AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 1 sur 1
Mal de l'air [En cours]
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Mal de l'air [En cours]
Ailyne Lawson, le  Ven 24 Juil 2020 - 15:30

Mal de l'air ou vague à l'âme ? - Merci Harmo d'être toujours partante quand j'ai envie de RP

Saison 32, Automne.
____________________________


Suspendue dans l’air.

A deux doigts de tomber.


En lévitation.

Sur le point de se fracasser.



Le vent passe au travers de mes doigts et je tente de le caresser. La courbe de son voyage le long de ma peau s’imprime dans mon ADN. Je suis marquée par la force et la tendresse de son mouvement. Je suis subjuguée par son emprise. Je sais que je suis sur le point d’offrir mon âme au vent. De lui donner tendrement. Comme une offrande. Comme un baiser. De lui offrir mes cendres et mon cœur et mes sentiments tumultueux pour le satisfaire. Envie de donner ma vie au vent. C’est à ce point que je suis folle.

On me l’a dit et répété. On me l’a martelé. On m’a enfermé. On a tenté de me briser. Mais je suis toujours là. Là pour parler au vent, à la terre et aux étoiles. Mais je suis toujours là. A valser. Comme avant.

Je n’ai pas très envie de valser ce soir.

Mais je suis là et c’est ce qui importe. Le reste n’a pas d’importance. Je suis là. Et j’ai envie de crier. Et mes envies et mes désirs et mes espoirs sont toujours hors normes. Et je ne sais plus vraiment si je devrais les laisser éclater. Peut-être que tu avais raison. Raison sur tout. Il ne faut pas faire de vague. Il faut être dans les clous. Il ne faut pas s’écouter et vivre pour ce qui nous fait frémir. Peut-être qu’il faut simplement se laisser mourir doucement pour ce qu’on croit nous rendre heureux quand c’est juste les autres qui nous le disent. Peut-être que c’est comme ça qu’on vit vraiment. Mais je n’ai pas envie de te croire. Je n’ai pas envie de t’écouter.

Et si jamais c’était la seule chose à faire ? Et si jamais je n’avais pas le choix.

Et s’ils recommençaient.

Et si mes désirs n’étaient pas toujours suffisants. Et si ceux des autres pouvaient me faire du mal ?
Et si je devais vivre avec.

Peut-être que tu avais raison.
J’espère que tu as tort.
Il vaut peut-être mieux que tu aies raison.

Lyne. Ce n’était pas de ta faute.
Lyne.

Ecoute
.

Mes poils se dressent et je sens que le vent s’empare de mon corps. D’abord doucement mes bras. Il faut lâcher. Ensuite tout ira très vite. Je sais que la bascule durera un instant qui m’en paraitra mille. Ensuite la chute me fera prendre de la vitesse. Et je serai libre. Je n’ai pas peur. Je joue avec le vent. Seul lui peut m’entrainer.

Lyne, écoute-moi.

Lyne je sais. Je sais que tu ne veux pas en parler. Mais s’il te plait, écoute-moi.

Ce n’est ça, jouer avec le vent. Et je sens que tu l’as oublié. Tu as oublié comment tu jouais. Je crois que la peur te retient et je crois que tu as peur de ce qui pourrait se passer. Je crois que tu n’as aucune idée de ce que ça peut entrainer. La vitesse. Tu vas prendre de la vitesse et ensuite, tout deviendra incontrôlable. Lyne. Ce n’est pas une manière de mourir. Ou alors. Ou alors pire. Tu sais. Tu sais et tu fais semblant que non.


Ne t’inquiète pas.

Lyne. Ce n’est pas toi. Moi je connais une femme effrontée de la vie, qui prend les émotions à pleine balle et en fait des feux d’artifice, qui valsent avec nos cinq sens. Je connais une personne qui ne sait vivre que pour elle et ses sentiments de mille couleurs. Je connais quelqu’un capable de contrôler le temps par ses simples regards. Je connais une âme hors-du-commun.

Je sais Lyne. Je sais que tu ne veux pas en parler. Mais si tu lâches tes mains, tu ne vas pas juste danser dans les airs. Tu vas t’écraser. Tu vas tomber. Tu as l’habitude des risques, tu as l’habitude de ne rien faire comme tout le monde, mais cette fois c’est différent. Lyne. C’est différent. En prenant de la vitesse, tu ne vas pas lâcher prise. Tes pensées ne vont pas s’envoler.

Lyne. Ce n’était pas de ta faute. Ce n’était pas toi. Tu n’y es pour rien. Ils n’avaient pas le droit de faire ce qu’ils ont fait. Ils n’avaient pas le droit Lyne. Lyne écoute-moi.


Je ne veux pas en parler.


Lyne, tu as été enlevé.


Non.


Lyne, ils t’ont séquestré.


NON.


Le déchirement de ton cri résonne en moi comme la pire des punitions. Je n’aurais jamais dû être si dur avec toi. Je n’aurais jamais dû te laisser. Je n’aurais jamais cru. Je n’aurais jamais cru que personne ne pourrait te faire du mal. A faire graviter le monde autour de ton univers, j’ai oublié qu’on pouvait t’atteindre. J’ai oublié qu’on pouvait te blesser.

Je suis désolée.

Le hurlement se prolonge et se perd dans les airs. Le hurlement me fait froid dans le dos. J’ai le cœur lourd de ne pas pouvoir t’aider. De ne pas pouvoir t’atteindre. Lyne.

Excuse-moi.

Lyne.
Ce n’était pas ta faute. Ne lâche pas.



Tais-toi.



Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Harmony Lin, le  Ven 24 Juil 2020 - 19:12

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Décès





Je considère que ce RP a lieu après celui-là et que Harmony a donc été mise au courant de la mort de Jade

Avec la même musique ♥

Il y a quelques mois à peine, tu as appris la mort de Jade. Tu as l'impression que c'était hier tant la douleur est encore vive dans ton cœur. Les larmes qui ont coulé, la colère que tu as eu envers toi-même, tout ça n'est pas fini et tu n'arrives pas à te pardonner. Tu n'arrives pas à te pardonner parce que

Tu es partie

Pendant un an, tu n'as pensé qu'à toi, tu n'as donné de nouvelles à personne, tu n'as pas pris de nouvelles non plus.

Tu as juste pensé à toi
Pour avancer


Un chemin à faire seule

Et quand tu es revenue, si ton soulagement était grand car tu te sentais en paix avec toi-même, tu t'es rendue compte que tu avais blessé des gens par cette absence. Lara, qui aurait voulu être au courant de ce qui se passait dans ta vie, et Jade aussi, qui avais besoin de toi. Tu aurais dû être là, tu aurais du la protéger, l'aider quand tu as vu qu'elle n'allait pas bien.

Mais tu ne l'as pas fais
Et le résultat est là


Tu as tenté d'oublier ça, tu as tenté de passer outre, mais tu as depuis que tu as appris la nouvelle tu as un goût amer dans la bouche, celui de l'avoir trahie. Et si tu as tenté pendant tout l'été de faire comme si ça ne t'atteignait pas, de continuer à vivre en t'occupant de Lara et des autres, le boomerang t'a frappé violemment un jour.

Juste comme ça.

Et tu n'as pas pu, pas pu supporter toute cette culpabilité, alors tu as quitté Londres, le temps d'un souffle du cœur. Tu n'as pas quitté la Grande-Bretagne, mais tu es partie dans un endroit vide de monde, un endroit où faire le point. Un endroit où peut être, tu pourrais laisser tes chagrins et ces chaînes si lourdes que tu te forces à traîner depuis qu'Emily t'a annoncé la nouvelle chez toi.


Alors que tes pensées t'assaille, toi qui est assise simplement dans l'herbe près d'une falaise, tu vois une personne un peu plus loin jouer avec le bord, comme si elle était sur un fil au-dessus du vide. Comme si une vague jouait avec elle, la faisant partir d'un côté ou d'un autre au gré des pensées ou des envies... De qui d'ailleurs ?

De personne.

Lyne n'appartient à personne Harmony, tu sais

Et toute perdue que tu es avec ton propre cœur qui saigne, alors que tu n'avais qu'une seule envie c'était d'être seule ces derniers mois, tu te vois t'approcher de cette silhouette, jusqu'à en reconnaître les formes.

C'est elle
Celle qui avait éloigné tes nuages d'un coup de soleil
C'est celle qui t'avait montré que ne pas réfléchir pouvait créer des histoires

Si belles

Tu ne dis rien, non. Ça te semble inutile. Mais tu te poses non loin d'elle et tu la regardes onduler avec le vent, l'impression qu'elle risque de basculer à tout moment te serrant le cœur encore et encore.

Mais si elle fait ça
Tu la rattraperas


Toujours
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Ailyne Lawson, le  Sam 25 Juil 2020 - 20:20

Plutôt vague à l'âme alors, continuez sur ce rythme
_____________________

Il y des soupirs qui peuvent crever le coeur. Il y a des espoirs qui empoisonnent la vie. Il y a des baisers qui donnent envie de gerber. Et le monde ne te semble plus aussi simple qu'il t'y apparaissait. Tu as fini par me croire. Quand je te disais, que je te martelais. Sans cesse. Que les actions ont des conséquences. Et rien qui ne puisse être prévenu. Et le monde n'a pas forcément le sens que l'on peut lui donner. Tout semble incompréhensible.

Comment tu fais ?

Comment je fais quoi ?

Pour continuer, alors que tout ça fait perdre la tête. Alors que mon coeur pourrait exploser à tout instant. Ca n'a pas de sens. Je voulais juste mettre de la beauté dans le monde, le montrer tel que je percevais. Comment un sentiment si pur peut il résulter en autant de malice ? Pourquoi. Pourquoi le monde tourne-t-il à l'envers, à contre-sens, contre moi. Il n'y a rien de mal à ce que je faisais. Il n'y a rien de mal à aimer de toute sa passion, d'accepter le monde sans en jouer le jeu, sans jouer le jeu de quelque chose d'aussi faux que ce que l'on attend de nous. Pourquoi. Pourquoi ça fait si mal maintenant, quand c'était si bon. Je me sentais comme une fée, un elfe.

Libre.
En harmonie avec l'air, l'eau, le feu, la terre.
La danse.

Je n'ai plus le rythme. Je suis maladroite. Je n'ai pas l'habitude. Je perds pied comme je n'avais jamais perdu pied. Ca n'a rien de volontaire, ça n'a rien d'excitant.

Je vais vomir.
Je veux vivre.

Alors ne joue pas ce jeu.
Alors ne te laisse pas tomber.
Ne nous laisse pas tomber.

Toi et moi, comme les deux faces d'une même pièce.
Toi et moi, contre le reste du monde. Tu te rappelles de ce serment ?
Toi et moi, même quand on se déteste.
Toi et moi, parce qu'on est rien sans l'autre.
Toi et moi, les pulsions et la conscience.
Toi et moi.


Tu sais que si tu te laisses tomber dans le vide, ça n'aura rien d'un jeu. Ca n'aura rien de beau ou de miraculeux. Ca sera sale, et triste. Et ce sera perdre une belle âme. Une âme comme on en voit plus Lyne. Lyne. J'aimerais te rappeler. Tu te souviens, de cette fois où tu as dansé et ramené à la vie un garçon qui ne croyait pas en celle-ci ? Quand tu lui as montré qu'il fallait lâcher prise ? Tu te souviens quand tu as failli te noyer à rester submerger sous l'eau pour les beaux yeux d'un homme dont tu ne pouvais pas te détacher le regard ? Tu te souviens quand tu as découvert Keats et que tu es devenue sa chimère ? Tu te souviens comme tu étais capable de danser sous la pluie, sur le feu, sur la terre, dans les airs, juste pour ressentir. Ressentir de toute ton âme et en pleine conscience. Jusqu'à ce moment se grave dans tes chaires, jusque dans ton ADN. Est-ce que tu te souviens. Est-ce que tu te souviens quand tu as pris Kohane comme ta soeur. Comme ta vie. Comme tu es capable de faire entrer les gens dans ton monde. De leur faire voir de nouvelles couleurs, et des sensations comme personne n'aurait pu ressentir.

Tu es une créatrice Lyne.
Une créatrice de beau, de chaud, de doux, de passionnel.
Une créatrice de couleurs, de mirages, d'ardeur.

Et le monde ne peut pas se passer d'une créatrice.


Et comment ramène-t-on à la vie une créatrice détruite ? Je crois que tu n'as pas idée. Pas idée de ce qui s'est passé. Pas idée de la douleur. Pas idée de comment je doute de tout maintenant. Comme j'ai peur. De ne plus savoir ressentir. J'ai tant de colère. Tant d'amertume. Et je ne me souviens pas d'avoir ressenti cette rage. Une rage tournée vers moi. De savoir que je suis le problème. Que tout est ma faute. Que j'aurais pu tout avoir mais que je n'aurais rien.

Tu sais ce qu'ils ont fait ?
Tu sais pourquoi ?

Alors tais-toi.
Laisse moi me rappeler ce que ça fait d'être moi. De lâcher prise parce que je le veux vraiment. Parce que je décide et je contrôle le fait de perdre contrôle.

Mais elle est là.
Retourne toi.


Son âme.
L'une des plus belles.
L'une des plus pures.

Tout se retient en toi, tout se détend aussi. Il y a du réconfort dans ce visage au si beau trait. Et sans que vous ne dites un mot. Vos regards s'entrelacent et se serrent l'un contre l'autre. Il y a un sentiment doux de douleur, de mélancolie. Un sentiment ravageur d'amertume. De savoir chacune à quel point vous avez mal. Mais dans ce mouvement imperceptible de regard, vous trouvez du réconfort. Un réconfort que seule une âme comme la sienne aurait pu te faire ressentir.

Un sentiment que seules des âmes liées par les sentiments, liées par leur esprit, liées par l'aventure, liées par l'émotion
Un sentiment que seules ces âmes sont pas capables de concevoir et déchif
frer.

- Tu m'as manqué.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Harmony Lin, le  Mar 28 Juil 2020 - 0:03

Ta réponse m'a foutu les frissons :mm:

Avec la même musique


Connaissez-vous ce sentiment que tout s'effondre autour de vous et que vous êtes la cause de toute cette destruction ? Connaissez-vous ce sentiment de solitude quand vous pensiez avoir fait quelque chose de juste et qu'au final, ça a empiré les choses ? Savez-vous ce que l'on ressent quand on vous annonce que quelqu'un est parti rejoindre les étoiles et qu'intérieurement, votre cœur vous persuade que vous auriez pu y faire quelque chose ?

Toutes ces émotions négatives

Sont comme un nuage
Qui ne quitte jamais le dessus de notre tête.

Un infini mauvais temps intérieur


Et tout ça, à Londres, tu n'as pas réussi à t'en défaire. A Londres, tu sentais que de ce nuage sortait une pluie torrentielle qui peu à peu te privait d'un peu plus d'air, jusqu'à ce que tu étouffes dans ton propre aquarium. Ce n'est pas vraiment mieux ici, mais au moins tu n'as pas à prétendre. Tu ne te jettes pas dans le boulot pour éviter de penser à tout ça. Tu ne fini pas tes journées à pas d'heure pour espérer être assez épuisée le soir pour ne pas penser à cette douleur qui te serre la poitrine.

Mais la
En cet instant précis

Quand l'aventureuse-soleil se retourne


Tout change

Soudain, tu te sens moins seule
Tu te sens moins vide
Tu as l'impression que peut être, tu vas pouvoir respirer un peu


Et un vide t'empli, à la place de toutes ces mauvaises ondes qui passaient d'un bout à l'autre de ton corps. Mais pas un vide mauvais, non, juste une paix intérieure, une petite flamme qui dit Tout n'est pas fini. Un Espoir de réussir à se débarrasser de ses chaînes avec son aide.

Pourtant, tu sens qu'elle souffre aussi. Tu sens que vos regards se rassurent l'un-l'autre, que les deux cherchent des ancres dans le reflet de l'autre. Et juste le temps d'un souffle, d'une respiration, de quelques longueurs ou bien d'une journée, tu sens que vous allez trouver ce que vous cherchez.

En tout cas, votre dernière rencontre était
Exceptionnelle

Et le sentiment est a priori partagé, puisqu'elle t'annonce que tu lui as manqué. Tu te retournerais presque pour t'assurer que c'est bien à toi qu'elle s'adresse, elle qui t'avait fait sortir de ta bulle, elle qui avait réussi à te faire découvrir de nouveaux horizons, mais au fond de toi, tu n'as besoin d'aucune confirmation.

Parce que vos regards parlent d'eux-mêmes
Parce que vous êtes seules sur ce petit bout de terre, aussi


- Toi aussi, tu m'as manquée.

Tu ne sais pas quoi ajouter, tout simplement parce que les mots ne sont pas nécessaires. Tu te lèves et tu t'approches d'elle, doucement. Tu ne cherches ni à brusquer, ni à faire disparaître cette si douce illusion - si c'en est une -. Tu veux juste pouvoir vibrer à ses côtés, pouvoir décaler ce nuage noir et le laisser sur ce bout d'Angleterre pendant que tu irais courir, vivre et ressentir avec elle un peu plus loin.

Quelle aventure vivrez-vous aujourd'hui, dis moi ?

Je suis curieuse
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Ailyne Lawson, le  Mar 28 Juil 2020 - 14:54

Je change de musique, pour suivre l’évolution de l’émotion que tu me transmets. C'est beau comme tu écris.

___________________



Parle-moi, parle-moi doucement. De tes rêves, de ton monde. Parle-moi de tes douleurs pour m’empêcher de penser aux miennes. Parle-moi en prenant ma main, et j’enlacerai ton âme. Parle-moi comme tu n’as jamais parlé, à personne. Parle-moi pour me révéler les contours de ton âme. Parle-moi sans détour. Parle-moi pour vivre. Parle-moi pour que je ne meure pas.



Est-ce que toi aussi tu te surprends à avoir peur du noir ? Est-ce que toi aussi, lorsque tout devient sombre, tes pensées s’agrippent à ce qui t’entoure pour ne plus faire qu’un ? Est-ce que toi aussi, tu as peur du noir, car elle reflète amèrement ton état d’esprit ? Est-ce que toi aussi, tu attends le soir, lorsque plus rien ne bouge, pour faire couler un océan de douleur sur tes joues ? Est-ce que tu fais rouler les larmes jusqu’à les faire perdre dans le vide de ton environnement ? Est-ce qu’elles rebondissent contre tes pensées pour se fracasser ? Est-ce qu’elles s’emmêlent dans tes souvenirs et les noircissent ? Est-ce que ta mémoire se ternit petit à petit pour ne devenir que pincements pour ton âme ? Est-ce que tu te souviens de ton dernier rire ? Franc, éclatant.



Est-ce que tu te souviens de la dernière fois où tu t’es sentie libre ?

La dernière fois où tu t’es senti toi ?



Douce petite luciole. Tu es devant moi, et le reflet de moi-même me permet de contempler les dégâts. J’ai envie de souffler sur tes nuages. J’ai envie de te serrer contre moi. Luciole, comment on fait ? Comment on va s’en sortir ? Je ne peux pas grimper sur la falaise, ni sur les arbres cette fois. On est à l’endroit le plus haut. On ne peut pas monter plus haut et pourtant je n’ai jamais été si bas. Enlace-moi de ton regard. Enlace-moi s’il te plait, même si c’est pour faire semblant.



Tu es la seule à pouvoir m’aider. Il faut remplir mon âme avec du beau. Il faut remplir mon âme avec de la douceur. Il faut remplir mon âme avec de la force. Il faut remplir mon âme, coûte que coûte, pour éviter le pire, pour éviter le vide. Pour échapper au néant. Il faut se remplir d’amour, se gonfler à bloc, de bonheur.



Même si on n’arrive pas tout de suite à le ressentir.



Tu poses ta tête doucement sur son front. Et c’est comme si vous partagiez vos pensées. C’est comme ses maux devenaient les tiens. Vous permettez à ce moment de durer une éternité. Vous le laissez s’emparer de votre corps. Transfert d’énergie. Et bien que les vôtres soient ternes, leur contact leur donne de l’éclat. Tu pourrais le jurer que tu les vois, ses flux d’énergie. Ils dansent, et ils rient. Il y a du beau dans leur retrouvaille.



Tu prends sa main. Cet appui sur sa paume, c’est pour quoi Lyne ?




Ca enlève la peur. Ca lui montre que ce n’est pas un rêve, mais c’est assez doux pour qu’elle le prenne pour un rêve si ça la réconforte. C’est un point pour lui montrer que je suis là. C’est un point pour lui donner de la force. Je ne veux pas qu’elle tombe.  C’est un point sur sa paume, pour qu’elle choisisse si elle veut que je sois rêve ou réalité. Pour lui laisser le choix, de la façon dont elle veut apaiser son cœur.



Je n’avais pas réalisé, que votre connexion était si forte. Je n’avais pas réalisé. Que malgré que vous ne soyez vraiment vu qu’une fois, ce moment est ancré en vous. Je n’avais pas imaginé. Que vous preniez soin l’une de l’autre. Que tu prendrais soin d’elle, de cette façon. Comme tu prends soin de ceux que tu laisses vraiment entrer dans ta vie.



Le moment est si doux et si lent, que j’ai mis du temps à réaliser ce que tu étais en train de faire. Tu la fais tourner doucement, lentement, comme une danse sans jamais couper le contact entre sa main et la tienne, pour continuer de créer de la belle énergie. Couper de la réalité, vos maux semblent plus acceptables. Pas moins douloureux. Mais peut-être plus compris.



Tu n’as pas encore la force pour une valse endiablée, mais la lenteur de ce mouvement provoque de l’apaisement pour ton esprit préoccupé.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Harmony Lin, le  Mer 29 Juil 2020 - 0:30

Elle a évidemment mon L.A pour l'intégralité de ce RP

Même musique


Rêve ou réalité ?

Tu n'es pas vraiment sûre. Tu ne sais pas si c'est ton cerveau qui se représente cette fille qui au début de ton périple a su te mettre sur la bonne voie, ou si elle est vraiment là. Tu ne sais pas si elle doit être l'objet de remord, parce que tu l'as rencontré parce que tu es partie et que Jade n'est plus là alors que tu aurais du rester. Tu ne sais pas non plus si elle ne doit pas plutôt être l'objet de joie, parce qu'elle a su mettre du soleil là où tout restait obstinément gris. Elle a su te transmettre ses couleurs, et pour cela tu lui en seras éternellement reconnaissante.

Vivre sans penser au lendemain
Vivre à fond, toujours plus fort, toujours plus vite
Pour atteindre le soleil


Un regard vaut mille mots. Et un geste en vaut mille de plus. Et rien n'est plus vrai que ça à cet instant précis. Vos regards se croisent et on peut y lire de la tendresse, comme un doux chocolat chaud qu'on savourerait après une longue nuit d'hiver. De la joie est visible dans tes yeux bleus, une joie presque enfantine d'avoir retrouvé ta compagne de jeu qui parcoure les champs pour réussir à toucher du doigt le soleil avec toi. Pourtant...

On n'y vois pas que ça

La douleur est aussi présente. Une douleur sourde, presque un appel à l'aide. Chacune d'entre vous rêve de tout oublier juste pour quelques instants. Est-ce que l'une peut porter l'autre ? Probablement pas. Mais c'est ça la beauté de ce moment : vous pouvez vous porter à tour de rôle. Chacune, à votre tour, vous aiderez l'autre à avancer. Et ainsi, vous atteindrez de la même façon que la dernière fois le sommet des arbres.

Elle s'avance et pose sa tête contre la tienne. Un souffle t'échappe, comme un soulagement d'un esprit plein de douleur qui serait partagé avec elle. Vous souffrez, mais partagée, la douleur est plus supportable. Vous souffrez mais dans cette position, tu te sens bien plus apaisée. Et quand elle prend ta main, tu comprends enfin qu'elle est vraiment là, et qu'elle n'est pas simplement une illusion qui aurait pour but de te ridiculiser.

Vous vous êtes vraiment retrouvées.

Tu sens la chaleur de sa main dans la tienne, et ce doux feu continue de ranimer la flamme de l'Espoir de ton cœur.

L'Espoir d'aller mieux

Tu serres un peu plus cette main-providence, pour montrer que toi aussi tu es là, et que tu es actrice dans ce jeu aussi, et non simple spectatrice. Elle aussi peut se reposer sur toi, et tu aimerais le lui faire comprendre sans les mots. Pourtant, là, tu ne fais pas un mouvement de plus puisque c'est elle qui te guide dans une danse lente qui commence par quelques tours sur toi-même, ta main toujours scellée avec la sienne.

Et chaque tour te fait oublier un peu plus les soucis, chaque tour te fait parcourir quelques kilomètres de plus vers l'endroit où tu es physiquement avec ta tête et ton cœur, qui étaient restés avec tes pensées là-bas à Londres. Quand enfin, tout autour de toi te semble calme. Peut être pas encore plus lumineux, mais tu as très certainement un attrait au paysage que tu n'avais pas avant.

Alors à ton tour, tu récupères sa main libre de ton autre tienne, et tu fais la même chose, l'incitant à lâcher l'autre. Chacune à son tour on a dit. Et tu la fais tourner aussi, un peu, jusqu'à ce que d'elle-même en ait assez.

Tu proposeras alors peut être ta deuxième main, pour une danse lente et agréable qui aura pour but de chasser les mauvais esprits et d'accueillir, seconde par seconde, les rayons de soleil qui vous manquent tant. Mais pour l'instant, vous tournez sur cette falaise vide, et vous vous laissez porter par le vent et par l'autre.

Et ça suffit



Prenons notre temps
Il n'est point besoin de se presser
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Ailyne Lawson, le  Jeu 6 Aoû 2020 - 16:18

Nouvelle musique, pour une lueur d'espoir vibrante d'ardeur
_______________________

Toi aussi tu tournes. Tu tournes et ton monde ne se met pas à tanguer. Il te semble soudain plus perceptible. Tu sens la terre sous tes pieds. Tu sens le vent dans tes cheveux. Tu sens la fraicheur du monde et son souffle chaud. Tu sens le monde et tu l’écoutes. Ca résonne comme un cœur. Tu tournes et tout te revient. Tu tournes et tu ne peux plus t’arrêter. Tu ne veux pas t’arrêter. Continuer coûte que coûte, quitte à tomber.

Pour la première fois, c’est comme si tu reprenais ton souffle. Et tu n’as jamais fait plus longue apnée. T’as les membres tout engourdies. D’avoir manqué d’air. D’oxygène. D’avoir failli faillir. D’avoir été au bord du précipice. Et tu sais que tu n’es pas loin. Tu le vois, le vide, en face. Tu le vois le vide, en dedans. Mais pour la première fois tu respires et ta tête tourne de redécouvrir cette sensation.

Il y a des mots qui résonnent et tu es incapable de les prononcer. Ils tourbillonnent dans ton esprit, se posent sur tes bras, tes yeux, ton ventre, partout mais pas sur tes lèvres. Tu n’as jamais vraiment su parler. Jamais su quoi dire. Comment le dire. Pourquoi le dire ?


On ne transmet pas des images par des mots, il faut le montrer. On ne transmet pas de l’émotion par des mots, il faut le vivre. Etre immergée de ses racines jusqu’à son âme. Il faut être plongé dans l’océan de mélancolie pour en connaître le goût. Il faut traverser les montagnes de joie pour en connaître les variations. Les mots ne sont que de piètre substitut de communication. Des lettres assemblées, accolées à une étiquette attribuée. Ca ne veut rien dire du tout.

Et moi, j’ai envie de lui dire. De lui communiquer. J’ai envie de lui faire comprendre. Que ça fait du bien. D’être là. Que c’est la jungle dans ma tête. Mais qu’un souffle de vie vient de s’abattre sur moi comme une bénédiction.

Une bénédiction ne s’abat pas sur soi.

Elle m’est tombée dessus sans que j’ai rien demandé mais me fait m’envoler. Elle m’abat. Elle me fait réaliser que ce que j’étais doit tomber pour faire place au nouveau moi. A l’ancien moi ? Moi je dirais ça comme ça. Tu vois. Les mots n’ont pas de sens. Pas celui que je voudrais leur donner. Et je trouve qu’elle m’abat. Qu’elle abat ce qu’il y avait de mauvais en moi.

On ne fait jamais place nette. On apprend de nos erreurs, on apprend de nos traumas. On va plus loin. On évolue vers du plus. On ne revient jamais en arrière. C’est se leurrer. Tu es toujours là, et tu vas continuer. Avec les marques sur ton corps et tes souvenirs qui viennent entâcher ta mémoire. Et bientôt les marques ne seront plus des tâches, elles feront partis de toi.

Pas maintenant.
Pas maintenant, je tourne.

Pas maintenant, je suis là et ça faisait si longtemps que je n’avais pas existé. Et je sais que dès que ce moment se terminera. Ce sera de nouveau moi. Moi et ce poids. Que je traine. Qui me traine. Qui m’épuise.

Pas maintenant je tourne.

Je tourne et ça me donne de l’espoir. D’oublier un instant ces moments de vie. Ces moments de mort. Je tourne parce que ça vide mon esprit. Je tourne pour me raccrocher à des cordes invisibles. Je sais que je vais peut-être lâcher. Pour l’instant je tourne et c’est tout ce qui compte. Je veux me raccrocher à ce moment. A cet instant. Me rappeler que je peux tourner sans vaciller, même si je vais bientôt tomber.

Tourner pour me rappeler comment danser.


Mais viens petite Luciole. Viens me faire danser.



I see the way you move. It’s fluid.
Be here by my side, got nothing to hide.
I know that you’re hurting.
I see the tears behind those eyes.
And I can’t wipe them clear.
Your love is like gold to me.
But you hold me closer to the light…

Welcome to the jungle.
Are you gonna dance with me ?
Welcome to the jungle.
You got to close your eyes and see.


Welcome to the jungle.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Harmony Lin, le  Ven 7 Aoû 2020 - 0:28

Même musique ♥

Elle tourne, encore et encore. Elle tourne comme si elle voulait ne jamais s'arrêter, et toi tu l'aides à tourner. Elle tourne tant que tu ne sais comment elle fait pour rester droite, pour ne pas vaciller. Peut être parce que c'est tourner qui rend son monde stable. Quand tout s'écroule, quand tout est secoué, tourner ou ne pas tourner ne change rien. Ce n'est qu'une rotation de plus. Un mouvement qui vient s'ajouter au mouvement perpétuel de notre vie.

Tu ne sais pas comment elle fait pour rester debout et pourtant, tu la fais tourner tant qu'elle ne te dit rien, tant qu'un regard n'est pas échangé. Pas besoin de mots, pas besoin de paroles, juste les gestes suffisent à te faire continuer. Elle continue de serrer ta main, elle reste obstinément accrochée à toi, et c'est donc qu'elle a encore besoin de tourner. Tourner pour oublier que le monde tel qu'il est quand tout ne tourne pas n'est pas aussi beau que ce que l'on pourrait croire.

Puis tu sens qu'il faut changer de rythme. Que tourner aide, que ça aide à faire disparaître les mauvaises ondes, mais qu'elles ne sont jamais loin et qu'elles risquent de revenir dès qu'elle s'arrêtera de tourner. Alors il faut utiliser une autre méthode. Une qui marchera mieux. Il faut faire revenir le soleil dans vos vies pour que les nuages noirs remplis de pluie soient chassés plus loin.

Alors doucement, tu l'éloignes du bord. Doucement, tu ralentis le rythme des tours jusqu'à créer un léger balancier entre elle et toi. Vous dansez. Toi et Lyne, vous dansez tout doucement, tout tranquillement, comme de légers pas de plume sur une plage, avec pour objectif de ne laisser aucune trace de votre passage. Tout est doux, mais ce léger balancier est apaisant. Tu as pris sa deuxième main dans la tienne et elles se sont jointes presque naturellement. Tout cela chasse les mauvais nuages et bientôt, tu ne te sens plus piégée dans les rues de Londres, tu es simplement ici, au milieu de nulle part, avec une fée.

Et c'est si bon
Si doux
Ce moment de répit


Vous continuez ça pendant de longues minutes. De longues minutes sans parole, sans tracas, sans risque de chute. Juste elle, toi, et une danse douce et agréable. Juste elle, toi, et cet environnement extérieur propice à l'oubli et à la réconciliation avec soi-même. Et a un certain moment de la danse, tu souris légèrement, apaisée.

Et si tu croises son regard
Elle verra
La mer calme qui a remplacé l'océan agité qui régnait en ton cœur


Juste comme ça
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Ailyne Lawson, le  Mar 8 Sep 2020 - 10:44

Musique, petit condensé de douceur, petit RP j'espère que tu m'en voudras pas.
__________________________________

Tu n'avais jamais ressenti pareille douceur. Tu te souviens de ces jours et ces nuits, par milliers, où c'est toi qui soufflait de la douceur sur les mondes que tu croisais. Même si tu puisais dans les énergies de la rencontre. Mais tout à coup, le sort se renverse et c'est elle ta douceur. C'est elle ton monde. C'est elle qui te fait voir monts et merveilles. Mille couleurs sont logées dans son regard, et toutes sont plus belles les unes que les autres.

Tu la laisses contrôler le mouvement. Tu la laisses mener et ça n'est vraiment jamais arrivé. Qui aurait cru que tu aurais suivi qui que ce soit. Toi, chimère. Eux les poupées de ton univers.


J'ai suivi Keats. J'ai suivi Malena. Je sais suivre. Tu dis n'importe quoi. Je ne voulais pas les contrôler. Je n'ai pas cherché à ce qu'il soit sous mon emprise. Je les ai suivi.

Non, tu les absorbes dans ton univers, tu les faisais vaciller. Tu leur laissais une marge suffisante de manoeuvre pour qu'ils se sentent actifs. Mais tu les menais. Par le bout du nez. Tu les menais parce que c'est ce que tu sais fair. Mais Lyne, c'est bien, c'est beau. Tu apprends. Tu deviens plus forte. C'es bien de se laisser faire aussi. Je sais que tu n'aimes pas la sensation.

Non, c'est agréable. C'est agréable de la laisser jouer avec mes bras. Et je vois dans ses yeux qu'elle n'a plus peur. Et moi aussi j'ai envie de prendre soin d'elle comme elle prend soin de moi. Moi aussi j'ai envie de lui montrer que tout va bien. Ses yeux ne crient plus de tristesse.

Elle mène la danse et tu laisses le moment durer. S'éterniser tant qu'il le peut. Tu plonges ton regard dans le sien et tu lui donnes des mots rassurants. Des mots pour vous conforter toutes les deux dans un apaisement. Des mots pour apaiser vos tourments. Tu lui dis que tout va aller, que vous allez vous en sortir. Tu lui dis par la connexion de vos yeux que le monde est beau. Que vous allez avancer. Tu lui dis que tu es là.

Et tu la serres dans tes bras.

Fort.

Le monde tourne autour de vous. Et vous êtes ancrés dans le sol. Tout pourrait basculer, tu voudrais rester dans ses bras. Immobiles dans un moment qui vous enveloppe. Du mouvement de la danse à l'immobilisme du monde quand vos bras s'enlacent. Tu touches ses cheveux pour la rassurer. Tout va bien. Tout va mieux. Tout ira.


Tout va mieux dans ses bras.


Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Harmony Lin, le  Mer 16 Sep 2020 - 23:16

Ton RP est magnifique, comme toujours. Ne t'inquiètes pas ♥
Même musique que toi


Regarde
Regarde Harmony

Tu as réussi à entrer dans son monde
Tu n'es plus seulement spectatrice d'une chimère si dure à atteindre

Tu es toi-même entrée dans le rêve
Et ensemble, vous faites tourner ce monde intérieur

Ensemble
Vous chassez les nuages


La danse est douce, la danse est calme, elle est naturelle et c'est comme si elle se faisait toute seule, vous entraînant dans son infini. Tu mènes mais tu ne le ressens pas comme ça. Tu te laisses guider par tes émotions, par cette bulle créée autour de vous. Plus rien n'existe autour, plus rien d'autre que toi et elle, enlacées, un mouvement régulier vous faisant valser comme un battement de cœur.

Et à travers les yeux de l'autre, tu vois tes tourments disparaître. Tout disparaît et il ne reste plus que la douceur, ce moment nuageux entre elle et toi. Tu sens que ses yeux parlent, qu'ils te transmettent la beauté de l'univers dans lequel vous êtes toutes deux tombées. Tu vois dans ses yeux une cascade d'eau apaisante, régulière, et si merveilleuse à observer. Toutes les noires pensées qui enfermaient ton cœur dans une cage s'écoulent dans l'étendue d'eau et viennent se disperser un peu plus bas. Autour de toute cette eau si pure, les noires pensées n'ont plus lieu d'être.

Alors quand elle te serre dans ses bras, tu réponds tout naturellement avec la même force, confirmant ce sentiment d'une bulle autour de vous. Tout s'est arrêté, tout a arrêté et pourtant, aucune de vous ne s'est écroulé. En ce monde, en cet instant, chacune est la stabilité de l'autre. Elle touche tes cheveux et toi tu enserres un peu plus ton étreinte, montrant ta présence.

Puis tu te recules un peu et tu souris doucement.
Simplement.

Tu souris parce qu'aucun mot n'est assez fort
Tu souris parce que cette sensation de pur apaisement t'avait manquée

Lyne t'avait manqué
Contenu sponsorisé

Mal de l'air [En cours]  Empty
Re: Mal de l'air [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Mal de l'air [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.