AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-29%
Le deal à ne pas rater :
Balai laveur avec seau Vileda Spin & Clean
25 € 35 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
Dry my soul [RP Unique]
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



Dry my soul [RP Unique] Empty
Dry my soul [RP Unique]
Hugo Mourlevat, le  Mar 28 Juil 2020 - 19:12

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Décès,  Violence (physique)






Saison 32 - Automne



L'air frais s'engouffra à travers la porte tandis que je sortais dans la ruelle. Je n'avais pas envie de passer par la grande salle, mon spectacle était terminé et j'étais épuisé. Je n'avais pas envie de socialiser ce soir. Et pourtant, cela faisait déjà quelques semaines que j'avais vu cette femme aux cheveux blancs et courts qui me scrutait depuis la salle. Elle avait quelque chose d'hypnotisant, j'avais failli oublier de performer en me perdant dans ses grands yeux bleus. "Tu vas la fermer cette porte ?!" entendis-je derrière moi. Je me retournai en glissant un "désolé" et laissait la porte se refermer en claquant. J'inspirai profondément l'air frais de la soirée, chargé des odeurs de la ville. La fine pluie exacerbait l'odeur du goudron, celle des passants et une autre assez étrange. Cette dernière était assez répugnante maintenant que je m'y attardai. Je ne pus m'empêcher de réprimer un rictus dégoûté. Mais d'où ça venait ? Les poubelles s'entassaient dans le fond contre le mur. C'était un cul de sac. Normalement il n'y avait rien d'organique dans ceux-ci, et pourtant on aurait dit que quelque chose était en train de se décomposer. J'allai voir, et pour sûr que l'odeur venait de là car elle était de plus en plus forte. Je jetai un coup d’œil derrière moi ; aucun moldu en vue. Je sortai alors ma baguette et déplaçai les sacs poubelles grâce à un sortilège de lévitation. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que quelqu'un était sous ces sacs, que ne fut-elle plus grande quand je découvris aussi que son bras était tourné bizarrement et qu'une de ses jambes avait été arrachée.

Les poubelles retombèrent bruyamment, ainsi qu'un deuxième cadavre. D'où venait-il celui-là ? J'étais bien trop horrifié pour réagir. Quelqu'un approchait derrière moi. Je sentis sa main se poser sur mon épaule et me retourner avec force. L'homme, maigrelet et très pâle me faisait face. Il était penché en avant et me regardait droit dans les yeux. "C'est donc toi le nouveau jouet d'Awen ? Pourtant tu sens encore le vivant." me dit-il d'un ton dédaigneux. Mes lèvres frémissaient, comme si j'essayais de répondre, mais je m'en savais pertinemment incapable. "Voyant comment elle réagira en découvrant ceci". Je me retrouvai alors malgré moi projeté contre le mur du fond, les sacs poubelles raclant contre mes jambes. Le choc me coupa le souffle et un crac retentit. Je ne savais pas d'où il provenait. Un éclair lumineux et me voilà incapable de bouger. L'homme tira un couteau de son sac et arracha ma chemise. Il planta alors la pointe de sa lame dans ma peau et tenta d'y graver quelque chose. La douleur m’assaillit, et pourtant j'étais incapable de hurler. J'avais l'impression qu'un pyromane me passait le torse au chalumeau. Alors je fis la seule chose qu'il m'était possible de faire : Je m'évanouis.

"Mon pauvre enfant, qu'est-ce qu'on t'a fait ?!". Mes yeux étaient fermés, je n'entendais que cette voix. "Tu as perdu beaucoup de sang... Je ne sais pas si je dois... Mais si je ne fais rien..". Et alors ce fut comme une piqûre sur mon bras. Je sentais mon sang se faire aspirer... Mais aussi quelque chose s'injecter. La douleur s'arrêta subitement. Mais ce n'était qu'un leurre. La brûlure qui se trouvait depuis tout à l'heure dans ma poitrine n'était qu'un petit brasier de camp face au feu de joie dans lequel je venais d'être jeté. "C'est pour ton bien." J'avais envie de me tortiller, de hurler tant la douleur s'engouffrait dans tous mes pores. Et une nouvelle fois j'étais incapable de bouger. Je ne pouvais plus réfléchir. Mes yeux grands ouverts fixaient l'instigatrice : des cheveux blancs, courts, et une bouche maculée de sang avec des canines proéminentes. Elle me regardait aussi et murmura : "La nuit va être longue et douloureuse. Je ne peux calmer ta douleur, mais je peux essayer de t'endormir". Elle enfonça alors une fiole dans ma bouche et ce fut le noir total.

Le réveil fut douloureux et très vif. Le sol froid et la pierre n'était pas agréable, tout autant que la ceinture que j'avais. Elle était lourde et curieusement froide. J'ouvris les yeux. C'était comme si la lumière de la lune baignait la pièce, alors qu'il n'y avait aucune flamme. C'était sûrement moins désagréable que s'il y en avait eu une. La douleur n'était plus là, mais une nouvelle la remplaçait : comme un vide, dans le ventre. Un creux qui avait besoin d'être rempli. Je me relevai, passant la langue sur mes lèvres sèches. Tiens, deux pointes me firent barrage dans la bouche. C'était étrange. J'entendis alors un grognement. Quelque chose bougea dans le coin opposé de la pièce. Je me tapis dans l'ombre, observant l'autre. Il avait une odeur bien marquée, si distinctive, si... Délicieuse. Un réflexe que je ne me connaissais pas me propulsa sur lui et je tombai comme une masse sur son torse. La personne hurla et cela ne fit que m'excité d'avantage. Mes crocs plongèrent dans sa gorge et aspirèrent tout ce qu'ils purent jusqu'à qu'il ne resta plus rien. Rien à part une carcasse dénuée de vie. Un deuxième homme réveillé par le bruit se manifesta ; et il lui arriva la même chose qu'au premier. La douleur dans mon ventre disparu tout comme le destin de ces deux hommes. C'est comme si j'étais rassasié. J'avais du mal à faire cogiter mes neurones. Mais une chose était claire : cette voix qui résonnait dans ma tête et qui résonna à nouveau derrière moi.

"Je suis heureuse de te voir réveillé et en forme. Bienvenue dans ton nouveau clan de vampire. Ne t'en fais pas, je vais veiller sur toi à partir de maintenant". Je me tournai alors vers ma sauveuse et lui sourit bêtement, comme un homme auquel on aurait retiré le cerveau. Et je buvais ses paroles comme si c'était la seule solution que j'avais dorénavant
Page 1 sur 1

 Dry my soul [RP Unique]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.