AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
21.95 €
Voir le deal
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande
Page 17 sur 18
Salle d'entraînement
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005

Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Kohane W. Underlinden, le  Sam 27 Aoû 2016 - 0:00

Pause.
Ah, le mot magique !
Tandis qu'Alhena s'assoit, elle me balance une bouteille d'eau. Bon, j'ai encore quelques réflexes : je parviens à rattraper l'objet volant identifié (un OVI !). Et les biscuits ! Oh, elle est chou quand elle veut, la Lena.
J'esquisse un sourire en venant m'asseoir à ses côtés.
Longue gorgée d'eau fraîche.
Grignoter un peu. En attendant que le vide, le silence soit comblée.
Elle ne semble pas pressée. Alors j'attends. Patiemment. Elle ne semble pas vouloir me regarder. Parler. Presque dans le vide. Alors que je suis là. Tout ouï. A l'écouter. Parler.
J'émets un rire lorsqu'elle parle de filer une droite dans la tronche de quelqu'un. Elle n'a pas faux. Si on se veut fort, forte, il faut entraîner son corps à suivre. Savoir se défendre à main nue. Sans baguette. Parce qu'on n'a pas toujours sa baguette. Pas toujours au bon moment. Et parfois, elle nous échappe. Alors...

Et soudainement, regard émeraude dans mes yeux sombres.
C'est si brusque que j'en ressens un frisson. Me parcourir l'échine.
En long, en large et en travers.
Silence.
Elle parait hésiter.
Ou peut-être qu'elle n'hésite pas du tout. Peut-être qu'elle sait déjà, elle sait d'avance qu'elle ne me dira rien. Elle veut juste me le faire comprendre. Par son regard. Si profond. Déstabilisant.
Malgré tout, elle élève la voix.
Froide.
Je sais qu'elle ne veut pas que je continue sur cette voix.
Et je sais que je veux en savoir plus. Toujours plus.
Percer le secret Alhena.

Enfin, elle parle. Les mots percent, se fraient un passage entre ses lèvres.
Mais ils sont minimes.
Ils ne font qu'effleurer la surface.
Or, moi, c'est que fond qui m'intéresse.
Le coeur. Le coeur Alhena.
Savoir. Comprendre.
Elle ne sème que des indices sans jamais rien dire. Et je ne sais jamais rien.

Je ne réponds pas. Parce qu'il n'y a rien à répondre. Parce qu'elle j'aimerais qu'elle poursuive et qu'elle ne poursuivra pas. Je le sais.
Alors je me tais.
Questions muettes.
Qui n'auront pas de réponse.

- Sinon, ça te plait ? Tu veux continuer ? Rester encore un peu assise et souffler un petit quart d'heure ? Changer d'arme ? Partir ? Continuer à parler un peu ?

Comment changer de sujet.
Je lui fais un rapide sourire avec un petit hochement de tête. Ouais, ça me plaît. Parce que ça m'apprend des choses que personne d'autre hormis elle ne m'apprendra.
Mais là n'est pas mon problème.
Je veux savoir. C'est là toute la chose.
Alors continuer à parler... oui, j'aimerais bien. Sauf qu'elle ne voudra pas. Je l'ai bien compris. Comme toujours, me faire taire en donnant, cependant, quelques éléments disséminés par-ci par-là.

Je réfléchis.
Je turbine. Mieux vaut pas parler.
Pas pour le moment. J'attendrai. Quand à nouveau je pourrai demander...

Je me lève. Finie la pause !
Je passe une main dans mes cheveux avant de m'étirer un peu. Ouch... j'ai l'impression d'être toute rouillée.
-Essayer une autre arme me dit bien.
Je tourne le visage vers Lena, lui fais un sourire encourageant. Pas plus de questions. Pas maintenant.

Je fais quelques pas en direction de la réserve d'armes qu'elle m'a interdit de toucher sans son autorisation.
Comme si j'étais obéissante, moi !
Alors oui, je tends les doigts vers le poignard repéré un peu plus tôt. Je ne le sors pas de son fourreau et me contente d'effleurer son manche.
Et soudain, je m'arrête.
Ca va sortir. Tout seul. Je le sens.
La bombe.
Le mot de trop.

-Pourquoi es-tu aussi secrète, Lena ?

Ca y est.
C'est sorti.
Et ça explose.
Tout autour.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Alhena Peverell, le  Dim 4 Sep 2016 - 17:01

Dis Alhena, tu connais l'histoire du petit poucet ?
Non, qu'est-ce qu'elle raconte ?
C'est une histoire pour les Moldus. On dit que dans cette histoire les enfants étaient pas sages alors on les a abandonné dans la forêt. Pour retrouver le chemin de la maison, le petit poucet à semer des cailloux. Ingénieux n'est-ce pas ?
Pourquoi tu me racontes ça James ?
Parce que demain tu vas avoir cinq ans. Et que c'est le grand jour... Le grand jour où les parents vont t'abandonné dans la forêt rouge... Alors n'oublie pas de semer quelque chose pour pouvoir toujours retrouver le chemin de la maison.

Alors n'oublie pas de semer quelque chose pour toujours retrouver le chemin de la maison. Semer des mystères, semer des secrets un peu partout. Kohane se saisit d'une arme, mais ce sont ses mots qui sont tranchant. Un #accio fait venir le poignard jusqu'à toi. Un poignard dans le coeur. Symbole de trahison ? Tu en demandes trop Werner. Beaucoup trop. Qui saurait t'expliquer ce qu'est Alhena. Personne ne le peux. Même pas elle-même. Parfois quand tu regardes au fond de ses yeux, si tu y fais réellement attention il y a cette petite lueur d'espoir. Une lucarne qui éblouie ses ténèbres. Un reste d'enfance.

Dis moi Kohane,
Ça fait quoi de grandir chez des sang-purs ?
Est-ce que tu avais la même éducation que moi ?
Certainement pas, tu ne serais pas comme ça.
Tu serais aussi folle que moi...


Je ne suis pas faible !
Plus que moi en tout cas.
Et te voilà, projetée en arrière. La tête dans le sable. Les coups et les blessures qui ne cessent.
Tu es faible. Progresse. Un Peverell ne peut pas être faible.

Les secrets... Le passé. La vie. Tu fermes les yeux. Tu voudrais te replier sur toi-même comme une enfant apeurée. Retournée en arrière, dans le ventre de ta mère. En symbiose avec ta jumelle. Peut-être seul endroit où vous vous êtes entendues et aimées.

Je ne suis pas extraordinaire. Juste une enfant perdue.
Une orpheline.

- Si tu arrives à le maitriser un jour... Je te le donnerais ce couteau. Il appartenait à mon père.

Dessus tu pourras illusoirement retrouver des gouttes de sang. Les miennes.

Tu te lèves en silence. Celui-ci en dis bien trop. Tu lui tends le couteau. Chez toi on ne te prend plus rien. On t'avais déjà pris ton innocence, c'était suffisant.
C'est lourd, pesant cette ambiance que vous aviez installé. Plus de sourire. Plus de froideur. Juste ça... Une sorte de mélancolie. Un volcan en éruption qui recrache des souvenirs. De très mauvais souvenir. Bien trop dur pour se regarder dans un miroir à l'instant, sans le brisé.

- J'ai des secrets Kohane. Mais si je te les disais, ce ne seraient plus des secrets n'est-ce pas ?

Tu t'abaisses, reprend l'arc lâché par terre. Tu décoches une flèche qui se plante en plein milieu. Puis une deuxième. Celle-ci traverse la première qui s'écorchent, comme on écorche un coeur. Tu abaisses l'arme et regarde le résultat.

- Si je ne l'étais pas, je ne serais pas moi.

Tu tournes la tête, cette fois tu as cet air aristocrate. Ce froid glacial qui s'installe. Le mur que tu as construit pendant tant d'année se lève. On ne force pas la porte Werner, on toque avant, on laisse la personne te laisser rentrer. C'est comme ça la vie. La curiosité est vraiment un vilain défaut chez toi. Tu devrais te méfier de toi-même. D'Alhena.

- Et je ne pense pas non plus que tu serais là, aujourd'hui à mes côtés... Autre chose peut-être ou on peut continuer ?

Soit elle serait morte, soit elle serait tellement différente que vos routes ne se seraient jamais croisé. En bien ou en mal. Peut-être serait elle déjà au pied du Seigneur des Ténèbres, ou l'aurait-elle tuer et pris sa place tellement sa folie aurait pris place ? Ou alors alors à l'inverse, serait-elle en train de l'affronter à pleine dent. Suant d'eau et de sang pour les moldus...

La troisième flèche s'envole et vient se planter dans les deux autres.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Kohane W. Underlinden, le  Lun 26 Sep 2016 - 11:37

Un gouffre. C'est un gouffre immense et effrayant qui s'ouvre devant moi tandis que le mutisme d'Alhena ne fait que le renforcer. Le sillon se creuse, de plus en plus profondément. Les bords s'écartent pour laisser entrevoir ce qu'il y a, là-dessous. Rien de bien précis, rien de bien visible. Rien qu'elle ne veuille dire.
Mais un seul mot.
Souffrance.

Je reste immobile à regarder Lena dans son silence. Cette protection, cette carapace qu'elle a dû se forger au fil des ans. Cette bulle impénétrable ou qu'elle aimerait ainsi. Un espace dans lequel je tente de pénétrer. Pour savoir... découvrir... le reste... ce que je ne sais pas... les dessous de ses airs froids.
Je l'entends vaguement me parler du poignard. Qu'elle se tient prête à m'offrir si je parviens à la maîtriser. Une arme qui était à son père. Je ne dis rien. Mais secrètement, sa phrase ne fait que renforcer cet étrange attachement que j'ai pour elle.
Elle serait prête à me donner quelque chose qui appartenait à son père.
Une part d'elle.
Une part de sa famille.
A moi.
C'est un lien invisible mais plus fort que n'importe quel autre lien.
Un  fil transparent plus solide que tout autre fil.
Une part d'elle. De son histoire. Dans cette arme.

Elle bande l'arc, tire. Tire encore une fois.
Ca fait mouche. Deux fois.
En plein coeur. Puis dans le coeur du coeur.
Ca saigne, n'est-ce pas ? A l'intérieur.
Ca saigne.
Tu n'sais pas quoi faire. Ou tu ne veux pas savoir quoi faire. Tu te dis que de toutes les façons, c'est comme ça.
Le coeur cloué d'une flèche, l'organe qui palpite et souffre. Ce n'est pas Cupidon qui a tiré. Ce sont les Ombres, c'est le Diable, c'est la Violence, c'est la Brutalité. Ce n'est pas d'un feu d'Amour qu'on se consume ; c'est d'un feu de Rage, Douleur véritable et insupportable.
Ca fait mal.
Alors que le sang coule de cette plaie béante.
Du gouffre.
De la faille.
Ca brûle. On aimerait que ça s'arrête et ça ne s'arrête pas. On aimerait pouvoir retirer la flèche et elle résiste. Rien à faire. On se traîne avec cette douleur au plus profond de soi. On gémit en silence. On serre les dents ; on ne veut pas pleurer. Alors on se construit une armure. Pour empêcher que de nouvelle flèches puissent nous atteindre. On apprend à vivre avec celle qu'on a déjà dans notre corps.
On avance.
Parce qu'il le faut.
Hein, n'est-ce pas ?
Parce qu'il faut bouger dans la vie.
Au risque que le monde continue sans nous.
Nous laissant dans le néant.

- Si je ne l'étais pas, je ne serais pas moi.

Elle reporte son attention sur moi.
Et le froid. Encore. Encore.
Je n'en ai cure. J'ai pris l'habitude, avec elle. Le froid, la tristesse, la plaie. Qui saigne. Les tout petits sourires, les moments plus doux. Alhena, c'est tout à la fois.

- Et je ne pense pas non plus que tu serais là, aujourd'hui à mes côtés... Autre chose peut-être ou on peut continuer ?

Je garde le silence.
Elle ne veut pas parler. Elle continue de ne lancer que des mots. Sans rien derrière.
Alors que c'est gros comme une maison. Une montagne.
Le sang qui s'échappe, la flèche plantée, la souffrance.
Elle ne veut pas parler.
Et ça ne m'étonne pas.
Mais aujourd'hui, c'est différent. Parce que, pour la première fois, je vois clairement le gouffre de son âme.
Pour la première fois, je réalise à quel point il est profond.
Je pourrais tomber. Je pourrais chuter. Sans fin. Ou me noyer. Couler à pic. Sans témoin.
Je ne devrais pas trop m'approcher de peur qu'il ne m'attire. Qu'il ne m'attrape.
Je ne devrais pas et pourtant...

Le gouffre est là, puant la douleur, l'amertume des larmes enfouies.
Et je crois m'avancer vers lui.
Physiquement, je ne bouge pas.  Il n'y a que mon esprit. Qui vogue. Tend le cou pour essayer de voir.
Du Noir tellement c'est profond.
Tellement le mystère Alhena est épais.

Du Noir.
Rien que ça.
Et des relents de souffrance.
L'âme déchirée de l'autre.
Qu'on ne peut recoudre. Parce que ce qui est fait est fait.
Mais sur laquelle on peut essayer de passer le l'onguent.
Apaiser le mal.
Minimiser.
Apprendre à vivre avec mais vivre mieux. Accepter le passé, regarder l'avenir, ne pas nier ce qui est arrivé. Ne pas cacher. Ne pas tout garder. Trop lourd fardeau pour des épaules humaines.

Du coin de l'oeil, je vois la troisième flèche qui fuse.
J'aimerais lui dire d'arrêter. De torturer ce coeur. Ca fait trop mal.
Ca saigne.
Doucement, je m'approche un peu plus, tend le bras vers le sien, y pose ma main.
Baisse ton arc. Ca sert à rien. De continuer de blesser comme ça.

-Je ne te demande pas pourquoi tu es toi.


Silence. Lourd.
Le froid, le gouffre, l'amertume.
Tout est mêlé.

-Je ne te demande pas d'imaginer ce que ce serait, si tu n'étais pas comme ça.


Encore se taire.
Parce que les mots ont du mal à trouver leur chemin.
Parce le gouffre est toujours là, bien trop proche.
Et soudainement, j'ai peur d'y plonger si je continue.
J'inspire profondément.
Non, je ne vais pas tomber. Il faut que j'aie confiance.
En quoi ?
Je ne sais pas.
Un dieu, des dieux, une série de divinités. En moi. En Lena.

-Je te demande juste pourquoi tu souffres autant.

Un dernier silence.
Un dernier soupir.
Le bord est là, juste là. En dessous, je vois le Noir et les profondeurs. Frisson.
Je ne tomberai pas.

-Tout le monde a des failles, des faiblesses. Mais toi... tu en as une comme j'en ai rarement vue.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Alhena Peverell, le  Sam 1 Oct 2016 - 23:01

Musique

The Sun's Gone Dim...
And The Sky's... Turned Black...
Cause I Loved Her...
And She Didn't Love Back...

- Je ne te demande pas pourquoi tu es toi.

Les violons résonnent. Les cordes s'activent et grincent. Ça fait mal. Tu sens que ça arrive. Que le coup de poignard final va t'abattre.

- Je ne te demande pas d'imaginer ce que ce serait, si tu n'étais pas comme ça.

Tu te braques.
Un goût d'amertume.
D'acide, d'acier.

- Je te demande juste pourquoi tu souffres autant.

Pourquoi Kohane ?
Pourquoi tu as tant besoin de savoir ? De retourner sans cesse le couteau dans cette plaie béante, pleine de sang. N'est-ce pas évident ? Tu ne vois pas déjà quelle est la cause de sa souffrance sur son visage ?

Regarde,
Observe attentivement.
Contemple ses yeux,
Sa bouche,
Sa peau,
Ses cicatrices sur la peau.

Es-tu en mesure de comprendre ?
Peux-tu accepter de voir la vérité sans qu'elle ait besoin de la dire ?
Ça lui écorche les lèvres,
Lui fait saigner le coeur
Et brûle ses poumons d'en parler,
Tu le sais bien.
Pourquoi, alors, insistes-tu ?
Encore

- Tout le monde a des failles, des faiblesses. Mais toi... tu en as une comme j'en ai rarement vue.

Un jour je suis morte Werner... Et je ne me suis jamais réveillée.

Il fait froid dans la pièce.
Comme si le décor avait changé.
Tout a changé.
Tu es projetée en arrière.
Les flashs défilent devant tes yeux.
Le silence règne...

L'arme glisse de ta main.
Elle tombe,
Résonne sur le marbre froid,
Un carrelage d'argent,
Pour remonter le temps.

The Sun's Gone Dim...
And The Sky's... Turned Black...
Cause I Loved Her...
And She Didn't Love Back...

Les souvenirs glissent dans une petite fiole,
Tu en gardes une dans ta poche,
Comme te le conseille toujours Malicia.

Tu lui tends le couteau et ton passé,
Elle pourra y voir des brefs passages de ta vie,
Les mots acerbes de ta mère, de tes soeurs,
La vie et la haine,
Les enterrements,
Toi à cinq ans dans cette forêt,
Les morts que tu as vu,
Les étoiles et Elle,
Son bannissement.

Tu lui donnes une semi-vérité,
Il n'y a pas tout
Rien du tout.
On oublie,
La trahison de Flint, de Keats,
Les tortures de ton père, de tes frères,
Celles en général,
Les enfants qu'on t'a enlevé des bras,
La disparition de ta soeur,
Le démon...

- Curiosité satisfaite ?

Tu prends le peu d'affaire qu'il te reste. Pas un regard pour elle.

Les grandes portes de la mort s'ouvrent devant toi...

Fin du RP pour moi


Dernière édition par Alhena Peverell le Dim 16 Oct 2016 - 18:12, édité 1 fois
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Kohane W. Underlinden, le  Dim 16 Oct 2016 - 17:43



Le silence pesant.
Entre deux âmes qui se dévisagent. Se contemplent. Sans mot.
Une souffrance peinte, reflétée dans les yeux. Les larges et profonds sillons dans la peau. L'abîme de la douleur. Sur sa chair pâle.
Elle se tait et je la fixe.
Aussi simple que ça.

J'ai l'impression qu'à chaque seconde écoulée, je fais un pas de plus. Infime. Minuscule. Mais supplémentaire. Vers le vide. Le vide Alhena.
La présence de son Mal devient de plus en plus présente. Oppressante.
Tout comme son silence.
J'aimerais qu'elle parle !
Qu'elle dise...
n'importe quoi.
Juste un son. Une parole hautaine, comme elle sait si bien le faire.
Mais qu'elle dise une chose.
Ne pas laisser ce sans-mots.
C'est trop angoissant.

La boule qui remonte un peu dans la gorge.
Je me suis obstinée.
A présent, j'ai l'impression d'être allée loin. Trop loin.
A trop vouloir toucher du doigt ce qu'elle me refuse...
Et en même temps, je ne parviens pas à tout à fait regretter cette obstination. Parce que je la sens. Basculer. Osciller. Un peu oui, un peu non. Elle ne dit rien. Veut parler. Peut-être. Donner un peu d'elle. De son abîme.
Et pourtant, tout semble trop dur. Pour franchir le seuil de ses lèvres.
Tout semble faire trop mal. Trop souffrir.
Extorquer ces paroles, c'est la torturer.
Elle ne peut pas parler.
Bouche cousue.
Et moi, je ne veux que ça.
Ses mots.
Ses bribes de mots.
Pas pour réparer le gouffre -j'en suis incapable. Mais pour le comprendre.

La douleur, j'en ai expérimenté une partie, moi aussi. Pas la même que la sienne. Elle ne se manifeste pas sous la même forme. Mais moi aussi, j'ai eu mal. J'ai toujours mal. Parfois, je crois que la plaie s'est refermée. Alors qu'elle continue de saigner. Rien ne peut la vaincre. Rien ne peut la faire cicatriser.
Je vis avec.
Parce que j'ai pas le choix.
Rachel m'aide énormément. Elle me soutient comme je la soutiens.
Et on parvient à avancer comme ça.

Toi aussi, Lena, tu aurais besoin de quelqu'un comme ça.
Une épaule.
Parce que, quoi que tu puisses en dire, tu en crèves d'envie.
C'est juste humain.


L'atmosphère est glacée.
Par les souvenirs refoulés.
Le bruit de l'arme qui tombe au sol. Ca résonne. Mais c'est lointain.
On est dans une bulle. Où les bruits extérieurs sont étouffés.

Soudain, un geste.
Alhena met d'elle-même en bouteille.
Son esprit, ses souvenirs.
Une partie coule dans une fiole.
Elle ne veut pas, ne peut pas parler.
Mais elle veut bien montrer. Un pan. Du gouffre.
Je ne m'attends pas à ce qu'elle dévoile tout.
Cependant, son geste n'en reste pas moins incroyable. Elle qui, tout ce temps, a évité, esquivé les questions. Se cachant derrière ses airs hautains. Son ton glacial.
Aujourd'hui, elle donne. Un peu. D'elle.

Je la vois me tendre la fiole.
Et le poignard.
Un double cadeau. Inestimable.

- Curiosité satisfaite ?


Elle récupère ses affaires. Prête à partir. Pas un regard. Comme si elle regrettait. Ou voulait nier. Ce qu'elle vient de faire.
Mes doigts se crispent sur la fiole de verre. Sur le manche du poignard.
Sur ces deux objets, deux fragments d'âme blessée.
Mes doigts se crispent à en devenir blancs.

Et je bondis presque.
Mon deuxième bras part en avant.
L'attraper avant qu'elle ne s'échappe.
Il se pose sur celui de Lena.
L'arrêter.
La forcer à me regarder.
Dans les yeux.

Fixer ses pupilles émeraude.
Un éclat de reconnaissance dans mon regard sombre.
Ne plus savoir pourquoi on l'a retenue.
Pour dire quoi.

Et un mot.
Sort tout seul.

-Merci.

Lâcher son bras. La laisser partir.
L'autre main serrant toujours aussi fort la fiole. Le poignard.
Juste merci.
Ca suffit.
Jusqu'à la prochaine fois.

[Fin du rp pour moi]

Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Devon Starck, le  Ven 24 Fév 2017 - 11:28

PV Azaël
L.A accordés

Entraînement improvisé


Les semaines passaient à une vitesse folle et cela faisait déjà trois mois qu'Azphel était Garde-Chasse de Poudlard. En y pensant, le poste lui avait déjà apporté beaucoup, en plus de l'avoir empêché de se morfondre dans de tristes pensées au quotidien. Il s'était fait une réputation chez certains élèves, par forcément bonne, mais il veillait à entretenir une empathie envers son poste et son côté accueillant, bien aidé par Duchesse, et avait renoué son amitié avec Kyara et se familiarisait avec le château avec une aisance exemplaire, même s'il avait pris la fâcheuse habitude de le faire au beau milieu de la nuit. Son passé d'élève et de Directeur de maison lui permettait de connaître le château comme sa poche, les heures où il était bon de s'infiltrer et celles qu'il valait mieux éviter.

Ce soir-là, il quitta sa cabane alors que la lune était au plus haut, aux alentours de vingt-trois heures trente, une heure qu'il jugeait propice pour se balader dans le château. Hormis pour les élèves qui aimaient contourner le règlement, c'était une heure où régnait en général un sommeil de plomb et où les rares tableaux encore éveillés ne manifestaient pas de surprise sur votre passage, bien trop occupés à vivre dans leur peinture insignifiante. Une cape légère sur les épaules, le mage noir avait gagné la porte principale et s'était dirigé vers les escaliers, marchant avec assurance. Il n'était "que" Grade-Chasse, mais si un adulte le voyait là, il restait persuadé de ne pas être importuné. Beaucoup se souvenaient de lui en tant que Directeur et il connaissait familièrement le concierge, le professeur de Métamorphose et celui  de Soins aux Créatures Magiques.

Azphel grimpa dans les étages et n'entendit pour seuls bruits que les ronflements d'un personnage en armure, allongé contre un arbre dans un tableau morne, à hauteur du troisième étage du château. Ce qui l'intéressait ce soir se trouvait beaucoup plus haut et il gagna le septième étage comme une ombre. Quelques pas félins de plus et il se trouva devant ce qu'il cherchait : l'entrée de la Salle sur Demande.
Même si, dans le fond, il ne savait pas vraiment ce qu'il cherchait. Un endroit pour se poser au calme, pratiquer la magie avec sa nouvelle baguette, sans craindre de réveiller la forêt ? Une salle d'entraînement. Toutes pensées bloquées vers cette envie, il ferma les paupières et se concentra sur pareille salle. Dans une autre vie, il y était venu et savait qu'elle existait. Après de brèves secondes, la porte lézardée de reliefs ferrailleur se matérialisa et Azphel la contempla avec un grand sourire. C'est alors que sur sa droite, surgissant des escaliers, il remarqua qu'une silhouette s'était avancée vers lui.

Azphel plissa les yeux pour mieux la voir et...
- Azaël ?

Le jeune Serpentard était-là en effet, devant lui, son visage d'apollon reconnaissable sans doute possible. Azphel se souvenait d'un garçon plutôt discret en tant que professeur et d'un fêtard assumé en tant que Garde-Chasse, depuis qu'ils avaient partagé de l'alcool et des plantes comestibles dans les serres et dans le château... Il savait relativement peu de chose du jeune homme, si ce n'est qu'il n'avait pas une mauvaise opinion de lui. Il devait être aux alentours de minuit et Azaël ne pouvait avoir aucune raison valable d'être là. Mais même si Azphel était un adulte presque responsable, il n'en avait pas vraiment non plus de venir se balader dans le château.
Le regard du mage noir se posa sur la porte de la Salle sur Demande, sachant que derrière, il aurait à sa disposition tout un nécessaire de mannequins et d'objets à maltraiter, pour faire parler les sorts noirs de sa nouvelle précieuse. Il parla familièrement au jeune serpent :

- Tu ne fais que passer, ou tu as le temps pour un petit entraînement ? J'allais tester ma baguette, tu es partant ? demanda le mage noir en montrant la Salle sur Demande d'un mouvement de tête. J'ai toujours de ma boisson favorite avec moi, si jamais tu as peur de t'ennuyer.

Azaël sembla méditer la question quelques secondes puis hocha la tête en se rapprochant d'Azphel.
- Pourquoi pas ?

Un léger sourire avait déformé son visage et Azphel le lui rendit. Ensemble, ils entrèrent dans la Salle sur demande qui déboucha sur une vaste pièce qui s'étendait sur plusieurs centaines de mètres. Il y avait de tout à l'intérieur, carrés préparés pour se reposer et se détendre, fauteuils et lits confortables, espaces d'entraînement avec des armures et mannequins calcinés et tout un attirail d'objets sorciers ou moldus qui avaient dû servir à tuer bien des innocents au fil des siècles de guerres... Les derniers à avoir occupé cette pièce ne devaient pas être des enfants de choeur... Ça tombait bien, Azphel non plus.

Le sorcier alla se débarrasser de sa cape sur un canapé confortable et en sortit à l'intérieur ses cigarettes, une bouteilles de whisky, deux verres et surtout sa précieuse baguette. Il s'assit et invita Azaël à faire de même d'un regard.
- Une clope, un verre avant de commencer ? Faut que je teste ma dernière acquisition.

Il tenait son arme dans les doigts et la tendit à Azaël pour qu'il la regarde. Il s'alluma une cigarette, poussa le paquet dans la direction de l'élève, et dévissa le bouchon de sa bouteille.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Azaël Peverell, le  Jeu 2 Mar 2017 - 19:01

Une nuit comme les autres au château. C'est à dire une nuit où t'es incapable de trouver le sommeil. Et t'as même plus la moindre bouteille pour passer le temps. Tu te tournes et te retournes dans ton lit en essayant de dormir tandis que tes camarades de dortoirs ronflent comme c'est pas permis. Après une énième envie de meurtre qui traverse ton esprit histoire qu'ils fassent moins de bruit, tu décides de prendre les choses en main. T'as vite fait de te rhabiller et de quitter la pièce sans le moindre bruit. Tu sais pas trop quoi faire, encore moins où aller.

Parce que t'as pas forcément envie de passer une nouvelle nuit dehors, malgré les étoiles qui veilleraient alors sur toi. Tu traverses les cachots, remontes les escaliers du château. Et tu ne t'arrêtes pas en si bon chemin. Tu n'allumes même pas ta baguette, te contentes de te déplacer dans la semi obscurité ambiante, en prenant les chemins que tu pensent peu empruntés du personnel. Histoire de ne pas te faire raccompagner directement au dortoir. T'as envie de bouger, de te défouler. Ou simplement de faire quelque chose. Sortir de l'inactivité. Alors c'est le moment ou jamais.

Encore des escaliers. Des volées de marches qui se succèdent. Tu grimpes toujours un peu plus. Pour atteindre l'étage de la Salle sur Demande. Sauf qu'une fois dans le couloir, tu vois déjà une silhouette devant. Une silhouette adulte, t'en es quasiment persuadé. T'hésites à faire directement demi-tour. Disparaître par là où t'es venu. Pour pouvoir continuer à te balader tranquille à défaut de faire réellement ce que tu veux. Mais t'es repéré. La silhouette dit ton nom. T'approches d'un pas, vois enfin son visage. Le reconnais. C'est le Garde-Chasse. Il a pas l'air d'avoir envie de te prendre la tête, alors tu vas à sa rencontre.

Après tout, vous avez passé une bonne soirée la dernière fois. Il n'a pas l'air d'être trop à cheval sur les règles, et n'est pas le dernier pour ce qui est de s'amuser. D'ailleurs, il ne semble pas t'en vouloir pour ta présence ici, alors même que tu violes le couvre-feu pour la énième fois. C'est d'ailleurs étonnant que, étant donné ta malchance légendaire, tu ne te sois pas fait prendre plus de fois à te balader hors de ton dortoir en pleine nuit. Mais visiblement, ce soir, ça va bien se passer. Il te propose un entraînement pour tester sa nouvelle baguette. T'hésites un instant, t'es pas sûr d'être un adversaire vraiment intéressant pour lui.

Mais il a vite fait d'ajouter qu'il a du whisky avec lui. Du coup, plus aucune hésitation à avoir. T'acceptes la proposition, et même avec un léger sourire. Parce que l'alcool manquait justement à ta soirée, et que quand c'est si gentiment proposé, il n'y a absolument aucune raison de refuser. Tu rentres dans la salle à sa suite, tout en observant rapidement les lieux. Différents espaces aménagés, que ce soit pour se reposer ou pour s'entraîner. Et des objets de tous genres, même certains dont tu ignores totalement l'utilité.

Direction un canapé. Tu t'assois, avec un sourire qui s'élargit en voyant Azphel sortir la bouteille de whisky et les verres de sa cape. Vous commencez directement par la partie la plus intéressante de la soirée visiblement. C'est pas pour te déplaire. Tu prends une cigarette dans le paquet et l'allumes en prenant une bonne bouffée. Tu fumes pas forcément habituellement. Ou du moins pas que du tabac. Mais en buvant l'apéro, c'est plutôt agréable.

- Merci.

Voilà que t'es poli même. Comme quoi, il n'en faut pas tant que ça pour te mettre dans de bonnes dispositions. T'attrapes la baguette qu'il te tend pour l'observer rapidement. T'y connais pas grand chose après tout, mais faut bien dire qu'elle a de la tronche avec le serpent qui l'ornemente. Tu lui rends au bout de quelques secondes à peine. Notamment parce qu'il vient de verser le whisky dans les verres. Alors t'attrapes le tien, histoire de pouvoir trinquer.

- Elle est plutôt stylée. A la tienne !

Et tu prends une gorgée. Histoire de pas faire trop alcoolique et d'avoir à te resservir directement. Même si c'est ce que tu fais habituellement. De toute façon, si tu dois t'entraîner avec lui après, il vaut mieux que tu gardes un minimum tes idées claires. En espérant que ce soit suffisant pour pas te prendre une raclée mémorable. Mais globalement, tu peux que faire mieux que ton dernier duel ici, face à Benbow.

- Ça t'arrive souvent de vouloir tester tes nouveaux achats en pleine nuit ?



Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Devon Starck, le  Jeu 6 Avr 2017 - 15:55

PV Azaël


Entraînement improvisé


À travers la couche de fumée qui s'échappait de ses lèvres, Azphel observait Azaël qui contemplait la baguette magique entre ses doigts. Le garde chasse ne savait pas trop quoi penser de l'élève devant lui, qui n'avait rien du parfait exemple de prime abord. Si Azphel avait dû classer le jeune bellâtre de Serpentard dans une catégorie, cela aurait davantage été dans les petits co*nards prétentieux que dans les premiers de la classe, encore que le catalogage aurait été plus physique qu'autre chose. Mais paradoxalement, cet à-priori qu'il avait sur lui plaisait beaucoup au mage noir. Azaël semblait être tout ce qu'il n'aimait pas particulièrement chez une personne, hormis sont goût déjà trop prononcé pour la débauche, en dépit de son jeune âge, qui lui rappelait l'alcoolique notoire qu'il était.

- Elle est plutôt stylée. A la tienne !
Azphel récupéra sa baguette et leva son verre avant de boire une gorgée beaucoup plus grosse que le jeune serpent en face de lui.
- Ça t'arrive souvent de vouloir tester tes nouveaux achats en pleine nuit ?
- Non. Enfin, j'aime me balader la nuit. La plupart des regards sont endormis. Non pas que je souhaite pas être vu, mais j'aime pas quand l'extérieur dévisage trop. Et le jour, il est préférable que l'on me voit aux abord de ma cabane ou dans la forêt interdite, plutôt qu'à m'éclipser dans la salle sur demande.

Azphel continua de boire lentement son verre, finissant sa clope, pensif, les yeux rivés sur Azaël. Il se demandait ce qu'il allait faire de lui, s'il allait le faire participer ou non à sa soirée ou l'autoriser à glander sur le canapé à vider son whisky et ses clopes, choses pour lesquelles il le savait doué. Le mage noir ne ressentait pas l'envie de s'occuper du jeune sorcier, mais maintenant qu'il l'avait invité, il se demandait où le gamin se situait en matière de magie, aussi bien son niveau que sa vision globale de l'art. Il était peut-être très bon et expérimenté, au contraire de ce que sa tête à claque pouvait laisser penser.

- Tu sais te battre en duel ? Faire exprimer conjointement avec ta baguette ta colère plutôt que de te laisser dominer par tes peurs ?
Le regard du Garde Chasse était braqué dans celui de l'étudiant. Il ne comptait porter aucun jugement sur les réponses qu'il lui donnerait, mais était très attentif à ce qu'il allait dire.
- Parce que c'est très important. Une des choses que Poudlard n'enseigne pas forcément, c'est la maîtrise de soi. Si tu n'en as pas, tu peux être le propriétaire d'une bonne baguette, tu resteras une lavette. Et se bourrer la gueule au whisky (Azphel prit la bouteille et remplit leurs verres disant cela) ne t'aidera absolument pas. En revanche, si tu sais te montrer maître de tes émotions, sans états d'âme en quelque sorte, c'est là que la magie devient jouissive... Il but dans son verre avant d'ajouter : Viens avec moi.

Le mage noir se releva du canapé, l'Inconnue calée entre ses doigts. Il se demandait jusqu'où irait la complexité de sa relation avec sa nouvelle baguette. Il ne s'en était servi jusqu'ici que pour des sortilèges rudimentaires, et il savait, de part les matériaux choisis lors de sa fabrication, qu'elle risquait de ne pas s'exprimer pleinement si lui-même n'en avait pas envie. Il prit une deuxième cigarette qu'il s'alluma et alla en direction d'un tatami entouré de divers objets destinés à souffrir la douleur en lieu et place d'être humains. C'était moins drôle forcément, et un peu idiot de croire que lancer un Doloris sur un mannequin préparait une âme à supporter les conséquences d'un tel acte sur un sorcier ou un moldu.

En coups de baguette fluides, des mannequins plus ou moins amochés se positionnèrent tout autour du tapis, entourant les deux sorciers.

- Tu vas sortir ta baguette et me montrer si t'es capable de te débarrasser des forces du.... de ces mannequins à la c*n.

Azphel tira une longue bouffée sur sa clope, laissant une cendre s'écraser à ses pieds, élevant l'Inconnue devant ses yeux.
- Je te montre deux ou trois banalités, libre à toi de t'en inspirer. Si je vois que t'as un peu de talent, on fera un duel. Si t'en as pas d'autre que pour la fume et les boissons.... on fera quand même un duel.

Le sorcier pointa sa précieuse, bras tendu, sur le mannequin face à lui.
#Electrocorpus ! Le jet de lumière électrifié alla carboniser le torse du mannequin en une salve bleue brûlante.
#Bombarda ! lança-t-il sur la silhouette la plus éloignée d'eux, qui explosa, tête arrachée du corps, en un bruit sourd.
#Avada Kedavra ! hurla-t-il en direction de son voisin, qui réceptionna le jet de lumière verte en un son étouffé, gardant pour unique marque un cercle noir sur le point d'impact du sortilège de mort.
Avec un demi sourire, Azphel se retourna vers Azael :
- Essayes de me surprendre.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Azaël Peverell, le  Sam 29 Avr 2017 - 19:40

T'écoutes vaguement la réponse du garde chasse à ta question. T'es plus occupé à reprendre quelques gorgées de whisky et à tirer sur ta clope qu'autre chose. Mais t'as saisi l'idée générale. Et tu ne peux que comprendre son point de vue sur la nuit. C'est un autre monde qui s'ouvre. Un monde plus calme, plus loin des autres. Plus sombre aussi. La nuit ramène à la solitude. Mais elle reste pourtant bien plus belle et agréable à tes yeux qu'une journée ensoleillée. Tu t'y sens davantage à ta place. Tu as moins l'impression de gêner, de déranger. C'est comme si la nuit te donnait le droit d'exister. Une sorte d'autorisation à vivre, à être ce que l'on est et pas ce que l'on doit montrer. Ses propos se tiennent. Il est quand même là pour bosser, donc c'est vrai que ce serait plutôt étrange de venir ici en pleine journée pour lui.

Tu te contentes donc d'un simple hochement de tête pour lui répondre. Histoire de montrer que t'as bien compris, sans pour autant relancer le sujet. T'es pas hyper doué pour faire la conversation. T'as pas franchement l'habitude. Et puis, parler, c'est pas ton truc. Ou alors faut vraiment que tu sois dans un bel état. Mais là c'est pas le cas. Tu finis ton verre, et ta clope avant de reporter ton attention sur Azphel. Qui est justement en train de te regarder. Inconsciemment, tu détournes les yeux, jouant avec les quelques gouttes d'alcool qui restent au fond de ton verre. Il peut parler des gens qui dévisagent, il a l'air plutôt doué lui-même. T'aimes pas ça. T'as l'impression qu'il est en train d'essayer de t'analyser, et les gens qui font ça sont flippants. Mais tu ne dis rien. Après tout, il a des clopes et du sky, tu vas pas te barrer tout de suite sous prétexte qu'il t'a regardé.

- Tu sais te battre en duel ? Faire exprimer conjointement avec ta baguette ta colère plutôt que de te laisser dominer par tes peurs ?

Léger froncement de sourcils de ta part. Tu ne sais pas trop quoi répondre à cette question. T'aimerais être meilleur. Parce que le seul et unique vrai duel que tu as fait a été un véritable échec de ton côté. Une exposition de tes faiblesses en bonne et due forme. Tu t'es ramassé, perdu d'abord dans ta colère, puis dans tes peurs. T'es persuadé que sans cela tu aurais pu faire mieux. Après tout, une fois un peu plus calme et réfléchi, t'as réussi à toucher Benbow. Tes émotions prennent trop souvent le dessus, tu le sais parfaitement, mais t'es incapable de les maîtriser. Elles te fauchent de plein fouet, te forcent à agir sous leur coupe. Elles te font faire d'innombrables erreurs. Et elles te rendent plus faible. Mais malgré cela, tu ne parviens pas à t'en débarrasser. Reprendre le contrôle est toujours difficile, parfois même impossible si tu es seul.

- Pas tellement. Disons que je m'y emploie...

T'es persuadé de faire ce que tu peux de ce côté-là. Et pourtant, tu t'es contenté de gagner l'aide de Benbow. Quelques entraînements de ton côté, mais sans adversaire réel, il est difficile de recréer les conditions d'un vrai duel. Sans compter le dernier cours de DCFM qu a suffi à te prouver que tout cela n'avait servi à rien. Que t'es toujours aussi impuissant face à tes peurs. Face à elles, ta volonté s'effrite, et disparaît. Tu reposes ton verre vide sur la table avant de passer ta main dans tes cheveux. Toujours le même geste lorsque tu es nerveux. Tu ne laisses rien paraître, mais ce mouvement revient, toujours.

- Parce que c'est très important. Une des choses que Poudlard n'enseigne pas forcément, c'est la maîtrise de soi. Si tu n'en as pas, tu peux être le propriétaire d'une bonne baguette, tu resteras une lavette. Et se bourrer la gueule au whisky ne t'aidera absolument pas. En revanche, si tu sais te montrer maître de tes émotions, sans états d'âme en quelque sorte, c'est là que la magie devient jouissive... Viens avec moi.

Tu ne peux t'empêcher d'esquisser un léger sourire aux mots qu'il prononce en remplissant à nouveau vos verres. Drôle de manière d'appuyer ses propos, mais ça te va. Et tu veux bien le croire lorsqu'il dit que la maîtrise des émotions est nécessaire pour profiter pleinement de la magie. Tu aimerais pouvoir les cacher. Les oublier, le temps de quelques instants. Les mettre de côté. Mais à chaque fois que tu essaies de faire ça tu finis par exploser. Ça finit toujours par se retourner contre toi. Tu dois t'y prendre mal. Ou alors c'est simplement au dessus de tes forces. Mais dans ce cas ton "père" avait raison à ton propos. Et ça, tu refuses de l'accepter. Même si tu ne pourras jamais te venger, tu veux prouver qu'il avait tort. Que tu vaux plus que ce qu'il pensait, même si ça reste pas grand chose.

Tu bois deux bonnes gorgées de whisky avant de te lever pour suivre le Garde Chasse. Sans un mot, comme une sorte d'automate. Il t'a dit de venir, donc tu viens. Parce qu'il paie le whisky, et qu'on obéit au type qui ramène le whisky. C'est une règle de base. Direction le tatami donc. Tu le regardes un instant tandis qu'il met les mannequins en marche. Ils vous encerclent bientôt. Tu ne sais toujours pas exactement ce que tu fous là. S'il veut essayer sa nouvelle baguette sur des mannequins, il n'a pas franchement besoin de toi. Tu serais vachement mieux à rester sur le canapé à vider la bouteille et le paquet de clopes. Mais t'as dans l'idée que s'il t'a posé toutes ces questions auparavant, c'était pas juste pour meubler la conversation.

- Tu vas sortir ta baguette et me montrer si t'es capable de te débarrasser des forces du.... de ces mannequins à la c*n.

Bon bah au moins le principe est clair. Il veut voir ce que tu vaux. T'aimes pas trop sa façon de t'ordonner comme ça de sortir ta baguette. Mais tu laisses passer sans un mot, crispant simplement légèrement ta mâchoire. Après tout, faire tes preuves sur des mannequins, tu peux. T'es même pas trop mauvais là-dessus. C'est quelque chose que tu connais. Alors tu sors ta baguette comme demandé en acquiesçant d'un signe de tête.

- Je te montre deux ou trois banalités, libre à toi de t'en inspirer. Si je vois que t'as un peu de talent, on fera un duel. Si t'en as pas d'autre que pour la fume et les boissons.... on fera quand même un duel.

Ton regard se tourne vers lui. C'est qu'il serait presque condescendant là. Mais tu ne t'y attardes pas. Au contraire. Parce que t'as hâte de voir ce qu'il va te montrer. Et que t'es plutôt partant pour un duel. Après tout, t'étais sorti de ton dortoir avec un besoin certain de te défouler. C'est le moment ou jamais. Tu lui lances un sourire de défi.

- Ça me va !

Et la démonstration qui suit. Les deux premiers sorts ne te font ni chaud ni froid. Tu regardes les dégâts causés. Ses attaques sont d'une précision parfaite, mais tu les connais. Cependant, la dernière... Tu te raidis légèrement en l'entendant prononcer la formule. Tu regardes l'éclair vert frapper le mannequin en pleine poitrine. C'est la première fois que tu vois un sortilège de mort de tes propres yeux. Et t'es bien content que ce soit un simple mannequin qui le reçoive. Tu te demandes vaguement s'il l'a déjà réellement utilisé contre quelqu'un. Et s'il l'a fait quelle en était la raison. Quelques mots de sa part te sortent de tes pensées. C'est à présent à ton tour. Tu prends une profonde inspiration, te rendant compte que tu avais retenu ta respiration dès l'instant où tu as entendu la formule s'échapper de ses lèvres. Tu passes une nouvelle fois ta main dans tes cheveux avant de te concentrer, baguette en main.

Il reste trois mannequins. Tu pointes ta baguette sur le plus proche, en lançant un #Exteo Stattiga. Sort que tu maîtrises parfaitement. Que tu as répété encore et encore jusqu'à parvenir à viser correctement. Et sans surprise, les trois flèches se plantent dans leur cible. Une dans la gorge, une dans le coeur, la dernière dans l'épaule. Celle-ci aurait dû finir dans la tête. Mais passons. Tu ne t'attardes pas davantage sur ce mannequin. Tu lances directement un #Atshum Draconis afin d'asperger les deux autres, et tu suis aussitôt avec un #Incendio. La morve de dragon s'enflamme alors, laissant les deux mannequins se faire brûler tandis que tu te tournes vers Azphel, avec un petit sourire. T'es pas peu fier de toi, après tout, les trois seraient hors d'état de nuire, même si t'as utilisé des sortilèges plutôt basiques.

- Alors, surpris ?
Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Devon Starck, le  Dim 14 Mai 2017 - 9:56

Azaël


G estuelle du corps parfaitement souple et détendu, Azphel maîtrisait chacun de ses pas sur le tatami et épiait maintenant les réactions de Azaël. Il n'avait pas lancé l'Avada kedavra par hasard. Bien sûr, le balancer sur un mannequin ou un mur frisait le ridicule et n'enverrait jamais personne à Azkaban, mais avoir le courage d'exécuter ce sort capable de dévaster bien des vies était déjà, selon le mage noir, une preuve de courage en soi. Le but n'était pas de mettre Aza' mal à l'aise, mais de jauger sa réaction face à quelque chose d'imprévu et de potentiellement très dangereux pour lui. Si son visage ne marquait pas d'expression particulière, ses yeux un peu plus ouverts montraient au sorcier qu'il ne s'était pas attendu à ça, mais il était difficile de savoir à quel niveau se situait la peur en Azaël, sa façon de se lâcher sur les mannequins devrait permettre à Az de voir où il se situait niveau sortilèges...

Patientant, il termina sa cigarette avant d'aller se chercher un verre à leur petit coin aménagé. Il revint rapidement à hauteur de Azael qui se préparait à exécuter ses demandes sans broncher. Azphel se fichait bien de savoir si le jeune sorcier l'avait suivi par intimidation, par peur de décevoir un adulte ou simplement parce qu'il lui avait offert à boire et à fumer. Aza était libre de partir s'il ne voulait pas être là... Le mage noir ne gagnerait rien à sa présence, mais il aimait jauger les gens, voir où étaient leurs faiblesses et leurs forces, quelque chose que son père li avait appris à faire bien des années auparavant "... quelque chose d'essentiel pour ta survie Az'. Si tu sais dès les premiers instants déceler les hésitations et les assurances dans le comportement de tes adversaires, et que tu masques les tiennes, tu auras l'avantage..." La voix de son père avait surgit d'entre les morts dans sa tête et il braqua sur Azaël le même regard inquisiteur que son paternel lui avait adressé durant toute son adolescence.

L'enchaînement qu'exécuta le jeune Serpentard était presque parfait et Azphel ignora le fait que ses trois flèches manquaient de précision. Il était même impressionné que le jeune homme ait eu l'audace de mettre le feu aux mannequins pour terminer sa démonstration...
- Alors, surpris ?
Le garde-chasse but une longue gorgée dans son verre et reposa le regard sur Aza. Le jeune homme n'exultait pas mais il était facile de lire la satisfaction sur son visage. Azphel fronça le menton et hocha la tête.
- Plutôt oui... C'est vraiment pas mal du tout.
Il restait un peu pensif, se demandant où il en était lui-même au niveau des sortilèges à l'âge d'Aza. Le jeune homme était deux fois moins âgé que lui et il ressentait une certaine affection pour lui, se rappelant qu'à son âge il aurait bien aimé tomber sur un adulte qui lui aurait demandé de lui montrer de quoi il était capable... Le mage noir termina son verre et le tendit à bout de bras en direction d'Azael, sous entendu : Va le remplir s'il te plait, ramène nous quelque chose.

Il éteignit le feu qui achevait les mannequins à l'aide d'un Aguamenti et patienta jusqu'à ce qu'Azael ne revienne, avec deux verres pleins et le paquet de cigarette entre les mains. Azphel  lui sourit, amusé.
- Merci. On se pose cinq minutes ?
C'était une question mais il s'était déjà assis sur le tatami sans laisser de place à une réponse d'Azael. Ensemble, ils fumèrent une cigarette et savourèrent un autre verre de whisky, laissant un peu plus les pensées, les mélanges de présent et passé, se percuter dans l'esprit d'Azphel.
- De l'assurance, dit Azphel en regardant un mannequin. Tu en as fait preuve pour ta démonstration là et c'était très bien. Mais c'est ce qu'il te faut au quotidien, pour devenir un bon duelliste. Quelqu'un qui n'est pas sûr de lui perdra presque systématiquement un duel, à moins d'avoir une chance insolente de son côté... Essaie de te rappeler de ça, et tu progresseras très vite en duel. Le mage noir laissa s'écouler un silence suffisant. Tu peux travailler ça tous les jours. Parle avec des adultes, des personnes que tu ne connais pas... Invite une fille à sortir... ou un mec, c'est comme tu veux. Profite de toutes les situations en somme, pour penser à ça.

Azphel avait parlé sur un ton de camaraderie à Aza, sans chercher à entendre des détails sur sa vie et avait terminé son discours paternaliste d'un clin d'oeil. Il se rendit compte que si le whisky ne lui montait pas rapidement à la tête, il n'aurait peut-être rien eu à foutre de la présence d'Azael avec lui et de sa façon de se débrouiller en sortilège. Mais il était une bonne opportunité de juger de ce que la nouvelle baguette du mage noir valait en combat, alors il continua de garder un sourire amusé et chaleureux à l'intention du jeune homme.

Quand il se releva, il chancela un peu et rigola, constatant que l'alcool commençait à troubler ses sens. La suite serait intéressante...  Si Aza se montrait aussi efficace que face aux mannequins, il allait pouvoir juger des forces et faiblesses de son arme, ou alors il se retrouverait mis au tapis.
- Viens, dit-il en appelant Azaël d'un geste du bras.
Azphel se positionna au centre du tatami, baguette au bout de son bras relâché le long du corps.
- Attaque-moi, vas y.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Azaël Peverell, le  Jeu 18 Mai 2017 - 4:29

Tu regardes un instant les mannequins qui se font lécher par les flammes. T'as vraiment réussi ton coup. T'as recasé la combinaison de sorts dont Benbow vous a parlé lors de son premier cours. C'est à croire que t'arrives à écouter et retenir les choses quand tu veux. Il suffit que tu t'y intéresses un minimum. Mais de toute manière, tu ne demandes pas à être élu meilleur élève de l'année, simplement qu'on arrête de te considérer comme l'idiot du fond de la classe. Parce que t'as quand même quelques connaissances qui traînent par-ci par-là, et que t'es pas trop mauvais pour lancer des sortilèges. Disons que tu t'en sors mieux qu'en potions quoi. T'aimes juste pas la théorie. Ni rester enfermé, assis sur une chaise, à écouter quelqu'un parler. Et là, dans cette salle, t'as l'impression que tu peux t'amuser un peu, tout en apprenant quelques trucs. Parce que vu la démonstration qu'il t'a fait juste avant, le Garde-Chasse est loin d'être un débutant en la matière. Alors autant tirer profit de ses connaissances. D'ailleurs, sa réaction ne tarde pas à venir.

- Plutôt oui... C'est vraiment pas mal du tout.

Ton sourire satisfait s'élargit. Tu ne vas pas cracher sur un compliment. Et puis ça fait un bout de temps que tu n'en as pas reçu en plus, alors tu prends. T'attrapes le verre qu'il te tend sans te faire prier. Parce que t'as bien compris sa demande muette, et que tu n'es pas contre un nouveau verre toi aussi. Alors tu files remplir les deux, tout en prenant le paquet de clopes avec toi. Parce que quitte à prendre une pause, autant la prendre bien. Et puis t'as moins l'impression de te déplacer pour rien. Tu le laisses donc s'occuper d'éteindre les mannequins, et vous prenez une pause plus ou moins méritée. Ce qui ne l'empêche pas d'être très agréable. Tu bois ton verre sans trop te presser, et fumes ta cigarette en écoutant le discours d'Azphel.

Etre sûr de toi. C'est plus facile à dire qu'à faire. Quand tu sais que tu peux le faire, que tu l'as déjà fait, ou que c'est de ton niveau, il n'y a aucun problème là-dessus. Mais dès que tu te retrouves un peu en difficulté, ton assurance s'envole, et tu finis le plus souvent par faire les premières choses qui te passent par la tête sans réfléchir. Ce qui n'est jamais un bon plan. Au fond, tu sais très bien que t'as peur d'échouer, et ça te bloque. Parce que tu considères l'échec comme une faiblesse. Alors échouer lorsque tu t'entraînes seul, il n'y a pas de souci. Tu te contentes d'essayer, encore et encore, jusqu'à une maîtrise qui te convient. Mais échouer face à quelqu'un... C'est exposer une faiblesse. Et c'est dangereux. T'as peur que ça se retourne contre toi. Mais tu hoches légèrement la tête, pour montrer que t'as bien compris, et que tu feras en sorte de suivre son conseil. Du moins, tu essaieras.

En revanche, la suite de son monologue te tire un sourire quelque peu moqueur. Déjà parce que parler avec les gens, c'est pas trop ton truc, alors tu te vois mal aller vers eux simplement pour travailler sur ton assurance. Ce serait totalement intéressé et hypocrite. Et tu détestes les hypocrites. Tu préfères encore être seul que d'aller parler à quelqu'un simplement pour... Avoir une conversation. T'as du mal à saisir le principe. Parce que t'aimes pas beaucoup parler. Et que les gens que tu ne connais pas plus que ça, t'as pas forcément envie de les écouter non plus. Pour peu qu'ils se mettent à raconter leur vie, bonjour l'angoisse. Tu te sens quand même obligé de préciser une chose. Parce que t'as rien contre les gays, mais que tu préfères quand même mettre les choses au clair directement, des fois qu'il finisse par vouloir te faire des avances...

- J'préfère les filles.

Ouais, tu juges pas forcément utile de répondre à ses conseils. Tu les as entendu. Tu feras en sorte d'être au maximum sûr de toi en duel. Mais le reste... Ca t'es un peu passé au dessus. Cigarette terminée, tu bois le reste de ton verre cul sec. Histoire de te donner un peu de courage pour la suite des événements. Parce que t'as pas oublié que tu vas devoir te battre contre lui. Et tu sais pertinemment que t'as pas franchement le niveau et que tu risques de te prendre une jolie raclée. Mais rien ne t'empêche de donner tout ce que t'as. Après tout, sur un malentendu... Ouais, l'assurance risque d'être un peu plus difficile à trouver en le combattant qu'en attaquant de simples mannequins. Mais t'as bien réussi à toucher Benbow la dernière fois. Peut être que si tu parviens à conserver ton sang froid, tu parviendras à sauver l'honneur. Et à prouver ce dont t'es capable.

Tu te lèves lorsqu'il t'en donne le signe, serrant un peu plus ta baguette dans ta main. Le whisky monte un peu. Mais pour lui aussi. D'autant plus qu'il en a bu un peu plus que toi. Alors on va dire que vous êtes quittes sur ce niveau là. Et puis, tu passes tellement de temps à picoler que t'as plus l'habitude d'avoir de l'alcool dans le sang que d'être sobre, alors tu pourras pas franchement mettre ta future défaite sur ce compte là. Tu te rends soudainement compte que t'es déjà persuadé que tu vas perdre. C'est sans doute du bon sens, mis ça va déjà à l'encontre du conseil que le Garde-Chasse vient de te donner. Tu serres la mâchoire un instant. Il suffit d'y croire. Tu peux l'avoir. Il est là, debout, face à toi. Même pas en garde. Il attend simplement que tu lances le combat.

- Attaque-moi, vas y.

Tu ne te fais pas prier. Après tout, si tu commences, tu as l'avantage. Alors tu pointes directement ta baguette vers lui, en lançant un #Immobulus, aussitôt suivi d'un #Fitilla. T'as pas l'intention de te retenir. Après tout, vu la démonstration qu'il t'a fait, tu peux bien te lâcher totalement sans réellement risquer de le blesser.
Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
zphel
Devon Starck, le  Ven 16 Juin 2017 - 14:29

Azaël


Azael, s'il n'était pas le stéréotype de l'élève parfait, bosseur ou sportif, du moins dans les apparences, avait le mérite de répondre aux provocations d'Azphel, ne se démontant pas le moins du monde. Le Garde-Chasse connaissait déjà les penchants du jeune homme pour la débauche et n'avait de lui jamais pensé à un potentiel studieux ou réellement intéressé de la magie. Il était, dans sa vision, un élève parmi tant d'autres, qui voyait en Poudlard une étape permettant moult conneries et entorses aux règlements plutôt qu'une réelle initiation de la vie. D'ailleurs, prenant du recul sur sa propre expérience, volontairement isolée de contacts prolongés avec les autres élèves de l'école, Azphel se disait qu'il avait peut-être pris ses années à Poudlard trop au sérieux, faute à son éducation certes, mais quand même beaucoup trop ordonnée et obéissante. Aza' lui plaisait un peu pour ça, son côté je-m'en-foutiste, et d'apparence prêt à faire une absurdité à n'importe quel moment.

Totalement à l'opposé de ce que Azphel avait été.

Quand bien même, le jeune Liderick paraissait profiter de cette soirée dans la Salle sur Demande qui avait dû chambouler l'ordinaire de son quotidien. Le mage noir se demandait si l'élève voyait là une opportunité de s'améliorer, de quelque manière que ce soit, ou s'il l'avait simplement suivi en se remémorant leur soirée partagée entre alcool et plantes à fumer, se disant qu'il pourrait réitérer cet exploit éloigné de toute forme de bienséance.
Plutôt confiant et sûr de lui, le jeune Serpentard prit place face à l'ancien directeur de maison, réfléchit quelques secondes, puis lança le combat, sans sortilèges informulés, sans hésitations. Le sortilège d'immobilité frappa Azphel et il se sentit incapable de bouger, laissant le second sort envoyé par le sorcier le toucher de plein fouet, déclenchant une vive douleur de brûlures qui courut rapidement sur tout son corps. Il fallut quelques secondes au sorcier pour réagir, d'abord touché par une vive douleur qui lui arracha un cri qui se répercuta dans l'immensité de la salle d'entraînement, avant de mettre un terme aux deux maléfices d'un #Finite Incantatem. Quelques secondes lus tard, il  s'appliqua un Curos As Velnus qui calma aussitôt la brûlure infligé par le sort d'Azael.

- Pas mal pour un élève... lâcha un Azphel tout de suite plus concentré, baguette levée en garde, regard froid sur l'élève face à lui.

Il exécuta quelques pas latéralement, sa nouvelle baguette brandie sur le jeune homme, réfléchissant à toute vitesse pour décider de quel sort il allait lui envoyer. A la vue des maléfices qu'il venait de se prendre, Azphel n'avait aucune raison d'être tendre avec le jeune Serpentard. Il n'avait pas non plus l'intention de l'envoyer à l'infirmerie pour autant... Le mage informula un #Electrocorpus modéré, destiné à faire danser le sorcier plus qu'à le blesser sévèrement... Au pire, ça le piquerait un peu et l'irriterait, mais il avait tout de suite catalogué Azael et savait que des verres de whisky le calmeraient bien rapidement...

Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Azaël Peverell, le  Ven 30 Juin 2017 - 10:32

Alors même que tu pensais qu’Azphel n’aurait aucun mal à se protéger de tes sortilèges bien qu’il n’était pas en garde, les deux le frappent de plein fouet, lui arrachant même un cri au passage. Tu laisses une expression surprise passer sur ton visage à peine quelques secondes avant de te ressaisir. Un léger sourire se forme même sur tes lèvres. Après tout, tu peux être fier de toi, contrairement à Benbow, t’as réussi à le toucher du premier coup. Comme quoi, tout est possible. Cependant, le Garde Chasse ne perd pas de temps pour mettre fin aux sortilèges. Ton sourire s’agrandit un peu à ses quelques mots, mais s’efface bien vite en voyant dans son regard qu’il n’a pas l’intention de se laisser faire ainsi durant le reste du duel.

Il est à présent en garde, et bien plus concentré. T’espères simplement qu’il ne t’en veut pas. Ou plus exactement qu’il n’a pas l’intention de te faire payer cet affront. Alors qu’il fait quelques pas sur le côté, tu l’imites, de façon à rester toujours exactement dans la même position qu’auparavant par rapport à lui. Tu te concentres sur sa façon de bouger, comme pour t’assurer de conserver toujours la même distance de sécurité entre vous. Soudain, le sort part, informulé. T’essaies de riposter par un #Protego, mais il est malheureusement trop tard. La décharge électrique te frappe, se répercute dans tout ton corps, faisant se contracter tous tes muscles. Tu recules de plusieurs pas dans un léger cri. Tu te doutes qu’il n’y a pas mis toute sa puissance, sinon, tu serais probablement au sol, complètement sonné. Là, t’es toujours debout, par le plus grand des miracles. Simplement légèrement tremblant, avec la désagréable impression que ton corps entier est couvert de fourmillements intempestifs qui circulent à travers tes muscles et tes os.

Tu secoues légèrement la tête, comme si cela pouvait t’aider à te débarrasser de cette sensation des plus mal venues en plein duel. Et tu te concentres à nouveau sur le mage qui te fait face. Tu ne le quittes pas du regard. Pas vraiment pour trouver une quelconque faiblesse à exploiter, mais plutôt pour être sûr de pouvoir te protéger de sa prochaine attaque. T'as pas le droit à l'erreur, le moindre moment d'inattention et tu risques de te faire à nouveau toucher. Cependant, ton esprit tourne à vive allure. L'adrénaline du combat se fait sentir. Peut être justement parce que tu viens de te prendre une décharge électrique. En tous cas, t'as l'impression que ton cerveau fonctionne un peu plus rapidement qu'avant, malgré le whisky que t'as ingurgité. Et c'est sans doute une bonne chose. Parce que t'as pas l'intention de te laisser faire si facilement. T'as même cette envie de gagner au fond de toi, même si t'as du mal à croire que ce soit réellement possible. T'essaies d'avoir confiance en toi.

Pour une fois, tu peux réellement réfléchir à ton combat. T'es pas uniquement motivé par la haine, la colère ou la vengeance. C'est sans doute pour cela que t'as l'impression d'avoir les idées si claires. T'as simplement envie de progresser, et de montrer ce que tu vaux. De prouver que t'es pas juste un moins que rien. Tu ne sais pas vraiment si c'est à lui ou à toi que tu veux prouver ça. Mais l'envie est là. Tu abaisses légèrement ta baguette, pour viser le sol aux pieds de ton adversaire de la soirée et lancer un #Terra Soluenta. Avec un peu de chance, cela suffira à détourner son attention de ton prochain sort. Tu le vises donc à nouveau en informulant un simple #Diffindo.

Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Devon Starck, le  Mer 2 Aoû 2017 - 11:46

L'Electrocorpus avait frappé Azaël en plein sur la poitrine, le secouant quelque peu. Rien de bien grave toutefois tant l'ancien directeur de maison avait veillé à modérer son sort. Etre viré de Poudlard n'était pas une option pour lui et devoir s'occuper d'un élève en catastrophe était tout sauf une option agréable à envisager - ramener un élève qu'il aurait blessé pour le soigner dans sa cabane de garde-chasse n'était pas une perspective amusante non plus.
Un peu sonné par le sortilège, Azaël mit quelques instant à se reconcentrer mais n'avait rien perdu de son sourire arrogant qu'il adressait à Azphel depuis le début de leur combat.

Le garde chasse patientait calmement en essayant d'anticiper les futures réactions du jeunes Serpentard. Le Terra frappa le sol à ses pieds et ébranla tout le tatamis sur lequel ils se trouvaient. En roulades rapides sur le côté Azphel en esquiva l'aire d'effet et eut tout juste le temps de se remettre sur ses genoux pour parer le Diffindo lancé par Azaël. Un éclat de lumière éblouissant illumina la salle quand le sort du protection du mage noir s'entrechoqua avec le jet de lumière sortit de la baguette d'Azaël.
Appuyant sa main sur son genoux, le mage noir se releva, adressant au jeune Serpentard le même sourire carnassier que celui qu'il lui octroyait depuis le début de leur entrevue de baguettes.

- Je vois que tu as pas mal de réserve... C'est une bonne surprise. Ca te dit une petite pause, lâcha le mage en pointant le pouce vers leur campement où attendait encore une dose suffisante de whisky. Je me sens plus apte à affronter cette bouteille que ta baguette je crois.

Azaël n'était de toute façon pas venu pour contester ou imposer quoi que ce soit à Azphel et les deux vert et argent regagnèrent l'endroit où ils s'étaient installés en arrivant dans la salle sur demande. Le mage resservit deux verres généreux en whisky et en tendit un à Azaël. Il s'alluma une cigarette et fit aussi glisser le paquet vers l'étudiant. Une cigarette était un adversaire beaucoup plus correct pour lui qu'un sorcier armé d'une baguette, certitude acquise depuis longtemps dès lors qu'il avait bu suffisamment d'alcool pour troubler ses réflexes.

- Dis-moi, tu envisages quoi comme carrière après Poudlard ? Tu y as déjà pensé ? Parce que tu es pas mauvais en sortilèges, tu pourrais sûrement aider le monde magique...

Le mage noir avait du mal à se représenter Azaël, avec son manque de sérieux, comme Auror par exemple. Néanmoins, il avait encore plus de mal à l'imaginer potionniste ou serveur toute sa vie..

Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Azaël Peverell, le  Jeu 3 Aoû 2017 - 16:29

Azphel esquive ta première attaque avec une vivacité étonnante. Il faut dire que c'est le genre de sortilège qu'il vaut mieux éviter, parce qu'être pris dans des sables mouvants en plein duel ce n'est pas forcément la meilleure situation du monde. Cependant, l'effet de diversion que tu recherchais fonctionne plutôt bien. Mais malheureusement, le mage qui te fait face n'est pas un simple débutant, et il n'a pas grand mal à se protéger de ton sort suivant. Tu plisses légèrement les yeux dans l'éclat lumineux en essayant de voir la scène. Des fois que tu l'aies touché sur un malentendu, sait-on jamais. Mais non, ton adversaire se relève, sourire aux lèvres, comme si de rien n'était. Pour réellement représenter un danger à ses yeux, tu repasseras. Léger soupir de déception.

Mais apparemment, t'as pas été si mauvais, parce que tu récoltes un semblant de compliment de la part du garde chasse. Ce qui te fait retrouver un léger sourire. Qui s'élargit lorsqu'il propose de faire une pause. C'est sans doute la meilleure idée qu'il puisse te soumettre à cet instant précis. Tu sens la pression de l'échange qui retombe légèrement. C'est pas plus mal d'arrêter avant que tu ne te reprennes l'un de ses sortilèges de plein fouet. Tu hoches légèrement la tête, et tune perds pas vraiment de temps pour retourner t'affaler à la même place que précédemment. Tu sens toujours quelques picotements, notamment dans tes mains et tes pieds, mais tu n'y prêtes aucune attention. Tu préfères amplement regarder le verre de whisky qui se remplit devant toi.

Tu le prends lorsqu'il te le tends, et ne tarde pas à prendre une nouvelle cigarette dans le paquet à ton tour. Tu l'allumes pour prendre une bouffée dont tu sens la fumée remplir agréablement tes poumons. Le bien-être dans la destruction. Une gorgée de whisky pour faire passer tout ça, et bien faire comprendre à ton foie que t'as pas l'intention de le laisser en reste et qu'il va devoir se mettre à bosser sacrément. A dire vrai, tu préfères aussi largement t'occuper de la bouteille que de te battre avec Azphel. D'autant plus que les deux ne sont pas forcément compatibles. Quoi que si tu manques de tomber à chaque pas tu pourrais faire de belles esquives. C'est juste qu'elles seraient totalement involontaires et que tu finirais bien par t'envoyer un sort avec ta propre baguette sans même le vouloir. Alcool et magie, c'est dangereux, ça fait pas bon ménage.

La voix de ton interlocuteur se fait entendre une nouvelle fois, te tirant de tes réflexions presque intelligentes mais pas totalement. Tu le regardes un instant, plutôt surpris. A vrai dire, tu n'as jamais réfléchi à ce que tu pourrais bien faire après Poudlard. T'as encore un peu de temps avant d'y penser. T'es même pas sûr de réussir à décrocher tes ASPIC l'année prochaine. Faudrait que tu te mettes à bosser un peu pour ça. D'un côté, t'as franchement pas envie de passer ton temps libre à réviser des trucs aussi barbants à tes yeux que les potions ou l'histoire de la magie. Mais de l'autre, tu te dis que redoubler ta septième année uniquement parce que t'as eu la flemme d'ouvrir un bouquin de temps en temps ne vaut pas le coup. T'as envie de te barrer de ce château le plus rapidement possible. T'es pas à ta place ici. Mais où est-ce qu'elle pourrait bien être ta place ? Tu recraches la fumée de ta cigarette tout en réfléchissant vaguement à la question.

- J'en sais rien... J'y ai jamais vraiment réfléchi.

Aider le monde magique. Voilà qui semble intéressant, même à tes yeux. Faire changer les choses. Servir à quelque chose. Sauf que tu te vois mal représenter une quelconque justice en laquelle tu ne crois pas, et cette communauté magique telle qu'elle existe aujourd'hui ne te convient pas. T'es tout de même un peu curieux. De savoir où il veut en venir exactement. Aider en combattant, si c'est pour une cause à laquelle tu crois tu pourrais sans doute en être capable. Mais t'es pas vraiment sûr de croire en quoi que ce soit pour le moment.

- A quoi tu penses quand tu parles d'aider le monde magique ?
Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Devon Starck, le  Sam 30 Sep 2017 - 16:21

Répondre à Azaël était un peu compliqué. Azphel n'était pas vraiment physionomiste et les années qui étaient derrière lui lui avaient appris qu'il se trompait régulièrement sur les gens. Concernant les aspirations et les penchants magiques, il était plutôt bon, mais pour mettre une personne à la bonne place dans une fonction, ce n'était pas vraiment ça. Nul doute qu'il aurait fait un mauvais président moldu... ni même Minis... Quoi que.

- Aider le monde magique, et bien... Faire quelque chose en rapport avec tes convictions ?
Devant le regard interrogatif du jeune sorcier, Azphel poursuivit :
Si tu aimes les potions, pourquoi pas faire de la recherche ? Si tu es bon en duel, que tu aimes la justice, tu pourrais envisager une carrière d'Auror, ou même vouloir rejoindre l'Ordre du Phénix, si tes idéaux correspondent... Après, tu peux avoir une vision diamétralement opposée et ne pas considérer ses deux groupes (Azphel mit une pointes d'ironie dans ce mot) comme des modèles à suivre... faire quelque chose en adéquation avec ce que tu aimes ou avec ta vision de la magie, en somme.

Le mage noir but de son verre et chancela légèrement, ce qui confirma son impression qu'il avait déjà bu suffisamment ce soir.

- Loin de moi l'idée de faire l'apologie du mal, tu pourrais créer ton parti ou vouloir rejoindre les Mangemorts. Je suis suis sûr que de leur point de vue, eux aussi pensent aider le monde magique.
Dans la voix d'Azphel, résolument neutre, rien ne trahissait son amour pour l'Ordre Noir et rien n'aurait pu laisser penser à Azaël que c'était le cas.
- Le monde débat actuellement, poursuivit un Azphel très volubile, pour savoir ce qui est bien ou pas bien, où se situe la frontière avec le mal, si l'Ordre du Phénix est légal ou non... Le Ministère même n'est pas plus influent ou performant qu'aucun des groupes que je viens de citer. En définitive, leurs membres, leurs employés, ne font que faire quelque chose qu'ls aiment, qu'ils croient juste.... Mais... Il posa son regard profond dans celui du d'Azaël - Tu as dix-sept ans. Et si ce n'est pas aujourd'hui, dans quelques mois, en sortant de l'école, tu seras confronté à ces questions. Peut-être que tu choisiras un emploi lié à une de tes passions, bien loin du combat, de l'autorité, des implications. Probablement pour aider le monde magique, quel qu'il soit.

Entre volutes de fumée et vapeurs d'alcool boisé, le garde chasse et le jeune élève discutaient sans à-priori, sans mettre entre eux la barrière naturel du membre du personnel et de l'étudiant. Azaël dégageait quelque chose d'indéfini pour Azphel. Il avait du mal à le voir s'enthousiasmer des manoeuvres des Mangemorts, par exemple, mais il ne se le représentait pas non plus en train de se féliciter des actions des Aurors ou du Ministère de la magie. Il était trop en froid avec les règlements et les formes d'autorité pour ça. Azphel pensait, sûrement à juste titre, qu'il devait être une exception aux yeux d'Azaël, même s'il avait conscience que si le jeune homme le suivait et l'écoutait c'était aussi parce qu'il ne lui interdisait rien, pas même de boire de l'alcool et fumer des cigarettes en sa compagnie dans l'enceinte de l'école.

Ce n'était assurément pas un bon exemple, et quelques années plus tôt, quand il était encore Directeur de Serpentard, Azphel n'aurait pas eu ce genre de comportement à l'égard d'un élève, même issu de sa maison. S'il n'avait jamais manifesté trop d'autorité face à des petits écarts de conduite, des sorties nocturnes, il s'était fait pour règle d'or de ne jamais trop copiner avec les élèves. Mais revenu garde-chasse, il n'avait plus eu la même attente de son emploi, ni la même vision de sa présence à Poudlard. Le corps professoral était là pour donner l'exemple, lui pouvait vivre sa vie tranquillement, tant qu'il n'enfreignait pas de règles fondamentales. Et depuis la soirée dans les serres en compagnies d'Azaël, Azphel avait pris en affection le sorcier qu'il voyait comme très différent de lui, au même âge.

Azaël n'aurait jamais été un camarade d'école d'Azphel et c'est son comportement, mêlé à son caractère assez mystérieux, qui avait quelque part incité le mage noir à sympathiser avec l'élève.
Contenu sponsorisé

Salle d'entraînement - Page 17 Empty
Re: Salle d'entraînement
Contenu sponsorisé, le  

Page 17 sur 18

 Salle d'entraînement

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.