110m2, comporte quatre chambres.
Au rez-de-chaussée, un petit salon/salle à manger avec cheminée sûrement pas aux normes et lourds rideaux de velours vert, à la tapisserie assortie, est accessible par une arche de vieille pierre, à droite de l'entrée. A l'arrière, une cuisine qu'on pourrait clairement qualifier d'à "l'ancienne", avec piano de cuisson et placards exigus de bois noir et de mosaïques de céramique, le tout visiblement façonné sur mesure et au fil des années d'utilisation mène par une petite porte à vitrail au jardin laissé à l'abandon depuis des années. Le sol, de dallage noir et blanc, se répète dans l'ensemble des pièces du niveau.
Un escalier ouvragé de bois d'ébène mène au premier étage, où deux chambres ainsi qu'une salle de bain se disputent l'espace, rendu assez exigu à cause du bordel permanent. La première chambre garde encore en ses murs et à l'ameublement destiné à des adolescents d'un autre temps les vestiges de trop courtes vacances passées en ces lieux. La seconde, au bout du long couloir mal éclairé, dont la tapisserie d'un vert profond ne fait que renforcer les ténèbres envoutantes, est celle que le résident occupe au quotidien, et certainement la pièce la plus rangée de l'habitation, notamment parce qu'elle ne comporte qu'un grand lit à baldaquin, aux lourds rideaux rouges et linge de lit assorti.


[Habitation] The Fall of the House of Fawkes 6c2fa011

Quelques effets personnels du nouvel occupant traînent çà et là sur les dernières malles qu'il n'a pas achevé de défaire, suite à son emménagement, et partout aux murs sont accrochés des insectes et arachnides sous verre, compagnons aussi calmes qu'immobiles que Sariel ne peut s'empêcher de collecter.

La salle de bain attenante n'a rien d'extraordinaire : le carrelage noir et blanc y est quelque peu émoussé, mais la grande baignoire à pattes de lion a étrangement conservé son éclat. Trônant solitaire au milieu de la pièce, elle lui donne tout son caractère. Et est peut-être le lieu le plus chargé d'inspiration pour Sariel.
Dans le lavabo émaillé, des fioles aussi diverses que variées et parfois encore pleines se disputent le peu place disponible. On devine aisément que celui-ci n'est pas seulement utilisé pour des besoins de toilette personnelle. Les étagères attenantes, pleines de bocaux parfois dépourvus d'étiquettes et de flacons et boîtes de médicaments, semblent à chaque seconde menacer de s'effondrer.

La seconde rampe d'escalier mène au deuxième et dernier étage avant le grenier. Le couloir est similaire en tous points à celui de l'étage plus bas, à l'exception faite d'une alcôve en bois sombre, creusée dans le mur, et recelant, derrière une vitrine poussiéreuse, de nombreux ouvrages aux titres indéchiffrables pour le simple curieux. A côté de cette bibliothèque improvisée, une porte mène à la plus grande pièce de la maison : le bureau.

< description du bureau à venir, c'est long >



__________________________________________________________________



Et toi, tu deviens quoi maintenant ?
Privé FDMV — Saison XXXI — Début de l'été
LA emprunté

Il n'avait pas eu besoin d'arranger quoi que ce soit, en investissant les lieux. Tout était toujours à sa place, et c'était justement ce qui le liait à cette maison, chargée en souvenirs particulièrement heureux ou au moins rattachés à quelques moments caractéristiques d'un laisser aller propre à l'enfance : son immuabilité. C'était comme si son père était toujours là, le c*l vissé dans son fauteuil voltaire et une nouvelle idée lui traversant l'esprit à chaque seconde. C'était comme s'il redevenait un instant, ne serait-ce qu'en passant devant son ancienne chambre, le gamin curieux et obsédé par le démentiel qu'il avait été. Le môme qui avait encore tout à créer.
Gamin qu'il avait été, oui, et qu'il restait peut-être au fond. Même si maintenant, les choses avaient bien changé. On n'atteint pas la presque cinquantaine sans y avoir laissé quelques plumes. Il fallait être particulièrement naïf pour oser penser le contraire. Et bien qu'il ne se sentait pas franchement en phase avec le reste du monde, qui continuait comme à son habitude à tourner, Sariel savait bien que lui non plus n'échapperait pas à la Danse Macabre : c'était justement ce qui l'angoissait.

Il avait travaillé dur. Vraiment très dur. Avait toujours voulu tout savoir sur tout, et surtout, sur tout ce qu'il ne contrôlait pas. Ses intérêts étaient devenus obsessions, et il se connaissait la fâcheuse tendance à préférer l'impulsion d'un attrait soudain à ce qui le liait à ses obligations. Au fond, tout le monde était comme ça.
Mais lui s'était marié, avait eu la bonne idée de faire deux enfants à ce succube qui lui servait d'ex-femme. Et puis, il avait plus ou moins tout gâché. Si Irene ne lui manquait pas, et ses gosses encore moins, il savait qu'en la revoyant parfois, il ne pouvait s'en empêcher. Il ne pouvait s'empêcher de revoir la femme gracile, atrocement séduisante qu'elle avait été autrefois et qu'elle restait toujours. Comme infiniment jeune dans sa quarantaine maintenant passée. Il la haïssait autant qu'elle le haïssait d'être ce pauvre c*n à la ramasse. Mais bizarrement, au fond, il la désirait encore. Surtout lorsqu'elle lui adressait une Beuglante ou lui criait dessus lors de ses rares visites de père indigne. Il avait toujours préféré les larmes et le sang à la saine prospérité d'un ménage heureux. Voilà pourquoi il avait été un piètre mari et qu'il restait un père méprisable.

Il se surprit à masser, de son pouce et de son index opposés, la marque du tatouage qui habillait la phalange de son annulaire gauche. Ça lui arrivait parfois, quand il y pensait trop fort, et après cela, il se sentait tout drôle. Comme s'il se rendait compte, encore une fois, qu'il s'en fichait comme de Mathusalem. Son divorce avait été prononcé six ans plus tôt, mais c'était comme s'il n'avait jamais été marié. Comme si ce point obscur, point sur lequel les gens se montraient toujours désolés quand ils ne l'avaient pas croisé depuis, avait fait partie de son existence avant même d'en connaître l'origine. Divorcé avant d'être marié, fuyard avant d'être deux, puis quatre.
Il s'accorda encore une minute de silence en finissant son café, puis remonta les manches de sa chemise noire en apparaissant dans le salon. Sa platine vinyle patientait dans un coin, silencieuse depuis la veille au soir, et il relança le disque déjà en place. Il avait déjà oublié le contenu de celui-ci, et hocha la tête d'un mouvement approbateur en reconnaissant les notes de piano du groupe Cortex, caractéristiques d'un jazz-funk qui n'existait hélas plus.

Peu décidé à faire un peu de rangement, et se sachant de toute manière destiné à repousser à jamais cette nécessité, Sariel préféra s'allonger sur le canapé de vieux velours au vert empire délavé qui moisissait là, confus une minute en sentant dans son dos la consistance du verre. Il en sortit une fiole vide qui avait sans doute dû contenir la veille la raison de son sommeil de plomb et qu'il posa sur le guéridon disposé derrière l'accoudoir du canapé, déjà investi de contenants similaires.
Perdu dans ses réflexions, les yeux cachés par son avant-bras lâchement relevé, son jumeau ballotant dans le vide aussi bien qu'un macchabée l'aurait fait, ou sans doute pas fait parce que face à la mort, même le macchabée ne fait rien, il n'entendit pas de suite frapper à la porte et passa les dix secondes suivantes à chercher la raison de son trouble. Ce ne fut qu'après dix secondes supplémentaires qu'il comprit, et le sorcier désœuvré se releva énergiquement avant de se diriger vers le couloir et, plus loin, l'entrée de sa résidence.
Son regard s'intensifia quelque peu lorsqu'il reconnut la beauté froide qui lui faisait face et avec qui il partageait de nombreux souvenirs. Ne connaissant pas la teneur de la visite, il se décida à la neutralité.
Alhena, expira-t-il, plus observateur qu'interrogateur. Je t'ai invitée ?
La réponse était oui, et il le savait bien. Mais au sourire en coin qui marqua sa joue quelques instants plus tard, la plaisanterie semblait assumée. Il savait qu'il l'avait invitée, comme ça, pour marquer l'occasion, mais avait oublié les détails plus pragmatiques, tels que date et heure.
Entre, je t'en prie, ajouta-t-il avant de se décaler pour laisser passer la jeune femme. Ça fait un moment que je ne t'ai pas vue. Possible que je t'évitais, cela dit, ajouta-t-il dans une ironie maîtrisée, alors qu'il l'invita à le suivre jusqu'au salon. Je te sers quelque chose à boire ?
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] The Fall of the House of Fawkes Empty
Re: [Habitation] The Fall of the House of Fawkes
Alhena Peverell, le  Sam 20 Juin 2020 - 2:34

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Insultes/Vulgarité






ft FDMV - LA Partagé
Juin 2178

L'inertie, l'apathie. Deux choses qu'elle détestait le plus chez les gens, deux choses qu'elle ne pouvait pas supporter chez elle-même. Alors elle faisait tout pour ne jamais tomber là-dedans. Il fallait qu'elle bouge sans cesse, qu'elle pense sans jamais s'arrêter, elle aurait trop l'impression d'être déjà morte. Parfois elle avait l'impression que c'était déjà le cas. Alors souvent, dans les moments les plus désespérés, ce qu'elle préférait faire c'était s'oublier et s'occuper d'une cause perdue. Sariel, en était clairement une.

Un ami de son père, qui avait eu une fois le bon mot pendant un moment de faiblesse. Un homme qu'elle aurait pu mépriser pour tout ce qu'il était, et pourtant avec qui elle avait partagé un lit plus d'une fois. Elle passait son temps à essayer de lui remettre les idées en place, mais c'était si ironique de sa part. Il était un vieux sac et elle était peut-être même pire que lui parfois. Ils avaient cette relation amère, sarcastique et pourtant ils s’accrochaient à l'autre comme ils pouvaient. De faux aimants, amants. C'était perfide. Mais aujourd'hui elle avait du temps à perdre. Il l'avait invité, alors elle était venue. Sans heure, sans date précise. D'une certaine manière ça l'arrangeait, ça voulait dire qu'elle pouvait arriver quand elle voulait. Mais ça voulait aussi dire, qu'il était possible qu'il ne bouge pas de chez lui pendant un petit moment. Ou alors, qu'elle se déplacerait pour rien. Dans les deux cas, probablement qu'elle le claquerait, selon sa réponse.

Marchant dans l'allée des embrumes, une capuche sur la tête, elle détestait qu'on la reconnaisse et encore moins par ici. Surtout avec les derniers événements. Il était certes, pas étonnant de la voir traîner par là à visage découvert pour voir la faille, mais rarement pour venir rendre visite à quelqu'un. En général, ça ne voulait rien dire de bon ce genre de comportement. Ce n'était pas forcément bien vu et elle faisait toujours attention à ça, toujours. C'était comme si elle s'accrochait aux apparences plus que n'importe qui. Ce masque, cette fausse réputation, cette peur incarnée. Une simple feuille de papier face à une énorme tempête et elle restait là, à la poursuivre. Bornée comme jamais. Inintéressant.

Elle frappa trois coups à la porte, trois coups assez fort pour qu'il sorte de sa probable torpeur, s’il était là. Elle attendait un peu, il commençait à pleuvoir. Quelques gouttes au mois de Juin, Ironie, comme cette visite. Attente. Elle toqua à nouveau trois fois. Si dans dix secondes elle n'entendait rien, elle défoncerait la porte à coup de pied. L'ouvrir avec de la magie pour laisser intact son mobilier ? Même pas en rêve. Se mordant la lèvre inférieure, elle s'apprêtait à le faire quand la porte s'ouvrit. Sal*pard, toujours là pour gâcher ses plaisirs. C'est clairement ce qu'elle pensait en voyant son visage. On aurait dit que ça faisait des années qu'ils ne s'étaient pas vues. Il avait vieilli non ?

Il s'écarta pour la laisser passer, mais elle lui cogna l'épaule en passant. Histoire que ça soit bien clair. Connaissant un minimum l'endroit, elle se dirigea vers le petit salon où elle prit place dans un fauteuil. Juste de l'eau. Elle était enceinte, elle s'était promis d'arrêter de boire et de fumer jusqu'à ce qu'elle prenne une véritable décision. T'es qu'un vieux c*n. Depuis quand t'as pas bougé de ta baraque ? C'était drôle, elle crachait de la haine qui n'était autre qu'une déclaration d'amour. Elle avait peut-être les nerfs à vif, mais n'était-il pas habitué au final ? Elle n’était pas un enfant de chœur et de loin, il l'avait toujours connu comme ça, contrairement à d'autres personnes. Elle savait à quoi s'attendre avec lui du coup, comme elle savait comme réagir avec d'autres. C'était ses méthodes, c'était comme ça.

Je sais même pas si tu m'as manqué, je crois pas. Elle s'enfonça dans son siège, tête en arrière. Les manières, que faire. T'sais que t'es qu'un p*tain d'enf*iré, à jamais donner de nouvelles. Traduction : Je suis obligée de m’inquiéter pour toi, de temps en temps, sale fils de p*te, ça me fait ch*er. T'es un emm*rdeur. Sourire aux lèvres. Du coup, comment tu vas ? Ce serait lui arracher la langue que de lui dire ça. Il n'y avait que lui — peut-être un peu Malicia, mais il n'y avait vraiment que lui qui connaissait ce tableau d'elle. Et elle adorait peindre ses toiles avec Fawkes, elles étaient ses préférées. Parce qu'elles étaient brutes, franches, elles étaient vitales.

Ensembles, même si de l'extérieur on avait l'impression que ce n'était rien, ils avaient inondé le monde d'une teinte que personne n'aurait pu imaginer. Une teinte que les gens préféraient ne pas voir, une teinte qui, quand elle était Alhena Peverell, elle ne pouvait pas soutenir. Fantasmagorique, un monde à eux, où la terre tremblait et le monde était d'une violence sans nom. Pourtant, tout était si calme. La première fois qu'elle avait touché sa peau, elle s'était perdue dans la nuit noire. Malgré ça, elle n'avait jamais goûté ses lèvres. Jamais. Comme un contrat précis de ce qu'ils étaient. Un imaginaire pour sortir de l'ordinaire. Une peinture controverse, un rêve insensé. Scandale dans les esprits. Personne n'avait besoin de savoir toute manière. Quand elle était avec lui, c'était comme si l'extérieur n'existait pas. Il était la météorite qui venait de temps en temps décimer toute sa perfection et son hypocrisie. J'ai eu peur. Un plongeon direct dans le néant. J'ai cru que t'étais mort. Alors oui, d'une certaine manière, elle l'aimait autant qu'elle le haïssait.

Elle avait l'impression qu'il était le reflet, de ce qu'elle aurait pu être. S'il n'avait pas été là pour elle.

Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


[Habitation] The Fall of the House of Fawkes Empty
Re: [Habitation] The Fall of the House of Fawkes
Sariel Fawkes, le  Jeu 25 Juin 2020 - 0:22

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Insultes/Vulgarité






C'était elle, elle, Alhena dans toute sa splendeur, son Alhena, et elle l'énerva. Quasi instantanément.
Il sentit soudainement dans son bas-ventre le poids du désir qu'il avait déjà ressenti des centaines de fois en la côtoyant. Une colère irascible et qui pourtant s'accompagnait d'une tendresse folle, qu'il n'assumait toutefois pas. Impossible. Il était déraisonnable de s'avouer un certain attachement pour elle. Et pourtant, Sariel cumulait activement les preuves affligeantes d'absence de morale plus que quiconque ; mieux encore : c'était sa marque de fabrique.
Il avait déjà fait le pire : goûter à sa chair. Sa chair à elle, la fille de son ami. Certes disparu, oui, mais son ami quand même. Il aurait pu lui-même être son père. Il l'avait connue petite, bien trop petite pour songer à ça et l'avait vue grandir. Mais petit à petit, il avait faiblit à un tout autre niveau que ce que la décence pouvait bien lui permettre. Elle l'avait un beau jour ensorcelé, pris à la gorge, et, en lui gueulant dessus ainsi, elle continuait à le maintenir au gré de ses fils dorés, tel un vulgaire pantin.
Idiote, gronda-t-il, appuyé contre l'encadrement de la porte du salon, ses mirettes assombris lançant des éclairs à la jeune femme qui s'était installée comme si elle était chez elle. Ce qui, en soi, était presque le cas. Non seulement t'es vulgaire, mais en plus tu me demandes de l'eau ?

C'est que cette demande le choquait encore plus que tout ce qu'il avait entendu et certainement que tout ce qu'il allait encore entendre. Là, il avait même l'impression qu'Alhena n'était pas très en forme. Qu'elle séchait, en termes d'insultes. Soit, il cilla à peine, s'abreuvant du beau discours de la beauté fatale qui siégeait chez lui, même si son agacement croissant lui indiqua petit à petit qu'il valait mieux pour elle qu'elle n'aille pas trop loin. Sariel se savait incapable de lui faire du mal, du moins physiquement — quoique, mais il connaissait parfaitement bien ses mauvais penchants tout comme ceux de son ancienne amante. Tout pouvait très bien prendre des proportions inimaginables, et pour trois fois rien en plus.
Figure-toi que j'ai bougé, hier. Depuis qu'on a arrêté de baiser, il faut bien que je m'occupe. Il mentait, et pour le cacher, il se dirigea vers un meuble sur lequel étaient disposés des verres propres ainsi qu'une bouteille d'eau en verre à moitié vide. Garce comme tu es, je ne t'intéresse que lorsque tu as besoin de moi. Prendre de mes nouvelles, ça ne mange pas de pain non plus. Mais je me souviens bien qu'à l'époque déjà, une seule chose t'intéressait : ton bon vieux petit plaisir.

Un sourire perfide étira sa joue, en même temps que ses sourcils dansèrent détestablement sur son front. Il lui apporta cependant son verre d'eau, en parfait gentleman, qu'il lui offrit avec beaucoup de solennité. Madame la Duchesse. Uniquement pour l'agacer. Il complotait de toute façon toujours avec lui-même pour la faire ch*er parce qu'il savait très bien que ça marchait. Globalement, tous les moyens étaient bons pour attiser sa colère, et par là, son propre désir. Il ne s'inquiétait pas du caractère à première vue malsain de leur relation, puisque de toute manière, il respectait bien plus Alhena que qui que ce soit d'autre. Il n'avait juste pas spécialement besoin ni même envie de lui montrer. Tout comme elle, de son côté. En témoignaient ces quelques inflexions déclaratives précédentes de sa part, et cette vulnérabilité déclarée à son égard lorsqu'elle lui avouait ses craintes. Bizarrement, cela n'eut pas pour effet d'amoindrir le penchant qu'il avait toujours eu pour elle et qui s'était à nouveau brutalement éveillé sous ses injures. Il demeura presque touché, mais ne se décida pas à le trahir par pudeur.
Tu vois que je t'ai manqué, souffla-t-il avec nonchalance mais non sans une pointe d'amusement, retombé sur le canapé, toutefois bien à l'opposé de sa chère visite. Quelques semaines sans moi et tu crois que j'ai crevé. Ça arrivera cependant un jour, donc prépare-toi mentalement. Sa voix s'étouffa sur ces quelques essais divinatoires, et Sariel reporta ses mirettes sur sa compagnie, non pas calmé mais plus apte à le faire croire. En réalité, il se posait vraiment mille questions sur elle, l'Alhena de ce jour-là, avec les bagages qu'elle traînait mais ne montrait pas. Jamais. Mais qu'il devinait sans difficulté. Alors, raconte-moi. Elle comprendrait toute seule le message caché. Il n'avait pas besoin de poser mille questions pour lui laisser entendre qu'il s'intéressait à elle, et à ce qu'elle devenait. Tu deviens quoi ?
Contenu sponsorisé

[Habitation] The Fall of the House of Fawkes Empty
Re: [Habitation] The Fall of the House of Fawkes
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 [Habitation] The Fall of the House of Fawkes


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.