AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -60%
Camera Surveillance Bébé WiFi sans ...
Voir le deal
19.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 1 sur 1
Le début d'une aventure [En cours]
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Le début d'une aventure [En cours] Empty
Le début d'une aventure [En cours]
Loredana Wildsmith, le  Ven 11 Sep - 7:06

Saison 32 - Mai 2179
PV. Tulii Kama et Gabin Šprajc

Cela aurait pu être une journée comme les autres, banale, ensoleillée, mais un vent frais que nous empêchait d'ôter nos vestes pour des t-shirt pour signaler le début de l'été qui arrivait à grand pas. Il est relativement tôt lorsque j'arrive au sein de l'Allée des Embrumes, des sorciers encapuchonnés s'étaient camouflés dans les petites ruelles pour ne pas être vus. Je sens leur regard se poser sur moi, l'insistance me mettrait presque mal à l'aise, mais je sais qu'ils avaient davantage peur que je ne me retourne pour leurs poser des questions. Les sorciers d'ici ont toujours eu horreur des personnes trop curieuses. Mais eux doivent savoir qui je suis, depuis le temps que je tenais la boutique, les gens avaient fini par me reconnaître, moi et mes tenues colorées très moldues - peu appréciées, mais qu'importe. Alors j'avais pris l'habitude de marcher droit devant, le regard au loin, observant la devanture de Barjow & Beurk dont l'écriteau rouillé grinçait à chaque balancement, rythmé par un souffle de vent irrégulier. Il était difficile de ne pas comprendre les réticences de certains de s'aventurer jusqu'ici et c'était sans doute la raison pour laquelle j'avais eu autant de mal à trouver les perles rares pour me rejoindre.

L'annonce avait été posté peu avant le départ de Lizzie. Et, la boule au ventre, je l'avais laissée filer, courir vers d'autres horizons qui lui permettraient sans doute de s'épanouir davantage. Propriétaire depuis des années, elle s'était peut-être lassée des couleurs fades ou peut-être aussi des clients parfois insistants, impatients, certains même violents. Durant quelques mois, je m'étais contentée de gérer la boutique seule, même après l'annonce de ma grossesse et les premiers mois difficiles. J'avais dû fermer quelques jours pour des raisons évidentes, mais je faisais mon maximum pour que rien ne change malgré tout. Le travail demandait plus d'efforts, mais au fil des mois, l'énergie était revenue et je me sentais d'aplomb pour recevoir chaque personne désireuse de travailler à mes côtés. Après quelques semaines d'hésitation, mon choix s'était arrêté et la remplaçante de Lizzie, ainsi qu'un Stagiaire encore à Poudlard devraient arriver d'un instant à l'autre. C'était la raison pour laquelle j'étais arrivée aux aurores.

La boutique était rangée, les capes pliés, le comptoir débarrassé et dépoussiéré. Il n'y avait rien à faire pour ce lustre qui s'éteignait, puis se rallumait. La malédiction de la boutique. En avaient-ils d'ailleurs entendu parler ?
Quelques bièraubeurres, jus de citrouille et autres boissons installées, la boutique serait fermée au public ce matin afin que l'on ne soit pas dérangés pour cette première journée. Ils avaient beaucoup de choses à apprendre après tout. Je tairai peut-être le fait que quelques semaines auparavant, j'avais poignardé un homme en face même du rayon où se trouvaient les Canifs Magiques. Ils se rendraient compte bien assez tôt que les pires sorciers pouvaient s'aventurer par ici. Mais je me plaisais de me dire qu'ils le savaient déjà.
Tulii Kama
Tulii Kama
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le début d'une aventure [En cours] Empty
Re: Le début d'une aventure [En cours]
Tulii Kama, le  Sam 12 Sep - 17:17




«Barjow et Beurk ? » avait hurlé Théophus en menaçant son père d’une main tremblante. Si l’un s’était imposé par une impassibilité altière, l’autre s’animait encore dans des balbutiements hésitants. Tulii avait beau connaître les deux hommes, elle se demandait encore ce qui était le plus inquiétant ; l’étrange volonté de son grand-père Amar à se montrer magnanime en la mettant à l’épreuve ou bien l’inquiétude maladive d’un père sur le point de perdre son unique fille. « As-tu la moindre idée de ce que tu viens de faire ? Cet endroit est hanté par des âmes violentes qui ne reculent devant rien pour obtenir ce qu’elles désirent ». Confronté à la virulence des propos de son fils, Amar s’était installé confortablement dans un fauteuil. « Des ombres ? » reprit-il en tirant sur son cigare pour l’allumer. « Dois-tu craindre quelques âme errantes Tulli ? Comment comptes-tu t’y prendre lorsqu’elles viendront à toi ? » Surpris, tant par la question que par la soudaine prise de position de son père, Theophus se retourna vers sa fille sagement assise sur une banquette. « Je n’ai pas peur de la mort, du moment qu’elle sait écouter ». La réponse avait arraché un sourire de satisfaction au vieil homme qui s’était accoudé nonchalamment en dévisageant son fils. Lui entrevoyait de nombreux avantages à ce que Tulii s’émancipe et cherche à faire ses preuves, tandis que Theophus faisait du surplace en pinaillant sur des détails. Chercher encore et toujours le moyen de laisser Tulii dans l’ombre d’une fratrie qui avait renoncé depuis bien longtemps à exercer ses droits d’aînés, semblait être un passe-temps passionnant. Sur ces viles pensées Amar recracha une épaisse fumée que Théophus s’empressa de balayer en agitant son bras.  « Tu crois que quelques belles formules amadoueront les âmes égarées? La suffisance des Kama causera leur perte … On ne raisonne pas la folie … La mort n’envoie aucune invitation, elle se présente à l’impromptu et déchire les cœurs … ». « Alors, il faudra que je me montre persuasive … ». « Tu es trop confiante Tulli, tu n’as aucune idée, aucune …  ». Theophus s’était tu. Il avait oublié que Tulii connaissait elle aussi le tribut à payer en cas d’échec. S’il avait perdu une épouse, la sorcière avait, quant à elle, perdu une mère. « Et s’ils te prennent? Si tu les laisses te bourrer le crâne avec leur … ».  « Père »,  soupira Tulii, « mon esprit est semblable au vôtre. Il a été façonné à partir d’une glaise, empreint de fierté, d’audace et d’ambition, imprégné d’un savoir que vous avez su me transmettre. Je ne veux pas me battre contre vous. Comment pourrais-je renier ce dont vous me reprochez de faire l’éloge ? Tout ce à quoi j’aspire est de porter haut les couleurs des Kama. Je veux rendre grâce à nos ancêtres et continuer de tracer la route qu’ils ont ouverte pour nous. La prudence, est mère de toutes les vertus mais elle contraint les hommes à attendre que les choses se passent et je suis lasse d’attendre. Ne vous méprenez pas, je suis heureuse de pouvoir vous épauler au quotidien mais je ne mourrai pas dans l’ombre comme ma mère. J’aspire à la lumière, à apporter moi aussi une pierre à l’édifice ». « Tu pourrais … » « Je ne me marierai pas pour nourrir de folles idées patriarcales. Je porte en moi le sang des Kama et si je ne peux transmettre le nom, alors je transmettrai autre chose. Je serai à la hauteur de toutes vos attentes et je me montrerai prudente ... »

C’était avec ces mots que Tulii avait conquis son auditoire et c’était portée par ces mêmes paroles qu’elle avait emprunté le chemin auquel elle se destinait. Dans son long manteau de feutre noir, la sorcière se fondait dans un décor toujours plus sombre. Son orgueil lui conférait l’assurance de ne pas être importunée par les quelques âmes errantes des contre-ruelles. Elle n’était pas l’un de ces badauds perdus ou hésitants qui se perdaient parfois dans le dédale de l’allée des Embrumes et mieux valait ne pas se mettre sur son chemin au risque de s’en retrouver écarté de façon quelque peu cavalière. Les regards insistants qui glissaient sur elle semblaient l’avoir compris, ou du moins se contentaient-ils de juger en silence et à bonne distance la pertinence de sa présence en ces lieux. C’était tout ce qu’elle attendait d’eux pour le moment car, dans son esprit délesté de toute modestie, Tulii comptait bien marquer les esprits et laisser son empreinte dans la conscience collective. Barjow et Beurk était le vaisseau qu’elle avait choisi et qui lui permettrait d’assouvir toutes ses envies. On racontait bien des choses à son sujet, mais Tulii s’en moquait. Elle avait passé les derniers mois à rassembler ce qu’elle pouvait sur l’endroit et lorsque était venu le temps, c’était vers son grand-père qu’elle s’était tournée pour en acquérir les droits de propriété. Un caprice ou tout au plus une lubie auraient pensé certains, mais cela aurait été juger un peu trop hâtivement ses intentions. C’était bien plus qu’une extravagance, bien plus qu’une ambition malsaine, c’était un besoin presque vital.  

Face à la devanture sombre de Barjow et Beurk, Tulli avait pris une profonde inspiration pour mieux flatter les veines du bois vermoulu de sa main gantée. Elle caressait la vieille échoppe comme elle l’aurait fait avec une créature fascinante. C’était son bébé à présent, une partie d’elle-même. Qu’importe si personne ne comprenait le lien d’attachement qu’elle avait développé envers les lieux, elle ne comptait pas s’expliquer. Dans une dernière contemplation remplie de fierté, Tulii avait fini par pousser la vieille porte. Les lieux étaient sombres et austères mais étonnamment bien rangés, du moins plus que dans ses souvenirs. Elle n’y était pas revenue depuis des années mais elle en avait conservé l’odeur et la délicieuse sensation qui émanait de la boutique d’antiquités et de breloques d’art obscures.

Tulii tourna légèrement sur elle en enlevant un de ses gants. Son sourire était grand et son regard brillant d’un intérêt qui n’en finissait plus de croître au fil des secondes. Il y avait tant à découvrir et elle espérait bien que la jeune femme derrière le comptoir comblerait les quelques données qui lui manquaient encore. « Bonjour », elle n’avait rien dit de plus en terminant de se déshabiller. Tulii espérait faire bonne impression. Elle avait passé du temps devant son miroir à s’apprêter pour l’occasion. Bien qu’elle avait glané des informations sur la gérante, elle ignorait encore si elle pourrait s’entendre avec elle. Une chose était sûre pourtant et cela rendait Tulii plutôt confiante pour la suite ; cette jeune femme avait tenu la barre seule de longs mois sans jamais quitter le navire. Cela ne pouvait que démontrer une force et une volonté dignes d’intérêt. « Je suis Tulii Kama et tu es Loredana n’est ce pas ?» Tout en soufflant cette présentation, le regard clair de l’héritière s’était porté sur les mets disposés en offrande sur le comptoir. C’était très hospitalier de sa part. Cette jeune femme était décidément très surprenante. Tulii se demandait comment une âme aussi affable avait pu survivre en milieu si hostile, cela ne faisait que rendre grâce à la dévotion qu’elle portait à ce lieu. C’était un point commun qu’elles partageaient. « Je dois dire que je suis surprise » avoua t-elle en s’avançant vers la poupée gracile cachée sous des vêtements colorés. « Tu es différente de ce à quoi je m’attendais. Nous avons beaucoup à apprendre l’une de l’autre, mais je ne suis pas inquiète, nous semblons avoir quelques points communs ». Oui, Tulii était confiante mais derrière son sourire sibyllin se cachait une conviction on ne peut plus avérée, ici plus qu’ailleurs mieux valait se méfier des apparences.
Page 1 sur 1

 Le début d'une aventure [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.